France : Départ des Français diplômés, arrivée de Pakistanais, d’Egyptiens ou de Bangladeshis…

A l’occasion du Forum «Libé» de Rennes consacré au monde de demain, la politologue Catherine Wihtol de Wenden nous a donné son éclairage sur les perspectives migratoires de la France à l’horizon 2030 : départ de jeunes Français et « diversification » de l’immigration.

La France s’inquiète de la fuite de ses cerveaux. Est-ce un phénomène qui risque de s’accentuer ?

Sans doute, s’il n’y a pas de reprise rapide sur le marché de l’emploi français. Il est difficile d’y entrer pour les nouveaux diplômés. Ces jeunes tentent donc leur chance à l’étranger, où en général, l’entrée se fait plus facilement. C’est un détour qui leur permet de booster leur CV. Toutefois, il est inutile d’être dramatique à ce propos : on a davantage à faire à un changement de mentalités qu’à un véritable exil de la jeunesse. Cette génération est née avec l’Europe, à leurs yeux, le marché du travail est européen et ils peuvent vivre dans les pays voisins sans se sentir expatriés.

Voit-on apparaître de nouvelles formes de mobilité ?

On assiste à un mouvement des retraités souhaitant vivre de leur pension au soleil dans des pays où la vie est peu chère. On voit aussi émerger ce qu’on appelle «le ryadisme», une pratique consistant à acheter des vieilles bâtisses dans des pays du Maghreb pour ensuite les louer. Beaucoup de Français partent développer le tourisme à l’étranger.

A l’inverse, va-t-on vers une intensification de l’immigration en France ?

Il y a actuellement 3,5 millions d’étrangers en France, et ce chiffre est resté fixe durant les vingt dernières années. Pourtant les arrivées ont continué, sous forme de regroupement familial, de réfugiés politiques ou de sans-papiers. Mais ce phénomène reste masqué car en parallèle, le flux de migrants est assimilé grâce aux naturalisations et à des retours au pays.Et cela continuera très certainement à l’avenir.

Est-ce que des nouvelles nationalités d’émigrés pourraient arriver dans les prochaines années ?

Traditionnellement, la France a connu des migrations provenant de Pologne, d’Italie, puis d’Afrique noire ainsi que du Maghreb. Cependant, ces dernières années, on a assisté à une diversification de l’immigration. Et cette diversification devrait s’accélérer. On assiste à l’arrivée de Pakistanais, d’Egyptiens ou de Bangladeshis.

L’intégration de ces nouvelles populations ne risque-t-elle pas d’être difficile avec la faiblesse du marché de l’emploi ?

En général, les nouveaux immigrés réussissent à se positionner sur un emploi de niche, auquel ils accèdent grâce à des connaissances déjà sur place. Ils prennent donc souvent le même emploi que leurs compatriotes et c’est ainsi qu’on assiste à la multiplication des fleuristes pakistanais dans le métro parisien ou des vendeurs de rose bangladeshis.

Libération (Merci à Agasias)

Des squatteurs étrangers expulsés de la Basilique de Saint-Denis (MàJ) Le MRAP indigné (+ vidéo)

Addendum 17/12/13 

Une centaine de policiers du département ont convergé très vite, hier, vers la basilique de Saint-Denis, qui venait d’être occupée, quelques heures plus tôt par des mal-logés.

Il s’agit de célibataires expulsés en juin de logements insalubres, situés aux nos 50 et 103 de la rue Gabriel-Péri, sans solution de relogement. Ils campent depuis six mois place du Caquet, épaulés par un collectif de soutien.

Sans papiers en règle pour un bon nombre, « mais pas tous », assure le porte-parole, Mamadou Sissoko.

Source

________________________________________________

Communiqué de presse du MRAP

Le MRAP indigné de l’évacuation par la police des sans-abris de la Basilique de Saint-Denis

Dimanche 15 décembre 2013, la police a investi la basilique Saint-Denis pour déloger des sans-abris et leurs soutiens qui s’y étaient réfugiés.

« Depuis quand la police armée pénètre-t-elle dans une cathédrale ? Quelle honte
pour notre police, notre préfet, notre pays » a déclaré Jean Courtaudière, curé de
la Basilique, alors qu’elle accueillait des personnes expulsées de leur logement
depuis le 7 juin 2013.

Pour le Maire de Saint-Denis, Didier Paillard, molesté par les forces de l’ordre,ou
l’ancien Evêque de Saint-Denis, Olivier de Berranger, empêché d’entrer dans
sa cathédrale, la la police, sous l’ordre de sa hiérarchie, s’est déshonorée en
pénétrant par la force dans ce lieu sacré.

La brutalité de la méthode rappelle celle qui avait conduit à l’évacuation de
l’église Saint-Bernard le 23 août 1996. Il est devenu impossible de distinguer les
méthodes policières d’aujourd’hui de celles d’hier.

Le MRAP dénonce avec la plus grande fermeté ces méthodes indignes.
Par ailleurs le MRAP, avec d’autres organisations et les expulsés, exige le
relogement immédiat de l’ensemble du groupe dans les logements disponibles du
centre d’hébergement qui vient d’ouvrir à Saint-Denis.

Cette exigence est d’autant plus forte que la sous-préfète s’y était engagée le
mardi 3 décembre pour se contredire 2 jours après…

La régularisation administrative est une condition indispensable pour permettre
aux personnes de nationalités malienne et ivoirienne d’entrer dans un logement
pérenne.

Le Ministre de l’Intérieur, Monsieur Manuel Valls, et la Ministre du Logement,
Madame Cécile Duflot, doivent prendre leurs responsabilités et donner une
réponse positive à cette situation.

Paris, le 16 décembre 2013.

MRAP

________________________________________________

Leur opération coup-de-poing n’aura duré que quelques heures. Dimanche vers 18 h 15, 27 squatteurs qui avaient commencé à déplier leurs tentes pour s’installer dans la Basilique de Saint-Denis ont été expulsés des lieux par les forces de l’ordre.

Ces célibataires sans domicile originaires du Mali, de Côte d’Ivoire ou du Pakistan entendaient ainsi attirer l’attention sur leur situation de détresse.

Ils avaient été expulsés en juin dernier de deux immeubles insalubres de la rue Gabriel-Péri à Saint-Denis. Seules les familles avaient été relogées. Ces hommes seuls, épaulés par un collectif de soutien, avaient alors monté un campement place du Caquet.

Le Parisien

Les réseaux pédophiles pakistanais d’Oxford. «Pour eux, les filles blanches valent moins que rien» (Rediff)

Reportage sous-titré sur le réseau pédophile pakistanais d’Oxford (ZDF, 17 juillet 2013) .

Les victimes étaient des mineures, blanches et non-musulmanes. La plus jeune avait 12 ans.

«Ces jeunes asiatiques [=pakistanais] ne respectent même pas leurs propres femmes. Pour eux, nos filles sont juste des blanches qui valent moins que rien.»

«Ils n’auraient jamais fait ça à des filles musulmanes. Avec des anglaises, c’était plus simple.» 

(Merci à Chantecler, Mango, Nproute, Romégas, Sans Grade pour les traductions et les sous-titres)

Lire l’article du 17 mai sur cette même affaire.

___________________________

En complément, la traduction de l’article de la ZDF :

PROSTITUTION FORCÉE A OXFORD

Des jeunes filles dans la ligne de mire de bandes pakistanaises.

La ville d’Oxford est célèbre pour son histoire et son Université. Mais un scandale retentissant vient de mettre la ville à la une de l’actualité : un réseau d’hommes, majoritairement pakistanais, ont mis sous l’emprise de l’alcool et de drogues des jeunes filles, pour ensuite les forcer à se prostituer.

Les jeunes filles étaient sélectionnées parce qu’elles étaient anglaises.

Ce trafic a duré pendant des années, sans que personne n’intervienne.

La plus jeune des victimes avait à peine 12 ans.

« Le plus souvent j’étais en déplacement et j’avais des relations sexuelles avec plusieurs hommes », raconte une des filles. « Parfois il y avait des pauses, j’allais alors chez ma mère ou à l’hôpital à cause des drogues ». Beaucoup de gens du voisinage étaient au courant des proxénètes de Cowley Road, mais ils se taisaient.

Des coupables musulmans, des victimes anglaises : un thème tabou.

Il y a 7 ans, pour la première fois, on a trouvé une fille violée dans un hôtel à Oxford. Mais c’est seulement maintenant que toute la vérité sur ce crime éclate au grand jour. Pendant des années, des renseignements étaient parvenus à la police, mais aucun n’avait été pris en compte. D’abord les hommes faisaient de petits cadeaux aux jeunes filles issues de milieux sociaux défavorisés et les promenaient à travers la ville dans des voitures de luxe. Puis, une fois la confiance des jeunes filles acquise, ils les rendaient dociles grâce à l’alcool et à la drogue et les vendaient comme des esclaves sexuelles à des hommes.

Cinq des sept hommes condamnés ont des racines pakistanaises, deux viennent d’Afrique du Nord. Ils jetaient leur dévolu de façon ciblée sur des jeunes filles blanches, non-musulmanes.

Le chauffeur de Taxi Mashtaq, lui aussi d’origine pakistanaise et ayant grandi dans Cowley road, sait pourquoi : « Avec des filles musulmanes ils ne s’y risqueraient pas, ils vivent juste à côté, avec leur sœurs et leurs frères musulmans. Avec les filles anglaises, c’était bien plus facile car leur culture est complètement différente. Beaucoup de filles musulmanes ne rôderaient jamais dehors tard le soir »

Les sept coupables d’Oxford ont pris de longues peines de prison, cinq d’entre eux resteront à vie derrière les barreaux. Ce n’est cependant qu’un petit succès pour la police britannique car les événements d’Oxford ne constituent pas un cas isolé. Plus de 50 procédures similaires sont actuellement en cours en Grande-Bretagne.

Les musulmans innocents d’Oxford se sentent victimes d’une suspicion généralisée. « Cela n’a rien à voir avec l’Islam » se défend un membre du Muslim Education Centers. Pendant des années, le gouvernement britannique n’a pas remarqué la criminalisation de bandes pakistanaises sous le couvert de croyances musulmanes strictes et a permis la dérive de la jeunesse de Grande-Bretagne. C’est comme cela qu’un tel scandale a pu naître.

Depuis que ce crime a été mis à jour, on rediscute vivement du problème d’intégration. C’est une bien maigre consolation pour les jeunes victimes devenues depuis adultes.

80 élus de gauche exigent le retour en France d’un jeune Pakistanais expulsé. Visa de retour refusé pour trafic de migrants en 2011 (MàJ)

Addendum 05.07.2013 :Beauvau rejette la demande de visa d’Ahmed Sohail, symbole des «expulsions arbitraires»

Vivant en France depuis l’âge de 16 ans et expulsé le 31 décembre 2012 à Karachi, ce Pakistanais de 23 ans est porté comme un cas emblématique par le tissu associatif et un collectif d’élus. Le ministère de l’Intérieur a découvert qu’il a été condamné en novembre 2011 en Allemagne pour trafic de migrants.

Selon des sources policières, les autorités ont en effet découvert après l’examen de son casier judiciaire européen qu’Ahmed Sohail a été condamné le 14 novembre 2011 par le tribunal d’instance d’Euskirchen, en Allemagne, pour un trafic de migrants dans le cadre d’une filière criminelle organisée. Après quatre mois de détention provisoire, du 4 juin au 14 novembre 2011, Ahmed Sohail a écopé de 18 mois de prison avec sursis pour avoir convoyé comme chauffeur des clandestins afghans à destination du Danemark. «Devant la gravité des faits, la place Beauvau ne pouvait que valider la recommandation du consulat, qui était de ne pas délivrer de visa», précisent les sources policières. […]

Le Figaro (Merci à antibarbare)

Des élus de gauche ont exigé mercredi 22 mai 2013, lors d’une conférence de presse à l’Hôtel de Ville de Paris, le retour en France d’un jeune Pakistanais, Ahmed Sohail, expulsé et dénoncent la politique d’immigration de Manuel Valls…

«Il faut faire revenir Ahmed. Non pas comme un passe-droit, mais comme le symbole d’une évolution de la politique d’immigration et des consciences», estime Richard Moyon, porte-parole de RESF. Il reconnaît que depuis un an et l’arrivée des socialistes au pouvoir, «la mobilisation est plus difficile qu’elle ne l’était avant sous Sarkozy».

C’est un «cas emblématique», estiment ces 77 élus locaux, députés ou sénateurs de gauche, qui publient ce mercredi une lettre ouverte au ministre de l’Intérieur, Manuel Valls. Ils lui demandent ainsi de délivrer un Visa longue durée à un jeune Pakistanais de 23 ans, expulsé vers son pays d’origine le 1er janvier 2013. Le parcours d’Ahmed Sohail, jeune majeur, arrivé seul en 2004 en France à l’âge de 15 ans, est un «modèle d’intégration», selon les associations qui l’ont suivi.

Lorsqu’il est contrôlé en novembre 2012 dans le métro, il est sans ticket, sans papiers et en possession «d’une barrette de cannabis et d’un portable volé», selon le ministère de l’Intérieur. Libération 01 01 2013

Pris en charge par l’aide sociale à l’enfance (ASE) en 2006, il décroche en 2009 un CAP de plomberie puis une promesse d’embauche. Protégé durant sa scolarité par un titre de séjour étudiant, Ahmed dépose son dossier à la préfecture de Seine-Saint-Denis, accompagné de sa promesse d’embauche, pour obtenir une carte de séjour. Pendant un an, il restera sans réponse, jusqu’à ce que son potentiel futur employeur perde patience et prenne un autre employé. […]

20 minutes (Merci à acques51)

«Un visa pour Ahmed», opération solidarité du RESF

A l’initiative de RESF, les gens de la rue se sont fait photographier avec la une de Libération consacrée à Ahmed Sohail, en soutien au jeune Pakistanais, dernier expulsé de l’année 2012.

Richard Moyon a eu l’idée d’utiliser la une qu’a consacré Libération dans son édition des 13 et 14 avril à l’histoire de Ahmed Sohail.

Ce Pakistanais de 23 ans a été le dernier expulsé et attend depuis d’obtenir un visa long séjour pour reprendre le fil de son histoire menée pendant dix ans en région parisienne.

Liberation.fr

Les jeunes Pakistanais préfèrent la charia à la démocratie

A l’approche des prochaines élections, un sondage révèle que les jeunes Pakistanais souhaitent un pouvoir militaire ou religieux plutôt que la démocratie. Ils représentent plus de 50% de la population. [...]

Quelque 96% des sondés affirment que le Pakistan est actuellement sur la mauvaise voie. D’après une étude du British Council réalisée auprès de 5271 personnes âgées entre 18 et 29 ans, les jeunes préfèrent la charia ou la dictature à la démocratie. Quand il s’agit de choisir le meilleur type de régime pour le pays, 38% favorisent un pouvoir fondé sur l’application de la loi islamique ,un tiers préfèrent un gouvernement militaire et seulement 29% optent pour la démocratie.

«En tant que musulman, je préfère le califat. La démocratie, c’est l’équivalent de donner son pays et sa foi aux Etats-Unis », affirme le jeune Muhammad Usama.

Le Figaro

Hendaye : six mois de prison pour le passeur pakistanais

Il a été reconnu coupable d’aide à l’entrée de trois compatriotes sur le territoire.

Plus Manzoor Ahmed s’éloigne de la salle d’audience, menottes aux poignets, plus ses sanglots se font entendre. Le ressortissant pakistanais de 38 ans a eu beau pleurer, s’excuser, supplier le tribunal de Bayonne, lors de sa comparution immédiate, il écope de six mois de prison avec maintien en détention pour aide à l’entrée et à la circulation d’étrangers sur le territoire français, et recel de titres de séjour volés.

C’est lundi, devant la gare d’Hendaye, que ce Pakistanais a été contrôlé et arrêté par la police de l’air et des frontières. Il était accompagné de trois de ses compatriotes, munis de passeports à leur nom mais falsifiés car appartenant à des lots volés en Grèce. Avant Hendaye, Manzoor Ahmed et deux des trois autres Pakistanais s’étaient retrouvés dans le même vol en partance d’Islamabad, direction Bilbao via Madrid. [...]

Sud-Ouest

Merci à chris3818919

Italie : Agressée « au nom d’Allah et de la vodka » par son fiancé pakistanais demandeur d’asile

C’est arrivé à Raguse, en Sicile, ville classée au patrimoine mondial de l’UNESCO pour son architecture baroque, et qui s’illustra notamment dans l’histoire en chassant les occupants arabes en 1090, avec l’aide, selon la légende, de saint Georges descendu du Ciel.

Dans la nuit de mercredi à jeudi, une femme, décrite par les journaux locaux comme « une ragusaine de 32 ans », recevait chez elle son « fiancé », Amran Jhah Syed Ali, Pakistanais de 23 ans, demandeur d’asile sans emploi. Le Pakistanais était arrivé avec un ami tchadien pour regarder un film à la télévision. Ils en ont profité pour vider à eux deux une bouteille de vodka.

Cette touchante scène de fraternisation multiethnique s’est brutalement interrompue quand l’Italienne « s’est permis de prononcer en vain le nom d’Allah ». Son « fiancé » s’est alors jetée sur elle (…)

Lire l’article sur Novopress

Un Pakistanais réfugié en Espagne risque l’expulsion pour une vidéo anti-islam

Le ministère de l’Intérieur révoque le droit d’asile pour Imran Firasat, au motif que la présence du Pakistanais sur le sol espagnol est un danger pour la sécurité de l’Etat. On reproche au Pakistanais d’avoir voulu diffuser sur internet une vidéo contre Mahomet.

L’objectif avoué des autorités est d’expulser Imran Firasat, l’auteur de cette vidéo injurieuse. Début décembre, la justice a interdit la publication sur internet de ce film faisant injure à la religion musulmane et au prophète. [...]

RFI via Poste de Veille

« Vous, les Blancs, vous entraînez vos filles à boire et à faire du sexe. Quand elles nous arrivent, elles sont parfaitement entraînées »

Elle était aussi seule que peut l’être une adolescente de 15 ans. Peu d’amis, pas de petit copain, des liens distendus avec une famille décrite comme « fragile ». Craintive et seule dans le morne décor de briques rouges du quartier d’Heywood, celui des « petits Blancs » pauvres de Rochdale, ancienne ville ouvrière à une vingtaine de kilomètres de Manchester, dans le nord-ouest de l’Angleterre.

http://img607.imageshack.us/img607/7251/rochdale.jpg
Lire la suite

Les attaques racistes en augmentation en Grèce, selon une organisation y représentant les Pakistanais

Les agressions racistes sont en hausse en Grèce où elles ont fait des centaines de victimes et au moins un mort, a déclaré mardi le responsable d’une organisation représentant les Pakistanais en Grèce, qui appelle les autorités à ne plus ignorer le phénomène.

La Grèce est une porte d’entrée majeure dans l’Union européenne pour les migrants asiatiques et africains. Mais ils y rencontrent une hostilité croissante à l’heure où le pays connaît sa pire récession d’après-guerre et un chômage de masse.

« Cela a commencé par des agressions verbales, puis sont arrivées les barres, les poings américains et maintenant, les couteaux« , a déclaré à Reuters Javied Aslam, responsable de l’Organisation de la communauté pakistanaise et président de l’Association des travailleurs migrants.

Ses propos font suite au meurtre brutal d’un jeune Irakien, poignardé dimanche à Athènes. Si la police soupçonne une attaque raciste, personne n’a été arrêté ou accusé pour l’instant.

Reuters, via Les Echos

GB : L’école primaire catholique dont 90% des éléves sont musulmans

Elle a été construite dans les années 1930 pour car un grand nombre de familles irlandaises se déplaçaient dans la région.

Maintenant, signe que les temps changent, cette école primaire catholique de Birmingham accueille 90 pour cent de musulmans .

Tous les élèves qui fréquentent cette école assistent à la messe catholique le matin à l’église voisine, tandis que les crucifix et les statues de la Vierge Marie sont alignés dans les couloirs.

L’école est parmi les quelques dizaines de primaires catholiques, principalement dans les Midlands et le Nord-Ouest, où les enfants musulmans sont maintenant les plus nombreux .

Au Rosaire, dans la zone Saltley de Birmingham, certains parents d’élèves sont des imams et d’autres vivent dans les mosquées à proximité.

The Daily Mail

(Merci à eskimo comvouzémoi )