La famille, fondement de la société ? «Une erreur théorique fondamentale»

A l’occasion du premier anniversaire du mariage pour tous, l’anthropologue Maurice Godelier «déconstruit» l’a priori qui voudrait que la parenté soit le fondement de la société.

Un an après l’adoption du mariage pour tous, le 23 avril 2013, où en est la famille ? Les antimariage ne cessent de déplorer son effondrement, le nouveau gouvernement ne lui consacre plus de ministère et les partisans de la procréation médicalement assistée (PMA) et de la gestation pour autrui (GPA) attendent toujours – un rapport sur la filiation, cosigné par la sociologue Irène Théry et la juriste Anne-Marie Leroyer, a été publié cette semaine.

La famille est-elle au fondement de la société, comme l’affirment les anti-mariage pour tous ?

Pour ces opposants, principalement issus des couches chrétiennes, le mariage est un sacrement, l’union d’un homme et d’une femme devant Dieu et en Dieu. Le divorce est de ce fait interdit. Il faut distinguer ce dogme catholique de l’affirmation philosophique avancée par de nombreux penseurs depuis l’Antiquité, à savoir que la famille est le fondement de la société. Cette affirmation constitue une erreur théorique fondamentale. La famille joue un rôle essentiel dans la construction d’un individu car les enfants, partout, ont besoin des soins des adultes pour survivre. Il ne s’agit donc pas de minimiser l’importance de la famille et des liens de parenté, mais de ne pas prêter à la famille des missions illusoires. […]

Depuis près de deux mille ans, pour les chrétiens, les rapports sexuels dans le mariage ne suffisent pas non plus à faire complètement un enfant. Il faut que Dieu intervienne pour introduire dans le fœtus une âme qui va immédiatement être entachée par le péché originel transmis depuis Adam et Eve, d’où la nécessité de la laver par le baptême. Ce n’est plus la vision que nous présente la science du vivant. […]

Vous êtes en faveur d’une légalisation des mères porteuses. Pourquoi ?

Les mères porteuses permettent à des femmes qui ont des ovocytes, mais qui font régulièrement des fausses couches, d’avoir des enfants. Quand le bébé naît, il est génétiquement et socialement relié à l’homme et à la femme qui l’ont désiré. Auditionné par la commission des lois à l’Assemblée nationale au moment des débats sur le mariage pour tous, j’ai entendu les opposants à la légalisation citer le cas des Ukrainiennes qui font des enfants pour des couples européens aisés ou celui d’Indiennes qui, après douze enfants, en font un treizième pour le vendre, tous ces arguments me scandalisent. Nous ne sommes ni dans l’Inde des castes ni dans l’Ukraine postsoviétique. La France est un pays démocratique qui doit partir de sa propre démocratie pour avancer. Les mères porteuses, c’est un élargissement de la parenté. L’Etat doit donner un cadre juridique à cette pratique et l’autoriser.

Libération

Italie : elle porte les jumeaux d’une autre par erreur

Collision de cigognes. En Italie, une femme porte depuis décembre les jumeaux d’une autre après un malencontreux échange d’embryons dans le cadre d’un processus de fécondation assistée. A Rome, le centre médical à l’origine de la terrible erreur est actuellement sous surveillance et l’activité puériculture y est suspendue. Ce dimanche, le ministère de la Santé a envoyé des inspecteurs à l’hôpital Sandro Pertini afin de faire la lumière sur le cas.

Le 4 décembre dernier, quatre couples ont été traités dans ce centre spécialisé pour une procréation médicalement assistée (PMA) par fécondation in vitro. Trois des femmes sont effectivement tombées enceintes après l’opération. Or, sans que l’on connaisse encore exactement les circonstances, un échange irréparable s’est produit entre au moins deux patientes. Les médecins s’en sont rendu compte au moment de faire des tests sur les jumeaux que portent l’une des mères. Ces derniers ne sont visiblement pas compatibles avec le profil génétique de leurs parents. Mais impossible désormais de revenir en arrière.

Ce cas suscite de nombreux débats en Italie, notamment sur les conséquences juridiques de cette dramatique erreur. Qui sont véritablement les parents de ces jumeaux qui vont bientôt naître ? Lundi, une commission d’enquête se réunira en urgence pour évoquer toutes les questions à régler avant la naissance des petits.

(…) Le parisien

PMA-GPA : ce site français qui flirte avec l’illégalité

Le Figaro publie une enquête sur le site internet français Co-parents.fr qui met en relation « futurs parents homosexuels ou hétérosexuels avec des donneurs de sperme ou des mères porteuses« .

Une offre qui inquiète le Défenseur des droits qui vient d’interpeller, par lettre, la ministre de la Justice, Christiane Taubira, afin de l’alerter sur « les pratiques de ce service commercial interactif de mise en relation de personnes proposant leurs gamètes ou leur faculté de gestation« .

Le site Co-parents.fr, avec 100 000 inscrits, ne serait pas le seul site internet flirtant avec l’illégalité. Dans d’autres pays, comme en Angleterre, Allemagne, Espagne, Italie ou encore Belgique, des sites au fonctionnement assez proche auraient également attiré l’attention du Défenseur des droits.  Le quotidien précise que le site internet fait état de quatre rubriques: « co-parentalité, dons et donneurs de sperme, homoparentalité et mères porteuses »

En France, le don de sperme est une pratique règlementée: le recueil et les traitements du sperme en vue du don ne sont réalisés que par des praticiens agréés par l’Agence de la biomédecine, et doivent respecter les principes de gratuité, d’anonymat et de volontariat. Or, cette règlementation est ignorée [...].

En outre, les utilisateurs du site qui s’intéressent à la gestation pour autrui doivent s’abonner: 25 euros par mois pour discuter et échanger ses coordonnées. « Un prix à payer qui montre que le site n’a rien d’un ‘entremetteur’ désintéressé« . La question se pose donc de savoir « si le site-Co-parents.fr » pourrait être accusé d’avoir commis un ‘délit d’entremise’  » puni de deux ans de prison et 30 000 € d’amende.

Le Figaro et Genethique.org

USA : vers une autorisation de la fécondation in vitro avec trois parents ? (vidéo)(màj)

mise à jour du 28 février 2014 à 9H45 :

 

Mercredi, l’Agence américaine des médicaments (FDA) devait entendre un comité d’experts sur une question délicate : une technique qui permettrait de concevoir un bébé par fécondation in vitro en utilisant les cellules et donc l’ADN de 3 parents.

La fécondation in vitro (FIV) est une technique de procréation médicalement assistée (PMA) consistant à mettre en contact en laboratoire l’ovocyte d’une femme avec le spermatozoïde d’un homme. Ce procédé permet de concevoir des embryons lorsque les parents rencontrent des difficultés à procréer « naturellement ». Mise au point dans les années 1970, la FIV est aujourd’hui couramment utilisée. Son succès a ainsi ouvert de nouvelles voies en matière de procréation.

Mais certaines sont pour le moins controversées : c’est le cas de la « fécondation in vitro avec trois parents ». Comme son nom l’indique, cette technique consiste à concevoir un embryon en utilisant les cellules (et l’ADN) de trois parents au lieu de deux. L’objectif ? Créer un embryon qui ne présenterait par certains défauts génétiques responsables de maladies héréditaires incurables. Il s’agirait surtout de défauts génétiques présents dans l’ADN des mitochondries (le générateur d’énergie des cellules) qui est uniquement transmis par la mère. Ces défauts peuvent être responsables de problèmes cardiaques graves, de dysfonctionnement au niveau du foie, de troubles neurologiques, de cécité ou encore de dystrophie musculaire. Une mère, un père, une donneuse Chaque année, de 1.000 à 4.000 enfants qui naissent aux Etats-Unis développent une maladie mitochondriale, pour la plupart avant l’âge de dix ans. Des maladies aux conséquences lourdes. La FIV avec trois parents permettrait alors à un couple dont la femme est porteuse d’un tel défaut génétique de contourner le risque que leur futur enfant soit atteint d’une maladie, ceci en remplaçant la mitochondrie « défectueuse » par une fonctionnelle. Concrètement, l’embryon serait conçu à partir des cellules et de l’ADN de trois individus, de la mère, du père et d’une femme donneuse. La technologie la plus couramment évoquée consiste à prélever le noyau de l’ovule de la mère et à l’insérer dans la cellule sans noyau d’une donneuse dont la mitochondrie n’est pas défectueuse. L’ovule peut alors être mis en contact avec le spermatozoïde du père pour créer un embryon qui sera implanté dans l’utérus de la mère. La grossesse se déroulerait ensuite normalement. Au cours des années précédentes, cette technique a été testée à plusieurs reprises par les scientifiques, surtout chez des singes mais aussi sur des cellules humaines. Toutefois, si des singes sont nés en parfaite santé, ce procédé n’a jamais conduit à la création d’un vrai embryon humain et pour cause, le sujet est controversé. La technique de la FIV avec trois parents pose en effet des questions éthiques qui ont poussé de nombreux pays à l’interdire, notamment les Etats-Unis. Les détracteurs estiment qu’il s’agit de manipulations génétiques destinées à concevoir des bébés sur mesure.

En juin 2013, le sujet a été relancé par le Royaume-Uni qui a franchi un pas crucial en ouvrant pour la première fois la voie à la technique de la FIV avec trois parents. « Les scientifiques ont développé de nouvelles procédures révolutionnaires qui pourraient empêcher que ces maladies soient transmises, offrant de l’espoir à de nombreuses familles qui cherchent à éviter que leur enfant en héritent », a expliqué en juin Sally Davies, chief medical officer du gouvernement.

article complet : maxisciences.com


Un groupe d’experts doit se prononcer sur la fécondation in vitro avec trois parents, expérimenté sur des singes. Ce procédé permet de créer un embryon sans défaut génétique, défaut parfois responsable de certaines maladies héréditaires incurables. Mais certains l’assimilent à de l’eugénisme.

source : Euronews

Selon François Rebsamen, la PMA est « assez incompréhensible quand on vient de province. »

Interrogé sur France Info ce mercredi 5 février au sujet de la PMA, François Rebsamen, le président du groupe socialiste au Sénat et le sénateur-maire de Dijon, a assuré que ces sujets de société étaient définitivement parisiens.
Voilà ce qu’il explique:

Ce pays est quand même confronté à des formes de dépressions nerveuses généralisées qui semblent des fois assez incompréhensibles quand on vient,j’ose le mot, de province.

Il considère de manière générale que la plupart des Français ne comprennent pas ce qu’est la PMA:

Une grande majorité de Français ne sait même pas ce que c’est.
Ce sont des sujets où la société met du temps à évoluer, regardez le Pacs il y a 12 ans.

Le Lab

Manuel Valls : «Le gouvernement s’opposera à tout amendement sur la GPA ou la PMA». Divisions à gauche. L’inter-LGBT parle de «lâcheté» (MàJ N°2)

Addendum :

L’inter-LGBT, qui représente lesbiennes, gays, bisexuels et trans, a fustigé ce soir «la grande lâcheté politique du gouvernement et du président de la République» après l’annonce du report sine die du projet de loi sur la famille. […]

La Fédération LGBT «rappelle au gouvernement qu’il n’a rien à attendre des opposants aux droits des nouvelles familles qui par définition grossissent des droites variées alors qu’électoralement il a tout à perdre de celles et ceux à qui il refuse de nouveaux droits», conclut le communiqué.

Le Figaro


Tout a commencé lundi matin lorsque Manuel Valls, voulant jouer l’apaisement, a annoncé sur RTL que le gouvernement «s’opposera(it) à des amendements parlementaires» sur la légalisation de la gestation pour autrui (GPA) et de la procréation médicalement assistée (PMA) lors de l’examen du projet de loi sur la famille.

Une déclaration qui a fait bondir Bruno Le Roux, chef de file des députés PS, qui a demandé au ministre de «respecter la règle du jeu», et s’est affirmé désireux de ne renoncer «à aucune ouverture de nouveaux droits pour les enfants». «Le groupe prendra les choses en main», a-t-il martelé sur Radio Classique. Ce qui n’a pas empêché Matignon, lundi midi, de conforter le ministre de l’Intérieur.

Nouvelle volte-face en fin de matinée: le porte-parole du Parti socialiste, David Assouline, a affirmé que le PS ne voulait finalement pas de «débat» ou de «proposition» sur la GPA ou la PMA, contredisant ainsi le patron des députés socialistes…

Nous ne renonçons absolument pas aux réformes de société», a déclaré le premier secrétaire du PS Harlem Désir sur BFMTV.

«Au lendemain de la mobilisation du camp réactionnaire, ce renoncement est consternant (…) Nous espérons que le gouvernement reviendra sur cette décision< /em>», a pour sa part déclaré la secrétaire nationale d’Europe Ecologie-Les Verts (EELV), Emmanuelle Cosse.

Le député écologiste Noël Mamère a dénoncé sur BFMTV la «trahison» du gouvernement. «Céder» aussi brutalement révèle la «vulnérabilité» du gouvernement, selon lui «Avec le PS, la droite est cajolée, le Medef admiré, l’église choyée. »

« La gauche est trompée, répudiée», a déclaré le coprésident du Parti de gauche (PG), Jean-Luc Mélenchon. «Notre heure viendra. J’appelle à des élections qui infligent aux listes gouvernementales une sévère punition», a-t-il ajouté, concluant : «L’opposition de gauche doit se regrouper».

Le Figaro 1 ; 2


Au lendemain des défilés de la Manif pour tous, le ministre de l’Intérieur a annoncé lundi sur RTL que «le gouvernement s’opposerait à des amendements parlementaires sur la gestation pour autrui et la procréation médicale assistée» lors de l’examen du projet de loi sur la famille prévu en avril. [...]

Hebergeur d'imageBruno Le Roux, président du groupe socialiste à l’Assemblée, a demandé aujourd’hui au ministre de l’Intérieur Manuel Valls de respecter « la règle du jeu » suite à son intervention sur RTL, au cours de laquelle il a affirmé que le gouvernement s’opposerait à d’éventuels amendements sur la PMA et la GPA. [...]

Le Figaro : 1 & 2

«Un vent mauvais souffle sur la France» (Edito Libé)

Editorial de François Sergent dans Libération.

Il faut même regretter que le gouvernement, tétanisé par ces ennemis des droits des hommes et des femmes de vivre leur idée de la famille, soit revenu sur ses promesses de conception assistée pour les couples du même sexe.

Un vent mauvais souffle sur la France. Robert Badinter a raison de dénoncer la tiédeur des condamnations du Jour de colère de dimanche dernier, première manifestation ouvertement antisémite depuis l’Occupation au prétexte d’opposition au président de la République. Un mélange de partisans de Dieudonné, le champion de l’antisémitisme à but lucratif, et d’extrémistes de droite bon teint. Ce dimanche, il s’agirait de défendre la famille que ce même Président voudrait lacérer au nom d’une «ingénierie sociale» régulièrement mise en cause par la droite dite républicaine et le Figaro.

La famille est au centre de l’intime de chacun, la concaténation de ses croyances, de son éducation et de sa sexualité. La famille (ou son refus) doit rester le lieu absolu de cette liberté. Mais, rien dans les lois passées par ce gouvernement ou en préparation, ne change ce postulat.

Les manifestations de dimanche, même si elles se défendent de rejoindre les mots d’ordre de haine des factieux du «Jour de colère», restent fondées sur des mensonges. Comme la pseudo «théorie du genre», qui serait enseignée aux petits enfants. [...]

Libération

Versailles : la Manif Pour Tous rassemble plusieurs milliers de personnes

Plusieurs milliers de personnes ont défilé dimanche après-midi 15 décembre (selon la police, la manifestation a mobilisé environ 6.000 personnes, les organisateurs avançaient le chiffre de 30.000 participants), dans les rues de Versailles, à l’appel de la Manif pour tous, pour dénoncer « la familiphobie du gouvernement.« 

Le cortège, garni de ballons et drapeaux bleus et roses, ainsi que de bonnets roses, s’est élancé peu après 15h30, derrière une banderole portant l’inscription « Familles attaquées = société en danger. »

« Même si le gouvernement avance plus ou moins masqué, il y a une attaque systématique à l’égard des familles », a affirmé une porte-parole de la Manif pour tous, Principaux exemples avancés à l’appui: « le déploiement d’une idéologie du genre à l’école, la déconstruction de la filiation biologique pour une filiation sociale avec la PMA (procréation médicalement assistée) et la GPA (gestation pour autrui), le matraquage fiscal » infligé aux familles et « la réduction du congé parental. »

(…) France 3 Île de France

Taubira aimerait voir la PMA accordée aux couples de femmes

Invitée sur France 2 et interrogée sur la procréation médicalement assistée, la ministre de la Justice s’est montrée favorable à son ouverture pour les couples de femmes. [...]

Pendant l’examen du texte ouvrant le mariage aux couples homosexuels, le gouvernement avait indiqué ne pas vouloir intégrer cette mesure dans cette loi, préférant attendre l’avis du Conseil national d’éthique qui sera rendu en octobre prochain.

TF1 News

France : 400 couples homos se sont mariés depuis la promulgation de la loi

Selon une enquête de Libération auprès des mairies, environ 400 couples de même sexe se sont mariés en France depuis la promulgation de la loi en mai. Et 700 unions sont programmées pour l’automne.

Reste à savoir si cette banalisation du mariage incitera la majorité à avancer sur la procréation médicalement assistée (PMA). Le Président s’est retranché derrière le Comité consultatif national d’éthique.

«Il n’y a pas eu de marée rose sur le mariage pour tous», observe l’historien Louis-Georges Tin [mais également président du Conseil représentatif des associations noires de France (CRAN)], qui se rappelle qu’au temps du pacs, «il n’y avait pas eu de ruée au début, mais une montée en puissance progressive. Moi, par exemple, je souhaite me marier, mais les formalités prennent du temps».

A Paris, 145 mariages ont été célébrés et 558 dossiers déposés, un chiffre à comparer aux 9 065 mariages hétéros de 2012 dans la capitale. Dans les grandes villes de province, le chiffre oscille entre 10 et 20, quelle que soit la couleur politique des édiles. A ce jour, Toulouse la rose remporte la palme avec 24 mariages célébrés. […]

Au-delà des chiffres, l’usage de ce nouveau droit devrait le banaliser à vitesse grand V. Les maires qui refusaient de marier des homos ? «Ils sont regardés comme ridicules aujourd’hui», se félicite Erwann Binet. Plus globalement, c’est le regard sur les homosexuels qui a évolué via le rituel très codé et bourgeois du mariage. «Dans la presse régionale, les faire-part sont traités de façon positive et bienveillante, comme pour tout mariage. C’est un événement heureux, regardé comme tel, qui participe de l’intégration des couples homos et des familles homoparentales. » […]

Libération via Salon beige