Il dit à ses agresseurs de rentrer en Algérie, un « bobo » lui fait la morale (RMC)

Dans Bourdin & Co, un auditeur de confession juive raconte comment il a été agressé par une bande de musulmans dans le RER. Il relate également l’hallucinante réaction d’un « bobo » présent lors de l’agression.

« L’un des agresseurs me sort  : « Façon toi t’es juif, t’as pas de pays, t’as pas de patrie ». Je lui réponds : « Et toi t’es quoi ? ». Il me répond : « Moi je suis algérien, nous on est algérien, toi t’es juif t’as pas de patrie ». Quand je lui ai dit « Dans ce cas retournez dans votre pays, vous nous pourrissez la vie ici », un bobo qui n’a pas bronché durant l’agression commence à expliquer : « Ah non non mais tout le monde est Français ! » Il commençait à me faire la morale ! Le type il a pas bougé pendant l’agression et il me fait la morale ! » – Lévi

Le maire de Londres : les enfants d’islamistes sont des « terroristes en puissance »

Une fois de plus, on ne pourra pas accuser Boris Johnson de pratiquer la langue de bois. Le maire de Londres, dont le franc-parler est bien connu, a ainsi affirmé lundi 3 mars, dans son éditorial hebdomadaire pour le Daily Telegraph, qu’il souhaitait que les enfants élevés au sein de foyers islamistes soient retirés de leurs familles et placés sous la garde des services sociaux.

Hebergeur d'imageS’exprimant dans les pages du quotidien conservateur, Boris Johnson met ainsi en garde les lecteurs contre le risque de voir des centaines d’enfants élevés au sein de familles musulmanes « devenir des assassins en puissance ou commettre des attentats-suicides ». « Actuellement, les services sociaux n’osent pas intervenir, même quand des preuves de radicalisation existent, écrit-il ainsi. Un enfant peut être placé sous la tutelle de l’État s’il est mis en contact avec du matériel pornographique ou soumis à des sévices, mais pas si son éducation l’encourage à développer une vision sombre et nihiliste du monde capable de le transformer en assassin. » [...]

Plus tard dans la matinée, au micro de la radio LBC, le maire de Londres a précisé qu’il pensait que ce type d’intervention ne devrait pas être limité aux islamistes, mais étendu aux membres du BNP (British National Party), le parti d’extrême droite connu pour ses vues racistes. Boris Johnson est un fervent défenseur du multiculturalisme britannique, ayant lui-même du sang turc, juif, français, anglais et allemand. [...]

Le Point

Le nouveau clip de Katy Perry visé par une pétition pour blasphème envers l’islam (Maj : le clip modifié)

Addendum 28.02.2014 :Le clip modifié

Suite à cette pétition, la scène en question a été effacée du clip où l’on ne voit plus le nom d’Allah. Une action de YouTube ou de la maison de disques de Katy Perry ? Difficile de savoir, mais le clip a été modifié pour le bonheur des musulmans, fans de la chanteuse.

Le Mag

Article du 27.02.2014

Selon le site Internet de L’Express , Katy Perry est accusée, par de nombreux musulmans, de blasphème envers l’islam.

Hebergeur d'imageLa raison ? Dans le clip « Dark Horse », la chanteuse apparaît sous les traits de Cléopâtre et reçoit de ses prétendants des offrandes. L’un d’eux porte un pendentif sur lequel est inscrit « Allah » en arabe. L’homme va se réduire en poussière après avoir reçu une décharge électrique. C’est cette scène, où l’on voit le bijou terminer en cendre, qui a choqué les croyants. [...]

Morandini

Centrafrique : Les musulmans disent « NON » à Hollande en visite à Bangui

L’arrivée de François Hollande ce vendredi matin à Bangui, pour une visite d’une journée, a déclenché une colère monstre au sein de la communauté musulmane. Elle demande le départ du président français, accusé de fermer les yeux sur les meurtres des musulmans de Bangui.

«Pas la peine de venir, nous sommes déjà tous morts M. Hollande», lance une femme dans le quartier musulman du PK-5, en marge de la visite du président français. Cette enclave musulmane de la capitale, l’une des dernières à Bangui, a essuyé ses deux derniers jours de violentes attaques de la part de miliciens chrétiens anti-balaka. La population musulmane continue d’être lynchée et découpée en morceaux. Mardi et mercredi dernier, pas moins de onze cadavres ont été ramassés dans ce quartier où le vivre ensemble était pourtant de mise avant l’intervention de la France.

A l’entrée du PK-5, les musulmans donnent le ton : «NON à la France», lit-ont sur une pancarte. «PK-5 c’est le dernier quartier qui nous reste mais depuis trois jours la situation est pourrie. Les musulmans sont découpés en morceaux, nos maisons détruites et pillées. On ne comprend pas à quoi servent les Français depuis qu’ils sont là», accuse un habitant du quartier.

De nombreux médias musulmans, à l’image d’Al-Kanz qui s’étonne du silence assourdissant des institutions musulmanes de France, ne comprennent pas non plus ce que fait la France à Bangui. Car de l’avis de la communauté musulmane, la force Sangaris pourrait sécuriser la capitale en 48 heures. […] La visite éclair de François Hollande, plutôt que d’avoir calmé les tensions, semble au contraire les avoir attisées.

afrik.com

Les Arabes chrétiens favorisés en Israël ?

Israël a adopté un projet de loi controversé qui, pour la première fois, fait la distinction entre les citoyens arabes de confession musulmane et ceux d’obédience chrétienne, suscitant des protestations palestiniennes.

Hebergeur d'imageLe texte approuvé lundi par la Knesset (Parlement israélien) élargit la Commission nationale sur l’égalité des chances dans l’emploi de cinq à 10 membres, accordant des sièges distincts à des représentants des travailleurs chrétiens et musulmans de la communauté arabe israélienne. « Nous avons beaucoup en commun avec les chrétiens. Ils sont nos alliés naturels, un contrepoids aux musulmans qui veulent détruire le pays de l’intérieur », a déclaré le parrain de ce projet de loi, Yariv Levin, du parti Likoud (droite nationaliste) du Premier ministre Benjamin Netanyahu, cité par les médias. [...]

7sur7

L’UMP prédit que le communautarisme du PS va se retourner contre la majorité

Pour Jean-François Copé, l’anti-sarkozysme de l’électorat musulman ne serait dû qu’à « une très grosse campagne d’intox de la gauche contre Nicolas Sarkozy et la droite en général.

Pas question de «cibler» l’électorat musulman, jurent en chœur Jean-François Copé et François Fillon. Le président de l’UMP comme l’ex-premier ministre sont parfaitement conscients de la faiblesse de la droite dans cette catégorie de la population, alors qu’elle est ultramajoritaire chez les catholiques et les juifs pratiquants. Ils voient bien l’impact des projets sociétaux du gouvernement sur les croyants, toutes religions confondues. Et pourtant, ils assurent ne pas en tenir compte dans leur stratégie pour les municipales. Pas seulement par conviction républicaine, mais parce que, comme l’affirme Jean-François Copé, ils pensent que «c’est l’approche communautariste du PS, théorisée par Terra Nova, qui est en train de couler la gauche» dans ces catégories de population.

Lors de sa visite en Israël, fin janvier, François Fillon a été interpellé sur le même sujet, mais en des termes différents, lors d’une conférence devant un public francophone.

Son interlocuteur lui a demandé si les «5 millions d’électeurs musulmans» n’étaient pas «maîtres du jeu» dans un pays où l’écart entre le vainqueur et le vaincu de la présidentielle n’excédait jamais 4 % des voix.

«La France est un pays laïc, lui a répondu François Fillon avec véhémence. On ne va pas se mettre à compter le nombre de musulmans, de juifs, de chrétiens, sinon on n’est plus dans la République!» (…)

Le Figaro

Ces musulmans qui plébiscitent l’école catholique

L’école catholique accueille de plus en plus d’élèves de confession musulmane depuis les années 1970.

Hebergeur d'image«Depuis quelque temps, beaucoup de familles musulmanes me questionnent sur l’école catholique. Elles s’inquiétaient déjà des questions de sexualité et d’homosexualité abordées à l’école. Avec ces rumeurs de théorie du genre, elles s’affolent. Ce qui les fait revenir sur terre, c’est le prix», explique Chawki Belaliat, père musulman de deux enfants. S’il a fait le choix de l’enseignement catholique, c’est pour «le niveau scolaire» et pour échapper à l’école publique classée ZEP, à Nice nord. [...]

L’école catholique accueille toutefois des élèves de culture musulmane, de façon grandissante depuis les années 1970. «Nous suivons l’évolution démographique», observe Claude Berruer, secrétaire général adjoint de l’enseignement catholique.

Les musulmans représentent la moitié des effectifs de deux collèges privés de Roubaix. En Seine-Saint-Denis, les établissements catholiques comptent un tiers d’élèves de culture musulmane, voire davantage. Une situation similaire dans la périphérie de Lyon, Saint-Étienne, et dans les quartiers nord de Marseille où un collège en reçoit 98% ! Ces cas restent toutefois particuliers car liés à une implantation scolaire dans des zones «ghettos» peuplées par des populations d’origine immigrée. Le collège Saint-Joseph compte 80% d’élèves d’origine maghrébine, une proportion stable. [...]

Le Figaro

Grande Mosquée de Paris : Hollande rend hommage aux combattants musulmans morts pour la France (màj)

Addendum 19/02/14

[...] S’adressant aux descendants de ces combattants – tirailleurs, goumiers, spahis ou zouaves -, le président a indiqué que la République avait une «dette» à leur égard. «À celles et ceux qui s’interrogent sur leur destin, leur place et même parfois sur leur identité, aux descendants de ces soldats, je dis ma gratitude», a-t-il poursuivi.

Hollande a profité de cet instant mémoriel pour rappeler que l’«islam de France» et son «message d’ouverture» étaient «parfaitement compatibles avec les valeurs de la République».

Il a également insisté sur la nécessité de lutter contre «les discriminations, les inégalités et le racisme», et d’être «intraitables à l’égard des paroles et des actes antimusulmans». «Jamais personne ne doit être menacé pour ses croyances», a encore martelé le président, sous le regard du recteur de la mosquée de Paris, Dalil Boubakeur, et du ministre de l’Intérieur, Manuel Valls.

Après les annonces du gouvernement en matière d’intégration, la semaine dernière, et un déplacement aux côtés du comédien Jamel Debbouze à Trappes (Yvelines), une ville «sensible» qui est régulièrement le théâtre de revendications communautaires, François Hollande tenait à envoyer un nouveau signal aux musulmans de France, au moment où l’UMP cherche à reconquérir ces derniers. [...]

En 2012, plus de 80% des électeurs de confession musulmane avaient voté pour l’actuel président. Mais, à l’UMP, on se dit persuadé qu’une partie de cet électorat, excédée notamment par les débats sociétaux (mariage pour tous, PMA, genre, etc.), se détournerait de la gauche. [...]

À l’Élysée, on juge que les musulmans qui se sont arc-boutés contre ces questions sociétales sont «très minoritaires». «Les questions sociétales ne peuvent pas couper de la gauche les musulmans, qui restent très sensibles au combat pour l’égalité», argumente un conseiller, qui jure qu’il n’existe aucun lien entre le déplacement présidentiel à la grande mosquée, «prévu depuis des mois», et les municipales. [...]

Le Figaro

Lire la suite

Une famille avec 5 enfants en voie d’expulsion

Une famille russe originaire d’Ingouchie avec cinq enfants, dont un bébé de 10 mois né en France, a été placée aujourd’hui au centre de rétention du Mesnil-Amelot en Seine-et-Marne dans l’attente de son expulsion en Russie, ont affirmé les ONG Mrap et RESF. [...]

« Les parents maîtrisent parfaitement le français, les enfants sont scolarisés avec succès en collège et école primaire: tous les critères de la circulaire Valls du 28 novembre 2012 étaient réunis pour une régularisation qui leur a été refusée », soulignent le Mrap et RESF. [...]

Le Figaro

Les Ingouches sont un peuple musulman soufi de Ciscaucasie habitant majoritairement la république russe d’Ingouchie. – Wikipédia

Bulgarie : 120 arrestations après l’attaque d’une mosquée

Quelque 120 manifestants nationalistes ont été interpellés vendredi en Bulgarie, alors qu’ils tentaient, selon la police, de prendre d’assaut une mosquée à Plovdiv (sud), faisant plusieurs blessés.

«Des manifestants nationalistes qui scandaient des slogans racistes et xénophobes ont tenté de prendre la mosquée d’assaut», a annoncé à la télévision bTV Svetlozar Lazarov, secrétaire général du ministère de l’Intérieur. Un policier, des passants et plusieurs manifestants ont été blessés, a-t-il ajouté. Des sources hospitalières citées par l’agence Focus faisaient état de six blessés.

Plus de 2.000 personnes avaient d’abord manifesté devant le tribunal de Plovdiv. La justice y examinait en appel la demande du mufti, chef spirituel des musulmans, de voir restituer à sa communauté la mosquée de la ville proche de Karlovo, qui avait été nationalisée au début du 20e siècle.

Les manifestants se sont ensuite dirigés vers la mosquée, brisant des vitraux avec des pierres et des pétards. Repoussés par la police, ils ont défilé devant le consulat de Turquie, jetant des pétards, sans faire de dégâts. Le mufti général Moustafa Hadji a protesté contre «cet acte de vandalisme» qu’il a qualifié de «pogrom». La Bulgarie, qui a vécu cinq siècles sous la domination ottomane (14e au 19e siècle), a le taux de population musulmane le plus élevé de l’Union européenne (13%).

Le parlement bulgare avait connu mercredi des débats houleux sur le droit d’utiliser la langue turque dans les campagnes électorales.

Le parlement a maintenu l’interdiction existante dans le nouveau code électoral en voie d’adoption. Le président du parti de la minorité turque MDL, Lutvi Mestan, a qualifié cette décision de «honte pour la Bulgarie européenne». Les ultranationalistes du parti Ataka et les députés du parti conservateur Gerb ont réagi en quittant la séance parlementaire, provoquant sa clôture.

Le Point

Charles Rojzman : « La diversité cesse d’être une richesse quand elle s’exprime par des agressions, des humiliations, des culpabilisations ou de l’indifférence »

Papier de Charles Rojzman, écrivain, inventeur de la Thérapie Sociale

Faute d’outils d’intervention et d’analyse, les conflits interculturels suscitent chez les acteurs de terrain et les responsables institutionnels et politiques un sentiment d’impuissance et menacent la cohésion sociale déjà rendue difficile par les inégalités et les ghettoïsations. [...]

Hebergeur d'imageIl faut d’abord comprendre les enjeux véritables autour de ces questions et ne pas se tromper d’analyse. Nous sommes la plupart du temps égarés par ce que j’appellerai nos filtres émotionnels et idéologiques qui nous empêchent de voir la réalité.

Un certain nombre de lieux communs a été développé ces dernières années par un multiculturalisme simpliste et une idéologie que je nommerai vivre-ensemblisme ».

Certains ont tendance à penser que la diversité est forcément source de richesse. En réalité, il est possible d’intégrer la diversité dans une société stable est sûre d’elle-même et dans ce cas, elle ne pose pas particulièrement de problème, bien au contraire. La société française est diverse depuis plus d’un siècle et elle a réussi à faire vivre plus ou moins harmonieusement, plus ou moins parfaitement, ses différentes composantes.

Aujourd’hui, le problème n’est pas la diversité mais la violence. La diversité cesse d’être une richesse quand elle s’exprime par des agressions, des humiliations, des culpabilisations ou de l’indifférence.

Ces quatre formes de violences existent entre les personnes et les groupes, particulièrement quand la méfiance, la peur et la haine disloquent le tissu social. C’est la violence qui, dans mon expérience, oppose les individus et les groupes et les empêche de vivre ensemble. Cette violence peut s’exprimer sous différentes formes mais elle consiste toujours à se représenter l’autre comme n’étant pas mon semblable, avec toutes les caractéristiques d’un être humain comme moi. La violence apparaît quand je vois l’autre comme un objet, un animal, ou l’incarnation du diable, autrement quand l’autre n’est pas mon frère ou ma sœur humains. La religion sous certains aspects peut être violente, lorsqu’elle exclut, dévalorise ou ne respecte pas la dignité de l’autre.

Autre lieu commun : on se doit de culpabiliser la « peur de l’Autre », l’autre étant l’étranger quel qu’il soit mais surtout : musulman, rom, clandestin, jeune de banlieue, la peur étant par essence irrationnelle et sans fondement autre que la xénophobie. [...]

Il importe de créer des cadres pour que les gens se sentent en sécurité et soient libres de pratiquer ou non la religion. Il faut qu’il y ait une réflexion commune dans les mairies et les villes, afin d’aider à donner un cadre et de l’espace pour que les gens puissent rester libres de leurs appartenances. Concrètement, en ce qui concerne les musulmans, il ne faut pas les considérer comme étant uniquement des musulmans. [...]

Il faut une position ferme et claire de la part des institutions sur ces questions-là. Cette position claire est celle de la laïcité qui est le fondement même de la république et qui estime que la religion appartient à l’espace privé. Dans l’espace public qui est un espace commun, les religions ne doivent pas apparaître, sauf sous forme symboliques comme l’arbre de Noël ou une fête à la fin du Ramadan. Cela appartient au symbolique et on est dans l’ordre du culturel plus que du religieux. Donc il est parfaitement normal que les différentes cultures s’expriment dans l’espace public. [...]

Huffington Post

Le sud de la Centrafrique vidé de ses musulmans

Le PK5 est une enclave. Ce quartier de Bangui vit dans la peur, avec des habitants aux traits tendus et aux aguets.

Alors que dans le reste de la capitale centrafricaine la vie reprend ses droits, avec ses taxis, ses boutiques et même parfois ses embouteillages, au PK 5, elle empire. Le PK 5 est une zone musulmane. L’une des dernières à échapper encore à l’épuration confessionnelle qui ravage la Centrafrique.

«Je ne veux pas parler d’un nettoyage eth­nique car cela a des implications juri­diques précises. Mais le résultat est le même», confirme un haut responsable humanitaire.

(…) Le Figaro