Meaux (77). Accusé de tentative de meurtre, il s’évade du commissariat et vole une voiture de la mairie

Incroyable ! Aujourd’hui à 14 h 25, un homme de 25 ans originaire d’Etampes (Essonne), actuellement en détention à la prison de Meaux-Chauconin pour une tentative de meurtre, s’est fait la belle alors qu’il se trouvait en garde à vue au commissariat de Meaux. Le gardé à vue, déjà condamné pour une évasion, a profité d’un moment de confusion pour s’échapper de l’hôtel de police. Une fois dehors, il a volé une voiture de la mairie de Meaux garée sur le parking des services municipaux voisins du commissariat.

(…) Le Parisien

Evasion en plein tribunal à Meaux (77)

Il venait d’être condamné à cinq ans de prison ferme. Ce mercredi en fin d’après-midi, un homme de 32 ans , qui comparaissait devant le tribunal correctionnel de Meaux pour une affaire de vol à main armée et séquestration en 2006, a réussi à s’évader des geôles du tribunal. A 19 h 30, le fugitif était toujours introuvable.

(…) le Parisien

Meaux : deux détenus s’évadent à vélo lors d’une activité extérieure

Deux détenus de la prison de Meaux-Chauconin (Seine-et-Marne) se sont évadés à vélo lundi lors d’une activité à l’extérieur de l’établissement, a-t-on appris de sources concordantes, confirmant une information du Parisien.

Les deux détenus, dont l’un purgeait «une peine relativement conséquente», ont «pris la fuite à vélo», a expliqué une source judiciaire. Ils pratiquaient «une activité extérieure» lorsqu’ils se sont évadés, a ajouté cette source.

«Ils sont partis à 08H30 et en fin de matinée, ils manquaient à l’appel. Ils seraient partis sans prévenir, ce qui est considéré comme une évasion», a ajouté Gérald Ferjul, représentant syndical Ufap-Unsa Justice. [...]

«Cette activité était uniquement encadrée par le Service pénitentiaire d’insertion et de probation (SPIP), sans présence de personnels de surveillance», a précisé M. Deruelle dans un communiqué.

Le SPIP est un service de l’administration pénitentiaire chargé notamment de la réinsertion sociale des détenus, afin de prévenir la récidive. Il intervient non seulement au sein des établissements pénitentiaires, mais aussi en dehors de ces établissements. [...]

Libération

Merci à Backterix

Du djembé à l’école pour mieux se concentrer

L’association Fola Percussions de Férolles-Attilly intervient en milieu scolaire pour apprendre aux élèves à se concentrer et à respecter l’autre.

Chaque mardi, les élèves de ce lycée professionnel prennent des cours avec l’association Fola Percussions, basée à Férolles-Attilly, dans le sud de la Seine-et-Marne. L’intervenant, Mickaël, rappelle les trois règles de base : l’écoute, le visuel et le jouer ensemble.

Les rythmes brésiliens de carnaval décrispent les visages, les éclairent d’allégresse.

Céline Foulon-Noël, professeur de vente, confirme cette amélioration:

 « Les élèves n’arrivent plus en retard, disent moins de gros mots en classe, se braquent moins envers l’autorité. Les cours se déroulent dans une meilleure ambiance de travail. »

A la fin de l’année, les lycéens de Baudelaire devraient jouer au… Stade de France, à Saint-Denis (93), pour chauffer les gradins avant un match. Etre applaudi par des milliers de spectateurs, belle gratification. Benjamin en trépigne d’impatience.

Le Parisien
(Merci à Domi)

Autres exemples:

Atelier djembé à l’école Saint Exupéry d’Orléans:

Source

L’école du Bateau-Lyre apprend le djembé – Honfleur:

Source

Le djembé se pratique dans les école Berckoises:

Source

Écoles élémentaires et maternelles de Mercuès (Lot)

Source

Quatre hommes interpellés à Meaux pour vols

Quatre hommes âgés de 16 à 21 ans, soupçonnés d’avoir commis huit vols avec violence depuis le 22 janvier, ont été interpellés samedi à Meaux (Seine-et-Marne) et placés en détention provisoire avant leur passage en comparution immédiate lundi, a-t-on appris de source policière. [...]

Ces quatre jeunes hommes, qui sont « a priori tous connus des services de police », selon la source policière, s’emparaient en priorité des téléphones portables de leur victime. [...]

Europe 1

Merci à chris3818919

Meaux : 6 collégiens poursuivis

Six collégiens ont été déférés hier soir devant un juge des enfants de Meaux après avoir frappé un élève dans la cour de récréation d’un collège de Coulommiers (Seine-et-Marne) et diffusé la vidéo de cette bagarre sur Facebook, a-t-on appris de sources concordantes.

Cinq jeunes de 15 ans sont soupçonnés d’avoir mis à terre un élève dans la cour de récréation du collège Hippolyte-Rémy, le 8 janvier, lui donnant des coups de pieds et l’aspergeant de déodorant dans les yeux. L’un d’eux a demandé à une jeune fille de filmer la scène avec un téléphone et la vidéo a été diffusée sur Facebook, a-t-on expliqué de source judiciaire, confirmant une information du Parisien. [...]

Le Figaro

Un caïd de la drogue interpellé à Meaux

Trois trafiquants de drogue présumés, dont un homme de 37 ans surnommé « Ronaldo », considéré comme un caïd du trafic de stupéfiants en Ile-de-France, ont été mis en examen et écroués hier à Meaux (en Seine-et-Marne), a-t-on appris aujourd’hui de sources proches du dossier.

Les trois trafiquants présumés, interpellés lundi à Goussainville (dans le Val-d’Oise), sont soupçonnés d’avoir importé du Maroc de grosses quantités de résine de cannabis, à destination du marché francilien, ont précisé ces sources, confirmant une information d’Europe 1. [...]

Ce dernier, se faisant appeler « Ronaldo » en raison de sa ressemblance avec l’ex-star du football brésilien, est considéré comme un trafiquant de drogue très implanté dans plusieurs cités d’Ile-de-France et a déjà été condamné pour des faits similaires, selon la source proche du dossier. [...]

Hebergeur d'image

Le vrai « Ronaldo », ex-footballeur brésilien, sosie du voyou

Le Figaro

Racisme anti-Blancs, islamisation : bienvenue à Meaux

Racisme anti-Blancs, islamisation, substitution ethnique, communautarisation : bienvenue dans la ville de Jean-François Copé.

La parabole du pain au chocolat, un reportage sur la cité de Beauval, à Meaux, diffusé le 22 novembre sur France 2 (« Complément d’enquête »).

Deux « Français d’origine » présentés dans le reportage : Pamela et son fils Warren. « Leur religion : le hip-hop. » Leur meilleur ami : Ali. Signe particulier : « le mélange des cultures »

« On est dans un contexte qui, malheureusement, peut faire peur aux Français de souche. (…) Ce qui a changé c’est la population. »

Lire la suite

Une policière agressée à Meaux

Une policière a été agressée par une jeune femme cet après-midi en gare de Meaux (Seine-et-Marne), lors d’une rixe opposant une vingtaine de jeunes à des policiers, a-t-on appris de source policière.

La fonctionnaire de police, qui était intervenue en milieu d’après-midi pour une agression à la gare, s’est retrouvée face à un attroupement et a été attaquée par une jeune femme de 18 ans.

Elle « a reçu des coups au visage et a eu des cheveux arrachés », selon la même source. Légèrement blessée, la policière a été transportée à l’hôpital. (…)

Le Figaro

Meaux (77) La loi de la violence règne à l’école élémentaire Alain-I (màj info)

A lire: Sur le site du syndicat Snuipp/FSU: Les enfants de l’immigration: une chance pour l’école (15.05.2012)

Marie Rose Moro, spécialiste de la psychiatrie transculturelle, livre son point de vue sur la place des enfants de l’immigration à l’école. Une interview accordée à [fenêtres sur cours], la revue du SnUipp-FSU.

Extraits:
Les enfants de l’immigration ne sont-ils pas des élèves comme les autres ?
[...] Ces enfants sont une chance pour les autres car ils représentent une société moderne multiculturelle, l’occasion pour une classe d’évoquer des questions historiques, géographiques, sociales, internationales… Mais encore faudrait-il que la diversité soit valorisée à l’école.

Quelles sont les pratiques qui devraient être favorisées ?
[...] Il faut d’abord introduire dans la formation des enseignants des disciplines qui aident à changer leur regard sur ces enfants. La linguistique mais aussi l’anthropologie, l’ethnologie, l’histoire sont autant d’éléments qui permettraient aux enseignants de comprendre les atouts de ces enfants ce qu’ils peuvent en faire. [...] Il faut développer la discrimination positive. Les parents migrants doivent connaître les filières d’excellence au même titre que les autres et une place doit être faite à leurs enfants pour qu’ils puissent rentrer dans ces filières. [...]

Snuipp.fr
(Merci à Gloups)

Réputée école la plus difficile du département, l’élémentaire Alain-I, dans le quartier de Beauval, est le théâtre, depuis la rentrée, de violences sans précédent de la part d’écoliers.

Enfants qui sortent de classe de leur propre chef, qui crient en cours, qui se roulent par terre lorsqu’il faut rentrer en classe, insultes, coups entre élèves, intolérance à toute autorité, insultes, coups et menaces de mort à un adulte…

Ce devait être une école pilote à la rentrée des vacances d’automne. Mais, pour le moment, le pilote va droit dans le mur

A l’école élémentaire Alain-I, classée en zone d’éducation prioritaire au cœur du quartier de Beauval, qui concentre de nombreuses difficultés sociales, à Meaux, les enseignants devraient être en train de mettre en place une expérience innovante permettant, en répartissant les écoliers par groupe de niveau et non par classe, de rattraper les retards d’apprentissage. Il n’en est plus question.

Mardi, un assistant d’éducation a été agressé par un groupe d’une vingtaine d’élèves pour avoir pris le ballon à un groupe d’enfants qui refusaient d’arrêter de jouer après la fin de la récréation. Il a porté plainte pour violences et menaces de mort.

« Il faut que cela redevienne une école, pour le moment c’est un souk, déplore un animateur du centre social Aragon voisin. On aimerait bien comprendre pourquoi à l’école Alain-II, juste à côté, tout se passe bien. » « Alain-I est l’école la plus difficile du département, confirme Eric Sueur, secrétaire départemental du Snuipp, principal syndicat représentant les enseignants du premier degré.

Pour l’instant, les professeurs tentent de transformer les enfants en élèves. Mais c’est une vraie poudrière.  La situation n’est pas nouvelle, elle perdure depuis trois ans. Pour redonner un nouveau souffle, toute l’équipe enseignante a été changée cette année. « Cette année, les enfants sont les plus anciens dans l’école », pointe Eric Sueur.

Ils testent les adultes pour voir jusqu’où ils peuvent aller, déplore une maman qui estime à une vingtaine le nombre d’éléments perturbateurs. L’un montre ses fesses à toute la classe,

Des petits frappent des plus grands, insultent les maternelles à travers la grille… On va finir par avoir besoin de CRS. Il faut qu’ils s’en aillent pour que le calme revienne. 

Une option qu’envisagerait l’inspection académique, qui a commencé par organiser une réunion avec les parents, lundi. Elle devrait aussi mettre en place un accompagnement personnalisé d’une quinzaine d’écoliers. Dès hier, l’équipe mobile d’intervention, une unité de l’inspection qui intervient en cas de conflit dans les collèges, a investi les lieux.

Pour aider à l’apaisement, la mairie va mobiliser des animateurs du service jeunesse durant les récréations. Pour que les élèves se réapproprient les lieux, ils devraient participer à la décoration de l’école tandis que des travaux de réfection dans l’établissement sont planifiés. Des associations doivent aussi intervenir pour favoriser le respect et la citoyenneté.

Les professeurs, « une équipe soudée », selon le Snuipp-FSU, ne souhaitent pas s’exprimer, attendant de constater l’efficacité des moyens mis en place. Silence aussi du côté de l’inspection académique qui se borne à déclarer qu’elle « travaille avec l’équipe pour que l’école retrouve un fonctionnement normal ».

Le Parisien

Meaux (77). Un procureur adjoint frappé au visage

Un procureur adjoint a été frappé au visage mardi dans l’enceinte du tribunal par un homme qui était jugé pour des violences envers des policiers. Le magistrat s’est vu délivrer 4 jours d’ITT.

L’homme a été jugé pour des violences sur des policiers, lors d’une audience où siégeait ce magistrat. Un peu plus tard, il a reconnu le procureur adjoint dans l’enceinte du tribunal et lui a alors demandé de lui restituer son passeport, retenu dans le cadre de la procédure. Le procureur ne pouvant lui restituer ses papiers, l’homme l’a alors insulté et lui a assené un coup de poing au visage.

Europe 1

Merci à Natacha3

La venue de Marine Le Pen à Meaux perturbée par le Front de Gauche

Marine Le Pen a fait campagne ce  matin sur le marché de Meaux (Seine-et-Marne), la ville du leader de l’UMP Jean-François Copé, où sa visite d’une heure a été perturbée par l’hostilité de militants du Front de gauche (FG) et du PS. « Résistance ! Résistance ! Résistance ! » : ce slogan exprimé à vive voix a accompagné les déambulations de la leader du Front national entre les étals et auprès des commerçants ou des passants, couvrant parfois la voix de la candidate.

Hebergeur d'image

Des militants du Front de Gauche...

Affichant un large sourire en guise de réponse, Marine Le Pen a vu dans cette réaction des signes de la « violence » et de la « haine » dont elle accuse son adversaire du FG, Jean-Luc Mélenchon. Celui-ci l’a devancée pour la première fois dans un sondage BVA vendredi, un cas unique pour l’instant. La présidente du FN a pu se rassurer avec les embrassades de passants croisés et les autographes qu’ils sollicitaient. Elle a déploré de ne pas pouvoir faire campagne « normalement ».

A l’issue de la visite, les partisans de Jean-Luc Mélenchon ont entonné la Marseillaise, comme aux meetings de leur leader. Marine Le Pen s’est tournée pour leur faire face. Après un court moment d’hésitation, elle a aussi chanté l’hymne national à tue-tête. [...]

Le Figaro