Vendôme (41) : une mère porteuse accusée d’avoir escroqué un couple d’homosexuels

Une mère de famille de 34 ans a été placée en détention provisoire à la maison d’arrêt d’Orléans. Elle est soupçonnée d’avoir arnaqué un couple d’homosexuels de Toulouse, désireux d’avoir un enfant. Cette mère porteuse vendômoise avait été contactée par le biais d’une annonce déposée sur un site Internet spécialisé. En échange de 15 000 euros, elle acceptait de se faire inséminer avec le sperme d’un des deux hommes. Après cette opération, Aurore, aurait perçu une avance de 9 000 euros.

Le 8 mars dernier, elle donne naissance, à la polyclinique de Blois, d’un petit garçon, Simon. Mais au lieu de respecter le contrat, elle vend le bébé à un autre couple et laisse croire aux deux homosexuels toulousains que l’enfant est décédé. Pas dupe, les deux hommes décident de porter plainte.

(…) France 3 Centre

Le Parlement européen réfléchit à une législation commune sur la GPA

Réclamée par une partie de la gauche, la gestation pour autrui (GPA) avait finalement été écartée du texte sur le mariage homosexuel. Elle revient, subrepticement, par la voie d’un rapport européen. Considérant que la GPA est une pratique « en plein essor », le Parlement européen vient de commander un rapport à une quinzaine d’experts français et étrangers, afin de faire le point sur les différentes politiques. Pour les couples d’hommes, voilà l’occasion de refaire du lobbying sur le sujet.

Sollicités par la commission des Affaires juridiques du Parlement européen, les juristes présenteront leur rapport le 8 juillet. « En Europe, c’est le désordre le plus complet : les positions des pays sont très différentes, indique Me Xavier ­Labbée, avocat lillois spécialiste de l’éthique, qui a rédigé la partie française. En France, c’est simple: à la GPA, on dit non ». « La circulaire Taubira (permettant l’obtention du Certificat de nationalité française pour les enfants nés d’une GPA à l’étranger) n’a pas de valeur normative », se justifie-t-il. Cette circulaire très controversée ainsi que plusieurs décisions de justice contradictoires datant de 2011 permettent toutefois à Laurence Brunet, chercheuse à l’université de ­Paris-I, qui a coordonné le travail, d’arguer que la loi française est devenue ­« illisible »…

Il n’en fallait pas plus pour que l’Association des familles homoparentales (ADFH) souligne que la France, « dans le groupe des mauvais élèves de l’Union, est taclée par le rapport ». « En refusant de transcrire une filiation légalement établie dans le pays de naissance, affirme Alexandre Urwicz, son président, la France raye l’intérêt supérieur de l’enfant là où d’autres pays voisins l’ont fait primer sur toutes autres considérations ».

(…) Le Figaro

J’ai voulu louer le ventre d’une mère porteuse… (Boulevard Voltaire)

Le gouvernement le dit, le répète : la loi dite du « Mariage pour tous » qui sera votée mardi n’ouvrira pas la voie à la gestation pour autrui.

Ce n’est pas l’avis pourtant de certaines entreprises américaines spécialisées dans le domaine qui, avec pragmatisme, multiplient ces dernières semaines les prises de contact sur le sol français.

Je me suis rendue à l’un de ces rendez-vous, proposé par CT Fertility. Le lieu ? Un hôtel de luxe 4 étoiles, au cœur du Quartier Latin, ambiance spa et décoration design. Question positionnement, le ton est donné : on est dans le produit haut de gamme.

Dans le hall, un interprète m’attend…

Lire l’article sur Boulevard Voltaire

Le pseudo mariage homo : Un projet de destruction sociétale

Tribune libre de Paysan savoyard

Le projet de légalisation du mariage homosexuel mérite d’être combattu et de susciter une mobilisation vigoureuse. Il révèle en effet la volonté du gouvernement de procéder dans les mois qui viennent à un certain nombre de réformes sociétales, inspirées par les conceptions libérales-libertaires et le relativisme moral. En attaquant l’institution familiale, pierre angulaire de notre société, le projet de mariage homo s’en prend par là même à l’identité française.

 

  • L’usage systématique de méthodes hypocrites

Commençons tout d’abord par souligner que le projet de mariage homosexuel est le fruit des méthodes hypocrites et duplices utilisées depuis des décennies par les groupes qui en sont les promoteurs.

Le projet est présenté comme offrant « le mariage pour tous » afin de provoquer la sympathie et l’approbation réflexe de tous ceux qui se mobilisent dès que le principe d’égalité paraît mis en cause. En réalité, première hypocrisie, le projet ne vise que les homosexuels puisque les lois en vigueur, auxquelles le projet ne touche pas, interdisent le mariage polygame par exemple, ou le mariage entre frères et sœurs.
Lire la suite