« Gardons la Hollande propre » (vidéo)

(Pays-Bas, 2008, 38mn) ARTE F

Image de prévisualisation YouTube

« Une tragédie adolescente sur fond de racisme ordinaire.

Naïf et tendre, Jesse, 12 ans, est devenu le meilleur ami de Harvey, fils de réfugiés africains. Mais Jesse rêve aussi d’être admis dans un groupe très fermé dirigé par son grand frère Maikel. L’épreuve imposée par ce dernier sera de trahir Harvey. C’est le point de départ d’une tragédie qui marquera pour Jesse la fin de l’enfance. »

Geert Wilders se dit « persécuté » pour ses opinions anti-islam

Le député néerlandais d’extrême droite Geert Wilders, poursuivi pour incitation à la haine raciale et à la discrimination envers les musulmans, a affirmé lundi devant le tribunal d’Amsterdam être « persécuté » pour ses opinions anti-islam.

« Les citoyens qui critiquent l’islam paient un lourd tribut. Ils sont menacés, persécutés, criminalisés », a soutenu le député, lors d’une audience de procédure retransmise sur internet.

« Celui qui dit la vérité est en danger », a ajouté le chef du Parti pour la liberté (PVV), poursuivi pour avoir qualifié l’islam de « fasciste » et réclamé l’interdiction du Coran, comparé au livre « Mein Kampf » d’Adolf Hitler.

Ouvert le 4 octobre 2010, le procès de Geert Wilders avait été arrêté le 22 octobre, les juges ayant été récusés sur demande du prévenu. La date d’un nouveau procès n’a pas encore été déterminée.

L’avocat du député, Bram Moszkowicz, estime que les poursuites à l’encontre de son client ne sont pas valides. Il a demandé lundi aux juges l’autorisation de contester celles-ci, dans l’espoir d’empêcher la tenue d’un nouveau procès.

La Croix

Législatives néerlandaises : percée de Geert Wilders

Le parti anti-islam de Geert Wilders arrive troisième aux élections législatives anticipées des Pays-Bas, juste derrière le parti libéral et les travaillistes arrivés en tête avec 31 sièges chacun.

Image de prévisualisation YouTube

« Grandiose!!! », s’est félicité Geert  Wilders, leader de l’extrême droite hollandaise, dont le score lors des élections législatives anticipées aux Pays-Bas a créé la surprise. Selon un sondage le PVV de Wilders, qui était auparavant crédité de 18 sièges, en obtient 22 contre 9 dans le parlement sortant. Le parti anti-islam peut ainsi prétendre à participer à un gouvernement de coalition avec les libéraux ou les travaillistes qui arrivent en tête, à égalité, en obtenant chacun 31 sièges. Interrogé sur ses préférences, le libéral Mark Rutte avait répété lors du dernier débat télévisé mardi soir « n’exclure aucun parti ». Geert Wilders avait lui souligné qu’il « se verrait bien vice-Premier ministre ».

Le parti chrétien-démocrate (CDA) du Premier ministre sortant Jan Peter  Balkenende,  principal parti du parlement sortant avec 41 députés, est le grand perdant du scrutin avec 21 sièges, selon les résultats d’un sondage publié  par l’institut Synovate après la fermeture des bureaux de vote. « C’est une lourde déception », a commenté le ministre des Affaires étrangères sortant Maxime Verhagen qui a indiqué s’être entretenu avec M. Balkenende : « il est bien sûr sous le choc ». Le Premier ministre sortant a annoncé mercredi soir renoncer à la direction du CDA.

TF1

Curieusement, les médias Français annonçaient la chute de Geert Wilders.

Par exemple, sur France 24 : La crise freine l’extrême-droite


«Wilders parvient à articuler son rejet de l’islam dans un registre quasi progressiste»

Intéressante analyse du phénomène Wilders et de ses spécificités dans Libé

A trois mois d’élections législatives anticipées, suite à la chute du gouvernement Balkenende sur le dossier afghan, le politologue Jérôme Jamin, professeur à l’université de Liège et auteur de «L’imaginaire du complot», analyse les spécificités du phénomène Wilders.

Lire l’entretien