Outre-mer : 4 jeunes à la découverte de la biodiversité

C’est dans un esprit de sensibilisation des jeunes à la biodiversité marine que les Terres australes et antarctiques françaises (Taaf), la Maud Fontenoy Fondation et l’association le Valdocco ont décidé de s’associer pour lancer un projet pédagogique innovant : une aventure exceptionnelle dans les îles australes à bord du Marion Dufresne pour faire découvrir pendant un mois à 4 jeunes en rupture scolaire la biodiversité de cette France d’outre-mer.

Baptisé « Ambassadeurs de la biodiversité », le projet offre à 4 jeunes en rupture scolaire, sélectionnés et accompagnés par Maud Fontenoy et des éducateurs de l’association le Valdocco, de partir à la découverte des Terres australes françaises à bord du Marion Dufresne. Durant un mois (décembre 2010), aux côtés des spécialistes des milieux subantarctiques, ils exploreront les sanctuaires de la biodiversité que sont les archipels Crozet, Kerguelen et les îles Amsterdam et Saint-Paul.

Cette aventure exceptionnelle au coeur de ces « territoires extrêmes » s’inscrit dans la continuité d’un programme pédagogique proposé par la Maud Fontenoy Fondation aux collégiens français dès la rentrée scolaire 2010.

Les 8000 collèges de métropole et d’outre-mer recevront alors gratuitement un kit pédagogique sous la forme d’un CD-Rom interactif réalisé avec le soutien de ses partenaires, les ministères de l’Ecologie et de l’Education nationale, les scientifiques de l’UICN, de l’IFREMER et des Taaf.

Zinfos974

(Merci à adrien lebel)

Education : L’Outre-mer en échec scolaire

Pour réussir à l’école, mieux vaut ne pas étudier Outre-mer. Ce constat sans appel a été dressé par deux chercheurs au CNRS et à l’Université de Caen, Rémi Rouault et Patrice Caro.

Les deux hommes ont étudié de près toute la France, Outre-mer compris, afin de mieux cerner les facteurs de réussite des élèves. Ils en ont tiré un « Atlas des fractures scolaires », publié aux éditions Autrement. Le livre est sous-titré « une école à plusieurs vitesses ». En effet, l’étude révèle de très grandes inégalités sur le plan national.

Alors que les élèves des académies de Rennes et de Versailles s’en sortent très bien, le constat est tout autre à Lille, Créteil et surtout… Outre-mer. La Guyane, notamment arrive en queue de peloton

Taux de chômage élevé, immigration clandestine, niveaux de classes disparates…

…les éléments expliquant cette médiocrité sur le plan scolaire sont multiples.

Interrogé par RFO Paris, Rémi Rouault insiste sur l’importance du degré d’études des parents : « Nous remarquons, et nous ne sommes pas les seuls, que la réussite scolaire est fortement corrélée au niveau d’éducation des parents, notamment au dernier diplôme obtenu par la mère. », affirme-t-il.

RFO Guyanne (merci à Latine)

Les troubles sociaux asphyxient l’économie de la Nouvelle-Calédonie

L’économie de la Nouvelle-Calédonie risque de payer l’enlisement d’un conflit social qui oppose la direction de la compagnie locale Aircal à l’Union syndicale des travailleurs kanaks et des exploités (USTKE), syndicat indépendantiste. « On se dirige vers l’asphyxie totale de l’économie, certains de nos adhérents ont déjà fermé les portes », se désespère Nicole Moreau, présidente de la Confédération générale du patronat des petites et moyennes entreprises (CGPME).

En grève générale depuis plus d’une semaine, l’USTKE, proche de la CGT et du Nouveau Parti anticapitaliste (NPA) d’Olivier Besancenot, multiplie barrages et blocages, avec comme cible favorite la zone industrielle de Ducos, le port, les administrations de l’Etat ou le dépôt de carburant. Tous les jours, militants et forces de l’ordre jouent au chat et à la souris, les jets de pierre répondant aux grenades lacrymogènes.

Lundi, Koné, à 250 km au nord de Nouméa, vingt-huit gendarmes ont été blessés, pour la plupart légèrement.

Suite

Sondage Desouche : Faut-il donner l’indépendance aux Antilles ?

« Matnik/Gwadloup sé tan nou, Matnik/Gwadloup sé pa ta yo, nou ké fouté yo dewo » chantent les manifestants antillais. Parmi les plus radicaux, les mots « autonomie » et « indépendance » se font de plus en plus souvent entendre.

L’épreuve de force que recherchent les grévistes, qui viennent d’ériger ce lundi matin neuf barrages sur des axes routiers, pourrait inciter l’opinion métropolitaine à souhaiter l’indépendance de la Guadeloupe et de la Martinique.

{democracy:23}

Mise-à-jour 18/02/09 :

Après Jeune Alsace, c’est au tour du mouvement régionaliste et identitaire Jeune Bretagne de demander à ce qu’on accorde l’indépendance de la Guadeloupe, paralysée depuis plus de deux semaines par des grèves insurrectionnelles et dont on ne peut plus ignorer la dimension raciale anti-blanche. Jeune Bretagne estime elle aussi qu’« un peuple ne peut s’épanouir réellement qu’en étant maître chez soi. Que la France leur donne leur indépendance : ça nous fera des économies et des vacances ! Guadeloupe-Martinique-Réunion Dieub ! »