Municipales. Pas de vote sanction contre le PS en outre-mer

Dans les départements et collectivités d’outre-mer, le vote sanction contre le gouvernement n’a pas eu lieu. Même si la droite progresse à La Réunion, elle n’arrive toujours pas à gagner de terrain dans les Antilles-Guyane et perd le chef-lieu de Mayotte. « Dans les outre-mer, c’est mieux qu’en métropole pour le PS. Ce soir, il y a un petit rayon de soleil qui brille pour le Parti socialiste », a déclaré dimanche le ministre des Outre-mer, Victorin Lurel, sur Guadeloupe 1ère, avant de regagner l’Hexagone. Globalement, les parlementaires soutenant la majorité de gouvernement ont quasiment tous été élus et deux sénateurs UMP cèdent leur fauteuil de maire à Mayotte et en Nouvelle-Calédonie au profit du PS et de l’UDI.

Hebergeur d'image

Mayotte : le chef-lieu Mamoudzou donne l’avantage à la gauche. (…)

Guadeloupe : les socialistes s’emparent de plusieurs villes. (…)

Martinique : l’ancrage à gauche confirmé. (…)

Guyane : victoire de la gauche à Cayenne. (…)

(…) Le parisien

Le Puy-en-Velay (43). un Mahorais détruit 4 ordinateurs à Pôle Emploi et blesse 3 policiers

Mercredi, après avoir insultés les agents de l’agence Pôle Emploi du Puy-en-Velay, un homme a détruit quatre ordinateurs. Son interpellation a été mouvementée: trois fonctionnaires ont été blessés

Dans son excitation, l’homme a détruit pas moins de quatre ordinateurs installés sur les postes de travail. Prévenus, les services de Police sont arrivés rapidement sur place mais à la vue des fonctionnaires, le violent s’est rebellé de plus belle.

L’individu excité a finalement été interpellé, non sans difficulté. Lors de l’intervention, trois fonctionnaires ont été blessés, et l’un d’eux s’est même vu prescrire un arrêt de travail de 21 jours.

Conduit au commissariat de police il a été placé en garde à vue par l’officier de police judiciaire et entendu lors de cette procédure pour détériorations graves et rébellion.

Il aurait expliqué « avoir voulu des explications sur un dossier et avoir mal réagi à la vue des policiers ».

Agé de 25 ans et ressortissant de Mayotte, ce sans domicile fixe est convoqué à une prochaine audience du tribunal correctionnel.

Le Progrès
(Merci à Antibarbare)

La cocotte-minute mahoraise prête à exploser

La rentrée scolaire à Mayotte, où le manque de classe, d’enseignants, de bâtiments est un habituel constat de rentrée, il faut dire que l’effectif des enfants scolarisés augmente chaque année, cette année l’augmentation est de 2200 élèves pour un total de 85500 enfants scolarisés, pour une population de 212000 habitants , recensement de 2012.

Avec la rentrée chaque année c’est aussi la violence qui réapparait, les conflits entre village qui sont récurrents depuis des années, puisque nous avons pu lire ici ou là que les parents déjà se battaient entre origine de quartiers.

En cette rentrée 2013, la violence a pris un nouveau visage, suivre ces liens :

http://mayotte.orange.fr/news/mayotte/le-jeune-raphael-entre-la-vie-et-la-mort,21553.html

http://mayotte.orange.fr/news/mayotte/les-femmes-leaders-parlent-de-guerre-civile,21392.html

Les journalistes France Mayotte (que font les bisounours de Mayotte première ?) sont les seuls à dénoncer cette violence gratuite et quotidienne, dans cette île qui a dû sans doute être un lieu paisible et bien agréable autrefois.

(…) Mediapart

Merci à BobbyW

« Un enfant sur cinq vit au-dessous du seuil de pauvreté, chaque jour la France compte 1.000 nouveaux chômeurs »

Dominique Baudis, Défenseur des droits, livre au JDD les grandes lignes du rapport qu’il remettra lundi au Président.

Quel regard portez-vous sur la société française?

Elle est minée par l’incertitude. À travers les réclamations reçues, je me rends compte que nous faisons face à une paupérisation grandissante. 20% des Français terminent le mois dans le rouge à la banque, un enfant sur cinq vit au-dessous du seuil de pauvreté, chaque jour la France compte 1.000 nouveaux chômeurs.

(…) Les plates-formes téléphoniques, les services externalisés, les délégations de service public ont rendu l’Administration encore plus abstraite, plus inaccessible, plus violente.

La fusion de quatre autorités sous la responsabilité d’un seul Défenseur des droits a fait disparaître le Défenseur des enfants. La question des mineurs n’a-t-elle pas été sacrifiée?
Bien au contraire. Dans ce domaine, les réclamations ont crû de 20% entre 2011 et 2012.

Cette année, je me suis rendu à Mayotte, où la question des mineurs isolés est cruciale. Ce nouveau département français, au coeur de l’océan Indien, détient un record : il est la « première maternité d’Europe » en nombre d’accouchements. Des mères étrangères sans papiers pour la plupart… Or Mayotte est éligible à une subvention de 200 millions d’euros de l’Europe au titre des « départements extrêmement isolés ».

Si la France ne présente pas rapidement des projets solides, cet argent lui échappera, aucun autre département français ne pouvant y prétendre. Et j’ai bien l’intention de veiller à ce qu’on ne laisse pas s’évaporer autant d’argent.

[...] Le JDD

Le député PS Urvoas est « pessimiste sur Mayotte »

Article du 30 juin tiré du blog de Jean-Jacques Urvoas, député PS (extraits)

« Je rentre d’une semaine passée à Mayotte pour découvrir les multiples difficultés rencontrées dans la lutte contre l’immigration clandestine.

Avec ses 212 600 habitants recensés en 2012, la densité de population est de 575 habitants au km².

Le premier employeur de l’ile est le secteur public : il représente 54 % de l’emploi total, 51% du PIB et l’on estime que chaque fonctionnaire pourvoit aux besoins de 6 à 10 personnes sur l’île.

La pression migratoire alliée à une natalité élevée (près de 7000 naissances annuelles) se traduit par une croissance peu ordinaire des effectifs scolarisés qui, depuis 10 ans, augmentent chaque année de près de 3000 élèves environ.

54 % de la population a moins de 20 ans… Pour faire face aux besoins, il faudrait construire une classe par jour, un collège par an et un lycée tous les deux ans…

L’effet d’attraction suscité par un niveau de vie et de protection sociale considérablement plus élevé que la république voisine des Comores (distante de 70 km) se mesure à chaque instant.

La population en situation irrégulière est estimée à près de 35 % de la population totale de Mayotte et les infractions à la législation des étrangers représentent 77 % du total des infractions constaté

Je reviens de cette immersion assez circonspect pour ne pas dire pessimiste.

urvoas.org 

merci nominoe

Mayotte : le vice-président de la Ligue des Droits de l’Homme inculpé pour viol et agression sexuelle

Me Jacques Tchibozo, 36 ans, vice-président de la Ligue des droits de l’Homme de Mayotte, a été mis en examen. Il est soupçonné de viol, de tentatives de viols et d’agressions sexuelles sur une collaboratrice et des secrétaires de son cabinet. Quatre plaintes ont été déposées contre lui. Figaro + photo - merci Desiderata+35rap

« La secrétaire du Cabinet, qui parle couramment français, shimaoré et shibushi qui sont les langues parlées à Mayotte, a reçu pour instruction de faire deviner son sourire à son interlocuteur, si celui-ci n’est pas en sa présence pour le voir. »

—————————————-

[Rappel 2012] Dunkerque : le président de SOS Racisme condamné à 8 mois ferme pour avoir défiguré son « ex »

Anthony Simati, président de SOS Racisme Flandre Côte d’opale et militant anti-violence, a été sévèrement condamné par le tribunal, aujourd’hui en comparution immédiate, pour avoir tabassé son ex-concubine au point de la défigurer. Il a été incarcéré à l’issue de l’audience. Voix du Nord.

—————————————-

 [Les lecteurs sont invités à continuer la liste...]

Mariage gay : Le sénateur PS de Mayotte, Thani Mohamed Soilihin, s’étonne des «prières de rue» de Civitas

Le sénateur PS de Mayotte, Thani Mohamed Soilihi s’est étonné hier lors du débat sur le mariage gay au Sénat d’avoir entendu des prières aux abords du sénat.

«Cette interdiction ne saurait s’appliquer qu’aux musulmans de ce pays, au nom cette fois-ci du principe d’égalité», s’est-il exclamé.

«Je m’étonne d’avoir entendu des membres de l’organisation Civitas prier devant l’entrée de notre assemblée, alors même que les prières de rue sont interdites depuis le 16 septembre 2011, au nom du principe de laïcité» a déclaré Mohamed Soilihi lors de la discussion générale sur le projet de loi.

L’ancien bâtonnier de Mayotte a plaidé en faveur du mariage gay soulignant qu’il est élu d’un département d’Outre-mer où 95% de la population est de confession musulmane.

Le Figaro

Clandestins / Sans-papiers : comparez…

Site du journal IP-Réunion

Dans le sud de Mayotte, 57 enfants ont été retirés de force de leur école PAR DES HABITANTS DU VILLAGE. La cause ? Leurs parents seraient  sans-papiers, originaires des Comores. IPréunion.com

Libération :

Essonne : Delon Litanda (photo ci-dessous) doit être expulsé le 26 mars vers Kinshasa. Cette fois, on emploiera la manière forte pour le faire monter dans l’avion – menottes et scotch sur la bouche si besoin.(...) Originaire de République Démocratique du Congo (RDC), il est arrivé en 2009 en France avec ses deux aînés aujourd’hui scolarisés. Il y a rejoint sa femme  arrivée plus tôt avec la petite dernière, Kerene. La famille vit depuis sans papiers. Ainsi traite-t-on les sans-papiers dans la France de François Hollande. Blog d’un journaliste de Libération

6a01053570390d970b017c38123f2f970b-500wi.jpg

Mayotte : excédée par les violences liées à l’immigration, la population se fait justice elle-même

[extraits] A Mzouazia, dans le sud de Mayotte, 57 enfants ont été retirés de force de leur école par des habitants du village. La cause ? Leurs parents seraient des sans-papiers, originaires des Comores.

Les tensions sont vives dans le Sud de Mayotte. La population mahoraise, excédée par des cambriolages et des violences, qu’elle estime liée à la population immigrée, est montée au créneau et a décidé de se faire justice elle-même.

Des villageois ont ainsi contraints des enfants, qui seraient nés de parents originaires des Comores, à quitter leur établissement scolaire à Mzouazia. Ils sont 57 à avoir été chassés, parfois assez violemment selon des témoins, et cela malgré leurs cris et leurs pleurs, alors que les gendarmes ne seraient pas intervenus, rapporte le site d’informations Malango.

Suite à cette expulsion, les services de l’Etat ont condamné les faits, estimant qu’il est « inacceptable que des enfants aient été pris ainsi en otage parce que d’origine étrangères », a souligné Jean-Paul Frédéric, directeur de cabinet du préfet. « C’est une ségrégation sévère qui relève de la loi pénale », a-t-il ajouté, précisant que « les reconduites à la frontière sont une compétence de l’Etat ».

(…) Dans un courrier qui circule actuellement sur internet, des « citoyens indignés » comme ils se présentent, attirent l’attention sur la chasse des enfants de sans-papiers à Mayotte.

« En 1940, c’était des enfants juifs que les gendarmes français du gouvernement de Vichy allaient chercher dans les écoles. A Mayotte, les sombres procédés de la France de Vichy se répètent honteusement ! », écrivent-ils.

Les « citoyens indignés » interpellent le préfet et le vice-recteur de Mayotte pour que ces derniers veillent « au respect des lois françaises » et agissent « pour que de telles exactions ne se renouvellent pas ». Ils rappellent entre autres que dans le code de l’Education nationale, il est écrit que « tout enfant peut être accueilli, à partir de l’âge de 3 ans, dans une école proche de son domicile si sa famille en fait la demande » et « aucune condition de nationalité ne doit être opposée et aucune discrimination ne doit être faite pour les enfants étrangers ».

Par ailleurs, ces « citoyens indignés » (…) estiment qu’avec « près de 35% de la population sans titre de séjour, les occupants illégaux sont chaque année un peu plus stigmatisés comme étant la source de tous les maux de l’île : l’insécurité, le manque de place à l’hôpital et à l’école… »

 

(…) Pour rejoindre l’île, devenue le 101e département français en 2011, des dizaines de Comoriens risquent leur vie tous les jours depuis des années. (…) La pression est telle que le rapport démographique a atteint des records : selon les chiffres de l’Insee (institut national de la statistique et des études économiques), 40% des quelque 212 000 habitants de Mayotte sont d’origine comorienne. La plupart sont en situation irrégulière. On estime par ailleurs que 25 à 40% des élèves scolarisés sont issus de familles de sans-papiers.

IPréunion.com

Clandestinité dans le DOM de Mayotte : une situation unique au monde (+ vidéo)

A Mayotte, près de 50% de la population est étrangère. Les rares territoires au monde qui accueillent une telle proportion de population étrangère sont Monaco et les émirats arabes.

Mais nous n’avons ni fiscalité arrangeante, ni familles royales, ni gaz ou pétrole (pour l’instant ?). Et dans ces derniers territoires, la population étrangère est en situation régulière. Elle vit parfois difficilement, mais ne vit pas dans la clandestinité, contrairement à Mayotte. Cette situation peut donc être considérée comme unique au monde et mériter une attention particulière.

Pendant des années, Mayotte s’est arrangée de cette clandestinité. Pour les représentants de l’Etat, il s’agissait des mêmes cultures, des mêmes langues, des mêmes traditions que nos voisins comoriens, des mêmes familles, et les moyens de lutte étaient très limités. Alors, pour ne pas provoquer de vagues dans le lagon, et au vu de la proportion alors encore limitée, il y a eu un certain laisser-faire.

Aujourd’hui, avec 70 à 80% des enfants de la maternité nés de parents en situation irrégulière depuis près de 20 ans, la situation devient explosive et intenable pour Mayotte.

Par ailleurs, le système scolaire est au bord de l’implosion. La limitation des naissances, qui a été demandée aux mahorais, a obtenu ses effets positifs, mais pas sur la population clandestine. Les moyens de la santé sont essentiellement consacrés à la maternité, au détriment de toutes les autres spécialités. La grogne monte. La population mahoraise, qui s’est longtemps battue pour rester française, souffre de ne pas bénéficier de ces avantages et commence à ressentir le fait d’avoir négligé pendant toutes ces années le développement économique. Pour l’île et pour ses enfants.

Il reste toutefois une (très faible) partie de la population mahoraise qui continue de profiter de ces dizaines de milliers de clandestins : ceux qui perçoivent chaque mois des loyers, revendent (très chèrement) de l’eau et de l’électricité, en toute illégalité, se nourrissant de la misère.

Mais les renvois à la frontière par les forces de l’ordre, dont le nombre et les moyens ont considérablement augmenté ces cinq dernières années, laissent sur le carreau des milliers d’enfants abandonnés. Les contrôles sur les chantiers et les quelques condamnations ont fait réfléchir et cette appel à la main-d’œuvre clandestine a baissé, laissant cette population clandestine sans ressource.

L’Etat avait prévenu, par la voix d’un préfet, qu’il ne pourra pas lutter contre l’immigration clandestine sans le soutien de la population mahoraise. Il y a là des règles, des lois à respecter, des principes d’humanisme à ne pas oublier. Il y a des valeurs de la République à (re)mettre sur les frontons des mairies, des solutions à trouver, mais il y aussi une île asphyxiée qui ne pourra pas assurer les prochaines étapes de son développement avec la moitié de sa population qui vit dans la peur, dans des conditions indignes et dans la clandestinité.

Mayotte Hebdo

L’Iran demande à ce que Mayotte redevienne comorienne

L’ambassadeur iranien aux Comores, Madjid Hamidi Benam, a déclaré lors du 34e anniversaire de la Révolution islamique en Iran, que son pays se battra aux côté des Comores pour que Mayotte redevienne comorienne.

« Sachez que l’Iran est au côté des Comores pour le retour de l’île de Mayotte dans son giron naturel… Nous ne pouvons pas laisser un pays musulman souffrir. Nous allons vous apporter le peu que nous avons pour que les Comores se développent », a souligné l’ambassadeur iranien au site lagazettedescomores.com.

Pour rappel, lors du référendum de décembre 1974, Mayotte avait décidé de rester dans le giron de la France, et de pas entrer dans l’Union des Comores, composée de la Grande Comore, d’Anjouan et de Mohéli.

Mais l’ONU n’a jamais reconnu ce rattachement à la France et a toujours poussé la communauté internationale, à « respecter l’unité et l’intégrité territoriale de l’archipel des Comores, composé des îles d’Anjouan, de la Grande-Comore, de Mayotte et de Mohéli ».

Zinfos974

(merci à Diwal-da-reor)

Mayotte : la lèpre, maladie endémique

Le bulletin de veille sanitaire du mois de janvier établi par Cire océan Indien a été édité. Il revient notamment sur la situation de la lèpre à Mayotte qui, malgré une baisse de la prévalence, affiche le deuxième taux de l’océan Indien et le plus haut des territoires français.

On y apprend que, du 1er janvier 2006 au 31 décembre 2011, 307 nouveaux cas de lèpre ont été diagnostiqués à Mayotte. Les années 2010 et 2011 présentent le plus faible nombre de cas. La prévalence enregistrée en 2011 (3,7/10 000) est la plus basse depuis 1994. Cet indicateur est en baisse depuis 5 ans. [...]

Mayotte reste l’un des deux seuls territoires français où la lèpre est endémique, avec un taux de prévalence de 3,70/10 000 et un taux d’incidence de 1,8/10 000. La Guyane avec 1,05/10 000 vient de repasser en 2011 au dessus du seuil d’endémicité après plusieurs années en dessous. [...]

Mayotte Hebdo

Merci à Lilib