Laïcité : Va-t-on supprimer tous les signes chrétiens du paysage public ?

Jean- François Chemain est diplômé de l’IEP de Paris, diplômé de Droit international, agrégé et docteur en Histoire, déplore la multiplication des procédures judiciaires contre les symboles catholiques dans l’espace public.

La nature, enfin, a horreur du vide. Croire n’est pas seulement une liberté fondamentale de l’Homme, c’est aussi pour lui un besoin: qu’on fasse place nette du christianisme en France, et d’autres croyances prendront cette place, qui n’ont pas forcément le même rapport à la liberté, et à la laïcité.

«Tout est chrétien» se désolait Sartre au lendemain de la Guerre … Deux mille ans de christianisme ont laissé dans notre culture, notre langue, nos paysages, nos mentalités des traces si profondes qu’on voit mal comment on pourrait les effacer. Interdire aux cloches de sonner, détruire ensuite les églises, briser les calvaires, cacher les statues, travailler le dimanche, et à Noël, et Pâques, et ne plus prononcer le nom de ces fêtes, ne plus dire «battre sa coulpe» ni «avoir voix au chapitre»… Débaptiser villes et villages portant un nom de saint… Interdire à Madame Taubira de s’appeler Christiane, qui signifie «chrétienne»…

Les «libertaires» qui veulent effacer toute trace de christianisme ont régulièrement fait le lit des totalitarismes.

Allons plus loin: s’il est convenu de prétendre que les valeurs «républicaines» se sont construites contre le christianisme, il est pourtant évident qu’elles en sont, sécularisées, les héritières. D’où peut bien provenir, chez nous, ce souci constant du plus faible, cette compassion pour les prisonniers, cet accueil de l’étranger, cette recherche frénétique de l’égalité, cette méfiance de la richesse, sinon du message évangélique ? […]

Allons encore plus loin: l’idée même de laïcité n’est pas religieusement neutre, puisque c’est une exigence chrétienne ! […]

Le Figaro (Merci à Joyeux luron)

Israël : Les « souvenirs douloureux » évoqués pour… un arbre de Noël (maj vidéo)

Les arbres de Noël « offensants » pour les Juifs :

Le président du parlement israélien parle de « campagne de détournement de la nature juive de l’Etat d’Israël »

La demande d’un député Arabe Israélien Chrétien de placer un arbre de noël devant la Knesset serait une « campagne de détournement de la nature juive de l’Etat d’Israël », a déclaré jeudi Yuli Edelstein, le président de parlement israélien.

M. Edelstein a expliqué son refus de placer un arbre de Noël devant le parlement israélien en évoquant les « souvenirs douloureux » que l’arbre évoquait parmi les Juifs.

Le président du parlement a déclaré à la radio israélienne jeudi que l’affichage public d’un symbole chrétien pouvait être perçu comme offensant par la communauté juive. [...]

article complet : i24news

Une histoire du même genre à l’aéroport de Seattle aux USA :

(merci à Grief_en_Rut)

Chelles : incendies en série la nuit du réveillon

Dans la nuit de mardi à mercredi, à Chelles, trois jeunes sont soupçonnés d’avoir été à l’origine de trois incendies, le long de l’avenue des Sciences. C’est d’abord une pelleteuse qui a brûlé vers 5 heures du matin, puis une poubelle et enfin une Renaut Twingo.

Aperçu par des témoins et par les policiers, un jeune a été interpellé. En revanche, les deux autres suspects n’ont pas été interpellés.

Parisien.fr – merci antibarbare

L’Elysée s’est finalement décidé à souhaiter joyeux Noël aux Français (maj)

Mise à jour du 26 décembre 2013

Le message du Président à la communauté musulmane à l’occasion de l’Aïd-el-Fitr en 2012 :
source : site officiel de l’Elysée

 


L’Elysée s’est finalement décidé à souhaiter joyeux Noël aux Français. Dans un tweet posté aux alentours de 16h ce 25 décembre, le palais présidentiel a souhaité aux Français des « joyeuses fêtes de Noël ».

François Hollande a, selon ce même tweet, une « pensée particulière » pour certains d’entre eux :

Le Lab

Une Femen perturbe la messe de minuit à Cologne : «I am God» (Vidéo)

Cette fois, c’est à Cologne qu’une Femen a perturbé la messe de minuit. Elle a surgi des premiers rangs, sauté sur l’autel sur lequel elle s’est dressée, bras en croix et seins à l’air, la poitrine peinturlurée du slogan «I am God» («Je suis Dieu»). Maîtrisée à grand-peine par les prélats, elle a été, selon Le Point, mise dehors sans trop de précautions.

Depuis quelques jours, des actions similaires se succèdent. Car les Femen l’ont décrété : «Christmas is canceled» (Noël est annulé). Le jour commémorant la naissance du Christ, elles entendent protester contre les positions anti-avortement de l’Église.

Le Point

A la veille de Noël, un tweet du socialiste Hugo Baillet compare la naissance de Jésus à la GPA (maj 2)

Mise à jour du 25 décembre 2013 à 13H00

Actuellement, Hugo Baillet travaille au Ministère de l’enseignement Supérieur et de la Recherche, il est chargé de communication auprès de la ministre Geneviève Fioraso

sur sa page http://hugo-baillet.fr/qui-je-suis/ on peut lire :

(merci à Mgr Aramis et Joseph.Melenchon)


Hugo Baillet est candidat socialiste aux municipales dans le 15ème arrondissement de Paris aux côtés d’Anne Hidalgo.

(merci à Marc Herstalle sur twitter)

«Jésus était-il blanc ?»

Article de l’hebdomadaire catholique La Vie sur l’apparence physique de Jésus. Un débat qui agite les médias américains.

Il arrive que certaines questions idiotes attirent l’attention sur d’autres questions intelligentes. Prenons par exemple celle-ci : « Jésus était-il blanc ? ». A première vue, nous sommes en présence d’un débat au mieux sans intérêt, au pire douteux. Mais est-ce si simple ?

Tout a donc commencé sur la chaîne Fox News, quand une présentatrice, Megyn Kelly, a cru bon de se moquer d’un article paru dans Slate et appelant (en anglais) à cesser de représenter le Père Noël comme un vieil homme blanc. «Le fait que ça vous mette mal à l’aise ne veut pas dire qu’il faut que ça change ! a ainsi lancé la journaliste, avant de s’engager sur un terrain plus dangereux encore : Jésus était un homme blanc lui aussi. C’est comme ça, il est une figure historique, c’est un fait vérifiable. Pareil pour le Père Noël, et je veux simplement que les enfants le sachent.»

Ces quelques mots n’ont pas tardé à déclencher Outre-Atlantique une polémique à l’ampleur saisissante. Car le problème, c’est que l’Amérique qui a élu Barack Obama président ne verse pas tant que cela dans le bon vieux cliché WASP du Jésus façon surfer californien, aux longs cheveux blonds et aux yeux bleus comme les robes de sa mère. Megyn Kelly s’est donc vu rappeler, massivement, que « non, non, Jésus n’était pas un homme blanc » (voir par exemple cette chronique, en anglais, du Christian Post). […]

Il est compréhensible, dans ces conditions, que le choix d’une représentation du Christ la plus ressemblante possible au « type » dominant dans une société soit un moyen de se sentir plus proche de lui. Dans un univers européen, ou de colons américains principalement venus d’Europe, Jésus est donc représenté comme blanc en toute logique. Mais dans une Amérique métissée, cela a-t-il encore du sens ? Et à l’inverse : serait-il pertinent que chaque communauté ait «son» Jésus ?

La Vie

Au centre éducatif fermé de Dreux

(extrait) [...] Mourad, ce soir-là, n’est plus un jeune à qui les juges ont laissé une dernière chance avant la prison, il est le grand frère qui joue les Pères Noël pour faire plaisir aux enfants.

Les enfants n’ont pas tardé à adopter Mourad. La plus jeune de la soirée grimpe sur ses genoux et ne veut plus quitter ce Père Noël plein de tendresse et de gentillesse avec les mômes.

Le directeur et son équipe ne s’embarrassent pas de scrupule à l’égard d’une fête largement partagée par tous mais qui est religieuse. Que l’on soit musulman, chrétien ou athée au centre éducatif fermé, on fête Noël et tout le monde joue le jeu. Avec d’autant plus de facilité que la tolérance est le mot d’ordre au CEF de Comteville.

Quand un jeune choisit de faire le jeûne du mois de Ramadan, l’équipe respecte son choix. « On va même l’aider, on le réveille pour qu’il puisse manger et prier aux heures qu’il faut.»

(…)

echo republicain

Pakistan : Triste Noël pour les rescapés de l’attentat antichrétien de 2013

Les rescapés de l’attaque contre les chrétiens, la plus meurtrière de l’histoire du Pakistan, s’apprêtent à célébrer un premier Noël sans leurs pères, leurs mères, leurs enfants tués à la fin de l’été dans un attentat suicide des talibans contre leur église.

«Chaque famille a perdu (au moins) une ou deux personnes. Comment pouvons-nous célébrer Noël? Il n’y aura pas de joie cette année», Nasreen Anwar, qui a perdu sa fille de 14 ans dans cette attaque qui a aussi grièvement blessé au bas du ventre son autre fille de neuf ans.

La petite cathédrale protestante All Saints de Peshawar, grand carrefour du nord-oust du pays à la porte de l’Afghanistan, porte encore les stigmates du double attentat suicide perpétré en septembre par deux kamikazes qui se sont glissés dans l’enceinte du bâtiment à la sortie de la messe du dimanche. Sur la façade et dans la cour intérieure de l’église, des impacts des billes de métal, mélangées à la charge explosive, ont creusé la pierre ; à l’intérieur, l’horloge s’est arrêtée à 11H43, moment précis où ces deux talibans ont fauché 82 vies et marqué au fer rouge le coeur des rescapés.

Anwar Khokhar s’en souvient comme si c’était hier. Ce jour-là, il a perdu six membres de sa famille, dont trois de ses frères. Et à l’approche de Noël, période de joie et d’espoir pour les quelque quatre millions de chrétiens du Pakistan, son coeur tangue entre l’absence d’êtres chers et l’amertume. «Plus Noël approche, plus ils me manquent. Ils me manquent aussi intensément qu’il puisse être possible de ressentir le manque», l’absence, souffle-t-il lors de la dernière messe du dimanche avant Noël.

Lors de son sermon le révérend Ejaz Gill a bien tenté de réconforter les familles chrétiennes de Peshawar qui ont toutes ou presque perdu un proche lors de cet attentat et appelé les fidèles à une communion spirituelle entre les victimes «aux cieux» et les rescapés sur terre. […]

Libération

Sondage : Ce que Noël signifie pour les Français

L’institut CSA et BFMTV ont demandé aux Français ce que cette fête évoque à leurs yeux.

Le jour de Noël approche. Et pour certains, ce n’est pas une bonne nouvelle, selon les résultats de notre sondage CSA-BFMTV: 10% des personnes interrogées estiment qu’il s’agit d’une…corvée!

Quant au sens religieux, n’en déplaise aux plus chrétiens, il semble s’être perdu au fil du temps : Noël n’évoque son sens originel que pour 14% des sondés.

En revanche, 81% d’entre eux pensent aussitôt à la notion de famille en songeant à cette fête, quelque 69% aux cadeaux, et 53% à un bon repas. […]

bfmtv.com