Fossieux : le maire jugé pour avoir tiré au fusil de chasse sur des jeunes relaxé

[...] Le maire de la commune de Fossieux (Moselle), jugé pour avoir tiré au fusil de chasse sur deux jeunes dans la nuit du 13 au 14 juillet, a été relaxé mardi par le tribunal correctionnel de Metz.

Agés de 20 et 24 ans, les deux frères qui avaient fait exploser cette nuit-là des pétards puis commis des dégradations matérielles devant le domicile du maire Alain Tharon, ont été tous deux condamnés à 3 mois de prison, dont 2 avec sursis. L’un d’entre eux avait été blessé à la jambe par le ricochet d’un des deux coups de feu de M. Tharon, qui avait été pris de panique. Son avocate, Me Françoise Héron, avait plaidé la légitime défense face « à des gens agressifs », fortement alcoolisés et « incontrôlables » et assuré que son client ne voulait faire qu’un « tir de sommation ». Les deux jeunes gens sont en outre condamnés à payer des dommages et intérêts au maire de près de 2.600 euros pour préjudice matériel et 300 euros pour préjudice moral. [...]

Interrogé mardi par l’AFP, Me Pascal Foughali, l’avocat des frères, s’est dit « étonné » de leur condamnation à une peine d’emprisonnement et surtout de la relaxe de M. Tharon, puisque ce dernier n’était « pas en état de légitime défense », selon lui. Ses clients vont « très probablement » faire appel contre leur peine d’emprisonnement, a-t-il ajouté.

Ils « ne voulaient que s’amuser, peut-être un peu embêter le maire (…) mais ce n’était pas une expédition punitive » ni une tentative d’intrusion dans son domicile, avait-il déclaré à l’audience le mois dernier.

TF1 News

Cannes : le plateau du Grand Journal évacué, un homme arrêté (Màj photo)

Addendum 18/05/13

«Je fais ça au nom de mon dieu», a crié le «forcené» pendant son interpellation.

20 Minutes

Image Hosted by ImageShack.us

17/05/13

Le plateau du Grand Journal de Canal + a été évacué ce soir au cours de l’émission, pendant la chronique de Mouloud Achour. Le direct a dû être interrompu pendant quelques instants quand des détonations ont été entendues à proximité du plateau, situé sur la plage du Martinez à Cannes.

Tout est allé très vite selon les témoignages sur place. Après deux détonations, un homme dans la foule a crié « Grenade ». Et là, les gens ont commencé à descendre des gradins. [...]

« Il s’agit d’un individu de 42 ans qui a utilisé son arme à proximité du plateau. C’est un déséquilibré qui a été interpellé aussitôt par les CRS », a déclaré Marcel Authier, directeur départemental de la sécurité publique (DDSP) des Alpes-Maritimes. « C’est un pistolet d’alarme. Il y a eu deux détonations mais personne de blessé », a-t-il ajouté.

Le Figaro

Haguenau : 1 an ferme pour jets de pétards sur la police

Karim Djernat, 21 ans, a été jugé cet après-midi en comparution immédiate par le tribunal correctionnel de Strasbourg pour des violences urbaines commises à Haguenau (Bas-Rhin) durant la nuit de la Saint-Sylvestre.

Karim Djernat avait été interpellé vers 2 h 15 dans le quartier des Pins, alors qu’il venait de tirer un mortier sur un véhicule de police dont la vitre arrière a explosé. Les policiers l’avaient déjà vu lancer des projectiles plus tôt dans la soirée. A la barre, le prévenu n’a reconnu que des outrages, niant les jets de pétards. Il n’a pas convaincu les juges qui lui ont infligé un an de prison ferme, avec mandat de dépôt.

DNA

Alcoolémie, essence, pétards : un réveillon sous haute surveillance

Cette année encore, le réveillon du Nouvel An sera placé sous haute surveillance sur tout l’hexagone. Le gouvernement recommande comme chaque année de restreindre la vente d’alcool, d’essence au détail et de pétards, notamment pour limiter le nombre d’incendies volontaires de voitures, tandis que les contrôles routiers seront renforcés.

Le Parisien

——————

Réveillon : Strasbourg limite les pétards

Campagne de prévention auprès des jeunes, dépliants d’information ou contrôles de police : en Alsace, les autorités se mobilisent contre les pétards et les feux d’artifice, une tradition de la Saint-Sylvestre qui fait chaque année plusieurs dizaines de blessés.

Le JDD

Arles : Un septuagénaire écroué pour avoir tiré sur un ado bruyant

Un homme de 76 ans a tiré avec un fusil de chasse sur un adolescent jeudi dernier près d’Arles, dans les Boûches-du-Rhône. Le jeune homme de 15 ans jouait avec des pétards. Le bruit des explosions aurait agacé le tireur.

La victime a été touchée par des plombs de chasse dans le dos. Hospitalisée, ses jours ne sont pas en danger. Le parquet de Tarascon a ouvert une enquête pour « violence avec arme ». Le septuagénaire a été interpellé par les gendarmes, placé en garde à vue, puis écroué. Il restera derrière les barreaux jusqu’à mardi, jour de son jugement en comparution immédiate.

Le Télégramme

(merci à Mars et Pierre-André)

Paris : la sexagénaire brûlée par des pétards est décédée

La sexagénaire brûlée par des pétards le soir du 14 juillet est décédée. Marie, 64 ans, avait été grièvement blessée le soir de la Fête nationale par un jet de pétards lancé depuis la rue, transformant son appartement en brasier.

RTL

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Gentilly : excédé par les bruits de pétards, il poignarde son voisin

Un homme de 25 ans a été tué, dans la nuit de mardi à mercredi, à 1 h 40 dans une cité HLM de Gentilly (Val-de-Marne), par un voisin excédé par les bruits de pétards du 14 juillet. Selon les premiers éléments de l’enquête, l’auteur des coups mortels serait descendu de chez lui avec un couteau.

Au pied de son immeuble, une quinzaine de jeunes s’amusaient depuis le début de la soirée avec des fusées. «Ils faisaient beaucoup de bruit. Ils tiraient avec leurs engins sur tout ce qui bougeait», raconte une retraitée. Le ton est monté. Le voisin a alors été agressé à coups de tesson de bouteille. Légèrement blessé, il a répliqué en donnant des coups de couteau, tuant un jeune et blessant un autre griévement. Interpellé immédiatemment, il a été placé en garde à vue à Créteil, dans les locaux du service départemental de la police judiciaire.

Le Parisien

(merci à Bollario)