Ecole. Drapeau, Marseillaise, morale laïque : «Un projet éducatif d’extrême-droite» ?

En septembre 2012, pour sa première rentrée en tant que ministre de l’Education nationale, Vincent Peillon met en place les leçons de morale laïque à l’école. Bernard Girard, enseignant en collège y voit le «retour de l’ordre moral».

Avec la Marseillaise et le drapeau obligatoires, avec des programmes d’histoire qui restent obnubilés par le fait national, avec la préférence affichée pour l’ordre moral contre l’esprit critique, Peillon développe sans état d’âme une bonne partie du projet éducatif de l’extrême-droite.

La refondation du système éducatif, elle, attend toujours, sans doute pas le souci premier d’un ministre, manifestement davantage préoccupé par les effets d’annonce et, plus inquiétant, travaillé par des obsessions idéologiques qui se dévoilent au fil des mois. […]Mises bout à bout, les décisions ministérielles sur la morale laïque et les symboles nationaux, indéniablement, font sens :

«Nous devons aimer notre patrie (…) apprendre notre hymne national me semble une chose évidente ». Par ce «notre», il faut évidemment comprendre que chaque élève, chaque citoyen de ce pays ne peut avoir d’autre patrie que celle de Peillon. […]

Le drapeau, comme la Marseillaise, obéissent à une double injonction :

-imposer de force à toute la jeunesse le dogme d’une communauté de peuple rassemblée dans la nation – un concept tellement artificiel que le législateur ne peut le défendre autrement que par le bourrage de crâne et les poursuites pénales (délit d’outrage aux symboles nationaux) ;

-mais aussi, en faisant de cette appartenance le fondement de la vie en société, établir au sein d’un même établissement, d’une même salle de classe, une discrimination brutale entre les élèves français de souche – pour reprendre cette terminologie hideuse qui a désormais droit de cité à l’école – et ceux qui ne le sont pas. […]

Le drapeau sur la façade de l’école ? Mais derrière la façade, à l’intérieur de l’école, vivent des centaines de milliers d’élèves dont les parents se voient refuser les droits politiques les plus élémentaires, au premier rang desquels le droit de vote.

Rue 89; Blog journaldecole

La Marseillaise, «un appel à la xénophobie» selon la sénatrice Blandin qui souhaite la modifier

La présidente de la commission de la culture et de l’éducation du Sénat, l’écologiste Marie-Christine Blandin, pointe le passage sur le «sang impur». Elle dénonce «un appel à la xénophobie» et «un appel à la violence sanguinaire» qu’elle rattache aux «récents événements» de l’attentat terroriste à Londres.

Public Senat

(Merci à Renaud de Chatillon)

Marseille : des mères de familles s’attaquent aux caïds des cités

Les mamans marseillaises s’attaquent aux cités

L’ère des lamentations est terminée. Les habitants des quartiers Nord ont décidé de se prendre en main, de faire des propositions pour sortir les cités du chaos où les ont plongées trafics et règlements de comptes.

Regroupés sous « Le collectif du 1er juin », les habitants d’une vingtaine de cités iront manifester dans dix jours au pied des escaliers de la gare Saint-Charles où ils brandiront une liste de vingt-trois propositions (lire par ailleurs) destinées aux pouvoirs publics. Une première à Marseille où la population des cités veut désormais contrôler son destin.

Hier matin, elles étaient une quinzaine au « parc de Font Obscure », près de Carrefour le Merlan (14e), venues expliquer leur démarche et exprimer leur désarroi.

Des mères de familles touchées par la violence qui secoue le nord de la ville

Où, en moins de 18 mois, près de 25 jeunes sont tombés, sous le feu des armes lourdes le plus souvent. Mais hier, il n’était pas uniquement question de drogue et règlements de comptes.

« Il n’y a pas que ça, exprimait une habitante. La première violente ici c’est la pauvreté due au chômage. La revendication de base c’est l’emploi. C’est difficile d’expliquer à un jeune de faire une formation, sachant qu’avec un CAP, par exemple, il n’est pas sûr de trouver de l’argent alors qu’en trafiquant dans la cité, tout roulera pour lui. »

« Il y a des jeunes qui ont des diplômes, insista une autre mère, et ils se retrouvent à faire le ménage dans un fast-food . Vous trouvez que c’est normal ? »

Présente à Font Obscure, l’élue Front de gauche Haouaria Hadj-Chick résuma l’état d’esprit des habitants : « Le problème ici c’est que tout le monde a arrêté de rêver, de croire qu’avec une formation ou un diplôme, on pouvait s’en sortir. »

*La manifestation du « collectif du 1er juin » se déroulera le samedi 1er juin.
Rendez-vous à 14 h 30 devant les escaliers de la gare Saint-Charles.

La Provence

Maroc : «Jamais on ne verra un joueur de foot refuser de chanter l’hymne marocain !»

Karim Benzema, joueur de football franço-algérien, a déclaré ne pas vouloir chanter la Marseillaise avant le début des prochaines matchs comptant pour la qualification du Mondial 2014.

Une réaction qui ne scandalise pas seulement le Front National mais également, certaines personnes au Maroc. Yabiladi donne la parole à un commentateur sportif et un ancien joueur de foot chez les Lions de l’Atlas pour avoir leur avis sur cette affaire.

«Je trouve ça scandaleux !», lance Lino Bacco, commentateur sportif chez Radio Mars à Casablanca, contacté aujourd’hui par Yabiladi. «Si tu ne veux pas chanter l’hymne de ton pays, pourquoi tu joues dans l’équipe de France alors ? » s’interroge-t-il.

Pour lui, l’affaire de Benzema refusant de chanter la Marseillaise, cache un autre problème, bien plus profond qu’un simple caprice d’un joueur de foot de très haut niveau et très bien payé. «Tout cela témoigne de la fragilité de la situation sociale actuelle en France.»

«Tous les joueurs comme Benzema [ ndlr les joueurs français d’origine immigrée] sont des déracinés. Peut-être ne se sentent-ils pas Français et que pour cette raison, ils refusent de chanter la Marseillaise ?», se demande Lino Bacco.

Une hypothèse, parmi tant d’autres, qui pourrait être prise en considération, même si Benzema n’a pas réellement expliqué pourquoi il refusait de chanter l’hymne français. […]

Salahdine Bassir raconte, par exemple, que lorsqu’il jouait dans le championnat militaire marocain début des années 90, chaque matin, un encadrant de l’équipe les obliger à apprendre et à réciter l’hymne national du pays, même si lui, le connaissait déjà, après l’avoir appris à l’école, à l’âge de 6 ans.

yabiladi

Benzema: « On ne va pas me forcer à chanter La Marseillaise » ! (MàJ vidéo)

20/03/13

Extrait de « Luis Attaque » RMC Sport – 19 mars 2013


19/03/13
Le FN demande son exclusion de l’équipe de France

Le Front national a immédiatement réagi en demandant à ce que l’avant-centre du Real de Madrid ne soit plus sélectionné en équipe de France. Dans un communiqué signé Eric Domard, conseiller des questions sportives de Marine Le Pen, le parti d’extrême droite dénonce « un mépris inconcevable et inacceptable pour le maillot national qu’il a la chance de porter ».

 

Huffington Post


Karim Benzema sera dans Luis Attaque ce mardi sur RMC (16-18h).

Une interview réalisée par Luis Fernandez à Madrid au cours de laquelle l’attaquant des Bleus et du Real a répondu à toutes les interrogations qui le concernent.

[...] RMC Sport vous propose d’en découvrir un extrait. Karim Benzema réaffirme son attachement à l’équipe de France, même s’il ne chante pas La Marseillaise avant les matchs internationaux.

« je n’ai jamais chanté la Marseillaise »

« Je ne l’ai jamais chantée, explique l’attaquant du Real Madrid. Et ce n’est pas parce que je vais la chanter que je vais mettre un triplé derrière. Si je ne chante pas La Marseillaise, que le match commence, que je mets trois buts, je pense qu’on ne va pas dire à la fin du match que je n’ai pas chanté La Marseillaise. C’est ça le souci, c’est parce que ça fait un moment que je n’ai pas marqué en équipe de France. Ça n’a rien à voir avec ce que j’ai entendu, comme quoi je n’aime pas l’équipe de France. Il faut se calmer. J’aime bien l’équipe de France. »

« On ne va pas me forcer à chanter La Marseillaise »

« Comme je l’ai dit, c’est un rêve pour moi de jouer pour l’équipe de France, poursuit Karim Benzema. On ne va pas me forcer à chanter La Marseillaise. Zidane, par exemple, ne chantait pas forcément La Marseillaise. Et il y en a d’autres. Je ne vois pas où est le problème de ne pas chanter La Marseillaise. On mélange tout. Il y a même des supporters qui ne la chantent pas. Ce n’est pas tout le stade qui chante La Marseillaise ! »

Exclusivité RMC Sport

Bronca UMP et Marseillaise censurée à l’Assemblée Nationale (vidéo).

Tension, mardi soir, à l’Assemblée nationale au moment d’un vote sur un article du projet de loi modifiant les modes de scrutin locaux. Le PS a joué la montre pour ne pas se retrouver en minorité. Droite et centre dénoncent un déni de démocratie.

La suspension décidée par la présidente de séance, Laurence Dumont (PS), n’a pas plu aux députés UMP et UDI, qui ont violemment protesté.

La gauche en minorité
Le nombre de députés de droite et du centre présents dans l’hémicycle était alors nettement supérieur à celui de la majorité et notamment du groupe socialiste.

Le ton monte et les députés UMP entonnent la Marseillaise en résistance aux députés PS.

« Il n’est pas normal d’interrompre une séance pour convenance personnelle, c’est-à-dire pour pouvoir faire le rappel de ses parlementaires », a lancé Christian Jacob,

Ouest France

Foot. Adel Taarabt : «Même si je me sens Français, je vibre plus pour l’hymne marocain que pour La Marseillaise»

Adel Taarabt (né à Fès au Maroc), milieu de terrain des Queens Park Rangers, qui possède la double-nationalité (française et marocaine) et qui a notamment évolué en U17 et U19 avec les Bleus, a choisi de porter les couleurs du Maroc.

Dans les colonnes de La Gazzetta dello Sport, le joueur de 23 ans s’en explique : «Mon père est Marocain mais il a insisté pour que je joue pour les Bleus. Mais à la maison, on mange et on parle arabe. Même si je me sens Français, je vibre plus pour l’hymne marocain que pour La Marseillaise. En plus, la France a un problème de racisme. C’est toujours la faute des noirs, des Nasri, Benzema, Ben Arfa. Il n’y a qu’à convoquer que des blancs. Nasri, on l’a massacré à l’Euro, mais personne ne sait que quand il a gagné le championnat contre nous à la dernière minute, il ne pleurait pas parce qu’il était champion mais parce que sa mère était malade d’un cancer à l’hopital, depuis trois ans».

RMC Sport (Merci à elwas)

Rue 89 : « La nation n’est jamais qu’un pointillé sur une carte »

  • Très court extrait d’un blog de Rue 89 intitulé « Journal d’un prof d’histoire »
  • Titre original de l’article : ‘La Marseillaise obligatoire à l’école : une escroquerie’
  • Article publié le 9 décembre 2012

« Si c’est une des justifications de l’école que d’intégrer un enfant à un groupe, à une collectivité, on ne voit pas pourquoi cette intégration devrait s’accomplir, se limiter, trouver son achèvement dans le cadre étroitement borné et jamais défini d’une nation qui n’est jamais qu’un pointillé sur une carte et construction intellectuelle arbitraire. (…)

A-t-on encore le droit de considérer que les nations et leurs symboles n’ont jamais apporté rien d’autre aux siècles passés, et au nôtre encore, que des peurs, des haines, des guerres et de ruineux budgets militaires ? A l’école, manifestement, le libre-arbitre n’est pas le bienvenu. (…)

Et la Marseillaise, en créant de toutes pièces des réflexes identitaires dans les consciences enfantines, en favorisant le développement de représentations mentales erronées et potentiellement nocives, ne serait pour rien dans cet état de fait ?

>> Lire l’article (recommandé !)

Symboles nationaux et culturels : «A quoi faut-il s’attendre après cette affaire de l’école de Montargis ?»

Kabyles.net réagit à la tentative de suppression de la visite du Père Noël dans une école de Montargis (Loiret).

Au rythme ou vont tous ces changements voulus sous les poussée de ces islamistes avec leur peste verte qui envahi peut a peu la France et toute l’Europe, que faire donc avec le nombre croissant des autres musulmans qui eux se laissent faire sans ne rien dire, qui après avoir fait tant d’histoires sur le port du voile pour la femme, sur le fait de pouvoir manger pour ne pas dire imposer le rite halal pour leur viande, aller jusqu’à imposer des prières dans les rues tous les vendredis et qui viennent maintenant s’immiscer dans une fête de Noël bien connue pour être si spéciale d’ailleurs pour les enfants du monde… et en plus qui se déroule dans une école laïque ?

N’est-il pas temps de se demander où tout cela aboutira et commencer a poser certaines questions a tous ces citoyens de l’hexagone … sur le futur et devenir de leurs symboles nationaux tels le coq ou le drapeau tricolore et de devoir les transformer un jour sous ces mêmes pressions et en arriver à des modifications … comme dans cette version de l’hymne national … spécialement conçue pour les muzz-muzz ?

La Marseillaise version islamiste

Allons enfants de la partie
Allah Akbar qu’il soit loué
Sous ce minaret tout blanchi
Entrons tous dans cette petite mosquée (bis)
Pour écouter tous ces grands muftis
Avec sur la tête un turban
Chanter leurs versets du Coran
Pour voiler vos filles et vos compagnes…

… a ne pas suivre …. surtout !

kabyles.net

JO : Natation, le rêve bleu des Français

Camille Muffat et les relayeurs tricolores du 4×100 mètres nage libre, Amaury Leveaux, Fabien Gilot, Clément Lefert et Yannick Agnel ont arraché les deux premiers sacres olympiques de la France.

En l’espace de moins d’une heure, la natation française a obtenu ses deux premières médailles d’or dans ces Jeux olympiques de Londres. Et c’est Camille Muffat qui a été la première à s’illustrer dans les bassins londoniens. De quelle manière ! La sociétaire de l’Olympic Nice Natation s’est imposée au terme d’une course haletante en finale du 400 mètres nage libre, après avoir été menacée jusqu’à la fin Allison Schmitt, finalement vice-championne olympique. La finale du relais 4×100 mètres nage libre n’est pas en reste. A la victoire des Français s’ajoute un scénario absolument fou dont le dénouement s’est joué dans ultimes mètres de la course. Rarement une course n’a été si longtemps indécise ! Rarement une journée a offert autant de titre olympique à la France. [...]

Personne ne rangeait pourtant le relais composé d’Amaury Leveaux, Fabien Gilot, Clément Lefert et Yannick Agnel parmi les favoris. Dimanche, à Londres, les Français ont fait mentir les pronostics : Camille Muffat n’a pas craqué et les relayeurs français ont battu les Américains à leur propre jeu. Il n’en fallait pas moins pour entrer dans la cour des grands. Celle des champions olympiques de natation.

Le Point

Euro 2012 : Le patriotisme, un symbole de «beaufitude» pour les Bleus

Lu dans la chronique de Pierre Menès dans Direct Matin.

C’était presque devenu un gros mot. Un symbole de «beaufitude», de ringardise, voire pire. Mais cet Euro a redonné ses lettres de noblesse au patriotisme Pas en regardant nos Bleus marmonner entre deux coups de dents sur leur chewing-gum quelque chose s’approchant de loin à des sillons abreuvés ou des étendards sanglants.

Non, je parle de la ferveur de Buffon, en transe les yeux fermés et la main sur le cœur. Je parle du banc portugais en larmes. Je parle de ceux qui indiquent dès leur hymne national qu’ils sont là pour défendre les couleurs de leur pays et pour tout donner. Si seulement on pouvait s’en inspirer, ça nous éviterait de vivre d’éternelles désillusions.

Direct Matin via Le Salon beige

Siffler la Marseillaise, « c’est peut-être grave, mais ce qui est grave c’est pourquoi ils la sifflent » (RMC)

Sur RMC, un auditeur se désole des attaques contre l’immigration.

« Aujourd’hui, une partie de la France que nous représentons aussi… nous sommes Français, qu’on le veuille ou non, nos grands-parents se sont battus pour la seconde guerre mondiale… » – Salem

« Il y a une mixité qui s’installe en France, comme partout dans le monde. Est-ce que vous avez vu qu’aux Etats-Unis, la communauté hispanique devient la première communauté des Etats-Unis ? C’est comme ça, la mixité s’installe avec la circulation dans le monde. C’est comme ça ! Et personne ne pourra aller contre ! Il faut être plus intelligent ! » – Jean-Jacques Bourdin