Auvergne : Noyant d’Allier, «une population particulièrement métissée»

Au cœur de l’Auvergne et du bocage bourbonnais verdoyant, se trouve un étonnant morceau d’Asie, un bourg de 700 habitants où plus de la moitié de la population est aujourd’hui d’origine eurasienne.

(…) [Noyant d’Allier] nous raconte les heures heureuses de l’intégration et du métissage… à la campagne ! Avec sa pagode rouge et or, son échoppe asiatique et sa population particulièrement métissée (plus de 17 nationalités), le village est devenu une curiosité locale et attire les touristes du monde entier.

RFI (voir reportage audio sur le site)

Revoir : L’idéologie du métissage en 1min44

Relire : Au lycée Jean Moulin, « Roméo et Juliette » devient « Mamadou et Juliette »

Grand Remplacement : Goûter interculturel à Bois-du-Château

Les enfants du centre de loisirs de Bois-du-Château étaient invités à l’espace Elsa-Triolet.

Initiée par Mari Papashvili, jeune Géorgienne en service volontaire européen, cette opération visait à sensibiliser les habitants et les enfants aux richesses interculturelles du quartier.

Des familles d’Azerbaïdjan, de Croatie, de Serbie, du Mali, du Maroc, d’Algérie, ou des Comores, étaient invitées à écrire sur les portes du centre, dans leur langue d’origine, des mots de bienvenue et les distances respectives de leur pays.

Chacun a pu apprécier les différentes spécialités culinaires ainsi que la présentation des nombreuses expressions en langues étrangères : formules de politesse, de salutation… Un autre rendez-vous rassemblera ces richesses culturelles le samedi 24 mai lors de la fête de quartier de Bois du Château.

Ouest-France

——- Complément vidéo:

«Nous vivons dans des sociétés dans lesquelles chacun vit au détriment de l’autre, où chacun rencontre à chaque instant la culture de l’autre non pas comme un enrichissement, mais comme une agression permanente (…) Une société multiculturelle est une société multi-conflictuelle, multi-raciste et multi-agressive. Ça n’est pas une société durable. Et ca n’est pas une société dans laquelle il fait bon vivre.»

Pour le reste de la conférence, voir l’article de Fortune qui présente la vidéo complète.

Relire aussi :
Les maghrébins flippent : les filles nord-africaines sortent de plus en plus avec des Noirs

L’esprit Canal+ : derrière la dérision, le fanatisme

[court extrait d'un long article]

L’esprit Canal+, aujourd’hui si sûr de lui et de ses « valeurs », est né d’une ambition de racoler des CSP+ [catégories socio-professionnelles supérieures NDLR] pour une chaîne payante diffusant, outre des films, du foot, des blagues et du cul…

Autrement dit l’alliance de l’argent et de la vulgarité dans un grand éclat de rire expulsant de la fête les peine-à-jouir. L’esprit canal peut être vu comme le condensé d’un certain esprit des années 80 : une gauche « moins coco que cokée », le triomphe des pubards, la salsa effrénée d’une nouvelle bourgeoisie urbaine sans scrupule n’ayant conservé, en guise de morale, qu’un pin’s « Touche pas à mon pote » et son vote socialiste.

L’esprit Canal est un symptôme flagrant du retournement concret des idéaux de la gauche. Comment les défenseurs du peuple sont devenus ses plus féroces contempteurs, en se muant en une élite inculte et agressive. Comment les irrévérencieux se sont faits gardiens du dogme en utilisant la dérision pour neutraliser tout contradicteur et se dispenser d’avoir à justifier aucun de ses arguments. Comment les comiques sont devenus des pompeux, les « généreux » des friqués cyniques, les avant-gardistes des réactionnaires jaloux de leurs prérogatives.

L’esprit Canal, c’était l’impertinence, ce fut le mépris. Ce n’est plus désormais qu’une grimace de haine fanatique et satisfaite. Il est vraiment l’heure de se désabonner…

Lire l’article sur l’OJIM, Observatoire des journalistes

Complément

Pub TF1 contre les idées reçues : les Français sont racistes (vidéo)

[...] Dans ce spot de quarante-cinq secondes, la Une a choisi de l’illustrer par des idées reçues concernant les Français : « Les Français sont feignants », « Les Français ne croient plus en rien » ou encore « Les Français sont racistes ».

Grâce à cette campagne, la chaîne met en lumière sa programmation renforcée et le lien qu’elle a avec les téléspectateurs sur les réseaux sociaux. [...]

Morandini

La mixité sociale™ favorise la tolérance™

[Article du journal belge Le Soir] [A noter : la mixité sociale évoquée dans le titre d'origine n'est même pas mentionnée dans le corps de l'article. Le titre apparait pour ce qu'il est : un slogan plaqué, un mantra. C'est, de notre point de vue, un exemple caractérisé de propagande idéologique, qu'elle soit consciente ou non, de la part du journal belge. NDLR]

————————

Image d’illustration d’origine du journal. Si vous regardez cette image de près, c’est un homme noir qui tient la pancarte…

[extrait] Une étude universitaire permet chiffrer le niveau de tolérance des habitants selon leur sexe, leurs orientations sexuelles, leur niveau de diplôme et leur âge. (…)

 [Voir les résultats sur l'article source]

« La tolérance en cette année 2014 n’est pas encore une évidence et il existe souvent une énorme différence entre ce que les gens pensent et leurs agissements, commente le secrétaire d’Etat, Bruno De Lille.

Bruxelles est la ville la plus diversifiée de notre pays et enferme donc l’environnement idéal pour faire de nos jeunes des citoyens tolérants. Malheureusement, vivre dans une ville très diversifiée ne signifie pas automatiquement que l’on a un groupe d’amis très diversifié. C’est pourquoi il est important d’investir dans l’enseignement et renforcer le dialogue afin de développer une société tolérante. »

Le Soir.be
———–

Complément :

« La mixité sociale ? Ca ne marche pas. Ca ne marche absolument pas. Les gens se fuient mutuellement. La ghettoïsation de la société est en marche »

Le recteur d’académie : “la norme n’existe pas”

[extrait] La lutte contre l’homophobie est un enjeu majeur, notamment depuis l’adoption du “ Mariage pour tous ”. Des lycéens ont décidé de réagir.

Le projet « Lycéen, gagnons le bonheur pour tous » est né il y a trois ans, initié par des lycéens à Poitiers et à La Rochelle. Le recteur Jacques Moret est venu saluer cette initiative à Poitiers.

D’ici au 7 avril, tous les établissements d’enseignement secondaire du Poitou-Charentes recevront deux kits. Composés de fiches techniques, d’études, de conseils, d’affiches, la finalité est de faire prendre conscience aux jeunes les méfaits de l’homophobie et du silence sur une souffrance.

Et le recteur de déclarer : « La norme n’existe pas. L’Humanité est ce qu’elle est grâce à toutes ses singularités ».

Ce projet, appuyé par l’Académie de Poitiers, est un véritable documentaire sur la problématique de l’homophobie. « Les élèves y trouveront l’histoire de l’homosexualité, la législation, et beaucoup d’autres choses ».

Nouvelle République

 

Wilders/Marocains : des Néerlandais veulent porter plainte (màj)

Addendum 29/03/14

La police s’apprête à faire face à des centaines de personnes qui s’amasseront samedi midi à Utrecht et Amsterdam, pour remplir des formulaires de plainte en vue de dénoncer les propos discriminatoires tenus par le leader du PVV, Geert Wilders. Des barrières sont mises en place et des agents supplémentaires seront présents pour assurer les actions pacifiques.

Tant à Amsterdam qu’à Utrecht, l’action fait suite à un appel lancé sur Facebook et auquel quelque 400 personnes ont réagi. Mardi, un appel semblable de l’administration communale de Nimègue (est des Pays-Bas) a rassemblé 500 participants qui ont dû attendre des heures pour remplir une déclaration. [...]

Par conséquent, la police et le parquet d’Utrecht ont convenu que seuls les deux initiateurs de l’action d’Utrecht rempliraient une déclaration officielle. Tous les autres ne devront signer qu’un formulaire de plainte standard contre M. Wilders. Ceux-ci seront ajoutés à la déclaration officielle. [...]

7sur7

24/03/14

Le député anti-Islam Geert Wilders s’est défendu samedi, assurant n’avoir « rien dit de mal », sur fond de vague de protestations sans précédent secouant les Pays-Bas et provoquant un « exode » dans son propre parti après qu’il eu déclaré vouloir « moins de Marocains » dans son pays.

« J’ai dit la vérité, je n’ai pas de regrets et ne présenterai mes excuses à personne à propos de quoi que ce soit », a déclaré Geert Wilders au cours d’une conférence de presse improvisée samedi soir dans les bâtiments du parlement néerlandais : « je n’ai rien dit de mal ».

« Je suis resté dans les limites de la loi », a affirmé le député, réfutant tout parallèle avec les nazis alors que certains hommes politiques et médias l’avaient comparé à des « figures abjectes du passé », dont Adolf Hitler, a-t-il dit. [...]

7sur7

22.03.2014 :

Geert Wilders, le président du parti nationaliste néerlandais PVV, a annulé sa visite prévue dimanche au meeting du Vlaams Belang à Anvers.

«En raison de la situation aux Pays-Bas et du relèvement du risque en matière de sécurité, Geert Wilders a décidé de ne pas se rendre à Anvers», a indiqué à l’agence de presse Belga le leader du Vlaams Belang Filip Dewinter. […]

Le Vlaams Belang avait prévu un meeting dimanche à Anvers en présence de Geert Wilders, mais le président du PVV ne sera donc pas présent. «Le risque en matière de sécurité est tout simplement trop important», explique Filip Dewinter. D’importantes mesures de sécurités avaient pourtant été prévues dimanche, avec détecteurs de métaux, gardes du corps, etc.

Le chef de file du Vlaams Belang parle «d’une défaite pour la démocratie». «C’est grave qu’une personne ne soit plus libre de s’exprimer. Que l’intimidation gagne sur la liberté de penser. C’est un jour noir pour la liberté et la démocratie».
Le meeting du Vlaams Belang se tiendra tout de même dimanche, malgré l’absence de Geert Wilders.

Le Soir


Addendum 21.03.2014 11H00 :
Le député anti-islam a une nouvelle fois choqué après avoir promis à ses partisans qu’il ferait en sorte qu’il y ait « moins de Marocains » dans le pays. Geert Wilders s’exprimait lors d’une réunion après des élections municipales partielles qui ont vu son parti extrémiste de la Liberté progressé.


Addendum 21.03.2014 :

Pays-Bas : Les Marocains se mobilisent sur Twitter contre Geert

Après la réaction des politiques et de l’association des Marocains en Hollande contre les propos du député du parti populiste, c’est au tour des citoyens d’origine marocaine de se faire entendre via les réseaux sociaux. Une campagne sur Twitter sous le hastag #Bornhere ou « Né ici » dénonce les propos du parlementaire de La Haye qui veut «une ville avec moins de problèmes» en limitant le nombre de Marocains. Cette campagne, lancée il y a deux jours, est bien relayée sur le réseau social. En effet, plusieurs participants marocains et non marocains y ont pris part en dénonçant le racisme et la discrimination à travers des photos avec leur passeport néérlandais.

Il ne fallait pas s’en prendre aux marocains vivants aux Pays-Bas. C’est la leçon que devra tirer Geert Wilders des élections municipales (site yabiladi).

Certains participants ont même enfilé leur tenue traditionnelle marocaine, alors que d’autres ont porté des t-shirts aux couleurs de leur pays d’origine. Ils ont ainsi exprimé leur droit d’être considérés comme les Hollandais de souche.

La campagne vise aussi à faire participer plusieurs marocains qui vivent des situations différentes aux Pays-Bas. Ceux qui sont nés aux Pays-Bas, ou de parents établis dans le pays ainsi que ceux ayant contribué à l’économie. Elle concerne aussi les marocains qui disposent de papiers en règle et même ceux qui n’en ont pas. Enfin, tous ceux qui sont contre la politique de Wilders sont les bienvenus.

yabiladi

Le député anti-islam néerlandais Geert Wilders faisait face jeudi à une vague de protestations sans précédent après avoir promis à ses partisans qu’il ferait en sorte qu’il y ait « moins de Marocains » aux Pays-Bas.

(…) RTL.be

Municipales : à Béziers, le PS accuse l’UMP d’utiliser un faux document de la Licra appelant à voter pour Elie Aboud

 Béziers, la liste menée par Robert Ménard et soutenue par le FN est favorite pour l’emporter au second tour des élections municipales, dimanche 30 mars. Un second tour sous forme de triangulaire puisque le candidat socialiste, Jean-Michel du Plaa a refusé de se retirer en faveur du candidat UMP, le député Elie Aboud.

Le candidat socialiste dénonce dans un communiqué « une manipulation de dernière minute », captures d’écran à l’appui. Sur la page Facebook du sénateur-maire UMP sortant, Raymond Couderc, figure un document, publié par son compte, de la Licra (La Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme) appelant à voter pour le candidat UMP au second tour, Elie Aboud, afin de contrer le Front national.

Or, comme le précise le communiqué du socialiste, « en aucun cas, la LICRA ne désigne un candidat en faveur duquel il faudrait se prononcer », estimant toutefois que  »la bonne foi » du maire « a certainement été abusée » et dénonçant ce « faux grossier laissant entendre que la LICRA appelait à voter Elie Aboud ».

Interrogé par le correspondant d’Europe 1 à Toulouse, Alain Jakubowicz, le président de la Licra, confirme que  »ce document à en-tête de la Licra est un faux ». D’après lui, c’est un montage inspiré du communiqué national de la Licra, reprenant et détournant des bribes de phrases qui indiquaient que « pas une voix ne devait manquer au candidats républicains », et non à Elie Aboud spécifiquement.

« En aucune façon n’a été précisé une ville ou un nom », ajoute-t-il, se réservant le droit de porter plainte à l’issue des élections contre le ou les auteurs de ce faux document.

Le Lab

[Edit 28 mars] Sauf que ce document n’est pas un faux. Mais un document de la Licra locale, non soutenue par l’entité nationale. « Ma première position a été évidemment de dire que ce document était un faux. J’ai la douleur de dire désormais qu’il est vrai. Je vous laisse imaginer ma colère que j’ai du mal à contenir en vous le confiant », explique Alain Jakubowicz à La Marseillaise

Le 23 mars, lors du premier tour à Béziers, Robert Ménard, le candidat soutenu par le FN, est arrivé en tête avec 44,88 % des suffrages, devant l’UMP Elie Aboud (30,17%) et le socialiste Jean-Michel Du Plaa (18,65%).

Municipales : pourquoi j’ai décidé de faire un court-métrage sur les dangers du FN

Papier de Philippe Joubert, réalisateur

Je m’appelle Philippe Joubert, je suis un simple citoyen Français de 35 ans.

Alors que le premier tour des municipales vient de se clore, je suis inquiet car la peur et la déraison gagnent beaucoup de nos concitoyens.

Que l’on ait des griefs à l’encontre des partis politiques traditionnels et que l’on souhaite désespérément leur faire savoir, voire même les sanctionner, est tout à fait légitime. [...]

Lorsque que l’on sort du débat d’idées pour opposer les citoyens les uns contre les autres en flattant les intérêts individuels et populistes, cela devient un problème pour la société toute entière.

Imaginer que le Front National puisse une seule seconde faire évoluer et bonifier notre nation est à mon sens totalement illusoire…

Au-delà même des idées politiques, comment peut-on imaginer que ce parti puisse dialoguer, lorsque dans les 106 pages de son programme ce terme de « dialogue » n’y est à aucun moment mentionné… [...]

Et pour finir comment peut-on imaginer avoir des échanges pérennes avec des gens qui assument ouvertement, en page 19 de ce même programme, punir par la mort !

Ne serait-ce que d’imaginer la peine de mort dans notre constitution, annihile toute crédibilité et possibilité de règlement de conflit par le dialogue.

Je n’ai pas l’impression que ce soit les considérations d’un parti républicain. [...]

Si le Front National venait à gouverner, on apprendrait à nos enfants l’ordre d’un seul groupe et la méfiance de l’Autre, plutôt que l’ouverture et la différence. [...]

C’est pour appuyer cette réflexion que j’ai décidé il y a quelques semaines de réaliser un petit court-métrage, mettant en garde les votants égarés, tentés par l’extrême droite par dépit, ras le bol ou désillusion. [...]

Par contre j’espère qu’à sa mesure, ce petit film permettra de grappiller quelques voix supplémentaires au Front National pour ralentir cette avancée inadmissible.

Huffington Post

A revoir :

Le Ku Klux Klan utilisé dans un court métrage pour combattre l’extrême droite

Un livre pour enfant pour lutter contre les ‘stéréotypes hétérosexuels’

[extraits] «La Princesse Nina» aborde les questions de genre et d’orientation sexuelle à travers une jeune fille qui éconduit tous ses prétendants, jusqu’à rencontrer sa princesse charmante.

La Princesse Nina est l’histoire d’une jeune fille qui est «intelligente, gentille et un peu sauvage». Problème, pour ses parents qui l’aiment de tout leur cœur, elle ne veut pas se marier. Les princes défilent et elles les refusent tous. [Orthographe d'origine][Corrigé : elle les refuse]

Même le prince Azim du Yémen, pourtant parfait en tous points, elle le refuse.

Mais lorsqu’elle rencontre la princesse Melowo du Ghana, elles deviennent inséparables.

Publié par l’éditeur belge Clavis, l’ouvrage de Marlise Achterbergh et Iris Compiet a été récompensé par le concours d’histoires pour enfants d’Inclusive Works, du FEBE Support, un organisme hollandais, et du British Council.

«Dès le plus jeune âge, les filles et les garçons sont confrontés à des stéréotypes, et ceux-ci sont également présents dans les livres pour enfants, explique le FEBE Support en page de garde. Le but de ce livre est de faire en sorte qu’ils puissent assumer leurs propres choix plus tard.»

(….) On a compris et on est d’accord : tout le monde peut s’aimer quelles que soient son origine ethnique et son orientation sexuelle. Le message est important, peut-être peut-il être dit avec un peu plus de finesse.

Libération

Yannick Noah répond à la critique de Marine Le Pen sur « Ma colère » (vidéo)

On peut parler d’acharnement ! En ce moment, Yannick Noah encaisse les critiques : Marine Le Pen qui considère sa chanson Ma colère comme « indigente », Emilie Albertini qui veut « tuer des dauphins » quand elle l’entend chanter… Le chanteur répond à ces accusations au micro de Télé-Loisirs.