Absentéisme : la suspension des allocations familiales au JO (vidéo)

Addendum vidéo :

http://www.dailymotion.com/video/xgp1em

[...] Le décret qui permet de suspendre ou de supprimer les allocations familiales en cas d’absentéisme scolaire est paru ce jour (23/01/11) au Journal officiel. Ce décret découle de la proposition de loi du député UMP Eric Ciotti qui avait été adoptée le 29 juin par l’Assemblée nationale puis votée dans les mêmes termes le 15 septembre par le Sénat.

« En cas d’absentéisme scolaire (au moins quatre demies journées sur un mois, ndlr), le directeur de l’organisme débiteur de prestations familiales est tenu de suspendre, sur demande de l’inspecteur d’académie, le versement de la part des allocations familiales dues au titre de l’enfant absentéiste », est-il précisé en introduction. Le décret, qui va entrer en vigueur lundi, précise « les modalités de calcul de la part des allocations familiales suspendues ou supprimées en cas d’absentéisme scolaire ».

Décision des inspecteurs d’académie

[...] Cette loi, dénoncée par la gauche, les principaux syndicats d’enseignants et la première fédération de parents d’élèves, la FCPE, répondait à un voeu exprimé à de nombreuses reprises par le président Nicolas Sarkozy pour lutter contre l’absentéisme scolaire. Sa principale nouveauté est que la décision de suspendre les allocations revient aux inspecteurs d’académie, après signalement du chef d’établissement et avertissement à la famille, alors que, depuis une loi de 2006, cette responsabilité était du seul ressort des présidents de conseils généraux, lesquels ne s’en étaient pratiquement pas saisis dans les faits.

[...]

Nouvel Obs

Rachida Dati vise l’Assemblée Nationale

Après avoir refusé de devenir déléguée générale de l’UMP, Rachida Dati mise sur les élections législatives de 2012. Le chef de l’Etat lui aurait promis la circonscription du 7e arrondissement parisien.

« Sarko va vouloir refaire le coup de la diversité. Je suis la mieux placée, à droite comme à gauche, pour être la première Arabe à l’Assemblée nationale. »
Rachida Dati

Rama Yade et Jeannette Bougrab sont, à la différence de Rachida Dati, moins bien placées ou pas implantées.

JDD

A revoir:

Rachida Dati à propos de la discrimination positive sur une base ethnique : « Ca n’existe pas , c’est interdit par la loi. »

Image de prévisualisation YouTube


Je m’opposerai à la discrimination positive sur critère ethnique. »
Rachida Dati

Des cours de turc pour les 6e dans les collèges du Haut-Jura

Addendum 25 juin : les professeurs du collège du Plateau démissionnent du conseil d’administration. Le Progrès

C’est une première sur l’académie de Franche-Comté : en septembre, les collégiens de Rosset et du Plateau pourront prendre le turc comme langue vivante. Une initiative qui suscite d’importantes crispations.

Favoriser l’intégration des enfants d’origine turque.

Lire la suite

L’Euro : implosion ou sursaut ?

Le pari de l’Euro était de construire une zone modèle. En exacerbant les différences, on affirme, voire on crée, et on enkyste des différences : modèle rhénan pour l’Allemagne ; modèle anglo-saxon pour l’Irlande ou l’Espagne, etc.

Lorsque la crise financière devient crise économique, et que les Etats s’épuisent à maintenir les demandes globales en creusant de façon historique les déficits publics, c’est le navire tout entier qui est menacé.

Si naguère, en résultante des abandons monétaires, les marchés politiques se sont assez spontanément dirigés vers la création d’une zone monétaire largement artificielle, vont-ils, à la faveur de la crise, poursuivre la construction européenne et arrimer la monnaie à un grand Etat européen ?

Sur le papier des croyants du constructivisme, les choses sont simples : il existe désormais un seul Etat, sans doute hétérogène, mais disposant d’une monnaie souveraine. Il n’y a plus de dettes souveraines au pluriel, mais une dette souveraine au singulier.

Le couple monnaie unique / grand Etat suppose d’énormes changements, qui se ramènent tous à la question de l’évaporation progressive des marchés politiques nationaux, au profit de la naissance de marchés politiques européens. Les énormes coûts d’une implosion de l’Euro pourraient faciliter cette perspective.

Suite et commentaires sur Fortune