A Marseille, « un véritable système mafieux » selon un rapport judiciaire

Un rapport judiciaire accablant dont le JDD revèle le contenu, décortique les relations de Jean-Noël Guérini, l’actuel président socialiste du conseil général des Bouches-du-Rhône, avec son frère Alexandre.

« C’est bien grâce aux interventions répétées de Jean-Noël Guérini qu’un véritable système mafieux a été mis en place par Alexandre Guérini au profit du clan Barresi (Boudemaghe, Barresi, Campanella et consorts) ». Cette cinglante conclusion des enquêteurs de la Douane judiciaire est extraite d’ »une note de synthèse » de 33 pages qui a pour sujet « le rôle joué par le Président du Département des Bouches du Rhône dans le schéma de fraude mis en place par son frère ». Signe que le dossier instruit depuis cinq ans par le juge Duchaine arrive à son terme?

Le magistrat vient d’y verser ce document daté du 27 mai 2013 que le JDD a pu consulter et qui décrit par le menu « l’omniprésence » d’Alexandre Guérini à l’intérieur du Conseil général et ses relations d’affaires avec des figures du milieu marseillais. Sans titre, ni qualités autre que celle de « frère de », il « intervenait dans tous les domaines (…) reconduction de contrats, subvention pour un événement de Volley-ball, intervention pour le retrait d’un dossier relatif à un EPHAD, intervention auprès d’une association… », détaille le rapport.

En avril 2009, lorsque l’affaire explose, Jean-Noël Guérini est à l’apogée de sa carrière politique. Mais il ne le sait pas encore. Aux élections municipales de 2008, il avait frôlé de 800 voix à peine son rêve de devenir maire de Marseille, de succéder à Gaston Deferre, son mentor. En mars dernier, il a regardé la campagne en spectateur depuis son vaste bureau au dernier étage du « bateau bleu », l’hôtel du département, impuissant face aux attaques de ses anciens amis. La débâcle électorale de Patrick Mennucci, qui a fait campagne sur son dos, est l’une de ses rares sources de satisfaction. « L’antiguérinisme ne porte pas bonheur », a-t-il déclaré au journal La Provence.

Mis en examen pour association de malfaiteurs en vue de la commission des délits de trafic d’influence, de corruption et de détournement de fonds publics et de favoritisme, Jean-Noël Guérini va devoir répondre point par point aux accusations des enquêteurs…

Autre grief des enquêteurs, plusieurs fonctionnaires ont avoué sur procès-verbaux qu’ils devaient à Alexandre Guérini leur nomination à des postes clefs pour l’attribution des marchés qui l’intéressait. Parfois les interventions d’Alexandre servent aussi les intérêts politiques de son frère dont il fut le conseiller au sein de la fédération socialiste et même son directeur de campagne en 2008. Auprès de l’Office HLM, « Alexandre Guérini s’employait notamment à favoriser l’installation des personnes dans les arrondissements de Marseille en fonction d’intérêts électoralistes », relèvent les rapporteurs.

Jean-Noël Guérini qui a été interrogé à des multiples reprises par le juge Duchaine a toujours nié l’ensemble des faits qui lui sont reprochés. Sa défense tient en deux phrases. « Il ne connaissait pas les activités de son frère, ni ses relations. Si les collaborateurs du Conseil général l’avait informé, il aurait tranché dans le vif et même porté plainte contre X ».

En novembre dernier, Jean-Noël Guérini a renforcé sa défense en recrutant l’avocat Hervé Témime, qui défend également Jean-François Copé et Bernard Tapie. Son dossier n’est pas vide. Si Alexandre Guérini et ses associés sont également poursuivis pour blanchiment de fraude fiscale en raison des millions d’euros découverts sur des comptes offshores, le juge n’a pas constaté d’enrichissement chez Jean-Noël Guérini. Le dossier regorge d’expressions comme « il ne pouvait pas ignorer » mais les enquêteurs ne disposent en définitive d’aucune preuve matérielle contre l’aîné des Guérini….

Le JDD

Le développement du phénomène des quartiers fermés en France et notamment à Marseille (vidéo)

[pour Marseille] « quelques dizaines dans les années 90, plus de 1500 aujourd’hui »


lien direct sur : VK
source : compilation à partir du reportage En toute sécurité – France 5 – 30 03 2014

rediffusion :
« Quand t’es la seule petite Française » Guarance (Garance) 9 ans dans une cité de Marseille :

source : extrait de La fabrique de pauvres – Arte – 28 02 2014

Premier Conseil municipal de Marseille sous tension entre le Front de gauche et le Front national (vidéo)

Passe d’armes entre le FN et le Front de gauche

Les 20 conseillers FN, réunis derrière leur chef de file Stéphane Ravier, nouveau maire du 7e secteur (13e-14e arrondissements), ont pris place dans l’hémicycle. Leur nombre égale celui du groupe de gauche, composé de 20 élus PS, Front de gauche et Europe Ecologie-Les Verts.

Jean-Marc Coppola, du Front de gauche, a pris la parole pour dénoncer la progression du FN en France : « Nul ne saurait banaliser la place inquiétante occupée par le Front national dans cet hémicycle et dans nos institutions » a-t-il dit.

Stéphane Ravier a répliqué, fustigeant le communisme : « Nous n’avons pas de leçons à recevoir des enfants de Staline », a-t-il lancé.

France Tv Info

Patrick Mennucci (PS) : « Le mariage pour tous nous a coûté des voix »

Patrick Mennucci, le candidat socialiste à la mairie de Marseille, a essuyé un sévère revers. Battu dans son propre secteur du centre, son parti ne dirige plus qu’une seule mairie de secteur dans la deuxième ville de France, dont Jean-Claude Gaudin (UMP) conserve la mairie pour un quatrième mandat consécutif.

Après votre défaite au premier tour, vous avez pointé la responsabilité de la politique du gouvernement Ayrault. En quoi a-t-elle pesé ?

« Arrêter avec les lois qui bouleversent la société »

J’assume la responsabilité de l’échec. J’ai voulu une campagne claire en matière de programme, de changement. Et ce n’est pas ce que les Marseillais attendaient. Mais, là où l’écart est faible entre nous et l’UMP, je pense que c’est la politique nationale qui nous fait perdre. Elle m’a coûté, par exemple, mon secteur. Sur le terrain, on a toujours entendu les mêmes choses : les retraites taxées, le poids des impôts. Dans mon arrondissement, en centre-ville, il y a aussi eu la question du mariage pour tous. Pas chez des catholiques qui se seraient radicalisés – ceux-là ne votaient pas pour moi –, mais plutôt dans la communauté musulmane. Il y a eu une campagne assez dure menée sur le terrain. Des tracts avec ma photo en train de célébrer un mariage homosexuel ont été diffusés.

La sénatrice PS Samia Ghali dit que le gouvernement a pris « trop de mesures sociétales et pas assez de mesures sociales ». Etes-vous d’accord ?

Je ne dis pas que Samia Ghali a raison. Je confirme que ces mesures sur les grandes questions de société nous ont coûté des voix sur le terrain. [...]

Quel axe doit choisir le gouvernement Valls pour réconcilier les électeurs avec le PS ?

Il faut expliquer la difficulté dans laquelle on est, clarifier un agenda, se donner cinq ou six objectifs et s’y tenir. Arrêter avec les lois qui bouleversent la société. Je ne dis pas qu’il ne fallait pas faire le mariage pour tous. J’étais pour. Mais là, on doit se concentrer sur l’économique et le social. [...]

Le Monde

Double discours du PS concernant l’exclusion de Guerini ?

27/01/14

Le premier secrétaire du Parti socialiste, Harlem Désir, va informer mardi le bureau national (BN, direction) du PS qu’il enclenche la procédure devant aboutir à l’exclusion du président du conseil général des Bouches-du-Rhône, Jean-Noël Guérini. « S’il persiste à soutenir une liste dissidente aux municipales contre le candidat investi par le PS, il sera exclu », a déclaré lundi devant quelques journalistes Harlem Désir en annonçant la première étape de cette procédure. Vendredi le sénateur a dit apporter son « soutien plein et entier à Lisette Narducci », dissidente PS et tête de liste PRG dans le 2e secteur de Marseille, face au candidat PS Eugène Caselli, président de la communauté urbaine.

(…) Le Point

28/03/14

Le candidat socialiste à la mairie de Marseille tente une opération mains propres pour faire basculer une élection où il n’est pas favori. Patrick Mennucci, a menacé vendredi de suspendre son adhésion au PS si celui-ci n’excluait pas, après les municipales, Jean-Noël Guérini, le présidentdu conseil général des Bouches-du-Rhône, impliqué dans de nombreuses affaires.

(Merci à Cellofrag)

Le vote maghrébin pour le FN : phénomène anecdotique ou large réalité ? (vidéo)(màj 3)

mise à jour du 27 mars 2014 à 19h35


lien direct sur : VK
source : journaliste Antoine Ly – la nouvelle edition – canal plus – 27 03 2014

(merci à Stev)


mise à jour du 27 mars 2014 à 11h20


source : journaliste Denis Jeambar – extrait de politique matin – LCP – 27 03 2014


« Ce n’est pas les Français de pure souche qui votent FN mais désormais aussi des Français issus de l’immigration »


source : journaliste Céline Bittner – extrait de politique matin – LCP – 25 03 2014

Le CRIF demande à un candidat PS d’aller au bout de ses convictions et de se retirer face au FN (MàJ)

Dans un communiqué, le Conseil représentatif des institutions juives de France (Crif) demande à Garo Hovsépian, candidat socialiste à la mairie du 7e secteur de Marseille (13e-14e arrondissements) arrivé hier en troisième position du premier tour avec 21,66% des suffrages, de retirer sa liste au second tour.

« Nous demandons à Monsieur Garo Hovsépian, grand humaniste qui a toujours combattu la xénophobie, le racisme et l’antisémitisme d’aller au bout de ses convictions en retirant sa liste au profit du candidat en place en seconde position (Richard Miron, candidat UMP-UDI, avec 27,83%, ndlr). » Le Crif justifie cette demande en raison du risque de victoire de Stéphane Ravier, candidat FN qui a obtenu 32,88% au premier tour dans ce secteur.

La Provence, merci à DANY

Relire :

Déjeuner-débat du CRIF Marseille-Provence : Garo Hovsepian, Maire des 13ème et 14ème arrondissements de Marseille

De sa voix forte et convaincante, le Président de la J.A.P a rappelé que : « ce partage de la table, est un signe d’amitié fort et un honneur que vous me faites, je respecte ce que vous êtes et ce que vous faites pour la défense de votre identité juive, nous, les Arméniens et vous les Juifs, avons les mêmes valeurs familiales ». Il nous a déclaré que sa ligne politique était toujours la même. Il a insisté sur le fait qu’il est un homme de terrain soucieux du bien-être de ses administrés, qu’il aide autant qu’il peut.

Merci à Claude

Marseille : tentative de meurtre d’un policier. Arrestation de deux personnes (màj vidéo + menaces de mort contre le policier)

——- Mise à jour 20/03/2014 ——–

——- Mise à jour 15/03/2014 ——–

Yazid est un miraculé et à 35 ans, il ne songeait pas un instant à un tel développement de carrière. C’est lui qui, le 8 juillet 2013, a sauvé un couple et son bébé du lynchage sur la plage des Catalans (7e) à Marseille. Mais c’est lui, du coup, qui a été pris pour cible et aurait dû mourir noyé, s’il n’avait bénéficié à son tour de l’intervention efficace d’un de ses collègues réservistes. Cet homme tente péniblement de se reconstruire de jour en jour.

Mais le 17 février dernier, rue Breteuil (6e), il a de nouveau croisé l’un de ses agresseurs, l’un de ceux qui a été mis en examen puis a été un temps écroué, qui n’a pas hésité à le menacer. Le 3 mars, le même scénario s’est reproduit sur la place Félix-Baret aux cris d’ »On va te tuer ! » Alors, Yazid a décidé le même jour de déposer plainte au commissariat Noailles.

La Provence

——- Mise à jour 11 juillet ——–

Deux mineurs ont été mis en examen pour tentative d’homicide volontaire sur personne dépositaire de l’autorité publique.

Extrait de la vidéo : «Il est important qu’on rappelle à cette jeunesse** qu’on n’a pas le droit d’attenter à l’intégrité physique d’un représentant de l’ordre. » [**NDLR : laquelle ?]

Deux mineurs soupçonnés d’avoir violemment agressé un policier sur une plage  de Marseille ont été mis en examen. Ils sont accusés d’avoir violemment pris à partie le policier, intervenu après une altercation. La fille lui a maintenu la tête sous l’eau, tandis que le garçon montait sur ses épaules. Le Point

L’état de santé du policier, un homme de 35 ans, chef de poste de la plage, s’est légèrement amélioré. Il ne souffrirait plus de paralysie faciale, mais d’une insensibilité au niveau du bras droit.La Provence Lire la suite

Marseille (13) : la police saisit des armes dans la cité des Oliviers

Dans les garages, sur les toits, dans les parties communes, les CRS ont passé au peigne fin lundi les immeubles de la cité des Oliviers à Marseille, dans le 13e arrondissement. Ils ont découvert de nombreuses armes dont une réplique de kalachnikov, quatre carabines et des pistolets.

Les CRS ne sont pas repartis les mains vides de leur visite lundi dans la cité des Oliviers à Marseille (13e). Ils ont saisi de nombreuses armes dans les parties communes des immeubles, sur les toits et dans les garages : une réplique de kalachnikov, un pistolet Manurhin, des carabines, un fusil de chasse, un colt Napoléon, une réplique de pistolet Beretta 9mm, des cartouches et des cagoules.

Cette opération de police fait partie d’une stratégie d’approche des ZSP (zones de sécurité piroritaire) de Marseille dirigée par la Direction de la sécurité publique. Aucune interpellation n’a eu lieu. Les forces de l’ordre procèdent depuis décembre 2012 à ce type d’opérations dans la quarantaine de cités sensibles identifiées sur les deux ZSP mises en place par le gouvernement à Marseille. Cette méthode préconise, en marge de la police, l’intervention, sur la durée, des acteurs sociaux, bailleurs, associations et services de l’État.

Depuis le début de ces opérations, 46 armes de poing et 38 armes longues ont été saisies dans 35 cités. Sur l’ensemble du département, 535 armes, dont 21 Kalachnikov, ont été découvertes en 2013.

France 3

Marseille (13) : deux nouveaux blessés par balles

La série noire des blessés par balles se poursuit. Après la fusillade de Septèmes, samedi soir, où un jeune homme de Cavaillon avait été touché à la jambe, deux nouveaux faits du même genre se sont produits entre hier soir et ce matin à Marseille.

Hier, vers 21h, un homme de 20 ans a été touché à la cuisse par un tir à l’arme de poing devant un snack du boulevard Rabelais (16e) dans la cité phocéenne. Ses amis l’ont conduit à l’hôpital Nord, mais ses jours ne sont pas en danger.

Selon les informations que la victime a livrées à la police, un inconnu aurait tiré à trois reprises.

Puis, ce matin, aux environs de 6h30, une deuxième victime, âgée de 58 ans cette fois-ci, a été touchée par deux projectiles, encore au niveau de la jambe et à la main, devant la résidence La Marguerite (9e), toujours dans la cité phocéenne. Les faits se sont déroulés dans une traverse, où la police judiciaire analyse actuellement la scène de crime. Une dizaine de coups de feu auraient été tirés.

Tentative d’assassinat ou intimidations sur fond de trafic de stupéfiants ? La Police judiciaire réunit tous les éléments pour tenter de comprendre les mobiles de ces violences et, éventuellement, les raisons de leur multiplication, depuis quatre jours.

La provence

Portrait d’un jeune militant colistier FN à Marseille (vidéo)

Portrait de Antoine Maggio, jeune colistier Front National à Marseille pour l’élection municipale de 2014 :


source : compilation à partir du documentaire Réunir Marseille réalisé par Romain Fiorucci et Fanny Fontant pour LCP

bonus :
« quand t’es la seule petite Française » – Guarance (Garance) 9 ans – cité de Marseille

source : extrait de La fabrique de pauvres – Arte – 28 02 2014