Le Sénat reconnaît à l’unanimité que le vin fait «partie du patrimoine» de la France

Dans le cadre de l’examen en première lecture du projet de loi sur l’avenir de l’agriculture, le Sénat a adopté à l’unanimité, dans la nuit de vendredi 11 à samedi 12 avril, un amendement au projet de loi sur l’agriculture reconnaissant que «le vin, produit de la vigne, et les terroirs viticoles font partie du patrimoine culturel, gastronomique et paysager de la France».

Rappel : La préfecture de Paris interdit un apéro «saucisson-pinard»

«Le vin exprime un patrimoine vivant, il fait partie du patrimoine culturel, littéraire mais également gastronomique, paysager, architectural, matériel, économique et social, aussi bien sûr avec des centaines de milliers d’emplois», a plaidé sous les applaudissements l’auteur de l’amendement, le sénateur (PS) de l’Aude, Roland Courteau.

«La culture du vin, partie du patrimoine bimillénaire, culturel, cultuel, paysager et économique français, transmise de génération en génération, a grandement contribué à la renommée de notre pays et tout spécialement de sa gastronomie aux yeux du monde», a souligné en leur nom Gérard Bailly (UMP). «Le travail des vignerons a imprimé une profonde empreinte sur le patrimoine bâti et les paysages de nombreuses régions», selon cet élu du Jura.

La Croix

Le Point/halal : «Viande : la nouvelle guerre de religion»

Après sa Une sur «l’islam sans gêne» en octobre 2012, Le Point consacre sa une, cette semaine du 14 janvier, à la viande halal avec pour sous-titre «le dossier noir du halal». Le journal contient également les extraits du livre «Halal à tous les étals». Le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF) n’apprécie pas.

L’intégration doit-elle passer par le saucisson et le pinard ?», s’interroge alors le CCIF

«On voit bien où les journalistes ont voulu en venir en comparant le problème de la viande à une « guerre de religion», commente le Collectif contre l’islamophobie en France (CCIF), qui estime que Le Point «joue à nouveau avec les fantasmes islamophobes». […]

Cette vision négative est surtout présente avec l’interview de l’auteur d’une enquête sur le sujet. «Sous la plume sensationnaliste du journaliste qui pose les questions et dans les réponses orientées de son invité, on retrouve tous les clichés et raccourcis islamophobes habituels : le halal serait un ‘moyen de prosélytisme’, le signe d’un ‘communautarisme exacerbé’, en proie à des ‘dérives inquiétantes’. Exemples de dérives, selon l’auteur du livre : ‘l’extension du port du voile’, les ‘petits pots pour bébé halal’, ou encore des chambres d’hôtel halal où l’on trouve ‘un Coran à la place de la Bible dans le tiroir de la table de nuit’, et où les téléviseurs ‘ne diffusent pas de films pornographiques’», indique le CCIF. […]

saphirnews