Calais (62) : 4 individus interpellés pour violence avec arme sur des agents de police

Quatre Calaisiens ont été placés en garde à vue dans la nuit de samedi à dimanche après s’en être pris à des officiers de la brigade anti-criminalité dans le quartier du Beau-Marais.

Il est 23 h quand une patrouille passe devant un immeuble rue Paul-Gauguin. Installés au pied d’un immeuble, quatre hommes profèrent des insultes sur son passage. Les agents s’arrêtent pour aller à la rencontre des individus. C’est alors que le plus âgé des quatre, 51 ans, se saisit d’une barre de fer et se montre menaçant pour dissuader la police d’approcher. Il se précipite ensuite dans une cave d’immeuble devant laquelle les trois autres, âgés entre 20 et 24 ans, font barrage pour empêcher les forces de l’ordre d’entrer. Dans la foulée, l’homme resurgit armé d’un couteau et menace verbalement et physiquement les agents.

Ces derniers reçoivent rapidement le renfort d’environ une dizaine de fonctionnaires de police et une dizaine de CRS pour éviter que la situation ne dégénère. Dans le quartier, la venue des renforts ne passe pas inaperçue et plusieurs riverains viennent observer la situation. Le climat est un peu tendu, des insultes fusent, quelques jets de projectiles également. Trois quarts d’heures après le début de l’intervention, les forces de police parviendront finalement à déloger de la cave les quatre individus avec l’usage de gaz lacrymogène et de matraques de défense. Alcoolisés au moment des faits, les quatre Calaisiens, qui appartiennent à la même famille, ont été placés en garde à vue pour violences avec arme sur des fonctionnaires de police, outrage et rébellion. Deux d’entre eux sont largement connus des services de police, les deux autres un peu moins. Ils étaient toujours entendus ce dimanche. Les policiers menacés ont porté plainte.

La Voix du Nord

Alès (30) : des policiers en patrouille attaqués à l’arbalète de chasse

Si les policiers sont parfaitement rodés aux interventions multiples et variées, ils n’avaient encore jamais été attaqués de la sorte. Les policiers d’Alès (Gard) en sont encore sous le choc. Dans la nuit de vendredi à samedi, lors d’un contrôle routier, les policiers alésiens ont été pris pour cible par un tir d’arbalète de chasse. Un homme de 25 ans a été interpellé après ces faits et doit comparaître mardi devant le tribunal d’Alès.

La flèche, longue de 40 centimètres, est passée tout près des fonctionnaires de police et s’est fichée dans le pare-choc de la voiture que les policiers étaient en train de contrôler. C’est une équipe de la BAC (Brigade Anti-Criminalité), arrivée rapidement sur place, qui a arrêté l’auteur du tir. Il s’agit d’un habitant d’Alès âgé de 25 ans, déjà connu des services de police.

(…) Le Parisien

Répression policière devant le Grand Orient

Les Sentinelles, postées la nuit dernière devant le Grand Orient de France, rue Cadet à Paris, disent avoir été expulsées avec une rare violence :

« Alors que des Sentinelles étaient paisiblement alignées sur un trottoir, sans gêner l’ordre public, les forces de l’ordre sont intervenues violemment et sans sommation pour les expulser.

Une jeune fille raconte avoir parlé à un policier : «Monsieur nous sommes debout sur un trottoir face à un bâtiment privé, nous ne gênons personne, vous devez nous donner un motif !», le policier aurait alors sorti une très habituelle réponse : «Ce sont les ordres».

 

Lire la suite sur Salon Beige – merci jojo2

Nancy : un policier blessé à coups de sabre

Un policier du commissariat de Nancy (Meurthe-et-Moselle) a été hospitalisé ce samedi après avoir été frappé à coups de sabre par un individu, qui a été interpellé. Les jours du gardien de la paix, âgé d’une trentaine d’années, ne sont pas en danger, mais il pourrait perdre l’usage de ses doigts.

(…) Le PArisien

Christian Estrosi en campagne à Nice : Police, Roms….(vidéo)

Martinique : trois jeunes mis en examen après la mort d’un policier en service

Deux jeunes hommes et une jeune femme ont été mis en examen vendredi soir dans l’enquête sur le décès d’un fonctionnaire de police à Fort-de-France il y a trois jours. Deux d’entre eux ont été mis en examen pour « violence sur agent de la force publique ayant entraîné la mort sans intention de la donner », après le décès du policier, suite à une intervention mercredi devant le commissariat de Fort-de-France, a indiqué le procureur de la République de Fort-de-France, Eric Corbaux.

L’agent est décédé mercredi des suites d’un malaise cardiaque survenu après une interpellation mouvementée, dans l’enceinte même du commissariat, devant l’entrée de l’hôtel de police. Trois jeunes, âgés de 19 à 25 ans, étaient venus demander des comptes après l’interpellation, un peu plus tôt, d’une quatrième personne pour détention de stupéfiants.

(…) Le Parisien

Portugal : 15 000 policiers en colère (+video)

Plus de 15 000 policiers en colère ont défilé jeudi 6 mars à Lisbonne contre les coupes dans leurs salaires avant de manifester devant le Parlement dans un climat tendu, face à leurs collègues en uniforme.

« Depuis janvier, on m’a déjà retiré près de 200 euros de mon salaire. Et je ne compte plus les coupes appliquées depuis trois ans ! » a témoigné Antonio Ferreira, un gendarme venu de Coimbra.

La manifestation s’est soldée par dix blessés parmi les policiers et les manifestants

Le programme de rigueur budgétaire draconien auquel le Portugal est soumis en échange d’un plan d’aide internationale a suscité la grogne de la population.

Pour cette année, le gouvernement a approuvé des coupes sévères dans les salaires des fonctionnaires et les retraites.

Le Monde

Paris : frappé par un policier, un retraité porte plainte (vidéo)

Un retraité de 65 ans a porté plainte après avoir reçu début février plusieurs coups d’un policier en civil lors d’un contrôle routier à Paris qui a dégénéré, a-t-il annoncé à l’AFP et à BFMTV. L’homme se rendait à la maternité voir sa fille venant d’accoucher.

A l’appui de sa plainte déposée le 13 février, Didier Léon a produit une vidéo, filmée d’un étage par un riverain. On y voit un homme, penché dans l’habitacle d’une voiture à l’arrêt dans l’est parisien.

Il assène une dizaine de coups au conducteur.  »A l’origine de cette affaire, il y a une infraction routière », commente-t-on à la préfecture de police qui se refuse à tout commentaire sur les violences.

(…) Le Nouvel Obs

Espagne : plus de 200 migrants entrent à Melilla , la police reçoit l’ordre de ne plus utiliser de balles en caoutchouc

Il s’agit de l’une des arrivées les plus massives des dernières années : plus de deux cents migrants venus d’Afrique subsaharienne ont franchi la frontière espagnole depuis le Maroc vendredi 28 février à Melilla.

Ils étaient trois cents, selon la préfecture de la ville, à avoir tenté à l’aube de passer le triple grillage qui sépare l’enclave du royaume arabe. Dans la matinée, « 214 immigrants avaient rejoint le centre d’accueil pour immigrés » du gouvernement espagnol, « chantant des chants de joie alors qu’ils traversaient la ville », a indiqué la préfecture dans un communiqué.(…)

A la suite de cet assaut tragique, le ministère de l’intérieur a annoncé mardi que la garde civile avait désormais interdit à ses agents de tirer des balles en caoutchouc pour repousser les tentatives d’entrée en force d’immigrants à Ceuta et Melilla.

Le Monde

(Merci à Memory One)

A la 116e procédure pour vol, le jeune bosniaque est incarcéré pour six mois

Il disait s’appeler « Ramo » et avoir 14 ans. Depuis cinq ans, ce jeune homme d’origine bosniaque sévissait aux côtés d’autres comparses dans le métro parisien. Dimanche 23 février, celui qui se prétendait comme la plupart des voleurs à la tire du clan Hamidovic, a été interpellé avec deux jeunes femmes sur la ligne 4 à la station Châtelet.

Âgé en réalité de 19 ans, ledit « Ramo » avait déjà fait l’objet de 116 procédures pour vols. Jugé en comparution immédiate au Tribunal de grande instance de Paris à l’issue de sa garde à vue mardi, le jeune homme a été condamné à six mois de prison et incarcéré à Fleury-Mérogis.

Metronews

Yvelines : les gens du voyage ouvrent le feu sur les policiers

Une patrouille de police a été piégée mercredi soir à Vernouillet (Yvelines) dans un camp de gens du voyage sédentarisés, selon nos informations. Les forces de l’ordre ont essuyé plusieurs coups de fusils qui n’ont fait aucun blessé. Vers 22 heures, elle prennent en chasse une voiture suspecte dans le centre-ville. La poursuite les mène dans un camp, situé Chemin des Chesnées. Les policiers se retrouvent encerclés, bloqués par des véhicules.

« Plusieurs coups de feu ont été tirés en l’air avec des fusils à pompe et au moins sept dans leur direction », dénonce Loïc Travers, délégué du syndicat Alliance. Les policiers se sont réfugiés derrière un mur. Aucun d’entre eux n’a été touché.

(…) Le Parisien