Genève : des béquilles démontables découvertes dans les bagages de Roms

Les gardes-frontière opérant à la gare de Cornavin, à Genève, ont découvert dans les bagages de deux ressortissants roumains du matériel leur permettant de se faire passer pour des handicapés lorsqu’ils mendient dans la rue.

Lors du contrôle, deux Roumains ont déclaré spontanément qu’ils séjournaient à Genève pour quelques semaines en tant que touristes, a fait savoir lundi le corps des gardes-frontière de la région de Genève. Lors de la fouille de leurs valises, les agents ont alors découvert en pièces détachées plusieurs béquilles emballées dans des couvertures.

Les deux Roumains ont alors admis qu’ils étaient venus à Genève pour mendier et qu’ils utilisaient les béquilles et d’autres accessoires pour susciter la pitié des passants. Selon eux, l’investissement consenti est rapidement rentabilisé. Ils ont précisé qu’ils dormaient sous les ponts pour ne pas dépenser trop d’argent.

Ils ont expliqué qu’ils voyageaient ainsi de ville en ville. Les deux Roumains venaient de Lyon. Rien ne pouvant leur être reproché, ils sont partis en direction du centre-ville de Genève après le contrôle, leurs valises à roulettes sous les bras, ont précisé les gardes-frontière.

Tribune de Genève

Paris : condamnés pour avoir mendié avec leurs enfants

La mendicité considérée comme une forme de maltraitance : c’est sans doute une première.

Selon nos informations, le tribunal correctionnel de vient de condamner un couple à huit mois de prison pour « privation de soins d’un mineur par ascendant ». Pendant plus d’un an, les deux parents d’origine rom se sont servis de leurs deux plus jeunes enfants, des jumeaux âgés de seulement 3 ans, pour faire la manche sur un boulevard parisien.

Saisi après un signalement du voisinage, le parquet de a estimé le cas suffisamment grave pour transmettre en urgence le dossier à un tribunal et requérir des peines de prison. Les , dans une décision probablement unique à ce jour, ont suivi.

Le couple, installé en France depuis plusieurs années, tire l’essentiel de ses revenus de la générosité des passants. Début 2013, Mariana, la mère, une Roumaine âgée de 38 ans, commence à faire la manche sur le boulevard Barbès (XVIII e arrondissement). A ses côtés, Francesca et Anthony, ses deux plus jeunes enfants. « Quelle que soit la météo, ils étaient vêtus d’un bas de jogging et d’un pull, tous deux très sales. Lorsqu’il faisait vraiment froid, la mère leur donnait en plus une couverture à se partager », détaille une source proche de l’affaire. (…)

Le Parisien

Copé lance une « grande souscription nationale » : plus de 4 millions d’euros déjà récoltés et un coût élevé pour l’Etat (MàJ N°5)

Addendum 10.07.2013 : Quatre millions de dons récoltés

L’UMP avait recueilli mercredi plus de quatre millions d’euros de dons pour renflouer ses caisses après l’invalidation des comptes de campagne de Nicolas Sarkozy, qui représente un manque à gagner de 11 millions d’euros.

Le parti d’opposition, qui est endetté à hauteur de 55 millions d’euros et se voit contraint de donner des gages aux banques sur sa solvabilité, a lancé la semaine dernière une souscription nationale à la suite de la décision du Conseil constitutionnel.

« Nous avons dépassé les 4 millions d’euros de dons. Merci à tous! La mobilisation continue », a écrit mercredi Jean-François Copé, le président du parti, sur son compte Twitter.

Yahoo

____________________________

Addendum 08.07.2013 : Plus de deux millions d’euros récoltés

La souscription lancée par l’UMP pour renflouer ses caisses se poursuit, grâce à la forte mobilisation médiatique du parti d’opposition.

Où en est la collecte ?

Ce lundi matin, la trésorière de l’UMP, Catherine Vautrin, affirmait sur Europe 1 que 2,1 millions d’euros avaient déjà été récoltés. Au siège de l’UMP, on précise qu’il ne s’agit que des dons effectués par virement, en ligne, «déjà crédités sur le compte de l’UMP». Les chèques reçus par la Poste ne sont donc pas encore comptabilisés. [...]

Libération

__________________________

Addendum 06.07.2013 : Près d’un million d’euros déjà récoltés

Les dons semblent affluer au siège de l’UMP, deux jours après le rejet par le Conseil constitutionnel des comptes de campagne pour la présidentielle 2012 de Nicolas Sarkozy.

Interrogé par RTL alors qu’il se trouve à la première édition de la Fête de la Violette à la Ferté-Imbault (Loir-et-Cher), Guillaume Peltier, vice-président de l’UMP, a affirmé qu’«on approche probablement le million d’euros ce matin.»

Selon une source de l’entourage de Jean-François Copé, «samedi à 8 heures on avait dépassé les 900 000 euros.» Ce montant, correspondant à ce qui a déjà été réglé par internet via le site de l’UMP, exclut les dons par courrier que le parti devrait commencer à récolter dans les prochains jours. [...]

Le Parisien

__________________________

Addendum 06.07.2013 : L’appel aux dons de l’UMP va coûter cher à l’État

La souscription nationale de l’UMP ne sera pas sans coût pour l’État. Si le Conseil constitutionnel a rejeté le compte de campagne de Nicolas Sarkozy et prive donc l’UMP de 11 millions d’euros de remboursement étatique, l’ouverture de la souscription entraîne automatiquement le droit à des réductions d’impôts pour les particuliers et qui sera donc supportée par l’État durant plusieurs années.

C’est la loi: tout citoyen faisant un don à une association se voit gratifié d’un coup de pouce fiscal. Dans le cas des partis politiques, le versement d’un don à une association agréée de financement d’un parti (ici, l’Association nationale de financement de l’UMP) ouvre le droit à une réduction d’impôt égale à 66% du montant du don. Par exemple, une personne donnant 50€ à l’UMP n’en paiera en réalité que 17€.

Si l’UMP réussit à récolter ses 11 millions d’euros, il en coûtera donc à l’État 7,26 millions de cadeau fiscal. Il s’agit toutefois de la somme maximale. De nombreux mécanismes font que l’addition finale devrait être moins élevée. Il suffit que les personnes donnant à l’UMP décident, en contrepartie, de donner moins aux associations caritatives qu’elles financent habituellement pour que la facture pour l’État baisse mécaniquement.

La loi prévoit également des limites aux dons et au montant du remboursement. Un citoyen ne peut pas donner plus de 7500€ par an à un parti politique, soit une limite de 15.000 € par foyer fiscal. En donnant la somme maximale, le contribuable se voit donc offrir une réduction d’impôt de 4950€, soit 2550€ réellement sortis de sa poche. […]

Le Figaro

Les sympathisants de l’UMP répondent positivement à l’appel aux dons lancés hier soir par le président du parti Jean-François Copé.

A la mi-journée, aujourd’hui, le montant des versements recueillis via Internet atteignait 330.706 euros. « Et encore, précise-t-on rue de Vaugirard, le serveur a planté pendant une heure et demie ce midi. » [...]

Le Figaro

__________________________

Addendum 05.07.2013 : Nicolas Sarkozy demande à ses «amis» de l’aider

Au lendemain de l’invalidation de son compte de campagne par le Conseil constitutionnel, l’ancien chef de l’État dénonce sur Facebook une «situation inédite» et promet de «s’engager» pour son parti. Il devrait être présent lundi lors du bureau politique extraordiinaire de l’UMP.

Comme il l’a annoncé par communiqué jeudi après-midi, Nicolas Sarkozy retrouve donc sa «liberté de parole». Il a critiqué ce vendredi matin, dans un message sur Facebook, la décision rendue par le Conseil constitutionnel [...]. « Je dois assumer mes responsabilités en m’engageant pour la garantie d’une expression démocratique libre dans notre pays. Je vous demande de m’aider en vous mobilisant, comme je vais le faire, à cette fin», écrit Sarkozy dans ce message. Il insiste aussi sur le caractère, à ses yeux disproportionné, de la sanction [...].

Le Figaro

__________________________



Jean-François Copé a annoncé jeudi soir le lancement d’une « grande souscription nationale » après la confirmation par le Conseil constitutionnel du rejet du compte de campagne présidentielle 2012 de Nicolas Sarkozy

L’initiative sera-t-elle suffisante pour sauver l’UMP?

Jean-François Copé a appelé « les militants », « sympathisants » et tous les Français à répondre à cette campagne de dons « afin de barrer la route » à ceux qui rêvent de « voir l’espace politique français monopolisé par la gauche et par les partis extrémistes« . « La voix de l’UMP ne s’éteindra pas », a-t-il promis, dans une déclaration au siège de l’UMP.

JDD

Souvenirs, souvenirs …

«J’ai aidé des Roms et j’ai le sentiment d’avoir été arnaquée»

[Extraits] Suisse – Une centaine de Roms – des mendiants et ceux qui gravitent autour d’eux – arpentent les rues de Lausanne, la capitale vaudoise. Le malaise est profond: l’entrée en vigueur du règlement lausannois imposant des limites aux mendiants, programmée pour le 15 avril, a été reportée.

Pendant ce temps, d’autres tentent d’apporter un appui aux mendiants venus de Roumanie. Au final, la déception peut s’avérer forte… Florence, 77 ans, témoigne.

Elle est venue en aide à une famille formée des parents, de leurs deux fils et de leur belle-fille âgée de 17 ans, enceinte de sept ou huit mois. C’était en novembre: elle les avait découverts abrités dans un cabanon par grand froid. Plus de quatre mois après, elle se dit «écœurée»: «Ils m’ont roulée, je suis déçue. J’ai le sentiment d’avoir été arnaquée.»

Son cas n’est pas isolé, à en croire le sergent de la police municipale lausannoise, Gilbert Glassey, qui s’occupe des Roms en ville.

La Lausannoise, une voyageuse qui a séjourné en Afrique dans un cadre missionnaire et qui, animée par sa foi chrétienne, apporte son aide tous azimuts, a en effet mouillé la chemise pendant trente-cinq jours. Elle a donné des couvertures et des habits chauds.

«Chaque matin, je leur ai apporté du lait, du café, du thé chaud et du pain frais», raconte-t-elle, avant d’ajouter qu’elle leur a aussi distribué des repas chauds le soir. Lorsque la police a fait évacuer la cabane, Florence a trouvé une solution d’hébergement avec l’aide de sa paroisse catholique.

Les Roms ont un beau jour annoncé qu’ils rentraient en Roumanie pour «vivre normalement». La famille est bel et bien partie en décembre. Seulement, voilà: en janvier, Florence a retrouvé le groupe en train de mendier à Lausanne, sans le bébé laissé au pays.

«Quand je pense à tout ce que je leur ai donné. Et je les revois portant des habits misérables pour émouvoir les passants», déclare la bienfaitrice déçue. Ont-ils revendu le matériel qu’elle leur a remis?

Un policier déclare connaître des Vaudois qui, dans le but d’apporter leur aide, ont prêté plusieurs milliers de francs. Reverront-ils leur argent? «A mon avis, non», estime-t-il. Des Roms ont reçu un soutien financier pour «monter une ferme au pays» ou pour passer leur permis de conduire, mais rien ne s’est réalisé.

Autant d’histoires qui donnent aux donateurs le sentiment de s’être fait arnaquer.

Ces témoignages ne semblent pas surprendre la présidente de l’association d’aide aux Roms. «C’est normal, les Roms font des allers-retours. Ils viennent ici pour récolter de l’argent qu’ils envoient à ceux qui restent sur place.»

(24 heures)

Annemasse (74) : De vrais mendiants déguisés en fonctionnaires à la douane

Une nouvelle forme de démarchage intempestif sur la voie publique a fait son apparition cette semaine sur la bande frontière. Jusque-là confinée aux feux rouges et aux lieux publics, la mendicité investit désormais directement les postes-frontière.

Depuis lundi, plusieurs individus positionnés au niveau des postes de douane de la circonscription de sécurité publique d’Annemasse ont été quotidiennement signalés aux forces de l’ordre. La mendicité semblerait être montée d’un cran.

Vêtus de gilets fluorescents jaunes ou verts, les individus se livrant à la mendicité n’hésitent pas à arrêter les automobilistes franchissant la douane pour leur réclamer de l’argent, engendrant d’importantes gênes à la circulation et semant le trouble dans l’esprit des automobilistes pensant avoir affaire à des agents des forces de l’ordre ou au service de sécurité d’une manifestation. [...]

Le Dauphiné Libéré

Des candidats roms aux élections européennes

Une organisation de défense des Roms, l’Agence européenne pour les Roms (AER), a annoncé aujourd’hui qu’elle présenterait huit candidats aux élections européennes de 2014 avec l’objectif de lutter contre les discriminations et d’améliorer l’intégration de cette communauté.

«Le temps des discriminations envers les Roms est terminé, nous voulons maintenant nous affirmer sur le plan politique européen», a déclaré au cours d’une conférence de presse à Bruxelles Stefan Rostas, président de l’AER, qui sera lui-même candidat l’an prochain. […]

M. Rostas a aussi réagi aux propos du ministre français de l’Intérieur, Manuel Valls, qui a accusé jeudi

les Roms de ne pas souhaiter s’intégrer «pour des raisons culturelles ou parce qu’ils sont entre les mains de réseaux versés dans la mendicité ou la prostitution».

«Le monde politique ne se lasse pas de nous salir. Ce genre de déclaration est inadmissible», a-t-il dit. «Les Roms ne sont pas des proxénètes», a insisté M. Rostas. Pour l’AER, de telles déclarations «ne font qu’attiser le racisme à l’encontre d’une population souvent désignée comme bouc émissaire d’une politique sécuritaire».

Le Figaro (Merci à Lilib)

Savoie : il demandait à ses petits-enfants de mendier dans la rue

Le 27 décembre dernier, les gendarmes de Moutiers constatent que des jeunes personnes de nationalité roumaine, toutes mineures, font la manche devant les portes de magasins du centre-ville.

Les militaires finissent par interpeller une personne de 56 ans, Daniel Caldaras, qui s’avère être le grand-père des enfants. Aussitôt, l’homme déclare avoir demandé à ses petits-enfants « de faire la manche pour l’aider à nourrir toute la famille ». [...]

Le Dauphiné Libéré

Merci à Mielrubis

Mendicité : Des parents d’enfants roms relaxés à Lille

Le tribunal correctionnel de Lille a relaxé, lundi, deux couples, parents de cinq enfants roms qui avaient mendié à un carrefour à Lille. Les enfants quémandaient des pièces auprès d’automobilistes arrêtés aux feux tricolores en disant que c’est pour acheter à manger. «L’élément moral de l’infraction n’est pas constitué», a déclaré la présidente Alexa Fricoyt. Dans l’agglomération lilloise, près de 3.000 Roms au total sont installés dont environ 2.600 dans une quarantaine de campements sauvages.

Les deux femmes ont assuré en coeur avant la décision du juge: «je m’occuperai de mes enfants, cela ne se reproduira plus».

Une peine d’un mois de prison avec sursis avait été requise dans l’après-midi par le parquet. Les enfants, âgés de 7 à 11 ans, avaient été «pris en charge» par la police le 4 décembre 2012. Ils avaient été placés en foyer pendant deux semaines avant d’être confiés à nouveau à leurs parents sur décision du juge des enfants.

Les mères de ces enfants, Fira Restas, 35 ans, et Mina Lingurar, 30 ans, deux belles-soeurs, en jupe longue et foulard à fleurs, sont venues seules à l’audience, sans leur mari, et n’avaient pas d’avocat. Les deux femmes se sont exprimées en roumain, ne parlant pas français. Elles vivent avec leur famille dans des cabanes de quelques mètres carrés, sans électricité ni eau courante, dans le campement de la Porte d’Arras, à Lille. Il s’agit du plus grand de l’agglomération lilloise avec quelque 700 occupants.

La première, en France depuis un an, mère de sept enfants et enceinte du huitième, et la seconde, mère de cinq enfants, en France depuis l’automne 2012, ont toutes deux nié avoir demandé à leurs progéniture de mendier, affirmant ignorer qu’ils le faisaient. «Je ne les envoie pas faire la manche mais j’aimerais bien qu’ils aillent à l’école», a assuré devant les juges Mina Lingurar, qui dit ne percevoir aucune aide. […]

Le Parisien

Enfants roms/mendicité : « Je préfère les voir mendier plutôt que voler ou crever de faim dans un coin » (RMC) (màj)

Addendum :

Dans Bourdin & Co, deux auditeurs se déchirent sur la question des Roms en France.

Jean : « Chez eux, c’est chez nous, parce que la Roumanie est dans l’Europe… »

Vincent : « Mais pour moi l’Europe c’est de la merde ! »

_________________________________

Dans Bourdin & Co, le père Arthur Hervé réagit à ces parents roms poursuivis pour avoir poussé leurs enfants à la mendicité.

Jean-Jacques Bourdin : Les enfants roms se mettent au feu (tricolore) parce que les parents les poussent à se mettre au feu.

Père Arthur Hervé : Non, non, non, ce n’est pas vrai du tout. En tant que prêtre, je dis que ce n’est pas vrai du tout.

Fin des arrêts anti-mendicité, les chefs de réseau visés

La « mendicité agressive » est dans le viseur du nouveau préfet de police de Paris. Bernard Boucault a décidé de s’y attaquer… en ne renouvelant pas les arrêtés anti-mendicité pris il y a un an dans les zones touristiques de Paris. Le nouveau préfet de police de Paris souhaite en fait changer de cap et aller droit au but en visant les chefs de réseau qui exploitent ces mendiants et qui récupèrent l’argent récolté. Une stratégie qui s’est révélée payante dans d’autres régions en France.

En six mois, les policiers parisiens ont dressé 2.000 procès-verbaux dans les quartiers des Champs-Elysées, des Grands magasins et du Louvre où les arrêtés anti-mendicité étaient en vigueur. Mais quasiment aucune contravention n’a été payée.

Principale cible de ces PV : les mendiants roumains.

De même, l’effet dissuasif de ce dispositif semble être limité : certains ont été arrêtés 90 fois, et aucune reconduction à la frontière n’est prévue faute, selon les juges, de trouble à l’ordre public.

[...] « Ces gens étaient obligés de rembourser des dettes contractées à l’étranger. Par exemple : pour 1.000 euros empruntés, ils devaient rembourser 10.000 euros sous la pression et sous la menace », ajoute-t-il.

[...] en Haute-Savoie, près de la frontière suisse, une enquête au long cours a ainsi permis d’interpeller sept personnes [...]

Au total, plus de 100.000 euros auraient ainsi été récoltés et directement envoyés en Roumanie.

Le « système clanique » en place vise à être « explosé » par la police judiciaire pour réduire au maximum la « mendicité agressive » [...]

Europe 1

Annemasse (74). 110 000 € provenant de la mendicité ont transité vers Barbulesti en Roumanie

Sur la quarantaine de Roms interpellés à la douane, neuf individus ont vu leur garde à vue prolongée hier. Considérés comme étant au cœur d’un réseau exploitant la mendicité d’une soixantaine de Roms installés à proximité de la frontière franco-suisse, ces derniers sont poursuivis pour traite des êtres humains aggravée, non justification de ressources et escroquerie en bande organisée.

Depuis deux jours, les auditions s’enchaînent mais la loi du silence à laquelle les Roms obéissent par peur de représailles complique fortement l’identification des têtes du réseau pour les enquêteurs assistés de sept interprètes. En effet, tous sont originaires du même village en Roumanie et sont généralement envoyés en France pour rembourser des dettes contractées dans leur pays d’origine.

Les responsabilités réelles des meneurs restent donc particulièrement difficiles à établir. Les policiers peuvent toutefois s’appuyer sur les solides éléments de preuve collectés lors de leur enquête débutée en décembre 2011 et qui avait permis de lancer l’opération Barbulesti. « Les vérifications effectuées en amont auprès des établissements de transit de fonds à l’étranger ont permis d’établir qu’en l’espace de 14 mois, une somme de 110 000 € provenant de la mendicité avait transité de manière certaine vers le village de Barbulesti en Roumanie » a affirmé Philippe Guffon. Une somme globale qui ne prend pas en compte les fonds qui auraient pu être envoyés depuis Genève.

Le Dauphiné

Eva Joly prête à servir le gouvernement

Eva Joly, candidate d’EELV à la dernière présidentielle, aimerait pouvoir s’occuper de « la réforme financière » auprès du gouvernement Ayrault, tout en estimant que « ce n’est pas un sujet d’actualité », a-t-elle dit aujourd’hui. [...]

Hebergeur d'image

Selon le quotidien, cette offre de service est parvenue au président François Hollande, qui lui a réservé « un accueil favorable », par l’intermédiaire du Premier ministre Jean-Marc Ayrault. Cécile Duflot, ministre de l’Egalité des territoires et du logement, et numéro un d’Europe Ecologie-Les Verts, en a informé Eva Joly, ajoute le journal.

Interrogée pour savoir si cela était exact, l’ex-candidate a répondu : « oui… C’est encore un sujet très lointain, ce n’est pas un sujet d’actualité. On va bien voir ». A l’Hôtel Matignon, interrogé, on indique qu’Eva Joly « a fait des propositions » mais qu’ »il n’y a rien de décidé du tout ». [...]

Le Figaro