Le flash d’actualité hebdomadaire avec « Voix de la Russie » (Vidéo)

Bienvenue pour cette nouvelle édition du journal télévisé de La Voix de la Russie. Ce rendez-vous hebdomadaire en français vous présente les actualités russes, françaises et internationales sous l’angle de la réinformation. Contrairement à une vision tronquée et manichéenne de l’information délivrée par le mainstream médiatique français, nous nous efforcerons de vous faire percevoir que la vérité n’est jamais toute entière du même côté…

Au sommaire de cette édition du 21 janvier 2013 :
L’Islam : des données bien différentes en France et en Russie
Immigration : les rois de France exilés dans leurs tombeaux pendant que Vladimir Poutine protège la Russie
Piraterie en Somalie : Quand la France casque, la Russie cogne.
Mali : Hollande ne sait plus ce qu’il a dit, alors sait-il encore ce qu’il fait ?
Théâtre du Châtelet : rencontre inspirée entre la haute couture française et le ballet classique russe

En bref et en détail :
Syrie : la presse indépendante assassinée, à qui profite le crime ?
Epiphanie en terre orthodoxe : entre la pureté et la glace

Prorussia

Somalie/piraterie: deux acquittements, quatre peines de 4 à 10 ans (MàJ vidéo)

Addendum vidéo : JT 13h – France 2 – 15/06/12

Les deux acquittés ont rejoint un logement provisoire. (…) Ils pourraient demander l’asile politique.

La cour d’assises de Paris a prononcé jeudi soir deux acquittements et quatre peines de quatre à dix ans de prison dans le procès des six Somaliens accusés de la prise d’otages du voilier Le Ponant en avril 2008 à l’entrée du Golfe d’Aden.

Le ministère public avait requis 10 à 15 ans de réclusion criminelle pour ces six hommes de 25 à 50 ans qui sont en détention provisoire depuis quatre ans.

Le Ponant avait été arraisonné le 4 avril 2008 à l’entrée du Golfe d’Aden, et dérouté vers les côtes somaliennes.

Romandie.com

(Merci à tout)

Yémen : l’équipage d’un voilier français porté disparu

L’équipage d’un voilier français, qui naviguait au large du Yémen, est toujours porté disparu. Le bateau, un catamaran de 17 mètres, a été retrouvé par un navire de guerre allemand de la force internationale Atalante, après avoir lancé un appel de détresse via sa radio. La frégate allemande Bayern a réussi à le localiser, «mais aucune présence à bord n’a été décelée», selon le ministère des affaires étrangères.

(…) Selon une source proche du dossier, des « traces de sang et plusieurs impacts de balles » ont été relevés à bord. Le secteur dans lequel naviguait le «Tribal Kat» est réputé dangereux. De nombreux pirates somaliens y sévissent régulièrement.

Le Parisien

Jack Lang nommé conseiller de l’ONU pour la lutte contre la piraterie en Somalie

L’ancien ministre français Jack Lang a été nommé conseiller spécial du secrétaire général de l’ONU, Ban Ki-moon, pour les questions juridiques liées à la piraterie au large de la Somalie, a annoncé jeudi le porte-parole de l’ONU Martin Nesirky.

M. Lang sera chargé « d’identifier de nouvelles mesures pouvant être prises pour aider les Etats, notamment ceux de la région, à poursuivre en justice et incarcérer les personnes qui se livrent à la piraterie », a indiqué M. Nesirky.

Il devra aussi « étudier dans quelle mesure les Etats de la région sont prêts à accueillir sur leur sol d’éventuels nouveaux mécanismes judiciaires dont la création a été envisagée par M. Ban dans son dernier rapport » sur la question.

Le Monde

Les pirates barbaresques – Partie 4 – Leurs adversaires chrétiens

o

(L’illustration représente le port de La Valette à Malte)

Dans cette Méditerranée qui pratique la piraterie depuis l’Antiquité, les chrétiens la pratiquent aussi largement, soit à titre de défense contre les barbaresques, soit pour toute autre raison. Nous limiterons cependant le champ de notre étude, pour nous centrer sur deux adversaires majeurs que l’islam trouva successivement  face à lui, à savoir les Chevaliers de Saint-Etienne centrés sur Livourne, et les Chevaliers de Malte. Lire la suite

Les pirates barbaresques – Partie 1 : Le cadre général

Robert C. Davis, l’auteur de Christian Slaves, Muslim Masters, a essayé de  chiffrer le nombre des victimes européennes de la piraterie barbaresque. Il conclut : « Entre 1530 et 1780, il y eut presque certainement un million et peut-être bien jusqu’à un million et un quart de chrétiens européens blancs asservis par les musulmans de la côte barbaresque ». Cela dépasse considérablement le chiffre généralement accepté de 800.000 Africains transportés dans les colonies d’Amérique du Nord et, plus tard, dans les Etats-Unis.

Illustration: Le pirate Barberousse

Pourquoi y a-t-il si peu d’intérêt pour l’esclavage en Méditerranée alors que l’érudition et la réflexion sur l’esclavage des Noirs ne finit jamais ? Comme l’explique le professeur Davis, des esclaves blancs avec des maîtres non-blancs ne cadrent simplement pas avec « le récit maître de l’impérialisme européen ». Les schémas de victimisation si chers aux intellectuels requièrent de la méchanceté blanche, pas des souffrances blanches.

Cadre temporel

Les débuts de la piraterie barbaresque sont difficiles à situer, car ils s’insèrent dans un cadre méditerranéen qui pratique la piraterie et l’esclavage depuis l’Antiquité. En revanche, la fin en est datée précisément : c’est la conquête française de l’Algérie qui met un terme au honteux trafic.

Lire la suite

Algérie : les raisons d’une colonisation

L’anthropologue et économiste Tidiane N’Diaye s’est spécialisé dans les civilisations négro-africaines. Extrait de son récent ouvrage “Le Génocide voilé”

« L’Afrique du Nord, que les Occidentaux ont longtemps qualifiée de Barbarie, est une vaste étendue de terres en grande partie désertiques. Ses habitants, appelés Barbaresques, étaient des brigands qui, jusqu’au 19e siècle, pillaient les navires européens en Méditerranée. Ils menaient de nombreux raids sur la terre ferme en Corse, en Sardaigne, sur les côtes d’Espagne, de France, d’Italie et de Grèce.

Ils capturaient des Européens et les rendaient contre rançon ou les réduisaient en servitude. Ces Barbaresques asservirent pendant des siècles de nombreux captifs chrétiens. «Plus que des marchandises pillées, les Barbaresques tiraient profit des captifs. Le chrétien était un objet de négoce, dont on essayait de se débarrasser le plus vite et le plus cher possible.»
Pendant des siècles, l’Église catholique n’eut de cesse de les racheter. C’est cette piraterie qui sera l’un des motifs essentiels de la colonisation de l’Algérie par la France. »

Toutes références ici

Comparer avec les croyances des algériens vivant en France : voir la vidéo

Aux temps où les Européens étaient esclaves

Article de Jeff Grabmeier du 8 Mars 2004. Traduction : Victoria Rose, Moi Mad et Papy Brossard.

Une étude suggère qu’entre 1530 et 1780, un million d’Européens — voire davantage —  furent réduits en esclavage par les Musulmans en Afrique du Nord. Un chiffre bien plus important que ceux avancés jusqu’à maintenant.

Dans son livre, Robert Davis, professeur d’histoire à l’Université de l’Ohio, a mis au point une méthode unique afin de calculer le nombre de Chrétiens blancs réduits en esclavage le long de la côte des Barbaresques. Son étude conduit à des estimations bien plus élevées que celles trouvées précédemment.

Selon Davis, les travaux antérieurs sur l’esclavage aux Barbaresques n’évaluaient pas le nombre d’esclaves, ou ne s’intéressaient qu’à une ville en particulier. Les estimations chiffrées ont toujours conclu à des évaluations allant tout au plus à quelques dizaines de milliers. Lire la suite