Municipales à Metz : la candidate UMP-UDI-Modem se rend dans une mosquée pour obtenir le vote des musulmans (vidéo)

TV Libertés a joint au téléphone la candidate Marie-Jo Zimmermann :

La Député Marie-Jo Zimmermann UMP mendie les voix des musulmans à Metz, lors des élections municipales 2014.

Site internet de la candidate UMP à Metz

Metz : les demandeurs d’asile de retour au camp de Blida grâce au maire PS

Un nouvel enchevêtrement de tentes a pris forme avenue Blida à Metz. Coincées entre Pôle emploi et la Plateforme d’aide aux demandeurs d’asile (PADA), environ 140 réfugiés viennent d’être évacués pour des raisons sanitaires et de sécurité, ce jeudi 20 février 2014.
A peine quatre mois après le démantèlement du camp de Blida à Metz, celui-ci a été réhabilité et est à nouveau habité.

Le maire socialiste, Dominique Gros s’exprime sur le démantèlement du campement de Blida


On leur a expliqué qu’ils seront responsables, les conditions de vies seront celles qu’ils se feront, si demain les toilettes sont démontées, elles seront démontées, déclare Anoutchka CHABEAU, directrice départementale à la direction de la cohésion sociale, présente à l’entrée du site.

Ce mobilier rudimentaire, tentes, matelas, palettes et quelques jouets pour enfants est ici amélioré par un préfabriqué qui regroupe les sanitaires, un point d’eau et un accès à l’électricité.

« Ils sont pris en charge en terme d’accueil des demandeurs d’asile comme il se doit, avec les aides auxquelles ils ont le droit »

Une situation intenable pour les riverains
Le précédent campement, proche du PADA, se situait sur un parking non loin de bureaux et surtout du canal de la Moselle. Les conditions d’hygiène et de sécurité minimale y étaient inexistantes. Les ordures jonchaient le sol et aucun dispositif sanitaire n’avait été mis en place pour faciliter la vie des réfugiés.

Tout-Metz.com


A relire
Metz, Blida : les 123 demandeurs d’asile relogés avant la venue de Valls
Dossier complet : Metz : le camp de demandeurs d’asile est en train de se transformer en bidonville (màj, la justice demande un relogement d’urgence)
Metz (57) : clandestins de Bellecroix, expulsés par la Préfecture et relogés par la ville (Vidéos) Màj

Supporters, ultras, hooligans : Carton rouge à la violence dans le foot (Vidéo)

Paris-Saint-Germain, Olympique de Marseille, Olympique Lyonnais : peu de clubs de football français ont été épargnés par la violence des ultras, frisant avec des comportements hooligans. Mais la politique de tolérance zéro mise en place il y a quatre ans pour chasser des stades les supporters les plus dangereux ne les a pas fait disparaître pour autant.

Les mesures de sécurité ont déplacé ces déchaînements de haine dans la rue ou à l’étranger. Durant plusieurs mois, les équipes de l’émission ont suivi le «Monsieur Sécurité» du football français en train de préparer un match à haut risque avec le Paris-SG. Enquête également au cœur d’un groupe d’ultras de l’Olympique Lyonnais au cours d’un déplacement en Croatie, suivi des auditions devant les policiers de hooligans du club de Metz.

Partie 1:

Partie 2:

« Agression islamophobe sur une maman voilée en Moselle » ? (vidéo)

Addendum vidéo :

Les faits se sont déroulés dans la soirée de mardi 18 février aux alentours de 18h15.

La victime, une jeune maman accompagnée de son enfant en bas âge, a été violemment agressée alors qu’elle rentrait tranquillement en direction de son domicile après avoir fait des courses.

L’agresseur a brusquement arrêté son véhicule avant de s’en prendre verbalement à la jeune femme, à qui il reproche de porter le voile intégral :  » Le conducteur m’a hurlé : Il faut aller en Irak hein!!! […]En France, on ne s’habille pas comme ça! » […]« Retournez dans votre pays… « .

Très agité, l’individu est reparti à bord de son véhicule, s’est éloigné, puis a fini par faire demi-tour pour s’attaquer de nouveau à sa victime et lui arracher son voile en lui criant : « C’est interdit par la loi […] ici, on respecte les femmes » (agresser une femme en raison de sa religion et de son origine est-ce là sa définition du respect de la femme ?: ndlr).

Un homme ayant assisté à la scène est aussitôt intervenu pour venir en aide à la victime et mettre fin à l’agression.

La victime est encore très choquée et a eu très peur pour son enfant : « J’ai ramassé les courses tombées à terre et repris ma poussette, qui sous le choc de l’agression physique, avait roulé jusqu’au bord du trottoir…Je l’ai retrouvée bancale contre la roue d’une voiture garée. Il aurait pu arriver quelque chose à mon fils…la poussette aurait pu être complétement renversée. »

Notre équipe juridique est actuellement en contact avec la victime pour l’encourager à porter plainte et lui apporter toute l’aide psychologique nécessaire.

CCIF

Metz, Blida : les 123 demandeurs d’asile relogés avant la venue de Valls

Addedun, 14 février 2014.
Le collectif mosellan de lutte contre la misère a été reçu à la Préfecture de Metz dans la journée du mercredi 12 février 2014, suite à la récente condamnation du Préfet de Région de Nacer Meddah, contraint de reloger les demandeurs d’asile de l’avenue de Blida.

Au 7 février 2014, ces demandeurs d’asile étaient 123. Aujourd’hui, ils ont tous été relogés.

Un claquement de doigt

La rencontre, initialement prévue le 5 février 2014, a dû être reporté au 12. La raison de ce report est la venue du Ministre de l’Intérieur, Manuel Valls, en Moselle le lundi 10 février dernier.

A cette occasion, la Préfecture a proposé à trois membres du collectif, dont son Président, Denis Maciazek, de se rendre sur place afin de rencontrer un conseiller du Ministre.

C’est lui qui a annoncé la nouvelle : les 123 demandeurs d’asile de l’avenue de Blida ont tous été relogés rue Périgot à Metz, dans un bâtiment désaffecté appartenant à la direction départementale de l’équipement, et donc à l’Etat.

La venue de Manuel Valls serait-elle anodine quant à l’accélération du processus de relogement ?

Tout- Metz.com


A relire :
- Metz Blida version 2013
- Réaction du Front National de Metz
- Denis Maciazek, colistier de Stéphane Aurousseau, candidat à la mairie de Metz.


15 janvier 2014.
«Je suis en France depuis le 16 décembre. J’ai rendez-vous à la préfecture. J’espère avoir une maison»

[Le titre est extrait de la vidéo]

La situation est de nouveau critique Rue de Blida à Metz (Moselle) où une trentaine de demandeurs d’asile vivent dans un campement de fortune. Alors que la situation était réglée, elle redevient problématique.

«De nouveau, les Pouvoirs Publics ne respectent pas le droit au logement pour les personnes à la rue en Moselle contre leur gré» affirme le collectif mosellan de Lutte contre la Misère.


Loractu

Couleurs Gaies : agréée par l’Académie de Nancy-Metz pour intervenir en collèges et en lycées

Télévision, radio, presse : l’homosexualité prend aujourd’hui une large place dans les médias. Elle est abordée plus facilement et plus librement que par le passé. Mais qu’en est-il dans les familles et à l’école? Le dialogue y est-il aisé à propos de cette question ? Trouve-t-on facilement les mots justes pour en parler ?

Des tabous et des crispations subsistent, entraînant dans leur sillage violence, malaise et mal-être. Aujourd’hui, les recherches scientifiques sont formelles : les jeunes homo/bisexuels sont très exposés face au risque suicidaire. D’autre part, les préjugés homophobes sont toujours associés aux préjugés sexistes.

Notre association se propose de venir dans votre établissement évoquer ces questions.
Nos intervenants sont formés par un animateur professionnel spécialisé dans la lutte contre toutes les discriminations.

Depuis 2008, Couleurs Gaies est agréée par l’Académie de Nancy-Metz pour de telles interventions.
Ces dernières sont construites en référence aux objectifs fixés par les différentes circulaires du ministère de l’Education nationale qui préconisent la lutte contre toutes les formes de discriminations. Au cours de l’année scolaire 2011/2012, notre association a sensibilisé près de 2000 élèves, de la 4ème à la Terminale.

Nous restons à votre disposition pour tout renseignement complémentaire et pour vous rencontrer afin d’évoquer les modalités pratiques de nos séquences pédagogiques, leur contenu et les dates auxquelles nous pourrions nous rendre disponibles. Nos interventions sont gratuites, effectuées par des bénévoles dont nous vous serions reconnaissants de prendre en charge les frais de déplacement et de restauration.
Couleurs Gaies

Carte des interventions de Couleurs Gaies en milieu scolaire


Compléments
- Le ville de Metz a octroyé 3500€ de subvention à Couleurs Gaies au dernier Conseil Municipal : Conseil Municipal du 30 janvier 2014 + PDF des subventions (Couleurs gaies, Sos Racisme, …)
- Stéphane Arousseau, qui siège au Conseil d’administration de Couleurs Gaies est également candidat aux municipales à Metz

Hebergeur d'image

Gay Pride 2012 à Metz, Aurélie Filippetti, Stéphane Arousseau

Grande mosquée de Metz : le bail a été signé (15 euros par an)

Dans un communiqué, la ville de Metz a indiqué que Dominique GROS, Maire de Metz, et Raymond BELLER, Président de l’Union des Associations Cultuelles et Culturelles des Musulmans de Metz (UACM) avaientsigné le bail du terrain de la future mosquée de Metz ce jeudi 6 février à 17h à l’Hôtel de Ville, en présence des représentants des cinq associations membres de l’UACM.

 

Il s’agit du bail emphytéotique administratif du terrain, situé Boulevard de la défense, destinée à accueillir la future Grande Mosquée de Metz.

« Le bail conclu, pour une durée de 99 ans, sera assorti d’une redevance annuelle de 15 €uros. L’association disposera alors d’un délai de trois années pour faire aboutir le projet qui se concrétisera par le dépôt du permis de construire.

Le coût de construction de la grande mosquée est estimé à 8 millions d’euros.

Le projet comprendra des salles de prières d’une capacité de 1500 places pour les hommes et 500 places pour les femmes et des activités annexes telles que : garderie – crèche, exposition d’œuvres et bibliothèque, funérarium, restauration -self – salon de thé, salle de détente et relaxation, service d’accompagnement pour le pèlerinage. »

La signature de ce bail intervient après plusieurs années d’atermoiements. C’est en octobre dernier que le compromis avait été trouvé de façon définitive.

Toutmetz.com

FRAC Lorraine : week-end transgenre, concours de pisse debout et féminisme « moderne »

« Toute femme désirant s’habiller en homme doit se présenter à la préfecture de police pour pouvoir en obtenir l’autorisation ». Un canular ? Pas du tout ! Une ordonnance de 1800 abrogée en 2013 ! Le droit au pantalon en dit long sur le genre en construction…

Si l’habit ne fait plus le moine ni la femme, qu’est-ce qui différencie le masculin du féminin ?
Et surtout faut-il encore les différencier ?


Concours de pisse-debout le 1er février à 14h
14h – Frac / Rencontre non diplomatique / Gratuit
Quand Désir et Besoin font leur toilette
Avec l’association de psychanalystes Borromée

Le désir n’apparaît jamais qu’habillé, mieux : déguisé. Le désir affiche ses toilettes, quel qu’en soit le genre. Le besoin annonce les siennes, quel qu’en soit le genre. On plaisante avec le désir, on ne plaisante pas avec le besoin. Serait-ce à dire que le désir est la revanche de la pulsion sur le besoin ?

La rencontre se terminera par un concours de pisse debout !!
www.pissedebout.fr/


Quelques extraits du programme :


  • De David Bowie à Priscilla, folle du désert, explorez la notion de genre ! Autour d’un bon café et de croissants croustillants, découvrez et faites découvrir des artistes (chanteurs, photographes…) ou des œuvres (films, romans, peintures…) qui questionnent la certitude des rôles sexués et sèment le trouble sur l’identité.


  • Le Voguing, comme modèle d’affirmation de communautés trans, gay, lesbiennes afro-américaines et latinos dans le New York des années 1970 et 1980, fait un nouveau (re)tour de piste. Cette fois-ci, il est aussi sur scènes, troublant les pratiques “straight” de la performance et les discussions dé-sexualisées qui s’y attachent. Que bouscule-t-il dans nos motions et nos émotions d’aujourd’hui ?


  • Let’s Dyke! se met sur son 31 et vous ouvre les portes de son dressing musical. L’extravagance, le grotesque, le moche, le trash, le fluo, le résille, le poil, le bling bling, la sorcellerie, le recyclage, le DIY, la contrefaçon, le hot, le chic, le cuir/queer, le low, l’animal, le terroir, le populaire, l’extraordinaire, le cyber, le glam, le rien, le too-much… voilà la liste non-exhaustive des non-règles d’un Dress Code anarchique !


  • Principe d’action de La Barbe : Être une femme, porter une barbe, ostensiblement, parmi les hommes de pouvoir. Consentir en silence à la suprématie des hommes, et semer la confusion des genres.


  • K. Kiwanga examine l’histoire et l’avenir des études de genre. Quels ont été leurs effets sur le développement des sociétés intergalactiques descendantes des membres de l’Agence spatiale des États-Unis d’Afrique ? Cyborg, traders de gènes… sont convoqués pour permettre au passé de rencontrer le futur.


  • 2 février : 16h – Centre Pompidou-Metz / PERFORMANCE / 10€-5€

    Enfermés « sous vide » dans des sacs en latex, les danseurs évoluent au minimum de leurs fonctions vitales. Ainsi poussés au bord de l’asphyxie, ils évoquent les Sylphides,­ ces êtres immatériels suspendus entre vie et mort, fantasme et réalité.

FRAC Lorraine

Des salariés d’Ecomouv qui fêtaient Noël pris pour des bonnets rouges

Une centaine de salariés étaient rassemblés pour une photo de groupe à Metz. Tous portaient des bonnets de père Noël. La gendarmerie a cru à une manifestation de protestation.

Des salariés d’Ecomouv arborant des bonnets de Père Noël lors de la fête de fin d’année de l’entreprise installée à Metz ont été pris par erreur pour des Bonnets rouges en train de manifester, a-t-on appris vendredi auprès de la gendarmerie.
«On nous a signalé jeudi après-midi un attroupement d’une centaine de personnes portant des bonnets rouges» devant un bâtiment de l’entreprise, «alors nous sommes rapidement intervenus sur place», a expliqué un officier de gendarmerie à l’AFP.

Or «il est apparu que c’était une réunion de cohésion interne des salariés d’Ecomouv avant les fêtes, pour se souhaiter Joyeux Noël, et ils avaient tous le bonnet du Père Noël sur la tête pour une photo de groupe», a-t-il ajouté.

«Ils n’ont pas réfléchi», a critiqué l’officier, souhaitant que la prochaine fois la gendarmerie soit avisée de ce genre d’événement…

Libération

A Woippy, un adjoint au maire UMP se bat, dans la rue, avec un candidat socialiste (vidéo)

C’est l’histoire de deux voisins qui se tapent dessus, à coups de poings, violemment, pendant plusieurs minutes. Simple histoire de voisinage ? Pas tout à fait : car la scène, qui s’est déroulée le 11 décembre dernier, à Woippy, dans la banlieue de Metz, met aux prises un adjoint au Maire UMP de la ville, et un futur colistier du candidat aux municipales.


Vidéo de la bagarre entre un adjoint au maire… par LeLab_E1

A gauche, un militant socialiste, Bouhenna Abderramane, présent sur les listes de gauche pour les prochaines municipales. A droite, l’adjoint à la ville du maire UMP, Abdel Magid Maouche. Les deux hommes se bagarrent, donc. Et les versions s’opposent. (…)

Europe1

Metz : le camp de demandeurs d’asile est en train de se transformer en bidonville (màj, la justice demande un relogement d’urgence)

11 septembre 2013
Demandeurs d’asile de Metz : la justice demande un relogement d’urgence
La justice vient une nouvelle fois d’enjoindre la préfecture de Moselle de reloger les demandeurs d’asile qui séjournent dans des conditions précaires avenue de Blida.


Le collectif mosellan de lutte contre la misère a déjà tiré la sonnette d’alarme : il faut faire quelque chose pour les demandeurs d’asile logés dans des conditions «indignes et largement insuffisantes tant pour les sanitaires, les douches, le suivi social et administratif» à Metz.

Le tribunal administratif de Strasbourg demande à la préfecture de Moselle de reloger ces réfugiés. D’après sa décision, six familles avec enfants doivent avoir accès à un logement décent, sur les dix dossiers totaux.

Fin juillet une décision similaire avait déjà été ordonnée, permettant le relogement de dix familles avec enfants qui vivaient dans le même camp de fortune de l’avenue de Blida. La préfecture de Moselle ne cesse de son côté de répéter qu’elle est confrontée à la saturation des capacités d’accueil, ce que conteste le collectif mosellan de lutte contre la misère.

Au total, ce sont actuellement environ 450 personnes, dont beaucoup de jeunes enfants non scolarisés, qui vivent actuellement dans des conditions extrêmement précaires sur l’ancien parking des TCRM de Metz.


France 3


09 septembre 2013
Metz: les réfugiés toujours plus nombreux
Ils étaient 150 en juin. Les demandeurs d’asile installés dans un camp, à Metz, sont aujourd’hui trois fois plus nombreux.


Pour transformer un camp en bidonville, il suffit d’entasser toujours plus de monde sans rien changer aux installations sanitaires.
C’est exactement ce qui est en train de se passer à Metz, avenue de Blida. Les premières familles arrivées suite au démantèlement du camp de Metz-Bellecroix s’étaient installées dans des tentes et disposaient de douches et de toilettes a minima pour cent cinquante personnes.

Maintenant, trois fois plus d’hommes, de femmes et d’enfants venus des pays de l’Est s’entassent sur ce parking des employés de l’usine de traitement des ordures ménagères de la ville.
Pourtant, certaines familles ont déjà été relogées plus décemment, grâce aux actions en justice engagées auprès du tribunal administratif de Strasbourg. Mais chaque semaine, selon le Collectif mosellan de lutte contre la misère, des voitures et des camions viennent déposer ici des familles d’immigrants épuisés, complètement démunies. Ils viennent du Kosovo, d’Albanie, du Monténégro et même d’Arménie pour tenter de s’offrir un avenir.
Me Chebbale, qui instruit les dossiers à Strasbourg, est venue se rendre compte des conditions de vie de ses « clients ».

Elle a été assaillie de questions, de suppliques, auxquelles elle a tenté de répondre.
D’autres dossiers sont en cours d’instruction. Les réponses devraient tomber en début de semaine prochaine. L’urgent, selon les militants, étant d’organiser la scolarisation des enfants.



(cliquer sur l’image pour l’agrandir)

Le Républicain Lorrain


A relire :
- Metz. Des demandeurs d’asile mal logés attaquent l’État, le préfet condamné à reloger 5 familles
- Metz (57) : clandestins de Bellecroix, expulsés par la Préfecture et relogés par la ville
- Metz : 369 demandeurs d’asile albanais hébergés en urgence