14-Juillet à Marseille : plusieurs incidents, 216 départs de feu, 54 véhicules incendiés, une voiture-bélier contre une école

Alors, en 24 heures, entre 8 heures le 14 juillet et 8 heures le lendemain, le bataillon des marins pompiers de Marseille a comptabilisé 517 interventions, avec un pic entre 22 heures et 3 heures du matin. Les pompiers ont dû éteindre pas moins de 83 feux de broussaille, 54 feux de véhicules et 79 feux de poubelles.

Une activité, donc, sensiblement identique à celle de l’année dernière mais avec moins de conséquences dramatiques grâce à l’absence de vent…

Du côté de Consolat, à Saint-Louis (15e), on a eu tout de même très chaud, avec une voiture enflammée projetée sur le mur de l’école communale et un départ de feu dans la colline voisine.

Quelque 12 personnes ont été interpellées, notamment pour des incendies volontaires, des violences sur les forces de l’ordre et des jets de pierres et de pétards. Bref, la routine… à laquelle les fonctionnaires de la sécurité publique et les secours sont désormais bien rodés !

La Provence
(Merci à Lillib)

Marseille : Arrêté en pleine nuit, une kalach’ à la main

Quel but poursuivait-il, une écharpe autour du visage et une kalach’ chargée à la main, en marchant au beau milieu de la cité du Plan d’Aou, à Saint-Antoine (15e), au beau milieu de la nuit ?

Dans le contexte marseillais actuel, l’équipage de la Bac, en patrouille dans le quartier cette nuit-là, n’a pas cherché à tergiverser.

Pris au piège, l’individu a d’abord mis en joue les fonctionnaires, avant de se raviser et de prendre la fuite.

Il était néanmoins rattrapé quelques minutes plus tard par les policiers. L’arme, approvisionnée, était retrouvée un peu plus loin.

Placé en garde à vue, l’individu de 33 ans, issu de la cité Ruisseau Mirabeau, aurait expliqué avoir acheté l’arme au marché aux Puces dans l’intention de venir s’expliquer avec un habitant du Plan d’Aou avec lequel il aurait eu un différend. Il a été présenté hier matin à un magistrat instructeur.

Le lendemain, dans la nuit de dimanche à lundi, un autre équipage de la Bac contrôlait deux jeunes sur un scooter, au niveau du rond-point Foresta, à deux pas de l’entrée du Plan d’Aou. À la vue des policiers, les deux individus abandonnaient une sacoche, dans laquelle étaient retrouvés un pistolet automatique calibre 45, sept cartouches, 400 euros et un second chargeur. Le pilote et son passager, originaires de la Viste et d’Istres, ont été placés en garde à vue.

La Provence

Marseille : Bernard Tapie se pose en rempart contre le FN

Bernard Tapie pourrait renouer avec la politique. Mais pour la bonne cause. L’homme d’affaires s’est dit mercredi prêt à s’impliquer dans des réunions publiques à Marseille pour faire baisser le Front national, lors d’un entretien à Europe 1 et i-Télé. « Un sondage indique que le Front national à Marseille, qui est la ville de mon coeur, celle que je préfère au monde, est numéro 2 à plus de 25% ou 27% ou 28% », a d’abord précisé Bernard Tapie. « Si la situation perdure dans ce sens-là, je ferai les marchés, je ferai les écoles, je ferai des réunions publiques pour le faire reculer là où il doit être (…) Si vraiment il y a un danger à ce que partout dans les grandes villes ou ailleurs, le Front puisse jouer les arbitres, il faut de toute nos forces l’empêcher », a-t-il ajouté.


Bernard Tapie : « Contre le FN de toutes nos… par Europe1fr

(…) Le Figaro

Marseille : Gaudin «quasi candidat» à sa succession exclut «un accord quel qu’il soit avec le FN».

Un sondage commandé à l’Ifop par l’UMP place le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin, 73 ans, en tête des candidats dans son propre parti. En tête au 1er tour des municipales de 2014 à Marseille, il devancerait également de peu le candidat du Front National, mais exclu tout accord avec le FN.

Avec 32 % des intentions de vote au premier tour des municipales de 2014 selon un sondage commandé à l’Ifop par l’UMP et publié mercredi dans le Figaro, le maire de Marseille, Jean-Claude Gaudin , fait figure de favori pour être le candidat de l’UMP.

Surprise, le candidat du Front National, Stéphane Ravier serait second avec 25 % des intentions de vote devant le candidat du PS (23 %). A la lecture de ce scénario, une triangulaire au second tour des municipales à Marseille semble inévitable. Dans ce cas de figure, l’UMP et le PS seraient à égalité avec 39 % des voix contre 22 % pour le FN.

Interrogé sur la possibilité de faire alliance avec le Front National pour assurer une victoire à l’UMP, Jean-Claude Gaudin a exclu «un accord quel qu’il soit avec le FN». Même si les bons résultats de son parti «le confortent dans l’idée qu’on peut gagner», le candidat du parti d’extrême-droite à Marseille, Stéphane Ravier, estime que le maire de Marseille «méprise les électeurs du FN».

Métro

Ali balafre un mineur pour un regard et plaide la chute accidentelle sur un morceau de verre

Un mineur de 16 ans qui discutait le 1er juillet, du côté de Sainte-Marguerite (9e), a soudain été pris à partie par un individu aviné répondant à merveille à l’expression « avoir le vin mauvais ».

L’homme s’est jeté sur lui, mais Joachim a riposté. Il croyait que l’affaire était entendue, qu’elle n’irait pas au-delà, mais l’homme blessé, au sens propre comme au figuré, est revenu.

Il s’était emparé entre-temps d’un tesson de bouteille et est venu balafrer la joue du mineur. Trois plaies ouvertes, 19 points de suture pour un lourd bilan médical. Tout cela pour un regard mauvais, pour une incompréhension passagère entre un homme imprégné de pastis et un autre qui discutait tranquillement sur un coin de trottoir.

Au tribunal, Ali Ressa, 24 ans, l’agresseur du mineur, a beau présenter ses « excuses », jusqu’au bout il plaidera la chute accidentelle sur un morceau de verre bien malicieux...

Au tribunal, présidé par Fabrice Castoldi, les juges se sont entraînés pour voir quel effet pouvait bien produire un verre qui se casse et vient blesser l’humaine condition. Ils n’ont pas cru à la version du mis en cause, qui a écopé de 18 mois ferme.

La Provence
(Merci à Coupo Santo/Julien271)

Marseille : la brigade des stups interpelle à tout-va

Malgré la valse des hauts fonctionnaires de la police locale suite au scandale de la BAC Nord de la cité phocéenne, de gros coups de filets ont pu avoir lieu dernièrement.

Le 2 juillet, dans la cité de la Busserine, trois individus ont été interpellés, et 331 grammes de cocaïne saisis. «Il s’agissait d’un réseau très resserré, qui avait à sa tête quelqu’un de multicartes», qui effectuait jusqu’à 10 reventes à l’heure de cocaïne, explique Emmmanuel Kiehl.
A Gignac-la-Nerthe, le 30 juin, quatre personnes ont été interpellées, plus de 27 000 euros ont été saisis, ainsi que 11 kg de résine et d’herbe de cannabis, mais également un pistolet automatique de marque Smith et Wesson.
Un autre gros coup de filet en mai. La police judiciaire avait arrêté une dizaine de suspects en quelques minutes après avoir saisi 60 kg de résine de cannabis, une kalachnikov, des armes automatiques et plus de 60 000 euros en petites coupures dans le 15e arrondissement de Marseille.

Le Parisien

Deux légionnaires écroués à Marseille pour trafic d’armes (màj)

Une saisie d’armes de guerre a été effectuée par la police judiciaire de Marseille et les services de renseignements. Six personnes ont été interpellées. Cinq d’entre-elles sont d’ores et déjà sont en détention.

Parmi les quatre revendeurs, deux s’avèrent être des légionnaires de 30 ans, d’origine d’Europe de l’Est et basés à Aubagne et dans le Gard.

Deux des acheteurs de 35 et 38 ans sont des personnes « défavorablement connues des services de police« , notamment pour des faits de trafic de stupéfiants dans la région.

MetroNews

————–

Deux militaires de la Légion étrangère ont été mis en examen et écroués mercredi 3 juillet à Marseille pour trafic d’armes de guerre, en l’occurrence quatorze pistolets mitrailleurs Skorpion, a annoncé jeudi le procureur adjoint de la République de Marseille.

Les deux légionnaires avaient été surpris en flagrant délit en train de vendre ces armes munies de munitions et de chargeurs samedi à proximité de la zone commerciale de Plan-de-Campagne, près de Marseille. Un peu plus de 6 000 euros ont été saisis lors de cette interpellation. Ils ont été mis en examen notamment pour « fabrication ou commerce de matériel de guerre en bande organisée » et encourent dix ans d’emprisonnement.

Quatre autres personnes, dont les acheteurs de ces armes, déjà connus ou condamnés pour trafic de stupéfiants, ont été mises en examen, et écrouées pour trois d’entre elles.

Le Monde

Le chantier de la grande mosquée de Marseille est lancé

Le chantier de la grande mosquée de Marseille, au point mort en raison d’une bataille judiciaire longue de trois ans, a officiellement été lancé vendredi, les travaux devant concrètement débuter en juillet 2014, a-t-on appris auprès des porteurs du projet.

Après le dépôt en mairie de la déclaration d’ouverture des travaux le 19 juin dernier, le prototype de façade du bâtiment, permettant la « sécurisation » du permis de construire, a été dévoilé vendredi 5 juillet. A partir de septembre seront finalisées les études du projet ; les appels d’offre aux entreprises seront lancés au printemps prochain. [...]

Le 26 septembre prochain, lors d’une cérémonie, les montants des dons provenant de pays favorables au projet, dont l’Arabie saoudite, le Qatar et le Koweït, seront annoncés, sachant que des « discussions sont en cours avec le Maroc et l’Algérie », a souligné M. Bekhazi. [...]

Le Monde

Un boucher de Marseille soupçonné de vaste escroquerie aux crédits immobiliers et blanchiment

L’enquête a été menée dans le plus grand secret depuis deux ans par la Division économique et financière de la police judiciaire de Marseille.

Et pour cause ! Un boucher bien connu du centre-ville, devenu marchand de biens, un courtier, des notaires, marseillais et parisien, ainsi qu’une dizaine d’autres personnes sont soupçonnés d’avoir organisé un vaste réseau de blanchiment d’argent grâce à l’achat de biens immobiliers acquis frauduleusement.

Ce dossier tentaculaire débute, sur le plan judiciaire, en 2011. Les enquêteurs de la Division économique et financière avaient recueilli plusieurs renseignements assurant qu’Abdelkader El Keurti, un des fils de la célèbre famille de bouchers de Noailles, avait acquis, en quelques années, la réputation de pouvoir obtenir très facilement des crédits bancaires.

Une information judiciaire est ouverte en mars 2012 auprès d’un magistrat instructeur du TGI de Marseille et quelques mois plus tard, onze personnes sont interpellées, dont l’ancien boucher.

Mis en examen et écroué à la maison d’arrêt des Baumettes en décembre dernier, Abdelkader El Keurti se voit reprocher une kyrielle d’infractions : « escroquerie en bande organisée », « blanchiment », « faux et usage de faux », « association de malfaiteurs »… [...]

[...] Selon l’avocat aixois, Abdelkader El Keurti, incarcéré depuis plus de six mois vivrait « très mal sa détention ». « Il n’a tué personne ! », s’indigne Me Bruno Rebstock.

En mai dernier, sa demande de mise en liberté a été refusée.

La Provence
(Merci à Lilib)

Marseille : la voiture volée à Mennucci a servi à un braquage (màj)

Addendum 03/07/13

« Je suis désolé que ma voiture ait servi à un braquage. J’ai été cambriolé comme d’autres, je vis au milieu des Marseillais, je peux avoir les mêmes problèmes qu’eux », a dit à Reuters Patrick Mennucci.

TF1 News

_______________________________

La voiture volée à Patrick Menucci dans la nuit du vendredi 28 juin, a servi hier soir à un braquage.

A 19h40, trois hommes aux visages dissimulés, munis de deux armes de poing, ont pénétré dans le magasin Décathlon du chemin du Roy d’Espagne (9e). Là, ils ont exigé le tiroir-caisse et ont emporté plus de 10 000 euros. La voiture a été retrouvée quelques minutes plus tard, brûlée, traverse Colgate (9e). [...]

La Provence

Merci à Coupo Santo

Rediff : Best-of Patrick Mennucci:

Mennucci pris à partie par 30 individus agressifs à Marseille (source)
L’ordinateur et l’iPad de Mennucci dérobés à Marseille (source)
Le socialiste Patrick Mennucci agressé à Marseille (source)
Mennucci veut l’enseignement de l’arabe dès le collège pour “tous les Français” (source)

29/06/13

Une enquête a été ouverte à la Sûreté départementale de Marseille après un cambriolage dont ont été victimes dans la nuit de vendredi à samedi le député socialiste Patrick Mennucci et sa famille pendant leur sommeil.

Hebergeur d'image

C’est pendant leur sommeil dans la nuit de vendredi à samedi que le député socialiste Patrick Mennucci et sa famille se sont fait cambrioler dans leur domicile du 7e arrondissement. La Citroën C4 de fonction de l’élu a été dérobée. Des cartes bancaires ont aussi disparu, a précisé le député et c’est à son réveil qu’il a donné l’alerte. [...]

TF1 News

Rafik,Mohamed,Rédouane,Ouarda,Youcef,..: trafic prospère à Marseille

Les précédents tenanciers du « plan » de revente, actif en 2008-2009, n’étaient pas encore jugés qu’en août 2011, les policiers obtiennent un renseignement sur la reprise de l’activité par les « petits frères ».

[...] Celui où se déroulaient les ventes est le bien nommé bâtiment H, au rez-de-jardin duquel vit Rafik Malki, a priori gérant d’une activité à nouveau florissante [...]

De septembre à décembre 2011, des surveillances sont mises en place et permettent aux enquêteurs de dire qu’à la Paternelle, jusqu’à 300 transactions pouvaient avoir lieu chaque jour

Mohamed Haziri est attaché au cannabis [...] Rédouane Oumouri, affecté au « plan » cocaïne  [...] Quant au vanity-case contenant cannabis, feuille de comptes et 29 000 €, retrouvé au pied du bâtiment J, il appartient, selon l’accusation, à Ouarda Loucif, 52 ans. [...]  Les policiers avaient observé le « trésorier » du réseau, Youcef Rasmi, se rendre chez elle. [...] Ses explications ne semblent pas plus convaincre que celles de son voisin du dessus, Boualem Soualah, un religieux pieux qui en appelle à Dieu à tout bout de champ [...]

[...] Des peines allant de deux à cinq ans de prison ont été requises, comme un espoir que cette sévérité retardera la repousse de la queue du lézard.

La Provence

Marseille. Un centre commercial braqué pendant les soldes

Un magasin d’articles de sport de Marseille a été braqué ce dimanche matin. Trois malfaiteurs se sont fait remettre les 13 000 euros de recette des soldes de la veille.

Selon une source proche de l’enquête, les trois hommes, cagoulés et armés d’un fusil à pompe et d’une arme de poing, sont arrivés sur deux scooters de grosse cylindrée et ont ensuite neutralisé le personnel et les clients du magasin « Foot.locker », d’un centre commercial des quartiers nord de la cité phocéenne. Il se sont fait remettre la recette des soldes et ont mis le feu aux deux-roues, qui ont été découverts calcinés à proximité de l’hypermarché.

La Dépêche