Alain Bauer, spécialiste en criminologie, participe à une commission sur l’insécurité (vidéo)

Je le rappelle pour l’histoire, le fondateur de la police d’État centralisée est le maréchal Pétain

Alors sur les mineurs, il faut le dire, notre politique, notre théologie de l’excuse, notre théologie « ce n’est pas la faute de », faut toujours que ce soit la faute de quelqu’un d’autre (…) la culture de l’excuse, nous a amené à ne pas savoir traiter de la question comment régler le problème des mineurs.

On ne traite pas le problème des mineurs en les mettant en prison mais on ne traite pas le problème des mineurs en ne le traitant pas du tout !


source : Commissions à l’assemblée nationale : Lutte contre l’insécurité – mardi 14 janvier 2014

En bonus, deux rappels :

A propos de Pétain puisque Alain Bauer fut Grand Maître du Grand Orient de France :

A propos de la franc-maçonnerie, la police d’État centralisée et le ministère de l’intérieur :

source : Les francs-maçons et le pouvoir

Dimanche, ce sera la dernière fête des mères !

Aujourd’hui c’est la Fête des mères. Edouard Frémy, journaliste se demande si elle pourra encore être célébrée alors que le mariage gay a été voté…

La fête des mères ne peut subsister. Ce sera trop de souffrance pour certains enfants, c’est trop injuste, c’est inégal. Certains ont un père et une mère ? Tant pis pour eux ! Effaçons cette différence, écrasons cette richesse supplémentaire, il n’y aura plus que la fête des parents.

Pour la dernière fois, dimanche, vous allez célébrer la maternité, l’abnégation, l’exemple de celle qui vous a mis au monde. Oui, bien sûr, dimanche, c’est la dernière fête des mères. Comment peut-il en être autrement ? Puisque, désormais, un enfant pourra avoir un père et un père, et pas de mère ! Puisque désormais un enfant pourra avoir une mère et une mère, et cette question : du ventre de laquelle suis-je né ? Et toutes les autres questions : j’ai deux pères, mais qui est ma mère ? Pourquoi m’en a-t-on privé ?

J’ai deux mères, donc il faudra que je fasse deux dessins, deux bouquets de fleurs pour la fête des mères ; c’est plutôt sympa, je comblerai de bonheur deux personnes plutôt qu’une ! Mais dans trois semaines, dimanche 16 juin, pour la fête des pères, à qui offrirai-je un dessin et le coupe-papier que j’ai fabriqué à l’école ? Et la mère porteuse indienne tenue en esclavage pendant neuf mois, elle n’a pas droit à un dessin, elle aussi ? […]

Vous n’êtes pas d’accord pour supprimer la fête des mères ? Mais puisqu’on vous dit que ce n’est pas juste parce ce n’est pas égal ! Vous êtes ennemi de l’égalité ? Alors vous êtes un fasciste ! Doublé, en l’espèce, d’un homophobe. Et puis, celui qui institua la fête des mères, Pétain, était bien fasciste, non ?

Bd Voltaire

Charles Hernu, ce collabo (Le Point)

L’ancien ministre de Mitterrand a servi jusqu’au bout le régime de Vichy, affirme, preuves à l’appui, « Franc-Maçonnerie Magazine » à paraître jeudi.

Le journaliste Jean-Moïse Braitberg a mené l’enquête. Il a retrouvé des témoins de l’époque et les procès-verbaux qui attestent du passé de Charles Hernu. Un passé bien trouble. Le député-maire socialiste de Villeurbanne, décédé en 1990, était franc-maçon. Ce sont ses frères qui les premiers l’ont sommé de s’expliquer. En vain. [...]

Après un stage en avril 1944 à l’École des cadres de Mayet-de-Montagne, dans l’Allier, Hernu est nommé délégué départemental à l’information sociale pour le département de l’Isère. À Grenoble, sa mission est la suivante : « Le délégué a pour mission de briser l’hostilité contre la relève et contribuer au climat de collaboration franco-allemande… en faisant comprendre le caractère européen de la lutte menée par l’Allemagne contre le bolchevisme. (… ) Le principal but de l’information ouvrière est de dresser entre les communistes et les travailleurs une digue solide et de ramener les ouvriers à la Révolution nationale. » Le délégué est titulaire d’une carte qui porte la mention « Je déclare n’être ni juif, ni franc-maçon, ni communiste et m’engage à servir de toute ma ferveur l’oeuvre du Maréchal ». [...]

Le Point

(merci à Tomatojus)

Manif pour tous : «Ceux qui en son sein avaient béni les drapeaux de la Milice ont disparu de la scène…»

Article de Philippe De Georges sur le rôle de l’Eglise dans l’opposition au «mariage pour tous» .

L’Eglise de France est au cœur de cette recomposition. Ceux qui en son sein avaient béni les drapeaux de la Milice ont disparu de la scène ou se sont réfugiés dans les franges traditionnalistes. Mais le gros du clergé, qui avait apprécié le Maréchal (on était en ces temps volontiers «maréchaliste», ce qui n’était pas l’équivalent de «pétainiste» et encore moins de «collabo»), qui avait préféré Franco et le concordat mussolinien à la populace rouge et noire, retrouve les accents du temps passé.

De crise en crise, le paysage politique français change. Certaines évolutions découlent presque automatiquement de la situation économique. Elles traduisent le même mouvement que dans le reste de l’Europe : droitisation de l’électorat ; regain du vieux fond nationaliste et xénophobe ; traduction sur l’échiquier politique de l’inquiétude générale, de l’insécurité soigneusement entretenue, et de la crainte du déclassement dans la petite bourgeoisie. L’effondrement des régimes communistes a libéré partout les passions anciennes refoulées, le culte de la terre, le binaire «nous contre eux», les attachements religieux. […]

Un vaste secteur catholique perd ses complexes et retrouve la parole. Ces prélats sont «sans tabou», comme les y invite la nouvelle doxa libérale. La défense de l’enseignement confessionnel avait été jadis l’occasion d’une puissante manifestation de son influence. Le mariage gay est le nouveau prétexte d’une aspiration du clergé à retrouver son influence sur la vie privée du bon peuple. […]

Ce qui est aussi préoccupant est que ce retour du refoulé réactionnaire catholique soit l’un des axes sur lesquels une certaine droite fonde la recomposition du champ idéologique. Des dirigeants de rencontre, souvent avocats d’affaire aussi adroits que sans scrupules, surfent allégrement sur cette vague, comme ils flattent les thèmes de la dite droite nationale, c’est à dire extrême, disqualifiée pendant le demi-siècle qui vient de finir. L’antisémitisme ancien a cédé la place à l’islamophobie et à la lutte anti-immigrée, mais le projet est bien d’effacer la ligne rouge établie à la Libération, entre la droite patriotique et celle de la collaboration. […]

La Règle du jeu

« Aurais-je été résistant ou bourreau ? » (Canal +)

Canal + 22/03/2013

On a retrouvé en 1940 à Londres pour suivre De Gaule, autant de socialistes que de nationalistes d’extrême-droite française, autant de républicains que de royalistes (…) on peut être de tous bords politiques et se mettre à résister, c’est beaucoup plus complexe – David Abiker


Pierre Bayard, Aurais-je été résistant ou bourreau ? – Éditions de Minuit

Bernard-Henri Lévy « Marine Le Pen c’est Pétain la guerre en moins »

Ce 14 janvier, Bernard-Henri Lévy s’exprime dans Nice Matin et a décidé de « commenter l’actualité ». De Gérard Depardieu en Russie à son amour pour la côte d’Azur en passant par le mariage pour tous, l’écrivain s’exprime sur de nombreux sujets.

Dans cette pleine page de questions-réponses, Bernard-Henri Lévy est interrogé sur l’éventualité d’une accession de Marine Le Pen à la présidence de la République. « Toutes proportions gardées » et sans « comparer l’incomparable« , l’écrivain avance :

 

Marine Le Pen présidente, ce serait un coup dur pour la République, une atteinte à la démocratie, une sorte d’état d’exception institué.

Ce serait, la guerre en moins, l’équivalent de Philippe Pétain investi par l’Assemblée du Front populaire.

 

BHL précise qu’il s’agit cependant d’une « hypothèse absurde » car le FN lui-même « ne croit pas »à son accession au pouvoir.

Le Lab

Foch, Joffre, Pétain : Les manuels d’histoire oublient les héros de 14-18

Mais où sont passés les héros de la Grande Guerre ? Pas de trace de Foch, Joffre, voire du rôle du maréchal Pétain, vainqueur de Verdun, dans les nouveaux manuels d’histoire de troisième… En revanche, plusieurs d’entre eux développent sur deux pages pleines le génocide arménien de 1917, l’œuvre du peintre expressionniste allemand Otto Dix ou encore la bataille de Verdun, mais sans citer le maréchal Pétain.

Des choix éditoriaux qui ne sont pas du goût d’Hubert Tison, secrétaire général de l’Association des professeurs d’histoire-géographie. «Dans plusieurs manuels, Philippe Pétain n’apparaît que dans le chapitre sur la Seconde Guerre mondiale. Comment comprendre son arrivée au pouvoir sans avoir évoqué le héros de la Première Guerre mondiale ?», lance-t-il. Il y a mieux: chez Hachette, aucun général français n’est cité mais dans le chapitre sur Verdun, c’est celui du général allemand von Falkenhayn qui seul apparaît. Un choix surprenant… Chez Belin, l’armistice de Rethondes est signalé, quand à apprendre que c’est le maréchal Foch qui l’a signé… […]

Le Figaro (Merci à Neuneu)

«Contre le nationalisme, le patriotisme à la française»

Pour Yves Roucaute, agrégé de philosophie et de sciences politiques, professeur à Paris-Ouest-Nanterre, la recomposition de la droite doit s’effectuer autour de «valeurs» dont le «patriotisme à la française» qui permettra de répondre aux «souffrances du monde ordinaire» et «aux démagogies du Front national».

Pour les héritiers de Charles de Gaulle, de Robert Schuman et de Jean Monnet, l’opposition au Front national n’est pas de circonstance, pas plus que le refus du relativisme n’est un accident.

Ils s’orientent en fonction du ciel bleu azur où se tiennent leurs valeurs universelles pour construire la puissance de la France sur celle de l’Europe. Sans naïveté dans cette concurrence mondiale. Aux antipodes des profondeurs abyssales du bleu Marine, d’un christianisme dévoyé opposé au judaïsme, d’un passé qui ne distingue plus Pétain de Jean Moulin, d’un effondrement de la puissance par la sortie de l’Union européenne, d’un étatisme irresponsable, d’un protectionnisme destructeur d’emplois, de l’homophobie, de l’islamophobie et d’un isolationnisme qui conduisit à s’opposer à l’envoi des soldats de la liberté en Libye et en Côte d’Ivoire.

Et si beaucoup de musulmans disent dans les enquêtes avoir voté pour François Hollande, j’y vois une raison de plus pour que chacun reste soi-même et pour repenser l’UMP, incapable d’envoyer dans les quartiers populaires les musulmans patriotes, premiers persécutés par l’islamisme. Au lieu de leur aide, le « halal » et le « casher » furent mis sur la table. […]

Le Monde

Pour Emmanuelli (PS), Sarkozy se rapproche des «valeurs pétainistes»

Le député PS des Landes, Henri Emmanuelli , estime que le candidat de l’UMP est «complètement à la dérive». Il a affirmé en outre que le candidat de la droite ne pourrait pas, ainsi, obtenir les voix du FN «car le vote pour Marine Le Pen était un vote anti-Sarkozy».

Henri Emmanuelli a dénoncé mercredi le silence de la droite «gaulliste» face au candidat de l’UMP à la présidentielle Nicolas Sarkozy, estimant qu’il se rapprochait des «valeurs du pétainisme», notamment en vantant «le vrai travail».

«Je pense à tous ceux qui ont été gaullistes puis membres du RPR: Alain Juppé (ministre des Affaires étrangères, ndlr), Jean-Louis Debré (président du Conseil constitutionnel), Pierre Mazeaud…», a-t-il ajouté, en estimant que le candidat de l’UMP est «complètement à la dérive».

Le candidat Nicolas Sarkozy «ne traite que des thèmes habituels du Front national et pas les meilleurs», a ajouté M. Emmanuelli.

Libération

Arno Klarsfeld : «Pourquoi Nicolas Sarkozy doit gagner»

Eloge de Nicolas Sarkozy par le franco-israélien Arno Klarsfeld, conseiller d’Etat, président de l’Office français de l’immigration et de l’intégration.

Quant à son programme idéologique [du FN], ce serait la réhabilitation de Pétain, l’abrogation des lois mémorielles et un big bang de discours xénophobes.

Aujourd’hui, sous son impulsion, certaines de ces réformes ont été adoptées, d’autres ont été mises en route, d’autres encore le seront, et la France saura alors tirer pour le pouvoir d’achat le maximum possible de l’amélioration de la situation économique internationale. […]

L’extrême droite, portée par la crise et la tendance des peuples européens à ce que leur identité ne change pas trop rapidement, a connu une vigueur accrue. Mais cette tendance ira en déclinant, car le programme de Marine Le Pen est au fond le même que celui de Georges Marchais, et les Français comprennent que sortir de la zone euro signifie des prix plus élevés, moins de pouvoir d’achat, une épargne qui perdrait aussitôt sa valeur et le défaut sur sa dette publique pour la première fois depuis la Révolution française. Oui, les Français commencent à comprendre que le programme économique du Front national, c’est la faillite de la France. […]

Le Monde

« Mitterrand et la francisque je croyais que c’était pas vrai car c’était l’extrême droite qui le disait » (RTL)

On refait le monde, RTL, 9/05/11

Avec Rokhaya Diallo, Robert Ménard, Alain-Gérard Slama et Jean-Baptiste Prevost

Au programme : Wauquiez (RSA), Mitterrand (à partir de 14′) et Royal (le drapeau tricolore)

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

 

Rediff. : Au siege du PS, la BAF remet sa francisque à François Mitterrand qui l’avait oubliée…

http://www.dailymotion.com/video/x15sj