Libye : Un mort dans l’explosion d’une église

Une explosion a fait un mort et trois blessés dimanche dans une église copte (chrétiens d’Egypte) près de la grande ville portuaire de Misrata, à 200 km à l’est de Tripoli, a annoncé à l’AFP une source de sécurité libyenne.

«Il y a eu une explosion dans une église copte dans la province de Misrata. Une personne a été tuée et trois autres blessées. L’enquête est en cours», a déclaré la source de sécurité locale, précisant que les victimes étaient toutes de nationalité égyptienne.

Le JDD (Merci à Vandenberghe)

« Pogroms anti-noirs » à Benghazi et Misrata : manifestation monstre à Harlem (oumma.com)

Les grands médias n’abordent pas la question des meurtres, viols et tortures de Libyens de race noire (Toubous), de travailleurs et d’étudiants africains des régions de Benghazi, de Misrata et de Tawergha, commis par les « libérateurs » du CNT. Bernard Henri Lévy, imposteur « droit de l’hommiste » qui avait de gros intérêts financiers dans le bois en Afrique noire, non plus.

Il a même présenté à Nicolas Sarkozy, en juillet, deux commandants rebelles venus chercher des armes. Il sait pourtant bien qu’une « Brigade de nettoyage des esclaves, des peaux noires » y sévit et que le crime de nettoyage ethnique devrait les conduire devant la Cour Pénale Internationale…

A New York, le 14 août, plusieurs dizaines de milliers de manifestants se sont réunis, Bd Malcom X, dans le quartier de Harlem, à l’appel de Louis Farrakhan, dirigeant de Nation of Islam, du Père Miguel d’Escoto Brockman, ancien vice-président de l’ONU, de Cynthia McKinney, membre de la Chambre des représentants (1993-2003 et 2005-2007), de Sara Flounders (cofondatrice de l’International Action Center, une organisation présidée par Ramsey Clark – ex-ministre américain de la Justice), d’ONG et de partis de gauche, pour condamner le racisme du CNT, l’agression de l’OTAN contre la Libye et l’embargo contre le Zimbabwe. Les médias n’en ont pas parlé… En France, les organisations anti-racistes se taisent. [...]

oumma.com France-Irak

Equipée tragique pour six jeunes blogueurs français de Rue89 à Misrata

L’équipée de six jeunes blogueurs français dans la ville libyenne assiégée de Misrata a mal tourné, l’un risquant de rester paralysé après avoir été touché par une balle perdue. »Nous ne sommes pas venus ici pour couvrir une guerre, nous voulions juste voir une révolution comme celle en Tunisie », a confié l’un d’entre eux lors d’une rencontre avec la presse vendredi à Benghazi, le fief de la rébellion dans l’est de la Libye.Les quatre hommes et deux femmes s’étaient rendus à Misrata fin mars, s’attendant à une chute rapide du dirigeant libyen Mouammar Kadhafi, confronté à une insurrection depuis la mi-février.

Mais les combats se sont intensifiés après leur arrivée et les six jeunes blogueurs, âgés de 24 à 26 ans et qui s’étaient rencontrés sur les bancs de l’université à Rennes (ouest de la France), ont décidé de rester pour témoigner de la situation dans cette ville portuaire de l’ouest de la Libye, la troisième du pays.Pendant plusieurs semaines ils ont posté sur l’internet des vidéos et écrit des blogs pour le site français d’information Rue89. [...]

Interrogés pour savoir s’ils n’estimaient pas irresponsable de venir dans une zone de guerre sans assurance médicale, sans entraînement spécifique et sans parler l’arabe, l’une des blogueuses a répondu:

Je ne pense pas.Notre présence a apporté un soutien moral à la révolution, a affirmé un autre, portant un pin à l’emblème de la révolution libyenne.

C’est de la folie », affirme toutefois un responsable d’une équipe de sécurité engagée par un grand média international. « C’est l’exemple typique d’individus qui n’ont aucun entraînement ni aucune expérience des zones de conflit et qui vont dans un endroit où l’on sait que les risques sont élevés [...]

Le Point

(merci à Latine)