Caroline Sinz la journaliste de France 3 censurée sur son viol en Egypte (màj)

Addendum 06/12/12

Caroline Sinz, une journaliste de France 3 violée en novembre 2011 lors de la révolution égyptienne, s’est dite victime de censures par la direction de la chaîne. Elle souligne par ailleurs que sa parole a été mise en doute. [...]

Sa parole mise en doute, « le viol, c’est honteux, tabou. Si on m’avait tiré dessus, cela aurait paru plus glorieux », la journaliste se rend par ailleurs compte que la partie où elle évoque l’agression a été coupée lors de la diffusion du reportage. « C’était trop abrupt pour les téléspectateurs », lui a-t-on expliqué. « On ne voulait pas que tu aies l’étiquette « violée » sur le front », a-t-on ajouté. Tandis que la présentatrice du journal évoque la violente agression sans la qualifier, et précise que l’équipe est en sécurité dans un hôtel « comme si tout était terminé alors que j’étais détruite », la journaliste insiste pour en parler lors du Soir 3.

La direction de la rédaction accepte à la condition que son intervention soit écrite avec « du recul et en termes choisis et pudiques ». En outre, il lui est demandé de remplacer le terme « viol » par « agression sexuelle ».[...]

7sur7.be

 ————————

Addendum 28/11/11

Caroline Sinz témoigne sur Télérama.

« La population a eu la tête farcie par l’ancien régime et la presse égyptienne sur le fait que les journalistes occidentaux sont des agents sionistes, pro-américains. Et puis il y a le rapport aux femmes des hommes musulmans, qui n’est pas simple. Les hommes sont souvent frustrés sexuellement. La femme occidentale, surtout blonde, est perçue comme une femme facile. Place Tahrir, la plupart des hommes étaient là depuis plusieurs jours. Ils dorment mal, ne se sentent plus contrôlés par le pouvoir ou la police. C’est dingue, c’est arrivé à 11h du matin, en plein jour ! »

Télérama

Merci à Vernon

_______________________________

Caroline Sinz, journaliste de France 3 frappée et agressée sexuellement jeudi par des hommes en civil en marge des manifestations au Caire, a annoncé aujourd’hui avoir porté plainte en France pour viol.

« Comme on a quelques images, ça peut peut-être aboutir », a-t-elle estimé. « Des dizaines d’hommes ont commencé à arracher mes vêtements, mes sous-vêtements et à me violer puisque lorsqu’il y a pénétration digitale, c’est un viol. C’est ce dont j’ai été victime pendant 45 mn environ », a-t-elle raconté.

 Le Figaro

Lire la suite