Une pétition sur le site de la Maison Blanche pour le rattachement de l’Alaska à la Russie

Lien de la pétition sur le site de la Maison Blanche :
https://petitions.whitehouse.gov/petition/alaska-back-russia/SFG1ppfN

Une pétition, publiée sur le site de la Maison Blanche, concernant l’adhésion de l’Alaska à la Russie a recueilli 7500 signatures au cours de deux jours seulement.

Il faudra recueillir encore 92 500 signatures avant le 20 avril pour que les autorités américaines formellement donnent la réponse à cette pétition.

« Votez pour la sécession de l’Alaska des États-Unis et son adhésion à la Russie », précise la pétition publiée le 21 mars. Son texte indique que « dans l’antiquité, des groupes de Sibériens russes ont traversé le détroit de Béring et commencé à s’installer sur la côte de l’Arctique ».

La pétition fournit également des informations encyclopédiques que les Russes étaient les premiers Européens qui ont visité l’Alaska en 1732.

source : La Voix de la Russie

Une soixantaine d’artistes signent une pétition pour défendre Libération

Une soixantaine d’artistes, venus majoritairement du milieu du cinéma, ont signé une pétition pour défendre le journal Libération, qui sera publiée dans l’édition du quotidien de vendredi, a indiqué la rédaction.

Parmi les signataires figurent de nombreux cinéastes dont Laurent Cantet, les frères Dardenne, Agnès Varda, Agnès Jaoui, Robert Guédiguian, Léos Carax, Bruno Podalydès, Pascale Ferran, Valérie Donzelli, le metteur en scène et acteur Vincent Macaigne, des acteurs comme Jerémie Elkaïm, Frédérique Bel et Virginie Ledoyen, ou encore le cinéaste et dessinateur de bande dessinée Riad Satouf, le chanteur Alex Beaupain, ainsi que le docteur Irène Frachon qui a révélé le scandale du Médiator. [...]

« Libération est un contre-pouvoir décisif aux pouvoirs politiques et au libéralisme ambiant (…) Alors que ces journalistes sont aujourd’hui en lutte contre un plan de redressement absurde des actionnaires qui cherchent à monétiser la marque au risque de vider le journal de son contenu, nous sommes à leurs côtés », indique la pétition, qui sera mise en ligne pour recueillir d’autres signatures. [...]

Morandini

Une pétition va être lancée contre Taubira

Invité de France 2, le député-maire UMP de Nice Christian Estrosi  a annoncé ce matin qu’il participerait cette semaine avec d’autres maires de grande ville au lancement d’une pétition contre la réforme pénale de la Garde des Sceaux, Christiane Taubira.

« Mme Taubira organise la purge des prisons et les vide. Elle va supprimer le code pénal », a-t-il fustigé. [...]

Le Figaro

Une pétition pour sauver la Sécu

C’est une pétition en forme de cri d’alarme que lance le professeur André Grimaldi, diabétologue et farouche défenseur des hôpitaux publics. Signé par pas moins de 140 personnalités de gauche comme de droite ce texte est intitulé «Pour un débat public sur la santé».

Il s’agit d’engager une vraie discussion afin de garantir que la généralisation des complémentaires santé n’est, en rien, le prélude à une vaste opération de torpillage de la Sécu.

Ce texte vise à provoquer un salutaire débat sur la part respective occupée dans notre système de soins par la Sécu d’un côté — régie selon le principe de solidarité — et de l’autre par les mutuelles et les assureurs, la prise en charge dépendant alors directement du risque assuré.

Certes, le moment choisi pour diffuser cet appel peut de prime abord sembler étrange : l’an dernier, François Hollande a annoncé son intention de généraliser l’accès à une couverture santé complémentaire d’ici à 2017, notamment pour chaque salarié — un nouveau parachute que beaucoup appelaient de leurs vœux. […]

Mais le diable, estiment en substance les signataires, se niche dans les détails. Non seulement le projet gouvernemental de « complémentaire santé pour tous » reste flou, mais surtout, aucune réflexion digne de ce nom n’a été menée ces dernières années sur l’avenir de notre Sécurité sociale, comme cela s’est fait récemment pour les retraites par exemple. […]

Le Parisien (Texte de la pétition + signataires)

Pétition : Anarchistes, communistes libertaires, anarcho-syndicalistes, autonomes contre l’islamophobie !

Extraits d’une pétition réunissant les signatures « d’anarchistes, communistes libertaires, anarcho-syndicalistes, autonomes, artistes, organisés ou non organisés », condamnant l’islamophobie sous toutes ses formes et affirmant que l’islamophobie est une forme de racisme.

Les populations issues de la colonisation, qu’elles soient noires, arabes, musulmanes, habitantes des quartiers populaires, ont décidé de ne plus rester à la place où l’on veut les assigner et s’affirment comme forces politiques en s’auto-organisant. Nous devons avancer côte à côte et lutter contre le racisme sous toutes ses formes, de toutes nos forces.

Nous avons le désagréable pressentiment, au regard de l’actualité, que l’islamophobie, comme un racisme respectable et vertueux, devient l’un des ressorts privilégiés de la gauche au pouvoir et de la gauche bien-pensante. Nous faisons le constat exaspérant que les thématiques progressistes comme le féminisme, la laïcité ou la liberté d’expression sont régulièrement invoqués pour le justifier. Le fait qu’en février, à peine passé à gauche, le Sénat ait voté une loi d’interdiction de certains emplois aux femmes voilées ne fait que confirmer nos craintes. […]

Parce que nous pensons qu’au sein du discours médiatique dominant, journalistique et politique, certains «philosophes», «dessinateurs» et «écrivains» surmédiatisés, comme Michel Onfray, Caroline Fourest ou l’équipe de Charlie Hebdo, participent de cette islamophobie ambiante et de sa propagation en se positionnant parfois comme libertaires, ou en agissant au nom de la tradition et de l’idéologie libertaire. […]

Assigner les colonisés, et aujourd’hui les fils d’immigrés, à une religion, relève d’une dynamique de domination expérimentée dans les anciennes colonies. Les islamophobes n’ont peur que d’une chose : que les dominés s’emparent des armes de la critique sociale et de la philosophie, car c’est sur ce terrain que se prépare leur défaite, sur ce terrain que la lutte sociale se déploie et nous réunit. […]

Premiers signataires : Nicolas Pasadena (Alternative Libertaire), Skalpel, E.one et Akye (BBoyKonsian-Première Ligne), Fred Alpi, Samuel Idir (Journal L’Autrement), Docteur Louarn (CNT-BZH), K-listo (Soledad), Aodren Le Duff (CNT), Sophie B (CNT), JM Smoothie (CNT-BBoyKonsian), Samia (BBoyKonsian), Elie Octave (Sud-Etudiant), Haythem Msabhi – Mouvement Désobéissance (Tunisie), Rabaa Skik (Artiste plasticienne), Rola Ezzedine (Professeur d’histoire), Isabelle Vallade (Collectif Bordonor), Christophe Ceresero (NPA – CLA), Mariam Seri-Sidibe (Travailleuse sociale – NPA), Marouane Taharouri, Adeline Dehel (Alternative Libertaire), Devi Neserelic, Guilhem Theron (Alternative Libertaire – Sud-Etudiant ), Samia Ammour (Féministe internationaliste), Samuel Hayat (Enseignant-Chercheur en science politique), Gisèle Felhendler (Militante internationaliste, antiraciste et anticolonialiste), Jean-Guy Greilsamer, Irène Steinert, Georges Gumpel (UJFP), Michèle Sibony, François de Reilhan (Altermondialiste), Suzanne D’Hermies (Enseignante, Collectif des Féministes Pour l’Egalité et Mamans toutes Egales), Christine Delphy, Abdelaziz Chaambi (Président de la Coordination contre le Racisme et l’islamophobie)…

saphirnews

La pétition visant Carla Bruni dépasse les 100.000 signatures

La pétition en ligne réclamant à Carla Bruni-Sarkozy le remboursement de 410.000 euros dépensés par l’État pour le site internet au nom de l’ex-Première dame a dépassé jeudi 1er août la barre des 100.000 signatures électroniques, un nombre qui en fait la «quatrième pétition la plus signée sur la plateforme Change.org en France», selon ce site.

Voit le site : carlabrunisarkozy.org

La pétition a été lancée il y a une semaine par Nicolas Bousquet, un développeur de sites web, jugeant «astronomique» cette dépense d’argent public «pour une simple réalisation de site web».

Tout est parti d’un rapport de la Cour des comptes sur la gestion de l’Élysée, en date du 15 juillet, qui mentionne au chapitre des dépenses de communication celles concernant le «site internet spécifique dédié à la conjointe du président, financé par le budget de la présidence», pour un coût de 330.000 euros en 2011, puis 80.000 euros en 2012, soit un total de 410.000 euros.

«Puisque la Fondation Carla Bruni agit pour aider ‘les publics vulnérables’, nous vous demandons de rendre cet argent aux Français en faisant un don de 410.000 euros à des associations caritatives qui oeuvrent pour les plus démunis», précise le texte de la pétition.

L’avocat de Carla Bruni-Sarkozy, Me Richard Malka, a assuré que la fondation caritative ne pouvait être suspectée d’avoir bénéficié du «moindre centime» d’argent public.

Le Nouvel Obs

Air France. Mobilisation pour Aboubakar Traoré : «Halte au racisme capillaire»

Le collectif «Non à Guerlain Non à la Negrophobie» se mobilise pour Aboubakar Traoré, sanctionné par Air France pour sa coiffure. Le Collectif «Hair France, touche pas nos racines !» (Comité international de soutien à M. Aboubakar Traoré) lance une pétition à l’attention du Gouvernement & du Parlement, leur demandant de mettre un terme «au racisme capillaire».

En France, dans les entreprises ou la fonction publique, des personnes d’origine africaine ou caribéenne doivent encore raser leurs cheveux, les couvrir avec une perruque ou les «lisser» en usant de produits toxiques. Au mépris des libertés fondamentales, leur hiérarchie assimile leurs tresses ou leur chevelure à un élément de leur costume & invoque (comme Air France à l’encontre de son salarié Aboubakar Traoré) les attentes de la clientèle, supposément «classiques» – Coluche aurait dit «normales : blanches, quoi !»

Les membres du Parlement & du Gouvernement (dont la garde des sceaux Christiane Taubira qui a brillamment démontré, lors d’un débat récent sur la fin d’une autre discrimination, qu’il est possible de porter simultanément des tresses & la voix du peuple français) doivent désormais assumer leurs responsabilités & prendre les mesures nécessaires pour mettre un terme au «racisme capillaire», en affirmant explicitement & fortement le respect dû aux principes selon lesquels des cheveux humains ne peuvent être assimilés à une pièce de tissu ou les cheveux «crépus» à des «parties honteuses». [...]

Le défenseur des droits, Dominique Baudis , a de nouveau soutenu, reprenant l’argumentaire patronal, qu’elle n’était «pas une affaire de discrimination» car le steward lui aurait donné une dimension «identitaire» (sic) en refusant de raser ou défriser ses cheveux – en un mot, de domestiquer leur négritude.

Parmi les signataires : Quincaillerie transgenre, lesbienne & féministe, M. Jean-Marie FEUGÈRE, président de Gare ! (Association des gays & lesbiennes de la SNCF), CQFD | Conseil des quartiers de France pour la diversité (Gennevilliers, Hauts-de-Seine), M. Stéphane COLONEAUX (adjoint au maire de L’Haÿ-les-Roses, Val-de-Marne, délégué aux droits de l’homme, aux métissages, au devoir de mémoire & aux anciens combattants – ancien porte-parole du PCF…

afrik.com (Merci à Zatch)

Libre-échange : Une délégation du monde du cinéma reçue par Barroso le 11 juin

Une délégation conduite notamment par l’actrice française Bérénice Bejo, prix d’interprétation féminine à Cannes, et le réalisateur roumain Cristian Mungiu, Palme d’or en 2007, sera reçue le 11 juin par le président de la Commission européenne José Manuel Barroso afin de défendre l’exception culturelle européenne.

Les membres de la délégation font partie des quelque 6.400 signataires de la pétition d’artistes, cinéastes, scénaristes et autres professionnels du cinéma, mise en circulation fin avril par les frères belges Luc et Jean-Pierre Dardenne (double Palme d’or à Cannes) pour exiger des chefs d’Etat ou de gouvernement européens l’exclusion du secteur de l’audiovisuel dans le projet d’accord de libre-échange entre les Etats-Unis et l’Europe. […]

Le Parisien

Royaume-Uni : Une pétition contre les Roumains et Bulgares fait le buzz

“Plus de 110 000 Britanniques ont déjà signé une pétition en ligne demandant au Premier ministre David Cameron de prendre des mesures pour empêcher une immigration de masse des Roumains et des Bulgares après 2014”, rapporte Gândul. C’est à cette date que doivent être levées les restrictions à l’accès au marché du travail dans certains pays de l’Union.

Selon cet appel, lancé sur e-petitions, le site officiel de pétitions électroniques adressées au gouvernement, l’éventuelle arrivée prochaine des Roumains et des Bulgares serait “similaire au mouvement qui a permis l’entrée de 600 000 Polonais en Grande-Bretagne ces dernières années”.

Une fois les restrictions levées, ajoute la pétition, “les immigrés auront le droit de demander des allocations sociales, pour le logement, les enfants, les demandeurs d’emploi”. (…)

Presseurop

Pétition «irrecevable» contre le mariage gay déposée au CESE : Démission de Jean-François Bernardin (MàJ)

Addendum 26/02 : Jean-François Bernardin démissionne du CESE

L’ancien patron de l’Assemblée des chambres françaises de commerce et d’industrie (ACFCI), Jean-François Bernardin, a annoncé, mardi 26 février, sa démission du Conseil économique, social et environnemental (Cese), après la décision de ce dernier de rendre irrecevable sur le fond la pétition des opposants au « mariage pour tous ».

Il dénonce «un choix purement politique » du Conseil, alors qu’il s’agit de la «première pétition qui rassemble autant de monde dans notre pays».

«On se ridiculise et on insulte les 700 000 pétitionnaires que l’on balaie d’un trait de plume, alors que l’on aurait pu au moins recevoir les représentants en séance plénière. Au-delà des opinions de chacun, il s’agit de la première pétition qui rassemble autant de monde dans notre pays», affirme-t-il.

Au sein du Conseil économique et social, «il y avait autant de pour que de contre. Cela méritait un débat, estime Jean-François Bernardin. Le Cese est une excellente idée, mais son mode de fonctionnement est totalement dépassé. Avec de telles décisions, il se déconsidère. C’est pourquoi je préfère partir

La Croix (Merci à Camulogenos)

Addendum 22/02 : Jean-Paul Delevoye, président du Conseil économique, social et environnemental (Cese), répondait aux questions de Romain Mazenod (RCF), Louis Daufresne (Radio Notre-Dame) et Mathieu Castagnet ( La Croix ).

Les pétitionnaires nous ont apporté plus de 690 000 signatures. Il y a là un fait politique évident. […]Les arguments avancés disant que le Cese a un pouvoir suspensif sont faux. Aucun pouvoir n’est suspensif pour arrêter un processus parlementaire. […]La pétition demande que le Cese se prononce pour ou contre la loi. Constitutionnellement, c’est impossible. C’est donc irrecevable sur le fond. […]

Nous ne pouvons pas intervenir sur le processus de la loi. Mais il y a aujourd’hui un sujet, au-delà même de la pétition, qui est celui des évolutions dans la société française de la configuration familiale, des modes de vie. Le 26 février, le bureau du Cese va donc analyser les conditions de recevabilité de la pétition, mais aussi des alternatives qu’il pourrait proposer pour intégrer cette expression politique qui nous a interpellés et à laquelle nous ne pouvons pas être insensibles.

La Croix

Demain, vendredi 15 février, 694 428 pétitions seront déposées, de manière officielle et solennelle, pour la saisine du Conseil économique, social et environnemental. Un huissier a validé l’ensemble des caisses au départ. 173 cartons contenant 40 liasses de 100 pétitions. Un dernier carton numéroté 174 avec 2428 pétitions …

philippebrillault.fr

Pétition pour le CESE

Addendum 12/02 : A ce jour, mardi 12 février 2013, plus de 640 000 pétitions sont arrivées au Chesnay ! Depuis dix jours, 200 volontaires sont mobilisés pour ouvrir les enveloppes et faire le tri par région.

« Nous avons décidé aujourd’hui de maintenir la pression en allant jusqu’au million de pétitions pour le 28 février. Nous ne lâcherons rien : #Objectif 1Million »

philippebrillault.fr

Addendum 11/02. Philippe Brillault, le maire du Chesnay, annonce que 552 000 pétitions ont été récoltées. Il en espère 600 000. La date de clôture des envois est fixée au 12 février. Le rendez-vous avec le CESE est pris pour vendredi 15 février à 9h00

lamanifpourtous (Merci à Resistant)

Signer cette pétition

 

Depuis une loi constitutionnelle de 2008, les citoyens français ont la possibilité de saisir le Conseil Économique et Social et Environnemental (CESE), au Palais d’Iéna à Paris, qui est la troisième assemblée constitutionnelle de notre république et, aux dires mêmes de son président, M. J.-P. Delevoye, « le lieu peut-être unique où la culture du dialogue permet de n’exclure personne. »

Saisi par 500 000 citoyens, le CESE, après avoir jugé la requête recevable, serait dans l’obligation constitutionelle de débattre en son sein sur ce projet de loi relative au mariage et à l’adoption par les personne de même sexe, afin de rendre un avis autorisé au Gouvernement et aux deux assemblées représentatives de notre pays. Il s’agit donc, tandis que nos institutions exécutives et représentatives sont tenues par une majorité favorable à l’imposition de ce projet, du dernier recours pour la vox populi et qui pourrait conduire à un référendum…


Au terme d’une semaine, nous avons collecté plus de 200 000 pétitions, c’est bien, mais pas encore suffisant ! Il faut poursuivre la mobilisation ! Une chaine est en train de se constituer dans toute la France.

C’est la raison pour laquelle, la date de clôture des envois fixée initialement au 5 février est prolongée jusqu’au 12 février.

NOUS DEVONS NOUS MOBILISER MASSIVEMENT POUR RÉUSSIR CETTE OPÉRATION, EN RESPECTANT LES CONSIGNES SUIVANTES :
Remplir scrupuleusement la pétition en mentionnant le nom, le prénom, la date de naissance et l’adresse complète
Être français
Mentionner le lieu de signature, date de signature et signature
Avoir 18 ans et plus (…)

Compte rendu complet du Salon Beige

Des élus de gauche se mobilisent pour le retour en France du clandestin Ahmed Sohail

Des élus PCF, PS ET EE-LV se mobilisent pour le retour en France d’Ahmed Sohail, clandestin âgé de 23 ans, qui a été expulsé vers le Pakistan, «quelques heures avant le nouvel an malgré une forte mobilisation».

Nous nous sommes mobilisés auprès des familles et d’associations pour refuser les politiques de MM. Hortefeux, Besson et Guéant. Nous attendons autre chose du pouvoir en place. Ce qui était odieux sous Sarkozy, le reste sous Hollande.

Après avoir été confié à un passeur par ses parents en 2004, Ahmed Sohail arrive seul en France à l’âge de 15 ans. Pris en charge en 2006 par l’Aide sociale à l’enfance (ASE), il obtient en 2009 un CAP de plomberie chez les Apprentis d’Auteuil. Il décroche une promesse d’embauche. La préfecture de Seine-Saint-Denis, malgré son titre de séjour étudiant et son parcours personnel, lui refuse une carte de séjour. Arrêté en novembre 2012 dans le métro. Placé en centre de rétention à Vincennes. Malgré une forte mobilisation et les protestations du Réseau Education sans frontières (RESF), de citoyens et d’élus auprès du ministère de l’Intérieur et de l’Elysée, Ahmed Sohail est expulsé vers le Pakistan durant la nuit du Nouvel An.

Nous exigeons son retour.

Parmi les signataires : Jacques Daguenet Adjoint au maire de Paris (XIe), Divers Gauche, Christian Favier Président du conseil général du Val-de-Marne (PCF), Marie-Christine Carvalho Conseillère régionale (PS), Jacques Boutault Maire du IIe arrondissement de Paris (EE-LV), François Delapierre Conseiller régional, Parti de gauche (PG), Jacqueline Fraysse Députée des Hauts-de-Seine, Fédération pour une alternative sociale et écologique, Fase), Jean-François Pellissier Conseiller régional, Alternatifs, Brigitte Gonthier-Maurin Sénatrice des Hauts-de-Seine (PCF), Danielle Simonnet Conseillère de Paris (PG), Emmanuelle Cosse Vice-présidente du conseil régional Ile-de-France (EE-LV) , Judith Shan Conseillère régionale (PS) Ian Brossat Président du groupe PCF et PG au Conseil de Paris…
Libération