Les médias exhument le passé criminel d’un élu FN

Un conseiller municipal du Front national élu le 30 mars à Clermont-Ferrand avait été l’auteur d’une fusillade mortelle à Belle-Ile-en-Mer en 1979, ce qu’il a toujours caché à son parti, révèle le quotidien La Montagne vendredi.

Hebergeur d'imageEric Assad, 59 ans aujourd’hui, avait été déclaré irresponsable de ses actes et interné durant sept ans en hôpital psychiatrique, précise un article mis en ligne sur le site internet lamontagne.fr.

Le 1er décembre 1979, alors infirmier psychiatrique de 24 ans, en proie à une déception amoureuse, il avait ouvert le feu dans les rues du Palais, tuant un étudiant en droit de 23 ans, en permission militaire sur l’île, et blessant grièvement un quinquagénaire fonctionnaire à Nantes. Un boucher de 19 ans sorti de sa boutique avait lui été blessé à coups de crosse, raconte le journal.

Trois semaines plus tard, un rapport d’expertise médico-légale concluait que l’agresseur était « en état de démence au moment des faits ». La justice le déclarait irresponsable de ses actes et le préfet du Morbihan le faisait interner en 1980.  [...]

Eric Assad a nié être l’auteur de ces faits à La Montagne, renvoyant à un « homonyme ». « Ce n’est pas du tout moi », « j’étais en Grèce depuis 1978 et jusqu’en 1991″, a-t-il affirmé, démentant aussi avoir engagé une procédure devant la cour européenne des droits de l’Homme qui porte son nom et une domiciliation à Clermont-Ferrand. Elle avait abouti favorablement en 2006.

La Montagne souligne que le casier judiciaire de l’élu ne porte aucune trace de ces faits, conformément à ce que prévoit la loi, mais écarte l’idée d’un homonyme « qui serait né le même jour que lui, la même année, dans la même ville de Saïgon ». [...]

Le Figaro

Pas de Mélenchon sur les plateaux télé dimanche pour le second tour

Comme vous l’avait rapporté jeanmarcmorandini.com , dimanche soir, lors de la soirée électorale du premier tour des municipales, Jean-Luc Mélenchon , très en colère, avait quitté soudainement le plateau de TF1 .

Ce matin, sur France 2 , le coprésident du Parti de gauche a fait part de son mécontement, mais surtout, a annoncé qu’il va boycotter les plateaux télé ce dimanche, pour le second tour. [...]

Hebergeur d'image

Il a lâché : « Vous m’avez trop maltraité. Je ne viendrai pas, je veux marquer ma désapprobation sur le temps d’antenne qui a été le nôtre, c’est-à-dire égal à 0, pour parler des municipales sur le service public.  » [...]

Morandini

Pour le Pape, le pire péché des médias, c’est la désinformation

« Je considère que les péchés les plus graves que commettent les médias sont ceux qui concernent les contre-vérités et les mensonges, et ils sont trois : la désinformation, la calomnie et la diffamation ».

Voilà ce qu’a déclaré le Pape François durant l’audience de ce samedi matin accordée aux radios et télévisions d’inspiration catholique du réseau Corallo. « La calomnie et la diffamation sont graves, mais le plus grave c’est la désinformation », a tenu a ajouté le Pape. « La calomnie c’est un péché mortel, mais l’on peut toujours arriver à clarifier les choses, et à faire valoir finalement que c’est une calomnie ». « La diffamation c’est un péché mortel, mais on peut réussir à dire que c’est une injustice». « Mais la désinformation, a ajouté le Pape, c’est ne dire que la moitié des choses, celles qui me conviennent, et ne pas dire l’autre moitié : de sorte que celui qui regarde la télévision ou écoute la radio ne peut bien juger les choses parce qu’ils n’a pas tous les éléments, car ils ne lui ont pas été livrés ». « Evitez ces trois péchés : la désinformation, la calomnie et la diffamation », a conseillé le Pape François à son auditoire.

Déclarant qu’il improvisait, et que donc « il ne parlait pas la langue de Dante », le Pape a ensuite touché un autre des sujets qu’il avait prévu d’aborder, celui de la présence des laïcs dans l’Eglise. L’Eglise a besoin de la contribution des laïcs, et ceux-ci ne doivent pas être « cléricalisés ». Le Pontife a critiqué la tendance de certains prélats qui, pouvant compter sur les qualités d’organisation de très nombreux laïcs dans leurs paroisses et diocèses, font tout pour les cléricaliser. « La proposition est de tout de suite cléricaliser », a déclaré le Pape dans un discours improvisé. « C’est une erreur, a-t-il ajouté, un bon laïc doit le rester, continuer ainsi et grandir ainsi ». « Pour ma part, a ajouté le Pape, je considère que le cléricalisme empêche la croissance des laïcs. Mais c’est une tentation aussi des laïcs, car certains d’entre eux veulent être cléricalisés ». Le Pape a alors conseillé de promouvoir l’harmonie dans les différentes tâches à l’intérieur de l’Eglise, « parce que la fonction attribuée au laïc et assumée par lui, le prêtre ne peut s’en charger ». A ce propos, le Pape François a mis l’accent sur « les conseils pastoraux ». « Une paroisse qui n’a pas de conseil pastoral ni de conseil pour les affaires économiques, ce n’est pas une bonne paroisse », a-t-il conclu.

Radio Vatican, merci à Sam

Médias : la modération de commentaires sous-traitée en Afrique

Sur un live, comme celui consacré à la révolution en Ukraine, LeMonde.fr dépasse régulièrement le million de visiteurs. Conséquence, des commentaires par milliers et autant de messages à valider afin d’éviter les dérapages racistes ou diffamatoires. Une modération « impossible à gérer en interne, d’autant qu’il faut pouvoir faire face à de fortes variations liées à l’actualité », explique Isabelle André, PDG du Monde Interactif. Le groupe totalise aujourd’hui près de 100.000 commentaires chaque mois.

Hebergeur d'imagePour faire face à cet afflux de commentaires, les médias font appels à des prestataires de services spécialisés dans la « gestion de communauté ». Sur ce secteur, trois entreprises se tirent la bourre : Netino, Concileo et Atchik Services. Chacun tente de trouver la martingale pour proposer une modération de qualité à des tarifs les plus bas possibles, crise de la presse oblige. Une solution tend à s’imposer : faire appel à des modérateurs à Madagascar ou au Maroc, au prix de conditions de travail qu’on n’accepterait jamais dans l’hexagone. Enquête dans les poubelles de la grande presse. [...]

Dans le petit monde ultra-concurrentiel de la modération, 3 entreprises se partagent le marché : Netino, Concileo et Achtik Service. Mais Netino fait figure d’ogre : « On n’a jamais perdu le moindre appel d’offres, la moindre consultation et aucun de nos clients ne nous a jamais quitté pour un concurrent », se félicite son président, Jérémie Mani. La liste de ses contrats a de quoi faire pâlir d’envie un kiosque à journaux :

Le Monde, Le Nouvel Observateur, le JDD, Le Point, L’Express, les Echos, la Tribune… Des groupes comme Prisma ou Lagardère, quelques télévisions et pas des moindres : Canal+, BFM en tête. [...]

Quel est le secret de la boîte pour modérer à bas prix ? Une équipe dédiée à chaque média, des modérateurs formés par l’entreprise et un logiciel de pointe pour trier les posts… mais surtout des salariés à bas coûts situés dans des pays pauvres. Seul 20% des employés sont basés en France, les autres sont à l’étranger, principalement à Madagascar. Bien souvent les encadrants sont hexagonaux. Pas les cadres intermédiaires et les petites mains. Le boss de Netino aborde la question « sans tabou » :

« Il ne faut pas penser qu’on remplace un Français par un Malgache. Nous, on remplace un Français par trois Malgaches. Ils ont donc trois fois plus de temps pour traiter le même volume de messages. » [...]

Son principal concurrent, Concileo, fait également profiter certains de ses clients – comme l’Equipe.fr, des joies du offshore. Depuis six mois, il dispose d’une filiale, Be-Colors, installée à Rabat (Maroc). [...]

Street Press

Le PCF veut plus de présence dans les médias

Le Parti communiste français (PCF) qui estime être « quasiment absent des antennes » face à un Front national qui « a table ouverte » a annoncé aujourd’hui avoir alerté le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) sur « la discrimination de médiatisation dans l’audiovisuel » dont il se juge victime. [...]

Hebergeur d'imageLe PCF, formation fondatrice du Front de gauche, qui est représenté par un groupe parlementaire à l’Assemblée nationale, au Sénat et au Parlement européen, et qui est la troisième force politique en termes d’élus locaux estime être « quasiment absent des antennes ».

« Il est ainsi inacceptable que le FN, qui n’a aucun groupe parlementaire et qui n’a que cinq maires de petites communes, ait table ouverte permanente sur tous les plateaux de télévision et les radios », ajoute-t-il.

« De la même manière, les débats de fond comme les confrontations d’opinion concernant les enjeux liés aux élections municipales et européennes sont dénaturés ou absolument pas traités. Comment ne pas s’étonner de l’abstention qui risque de favoriser la droite et l’extrême droite ? », interroge le PCF. [...]

Le Figaro

TF1 et les socialistes au pouvoir : histoire d’un réchauffement

« Au baromètre des relations entre les grands groupes audiovisuels et le gouvernement, la météo avec TF1 est bonne. » La métaphore est accompagnée d’un sourire dans la bouche de ce conseiller, qui goûte le paradoxe de la situation : les socialistes ont parfois eu des relations orageuses avec la chaîne du groupe de Martin Bouygues, proche de Nicolas Sarkozy.

Ces tempêtes semblent aujourd’hui loin : mercredi 5 mars, Alain Weill, président du groupe auquel appartient BFMTV, a de nouveau suggéré qu’une partie de la majorité de François Hollande a voulu « faire plaisir » à TF1 en donnant à l’automne au Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) le pouvoir de passer une chaîne payante comme LCI en gratuit.

(…) Depuis l’alternance, certains concurrents de TF1 ou Bouygues vont jusqu’à insinuer que le groupe a adapté le ton de sa chaîne : « Martin Bouygues a souvent un vrai bon sens paysan et c’est un très bon dirigeant. Mais il fait un travail de lobbying exceptionnel, n’hésitant pas à utiliser le 20 heures sur TF1 comme un outil », a ainsi déclaré Xavier Niel, actionnaire du Monde et patron de Free, rival de Bouygues Télécom, en décembre 2013 au Journal du dimanche (JDD).

Du côté de TF1, on refuse de commenter une telle accusation, mais il est vrai que certains socialistes ont changé de regard sur le 20 heures de la première chaîne. « Leur JT n’est pas vécu comme l’ennemi politique qu’il représentait il y a 15 ou 20 ans », résume Patrick Bloche, président de la commission des affaires culturelles de l’Assemblée nationale. D’ailleurs, le premier ministre, Jean-Marc Ayrault, a lui-même confié récemment à un interlocuteur qu’il préférait le JT de TF1 à celui de France 2.

 

(…) Le Monde

Paul-Marie Coûteaux évoque des «camps» pour les Roms, la presse tente de polémiquer (MàJ vidéo)

Paul-Marie Coûteaux était l’invité de TV Libertés ce soir :

Sur son blog de campagne, le candidat Rassemblement Bleu Marine se répand sur la présence de Roms dans le VIe arrondissement de Paris, et se demande ce que peut faire le ministre de l’Intérieur, «à part concentrer ces populations étrangères dans des camps».

Hebergeur d'imageQu’a vraiment voulu dire Paul-Marie Coûteaux, tête de liste FN-Rassemblement Bleu Marine dans le VIe arrondissement de Paris en évoquant dans son blog de campagne la «concentration» de Roms dans des «camps» ? Repérée par l’Agence France Presse, la petite phrase datée du 25 février a rapidement été démentie par l’intéressé qui plaide l’incompréhension de ses écrits.

Sur son blog, le candidat Rassemblement Bleu Marine évoque à de nombreuses reprises la présence de Roms dans son arrondissement. Il qualifie leur présence «d’invasion», de «lèpre» qui porte atteinte à «l’ordre esthétique» de ce quartier huppé de Paris. «Du fait que des familles entières s’installent au milieu de nos rues avec leurs bouts de lits rouillés, leurs matelas, leurs cabas, de cette saleté et des épidémies qu’elle ne manquera pas de provoquer (…), nul ne se sent responsable.» Cette situation «témoigne jusqu’à la caricature de l’irresponsabilité générale, et corrélativement de l’abandon complet de la dignité nationale», écrit-il.

«Mais que peut faire M. le ministre de l’Intérieur – à part concentrer ces populations étrangères dans des camps, où la vie serait sans doute si peu conforme à ce qu’elles escomptaient du voyage qu’elles préféreraient déguerpir d’un territoire aussi inhospitalier ?», poursuit-il. [...]

Le Figaro

La Guadeloupe a connu plus de meurtres en 2013 que Marseille ou la Corse

La criminalité marseillaise fait l’objet d’une comptabilité morbide scrupuleusement mise à jour. D’autres territoires français sont dans le même temps beaucoup moins scrutés par les médias, et pourtant…

«Pourtant, avec 27 morts depuis janvier par armes à feu ou blanches, la Guadeloupe est la région la plus dangereuse de France», écrivait le site de Roads Mag le 19 juillet dernier,

et «ce paradis des Antilles est devenu un enfer en comparaison des villes de métropole comme Marseille ou la sempiternelle et violente Corse, qui font les choux gras des médias nationaux.»

Le site DomActu avait alors dressé la liste de ces homicides: «un chiffre effroyable. A titre de comparaison, 11 homicides ont été recensés à Marseille et 13 en Corse sur la même période.» Les victimes sont souvent jeunes, et les rivalités entre bandes souvent à l’origine des violences[...]

Slate, Merci à abovo2

 

Syrie : pour en finir avec la BHLisation des esprits

Le dossier syrien est pollué par une approche manichéenne du problème, marqué par le règne de l’émotion et de la com. Cela porte un nom : la BHLisation des esprits.

On se croirait revenu plusieurs années en arrière, au temps de l’éclatement de l’ex Yougoslavie ou du conflit au Kosovo.

Comme à cette époque, les médias sont investis par deux sortes de personnages : des « experts » de la chose militaire transformés en commentateurs, et des éditorialistes prompts à chausser leurs rangers pour régler un conflit complexe au moyen de solutions simplifiées à l’extrême. Le « Moyen Orient compliqué »(De Gaulle) ? Foutaises. « Y’a qu’à » bombarder Assad et tout sera réglé.

C’est la forme supérieure de la BHLisation des esprits. Elle consiste à ériger l’émotion en guide suprême, à vider l’ONU de son contenu et à faire de quelques va-t-en guerres les shérifs attitrés d’une nouvelle police internationale autoproclamée. Bernard-Henri Lévy écrit dans sa dernière chronique du « La force est le dernier recours pour faire entendre raison aux assassins ». Au nom de quoi il faut « faire bloc autour du chef des armées ». A vos ordres, mon général. Ces paroles viriles sont dignes des chambrées nationalistes de 1914. [...]

Marianne 

Zones de « non-droit » : le ministre interdit les photos

Le jeudi 1er août 2013, en pleine canicule, la presse était « conviée », par la ministre des Droits de la femme Najat Vallaud-Belkacem et par le ministre de la Ville François Lamy, à une rencontre avec les associations des quartiers populaires.

Cette visite ministérielle dans ces quartiers n’est pas la première ; il semble que pour notre gouvernement seuls ces quartiers soient dignes d’intérêt. Ce qui pose vraiment un problème, c’est que le communiqué invitant la presse et demandant de s’accréditer directement auprès du cabinet du ministre précisait : « Hormis lors du point presse, les caméras et appareils photographiques ne sont pas acceptés lors de ce déplacement. » Une façon de dire que les journalistes de l’écrit peuvent dire ce qu’ils veulent, il ne doit pas y avoir d’images pour le prouver.

Boulevard Voltaire