Mort de Jérémie à Marseille : la France demande l’extradition de Saïd D, meurtrier présumé, incarcéré à Bruxelles(màj)

Addendum du 07/03/14 :

[NDLR : Bien relire le début de l'affaire et les suites données tant par la justice que par les médias]

La justice française vient de réclamer aux autorités judiciaires belges l’extradition d’un jeune homme de 22 ans, Saïd D., interpellé à Bruxelles l’été dernier après avoir tenté de commettre un braquage dans une bijouterie de la galerie commerçante de la gare du Midi. Car l’individu est recherché par la justice française pour avoir mortellement tranché la gorge d’une personne, dans le Sud de la France.

Cette agression mortelle, commise au centre de Marseille, remonte au 9 août 2013. En plein centre de cette ville, Jérémie Labroussse, un jeune étudiant en management de 22 ans, avait été agressé sauvagement et sans raison par un inconnu, qui lui avait porté un coup de tesson de bouteille dans le cou. La victime était décédée dans un snack-bar, où elle avait tenté de trouver refuge après avoir été attaquée. Et son agresseur avait pris la fuite, sans le moindre butin.

Identifié grâce aux images de vidéosurveillance et son ADN, Saïd D. a été retrouvé deux jours plus tard à Bruxelles, après avoir commis une attaque dans une bijouterie de la galerie commerciale de la gare du Midi, à Saint-Gilles. Des faits pour lesquels il a déjà été condamné par le tribunal correctionnel de Bruxelles. Saïd D. pouvait déjà ainsi être libéré en avril prochain mais, reconnu par la justice française, son extradition a été réclamée pour qu’il réponde de son meurtre commis à Marseille. Saïd D. serait déjà connu pour ses méfaits dans toute l’Europe, sous plus de 130 alias…

La Capitale

Addendum 19/08/13

Mort de Jérémie à Marseille : la police exploite une nouvelle piste sérieuse

« Nous avons une deuxième piste, qui semble sérieuse, qui pourrait exonérer la première, mais il ne s’agit pas de mettre la charrue avant les boeufs. Il faut travailler les deux pistes, analyser ce qui peut accréditer l’une plus que l’autre », a déclaré lundi le procureur-adjoint de la République Jean-Jacques Fagni. « Il est vrai que nous avions un suspect, mais nous n’avions pas tous les éléments de responsabilité. Cela dit, la nouvelle piste n’est pas plus valable que la première et il faut rester particulièrement prudent », a-t-il ajouté.

Examen des images vidéo

De source proche de l’enquête, on se montre cependant  plus affirmatif, indiquant que la piste du marginal a été écartée au profit de cette deuxième. L’examen des images vidéo aurait permis d’abandonner la première hypothèse, tout comme les analyses ADN des effets personnels du suspect.  L’homme de 41 ans, souffrant de troubles psychiatriques, avait été interpellé dans un foyer du centre-ville marseillais le soir du crime. Il est actuellement interné à l’hôpital Edouard-Toulouse, où les enquêteurs ont indiqué qu’ils allaient l’interroger lorsque son état le permettrait.

Tf1

Addendum 14/08/13

Marseille : le meurtre de Jérémie n’était pas crapuleux

(…) D’heure en heure, et même si les éléments techniques ne sont pas encore venus corroborer cette piste, il semble de plus en plus évident que le garçon, promis à un avenir radieux, est bien tombé entre les griffes d’un déséquilibré en pleine crise de démence.

(…) La Provence

Lire la suite

Marseille : « Je ne serai jamais le nègre du Parti socialiste »

Nassurdine Haidari est l’adjoint à la jeunesse et aux sports de Patrick Mennucci à la mairie des 1er et 7e arrondissements.

Agressé très violemment par des nervis se revendiquant de Guérini durant les législatives de 2012, il a eu la désagréable surprise de constater que les hommes du système qu’il combattait figurent sur les listes de Mennucci aux municipales.

Convaincu de l’implication de François Hollande dans la campagne du candidat socialiste à la mairie de Marseille, il lui adresse une lettre ouverte pour lui révéler les méthodes et le fonctionnement du challenger de Jean-Claude Gaudin.

Hebergeur d'imageMonsieur le président de la République,

J’ai failli perdre la vie pour vous, le 3 février 2012, au coeur de Félix-Pyat, en pleine campagne des primaires, dans le troisième arrondissement de Marseille. J’ai été le seul élu marseillais à avoir eu le courage d’affronter frontalement « le système » et j’ai été violemment puni en conséquence.

Oui ! Comme vous le savez, j’ai été agressé physiquement par une dizaine de personnes qui se sont déchaînées sur moi en me rouant de coups. D’interminables minutes où j’ai vu l’ombre de la mort s’abattre sur moi, parce que j’avais dit non à la voyoucratie, non à la loi des caïds, non à la loi des sans-loi. [...]

J’ai gardé enfoui en moi des déclarations inacceptables du candidat que j’ai accompagné durant toutes ces années, M. Patrick Mennucci. Ces déclarations qui me rongent jour après jour l’âme et l’esprit. Des Noirs, il y en aura sur les listes, mais toi, je ne sais pas si tu seras conseiller municipal (sic). Oubliant de fait mon engagement à ses côtés, mes prises de position écoutées localement et nationalement en me réduisant à une simple couleur de peau. Mais aujourd’hui je ne peux plus me taire.

Monsieur le président, je ne serai jamais le nègre du Parti socialiste. [...]

Le Point

Municipales à Marseille : Gaudin lance un «cri d’alarme» contre le FN

Le maire (UMP) de Marseille et candidat à sa succession Jean-Claude Gaudin a souhaité lundi que le vainqueur dispose d’une «majorité absolue» pour gouverner la ville et non d’une majorité relative à cause du score du Front National.

Jean-Claude Gaudin est inquiet. En marge de la présentation lundi de ses candidats pour l’élection municipale, le maire candidat a fait part de sa crainte de devoir gouverner, en cas de victoire, « avec une majorité relative». «Ne pas avoir une majorité absolue dans la deuxième ville de France (…) ça ne sera pas simple », redoute-t-il.

Pourquoi cette crainte ? Tout simplement car à la lecture des différents sondages, le Front national est crédité de 17 à 21 % des intentions de vote. Si les sondages se confirment, plusieurs élus FN siégeraient alors au conseil municipal contre un seul actuellement.

«On peut avoir un scénario où le vainqueur disposerait d’une quarantaine d’élus, un peu moins pour son principal adversaire et quelques élus du FN», prédit le professeur de droit Constitutionnel, Richard Ghévontian. Avec un tel scénario, le maire n’aurait qu’une faible majorité pour faire voter les dossiers au conseil municipal. «Ce serait un cauchemar poursuit-il, chaque décision devra faire l’objet d’un consensus entre les élus des différents partis».

Dans un sens, le message de Jean-Claude Gaudin ressemble plus «à un cri d’alarme», analyse le politologue. «Il ne craint pas tellement son principal adversaire, Patrick Mennucci, mais cherche avant tout à mobiliser ses électeurs pour éviter le vote Front national».

metronews

Marseille : Des coups de couteau pour un regard de travers

A Marseille, un jeune homme de 28 ans qui descendait la rue André-Aune, près du cours Pierre-Puget (6e), la nuit dernière, peu après 1h, a croisé le regard de trois autres jeunes. L’un d’eux, qui s’est estimé « regardé de travers », a alors sorti un couteau et porté plusieurs coups à la victime.

Des coups qui lui laisseront des estafilades sur le corps et qui, pour certaines, ont dû être suturées. La victime a dû être transportée à l’hôpital de la Conception.

La police cherche des images éventuelles de vidéosurveillance. Elle est surtout à la recherche des trois auteurs présumés, âgés d’’environ 25 ans. L’’enquête a été confiée à la Division centre de la sécurité publique.

La Provence

Marseille : frappé et agressé au couteau parce qu’homosexuel

[extraits] Marseille – Un homme de 23 ans roué de coups lors d’une agression homophobe. Trois hommes ont été placés en garde à vue.

L’étudiant en architecture a croisé le chemin des quatre adolescents, tous âgés de 17 ans.

Après l’avoir interpellé et insulté, ils l’ont bloqué. Aux gifles ont succédé les coups de pied. Projeté au sol, le garçon a dû subir une volée de coups, arrosée d’une litanie interminable d’insultes homophobes. L’un des délinquants a enfin sorti un couteau pour éteindre les dernières réactions de l’étudiant.

Les agresseurs voulaient aussi obtenir le téléphone portable du jeune homme. 

Le garçon qui tenait le couteau était recherché pour une série de trois autres vols avec violences.

Ses complices présumés faisaient partie d’un foyer

La Provence - merci maxb007

Ces musulmans qui plébiscitent l’école catholique

L’école catholique accueille de plus en plus d’élèves de confession musulmane depuis les années 1970.

Hebergeur d'image«Depuis quelque temps, beaucoup de familles musulmanes me questionnent sur l’école catholique. Elles s’inquiétaient déjà des questions de sexualité et d’homosexualité abordées à l’école. Avec ces rumeurs de théorie du genre, elles s’affolent. Ce qui les fait revenir sur terre, c’est le prix», explique Chawki Belaliat, père musulman de deux enfants. S’il a fait le choix de l’enseignement catholique, c’est pour «le niveau scolaire» et pour échapper à l’école publique classée ZEP, à Nice nord. [...]

L’école catholique accueille toutefois des élèves de culture musulmane, de façon grandissante depuis les années 1970. «Nous suivons l’évolution démographique», observe Claude Berruer, secrétaire général adjoint de l’enseignement catholique.

Les musulmans représentent la moitié des effectifs de deux collèges privés de Roubaix. En Seine-Saint-Denis, les établissements catholiques comptent un tiers d’élèves de culture musulmane, voire davantage. Une situation similaire dans la périphérie de Lyon, Saint-Étienne, et dans les quartiers nord de Marseille où un collège en reçoit 98% ! Ces cas restent toutefois particuliers car liés à une implantation scolaire dans des zones «ghettos» peuplées par des populations d’origine immigrée. Le collège Saint-Joseph compte 80% d’élèves d’origine maghrébine, une proportion stable. [...]

Le Figaro

Marseille, l’élection municipale et son contexte (vidéo)

Mohammed (à 7mn40s) : « les quartiers nord c’est vrai, on était mélangé, c’était très cosmopolite, il y avait de tout, il y avait du Français de souche, de l’Italien, de l’Espagnol, de l’Arabe »


source : compilation de l’émission – Marseille - 13h15, le dimanche – France 2 – 16 02 2014

Municipales : Valls va-t-il plomber les comptes des candidats ?

Steeve Briois (FN) et Jean-Claude Gaudin (UMP) ont tous deux annoncé qu’ils allaient saisir la Commission des comptes de campagne. En cause : les déplacements de Manuel Valls à Henin-Beaumont et Marseille. Que peuvent-ils en attendre ? [...]

Hebergeur d'image

  • Manuel Valls peut-il pénaliser les candidats socialistes ?

Il est désormais acquis qu’un représentant d’une formation politique venant soutenir un candidat ne nécessite pas, pour ce dernier, d’inscrire le déplacement en question dans ses comptes de campagne. Dès lors, il s’agit de savoir si un ministre en exercice, comme Manuel Valls, est un représentant d’une formation politique.

Pour répondre à cette question, il est nécessaire de se référer à la jurisprudence du Conseil Constitutionnel, datant d’octobre 2009. Yves Foulon (UMP) avait vu ses comptes rejetés par la Commission, au motif d’un dépassement du plafond dû à une visite de soutien de François Fillon, alors Premier ministre. Mais les Sages en ont décidé autrement, estimant que le chef du gouvernement était bien un représentant d’une formation politique. A priori, les requêtes de l’UMP et du FN devraient donc aboutir à une décision similaire. Avec tout de même un bémol : il ne s’agit que d’une jurisprudence, et pas une règle inscrite dans le marbre.

BFMTV

Marseille. Un homme jeté du 2e étage d’un immeuble, son pronostic vital engagé (MàJ + vidéo)

C’est une riveraine qui avait donné le signalement de ces trois personnes qu’elle aurait vu suspendre la victime dans le vide en la tenant par les pieds avant de la lâcher.

La Provence

_________________

Un homme a été jeté du 2ème étage d’un immeuble dans la nuit de mercredi à jeudi à Marseille (1er). Son pronostic vital est engagé. Il aurait été défenestré par plusieurs personnes. Un bâtiment qui est squatté au 46 rue du petit Saint-Jean dans le 1er arrondissement. 3 ou 4 hommes ont été interpellés.

(…) france 3 Provence

Pape Diouf candidat à la mairie de Marseille selon Le Monde (MàJ)

Addendum 24.05.2013 : Pape Diouf, candidat à la mairie de Marseille (selon le Monde).

Selon des informations du Monde, Pape Diouf, ancien président de l’Olympique de Marseille (2005-2009) aurait annoncé sa décision de présenter en mars 2014 des listes sans étiquette, regroupant des personnalités de la société civile et des «symboles de la diversité», pour la mairie de Marseille.

Les listes Pape Diouf veulent rallier à elles « les Marseillais qui demandent une meilleure représentation de la diversité dans la vie politique » mais aussi « ceux qui ne croient plus aux partis ».

Soutien de François Hollande lors de la présidentielle, Pape Diouf, 62 ans, n’aurait pas voulu rejoindre le candidat PS, Patrick Mennucci malgré divers sollicitations.

Le Figaro ; Le Monde


L’ex-président de l’Olympique de Marseille pourrait annoncer sa candidature au poste de Jean-Claude Gaudin, actuel maire de Marseille. Pour Pascal Boniface, Directeur de l’IRIS, la deuxième ville de France a besoin d’un homme qui pourrait bouleverser la classe politique locale.

Cela serait un formidable message d’espoir pour notre pays, de fraternité triomphante. Cela aurait un effet énergisant sur l’ensemble de la société française.

Cela peut être une très bonne nouvelle non seulement pour Marseille mais également pour la France. […] S’il confirmait sa candidature, l’élection de Marseille serait au cœur de la campagne des municipales. Pas seulement pour l’éventuelle alternance politique dans la seconde ville de France, mais surtout pour l’impact que cela pourrait avoir sur la société.
Pape Diouf serait le premier maire noir d’une grande métropole française. Ce qu’a fait Kofi Yamgnane à Saint-Coulitz, il le ferait dans la seconde ville de France. Tous les médias étrangers et nationaux suivraient cette élection.

Le problème des discriminations raciales est l’un des plus douloureux en France. Pape Diouf ne verse pas dans le communautarisme, il assume son identité, mais il ne la résume pas à sa couleur de peau. Après avoir été le seul président noir d’un grand club européen, il serait le premier maire noir d’une grande métropole européenne. Cela donnerait une formidable image positive de la France à l’étranger.

Ce serait la meilleure façon de clore la douloureuse affaire Dieudonné, dont l’épisode judiciaire semble terminé mais qui a laissé des traces dans la société. […]

Alors oui, vas-y Pape fonce, ça risque d’être fantastique !

Le Nouvel Obs

L’absentéisme scolaire bat des records à Marseille

Selon une étude de l’Union départementale des associations familiales (Udaf 13), réalisée sur la base de chiffres fournis par l’Inspection académique, à Marseille, l’absentéisme scolaire touche 10% des élèves, un taux quatre fois supérieur à la moyenne nationale. Ce très mauvais chiffre est particulièrement lié aux zones sensibles où se cumulent handicaps socio-économiques et culturels.

Sur l’ensemble des Bouches-du-Rhône, 6,1% des jeunes inscrits dans les établissements publics du second degré entre 2004 et 2010 ont manqué les cours plus de quatre demi-journées par mois. Dans la cité phocéenne, ce taux s’élève à 10% (3% sur le reste du département). Les collèges y sont les plus touchés (13,2%, contre 2,3% dans l’Hexagone), devant les lycées professionnels (8,4%) et les lycées généraux et technologiques (4,6%).

Les quartiers Nord de la ville affichent des records dont Marseille se passerait bien : plus d’un élève sur cinq manque d’assiduité dans les 15e et 16e arrondissements. Dans les collèges, le taux grimpe à près d’un sur quatre (24,1%) dans le 16e, et plus d’un sur trois (34,4%) dans le 15e.

Les raisons de cet échec ? Les variables scolaires tout d’abord : accumulation des difficultés d’apprentissage, exclusions à répétition, stigmatisation, rejet de certains enseignements, relations conflictuelles prof/élève. Le contexte familial et social ensuite: défaut d’autorité parentale, précarité (logements insalubres, promiscuité…), « mise en responsabilité précoce de l’enfant », pratiques culturelles… Enfin, viennent les raisons personnelles (état de santé, principalement psychologique).

La Provence