Ivan Rioufol : Les médias et le «poids de la diversité dans l’insécurité»

Bloc-notes d’Ivan Rioufol intitulé «Ce que les médias n’osent dire sur l’état réel de la France».

Ce que ce journaliste de télévision n’a pas voulu entendre, c’est-à-dire le poids de la «diversité» dans l’insécurité, est ce que le conformisme de sa profession redoute de décrire. Les carriéristes en font le plus souvent une interdiction de dire. Elle est un non-sens.

Parce qu’un journaliste, Laurent Obertone, aligne des faits dans un livre décrivant l’ensauvagement de la société (La France, orange mécanique), voilà les autocenseurs qui se déchaînent. Invité samedi dernier sur France 2, le jeune auteur a notamment été accusé, par un confrère siégeant derrière sa table, d’avoir écrit un manifeste raciste. En fait, ce dernier a surtout laissé voir la supériorité morale qui habite ceux qui, comme lui, ont choisi de juger les relaps. Or, cet exercice manichéen d’autocontentement et de diabolisation de l’autre ne suffit pas pour décrédibiliser une thèse qui dérange. […]

La défiance des Français vis-à-vis des journalistes (trois sondés sur quatre les jugent coupés des réalités) vient en partie de ces procureurs que produit le système médiatique. Les gardiens de la pensée canalisée – Canal + est une pouponnière qui vient même de fournir le nouveau directeur de Sciences Po Paris – voient une profanation du vivre ensemble dans la description de ses échecs. Ils usent de l’insulte ou de la moquerie pour tenter de faire taire le salaud qui ne respecte par leurs croyances. Ils chassent en meute et exhibent leur vertu. […]

Le Figaro. Bloc notes d’Ivan Rioufol

« On croirait lire un journal antisémite des années 30″

… c’est l’impression du Salon Beige à la lecture de la une de ‘ça m’intéresse Histoire’
null
Le Salon Beige écrit :

C’est ainsi qu’a commencé la persécution des juifs : la dénonciation incessante de complots et de manipulations. Cela crée un état d’esprit dans l’opinion publique, hostile à l’Eglise, qui permet ensuite de justifier les insultes, les provocations (comme dans les manifestations LGBT), les agressions (comme celle commise par Act Up à Notre-Dame de Paris), les sacrilèges et les profanations de lieux de culte (qui ne sont même plus condamnées dans les médias), en attendant les procès.

 

Dimanche 10/02/2013 Anne Sophie Lapix 

Dans le même état d’esprit, sur Canal+ les Catholiques avancent masqués

ENQUETE
Les anti « Mariage pour tous » de Camille Girerd
Dans la dernière ligne droite du marathon parlementaire autour du vote sur le « Mariage pour tous », enquête sur les « anti ». Qui sont leurs soutiens à l’Assemblée nationale ? Qui a financé, qui a organisé « la manif pour tous » ? Quelle a été leur stratégie pour « déringardiser » le mouvement ? Qui est vraiment Frigide Barjot ? Est-elle soutenue par l’Eglise de France ?

Jean-Yves Le Gallou : « La Tyrannie Médiatique »

Jean-Yves Le Gallou poursuit son travail sur les manipulations des mots et des médias, et nous présente son nouveau livre, « La Tyrannie Médiatique », consacré aux mensonges médiatiques, à la pensée unique et à la désinformation.


Jean-Yves Le Gallou : « La Tyrannie Médiatique »

Via Romana

L’UE veut pouvoir contrôler la presse et les journalistes de plus près

Le site d’information britannique The Telegraph rend compte d’un rapport d’experts de « haut niveau » qui préconise d’instaurer un contrôle accru des médias par instances de supervision nationales qui rendraient compte à la Commission. Un rapport commandité suite au scandale « News of the World ».

(…)

Le rapport établit notamment que « tous les pays de l’UE devraient disposer d’un conseil indépendant des médias« , conseil qui devraient « disposer de réels pouvoirs de sanction comme le fait d’imposer des amendes, d’ordonner la diffusion d’excuses publiques ou le retrait du statut de journaliste« .

L’article du Telegraph consacré à ce rapport recommande également que les conseils des médias nationaux répondent à un certain nombre de standards européens et que la Commission soit la garante du respect de ces standards.

Une perspective qui donne visiblement du grain à moudre aux conservateurs (connus pour leur euroscepticisme outre-Manche).

Ainsi le député conservateur britannique Douglas Carswell a-til déclaré que ce rapport illustre « le genre d’état d’esprit que je m’attendrais à rencontrer en Iran pas en Occident. Cette idée loufoque nous en dit un peu plus quant au futur de la réglementation de la presse. Elle laisse entendre que le projet européen est finalement incompatible avec la notion d’une société libre« .

 

RTBF.be

Le rapport en question,

Politique, médias, affaires : les secrets de Matthieu Pigasse (infographie Ojim)

L’Observatoire des Journalistes et de l’Information Médiatique propose une infographie sur  l’homme d’affaires et de médias Matthieu Pigasse (Le Monde, Les Inrocks, Parti Socialiste, banque Lazard…).

Télécharger l’infographie complète (format pdf)

« Toutes les 24 heures en France : 13.000 vols, 2.000 agressions, 200 viols » (RMC)

Dans Carrément Brunet, le débat tourne autour de la délinquance et son traitement par les médias. Avec Laurent Obertone (« La France orange mécanique ») et Françoise Martres (Syndicat de la magistrature).

« Il faisait nuit, je ne voyais rien, et deux « minots » de 11 à 12 ans se sont jetés sur moi. Ils ont commencé à me frapper à la tête et au ventre. J’ai vu la haine dans leurs yeux. Ils m’ont mis à terre d’une balayette et les coups ont commencé à pleuvoir de tous les côtés. L’enfer va durer une vingtaine de minutes. Ils ont dû être une quinzaine à me frapper à des degrés divers.

Je pense à faire le mort pour qu’ils cessent, mais la douleur me fait hurler. Ils m’ont cassé le fémur et la jambe, et malgré ça, ils continuaient à frapper. Ils me marchaient sur les mains, prenaient même  de l’élan pour me mettre des coups de pieds dans les testicules. Leur violence était gratuite. Je me suis vu partir lorsque je les ai entendu se dire : +Finissons cette face de craie+. » – Laurent Obertone lisant un témoignage dans la Provence

« On me disait que pendant le week-end de l’ouverture pour Marseille, capitale européenne de la culture, il n’y avait eu aucune violence, tout s’est très bien passé, c’était faux ! Les policiers m’ont dit de source sûre qu’il y a eu malheureusement des violences, mais on les tait. » – Chantal

Espagne, Belgique : le mariage gay passé dans la paix. Pourquoi pas ici ?

Notre amour déraisonnable du débat, un gouvernement qui ne s’assume pas… Sept explications à la passion française sur la question.

[...] Il y a eu le maire de Sète, qui a parlé des « gays femelles », comme s’il s’agissait d’animaux, l’Union des organisations islamiques de France (UOIF) qui a mis en garde contre « le risque de zoophilie », ou encore le maire du VIIIe arrondissement de Paris, qui a déclaré :
« Et pourquoi interdire plus avant les mariages consanguins, la pédophilie, l’inceste, qui sont encore monnaie courante dans le monde ? »

Le moins qu’on puisse dire, c’est qu’en France le débat n’est pas apaisé. Quand on regarde la façon dont les choses se sont déroulées en Espagne et en Belgique, c’est d’autant plus étonnant. Là-bas, le mariage pour tous est passé comme une lettre à la poste. [...]

Le chercheur David Paternotte émet l’hypothèse que les journalistes français ont une responsabilité dans la teneur actuelle du débat. Parce qu’ils ont cette tradition de toujours présenter la pensée de manière dialectique, même quand c’est foireux.
« A la fin de l’été en France, les médias étaient en quête d’opposants. Ça tournait souvent à la caricature. N’importe quel curé de campagne qui était contre était interviewé. »

Il parle de la tribune en décembre des psychanalystes Jean-Pierre Winter et Monette Wacquin dans le Monde, « Non à un monde sans sexes ! ».
« C’est un recueil de bêtises, mais c’est publié dans Le Monde, un journal identifié à gauche. »

Il rappelle qu’en Espagne, les médias de gauche ont clairement soutenu le projet de loi. Les opposants ne parlaient que dans les journaux dont ils étaient proches. Le chercheur pense que cette présence de l’opposition dans des médias où elle n’était pourtant pas attendue a envoyé, en France, « un signe aux opposants ».

[...]

Rue 89

Grâce à la FNAC, une affiche qu’on ne verra qu’en France …

Noter le curieux détail capillaire que les usagers du métro parisien ne manqueront pas de scruter :

Curieux hasard du calendrier à l’approche de la manifestation de dimanche
Côte à côte : l’affiche internationale du film et sa déclinaison française

Extrait du synopsis :
Les balkans portent encore les cicatrices de la guerre. Les Serbes, Bosniaques, Croates, Albanais.. s’haïssent les uns les autres. Cependant, malgré leurs différents, ils s’accordent sur un point: personne n’aime les pédés. C’est dans ce contexte que quelques courageux illuminés tentent tant bien que mal d’organiser une Gay Pride dans les rues de Belgrade…

(Cliquer pour agrandir)

la fiche wikipedia du film ainsi qu’une recherche sur google (Cliquer pour agrandir) :

(merci au Salon Beige)

La BBC veut plus de visibilité pour les minorités sexuelles

Aujourd’hui, alors que le premier ministre conservateur David Cameron vient de se prononcer en faveur du mariage pour les couples de même sexe, la BBC s’inquiète de la représentation sur ses écrans des personnes LGB (lesbiennes, gay et bisexuelles). Le service public a donc commandité un énième rapport sur le sujet. Sans surprise, celui-ci, paru cette semaine, conclut que l’on n’en fait jamais assez en la matière. Les personnes LGB sont ainsi encore « relativement invisibles » et « trop souvent stéréotypées » à la télévision. Même si quelques feuilletons maison reçoivent des bons points pour avoir su, à la façon de notre « Plus belle la vie », inclure des personnages homosexuels dans leur scénario, il faut faire encore des efforts. Voici donc quelques unes des principales recommandations du rapport :

- Attention à ne pas discriminer les lesbiennes et les bi en incluant surtout des homosexuels mâles dans les fictions ou les programmes de divertissement.

- Veiller à présenter plus de personnes LGB dans tous les types d’émissions, notamment les émissions destinées aux enfants.

- Dans les programmes d’information, ne pas donner trop la parole aux points de vue « homophobes » (les homophobes étant ceux qui s’opposent au mariage gay ou à l’adoption par les couples homosexuels).

OJIM