Maroc : Les autorités arrêtent et emprisonnent les jihadistes de retour de Syrie

Cela fait plusieurs mois que le Maroc surveille comme du lait sur le feu les jihadistes qui reviennent de Syrie. Une fois de retour des champs de bataille, ils sont aussitôt interpellés pour des raisons de sécurité. Certains ont déjà écopé des peines d’emprisonnement allant de 2 à 6 ans et Rabat songerait à un projet de loi pour criminaliser ces voyages de manière systématique.

Les estimations du gouvernement, des médias marocains et syriens, indiquent que plus d’un millier de Marocains se sont rendus en Syrie pour prendre part aux combats opposant les partisans de Bachar Al Assad aux rebelles et qu’une centaine aurait été tuée.

Décidément les opérations de démantèlement des cellules de recrutement de combattants jihadistes ne suffisent plus pour contrer la menace terroriste. Le Maroc est passé à la vitesse supérieure. Depuis plusieurs semaines, une véritable campagne est lancée contre les jihadistes qui reviennent des zones de conflit en Syrie. Selon des sources espagnoles, plus de 120 Marocains ont été arrêtés ces derniers mois à leur retour du pays de Bachar Al Assad. Certains ont été déjà condamnés et croupissent en prison. «Tous ces prisonniers ont été arrêtés ces derniers mois à l’arrivée à l’aéroport Mohammed V de Casablanca», explique à Efe, Abderrahim Ghazali, porte-parole de la Commission pour la défense des prisonniers islamistes.

L’Intérieur est plus que décidé à faire disparaître les cellules de recrutements. Des combattants ont déjà écopé de peines de prison allant de 2 à 6 ans après avoir été accusés d’avoir des « intentions destructrices » pour le pays, ajoute le journal. […]

Alors que Casablanca, certaines villes du nord du pays, ainsi que les enclaves de Ceuta et Melilla, abritent des cellules jihadites, le Maroc surveille de très près les mouvements. Quelques cellules ont été déjà démantelées ces dernirs mois. Rabat pourrait également voter un projet de loi pour criminaliser le voyage à l’étranger en vue de participer à des conflits armés. Mais malgré toutes ces mesures, certains observateurs critiquent «le laxisme» des autorités marocaines lorsque les jihadistes quittent le territoire pour se rendre en Syrie, et leur détermination à les arrêter à leur retour.

yabiladi

Wilders/Marocains : des Néerlandais veulent porter plainte (màj)

Addendum 29/03/14

La police s’apprête à faire face à des centaines de personnes qui s’amasseront samedi midi à Utrecht et Amsterdam, pour remplir des formulaires de plainte en vue de dénoncer les propos discriminatoires tenus par le leader du PVV, Geert Wilders. Des barrières sont mises en place et des agents supplémentaires seront présents pour assurer les actions pacifiques.

Tant à Amsterdam qu’à Utrecht, l’action fait suite à un appel lancé sur Facebook et auquel quelque 400 personnes ont réagi. Mardi, un appel semblable de l’administration communale de Nimègue (est des Pays-Bas) a rassemblé 500 participants qui ont dû attendre des heures pour remplir une déclaration. [...]

Par conséquent, la police et le parquet d’Utrecht ont convenu que seuls les deux initiateurs de l’action d’Utrecht rempliraient une déclaration officielle. Tous les autres ne devront signer qu’un formulaire de plainte standard contre M. Wilders. Ceux-ci seront ajoutés à la déclaration officielle. [...]

7sur7

24/03/14

Le député anti-Islam Geert Wilders s’est défendu samedi, assurant n’avoir « rien dit de mal », sur fond de vague de protestations sans précédent secouant les Pays-Bas et provoquant un « exode » dans son propre parti après qu’il eu déclaré vouloir « moins de Marocains » dans son pays.

« J’ai dit la vérité, je n’ai pas de regrets et ne présenterai mes excuses à personne à propos de quoi que ce soit », a déclaré Geert Wilders au cours d’une conférence de presse improvisée samedi soir dans les bâtiments du parlement néerlandais : « je n’ai rien dit de mal ».

« Je suis resté dans les limites de la loi », a affirmé le député, réfutant tout parallèle avec les nazis alors que certains hommes politiques et médias l’avaient comparé à des « figures abjectes du passé », dont Adolf Hitler, a-t-il dit. [...]

7sur7

22.03.2014 :

Geert Wilders, le président du parti nationaliste néerlandais PVV, a annulé sa visite prévue dimanche au meeting du Vlaams Belang à Anvers.

«En raison de la situation aux Pays-Bas et du relèvement du risque en matière de sécurité, Geert Wilders a décidé de ne pas se rendre à Anvers», a indiqué à l’agence de presse Belga le leader du Vlaams Belang Filip Dewinter. […]

Le Vlaams Belang avait prévu un meeting dimanche à Anvers en présence de Geert Wilders, mais le président du PVV ne sera donc pas présent. «Le risque en matière de sécurité est tout simplement trop important», explique Filip Dewinter. D’importantes mesures de sécurités avaient pourtant été prévues dimanche, avec détecteurs de métaux, gardes du corps, etc.

Le chef de file du Vlaams Belang parle «d’une défaite pour la démocratie». «C’est grave qu’une personne ne soit plus libre de s’exprimer. Que l’intimidation gagne sur la liberté de penser. C’est un jour noir pour la liberté et la démocratie».
Le meeting du Vlaams Belang se tiendra tout de même dimanche, malgré l’absence de Geert Wilders.

Le Soir


Addendum 21.03.2014 11H00 :
Le député anti-islam a une nouvelle fois choqué après avoir promis à ses partisans qu’il ferait en sorte qu’il y ait « moins de Marocains » dans le pays. Geert Wilders s’exprimait lors d’une réunion après des élections municipales partielles qui ont vu son parti extrémiste de la Liberté progressé.


Addendum 21.03.2014 :

Pays-Bas : Les Marocains se mobilisent sur Twitter contre Geert

Après la réaction des politiques et de l’association des Marocains en Hollande contre les propos du député du parti populiste, c’est au tour des citoyens d’origine marocaine de se faire entendre via les réseaux sociaux. Une campagne sur Twitter sous le hastag #Bornhere ou « Né ici » dénonce les propos du parlementaire de La Haye qui veut «une ville avec moins de problèmes» en limitant le nombre de Marocains. Cette campagne, lancée il y a deux jours, est bien relayée sur le réseau social. En effet, plusieurs participants marocains et non marocains y ont pris part en dénonçant le racisme et la discrimination à travers des photos avec leur passeport néérlandais.

Il ne fallait pas s’en prendre aux marocains vivants aux Pays-Bas. C’est la leçon que devra tirer Geert Wilders des élections municipales (site yabiladi).

Certains participants ont même enfilé leur tenue traditionnelle marocaine, alors que d’autres ont porté des t-shirts aux couleurs de leur pays d’origine. Ils ont ainsi exprimé leur droit d’être considérés comme les Hollandais de souche.

La campagne vise aussi à faire participer plusieurs marocains qui vivent des situations différentes aux Pays-Bas. Ceux qui sont nés aux Pays-Bas, ou de parents établis dans le pays ainsi que ceux ayant contribué à l’économie. Elle concerne aussi les marocains qui disposent de papiers en règle et même ceux qui n’en ont pas. Enfin, tous ceux qui sont contre la politique de Wilders sont les bienvenus.

yabiladi

Le député anti-islam néerlandais Geert Wilders faisait face jeudi à une vague de protestations sans précédent après avoir promis à ses partisans qu’il ferait en sorte qu’il y ait « moins de Marocains » aux Pays-Bas.

(…) RTL.be

Italie : des immigrés se cousent la bouche pour protester contre leur sort (màj)

Addendum 27/01/14

Treize immigrants marocains enfermés dans un centre de rétention de migrants dans la banlieue de Rome ont cousu leurs lèvres pour protester contre la longueur de leur rétention, cette manifestation étant la seconde de ce type, ont rapporté dimanche les médias italiens.

Agés de 20 à 30 ans, ces hommes avaient déjà cousu leurs lèvres en décembre dans le même but au cours d’une première manifestation qui avait duré une semaine. Ils avaient mis fin au mouvement après avoir reçu l’assurance que leurs dossiers seraient rapidement traités par les autorités.

« J’espère que le Parlement tiendra sa parole et approuvera rapidement les textes pour mettre fin à cette situation honteuse », a lancé Angiolo Marroni, qui s’occupe des prisonniers dans la région du Lazio. [...]

Morandini

22/12/13

Quatre immigrés originaires du Maghreb se sont cousu la bouche samedi pour protester contre leur immobilisation prolongée dans un centre d’accueil à Rome, rapporte l’agence italienne ANSA.

Hebergeur d'imageCes hommes âgés de vingt et trente ans, qui s’étaient cousu la bouche avec un fil extrait d’une couverture et une petite aiguille, ont été pris en charge médicalement. L’un d’eux aurait dû être rapatrié lundi dans son pays. [...]

« Leur révolte nous impose de rouvrir le débat national sur des centres inhumains et une législation qui assimile ceux qui fuient les guerres, la violence et les pauvretés à des criminels de guerre », a réagi le maire de gauche de la capitale, Ignazio Marino. [...]

7sur7

Espagne : Les Marocains, première population carcérale étrangère

L’administration des prisons en Espagne vient de publier son rapport 2012 sur l’état des centres pénitenciers et les étrangers qui y sont incarcérés. Les Marocains représentent presque le quart de cette population. Un pourcentage en hausse alors que la tendance chez les Espagnols est à la baisse.

Les Marocains occupent la première position des populations étrangères incarcérées. Ils devancent les Colombiens (2272), les Roumains (2028), les Equatoriens (997), les Dominicains (886), les Algériens (590) et les Boliviens (478) détenus.

A l’origine de ces multiples condamnations, des accusations principalement de trafic de drogue (29,34%), vols (24,84%), agressions et blessures (10,99%) et dans une moindre mesure des assassinats, seulement (2,37%).

Plus globalement, les Marocains représentent presque le quart des détenus étrangers en Espagne. (…) Si le nombre de Marocains dans les prisons espagnoles est en hausse, celui des Espagnols a considérablement diminué. Les statistiques officielles montrent, en effet, qu’ils n’étaient que 40.797, dont 3.070 femmes, en 2012 contre 59.704 en 2011.

Yabiladi - merci antibarbare

Pays Bas : 2 nouveaux projets de lois pour réduire les allocations sociales aux étrangers non-communautaires

Le gouvernement hollandais présentera au parlement deux nouveaux projets de lois pour réduire toutes les formes d’allocations sociales aux Marocains Redisant à l’Etranger (MRE). Il veut d’abord officialiser et approfondir la collaboration avec le Maroc pour connaître le patrimoine des MRE des Pays Bas, au Maroc. Il veut ensuite suspendre l’assurance maladie des Hollandais lorsqu’ils se trouvent à l’étranger. Ces deux projets de lois seront donc discutés alors que la justice néerlandaise vient de désavouer l’action du gouvernement à l’égard des immigrés.

Le gouvernement des Pays-Bas présentera, début septembre, deux nouveaux projets de loi pour surveiller les étrangers non-communautaires et réduire leurs droits sociaux. Les MRE sont parmi les premiers visés. […] Ce projet de loi intervient dans le cadre du débat général en Europe sur les fraudes aux allocations familiales dont sont suspectés les immigrés.

Les Pays-Bas ont déjà la possibilité d’obtenir des informations sur le patrimoine immobilier des Marocains au Maroc, «mais ils ne peuvent poser que des questions précises sur la possession ou non d’une maison, par exemple», explique Abdou Menebhi. Si c’est le cas, l’administration hollandaise supprime les allocations sociales dont bénéficie la famille marocaine en Hollande. […]

yabiladi

France : 2 millions de personnes parlent une langue berbère

En France, entre 1,5 et 2 millions de personnes parlent l’une des langues amazighes (berbères), selon la Délégation générale à la langue française et aux langues de France (DGLFLF). La moitié d’entre eux sont marocains.

«Les langues des citoyens issus de l’immigration constituent aussi une richesse qu’il conviendrait d’exploiter davantage dans nos entreprises et nos services. Il y a là un gisement insoupçonné pour notre économie.» (Aurélie Filippetti)

[...] «Et je pense aussi à l’arabe, qui dans ses formes dialectales, est parlé par plusieurs millions de citoyens en France, alors qu’il n’est enseigné dans notre système éducatif qu’à quelques milliers d’élèves», a déclaré la ministre Aurélie Filippetti, lors du discours d’installation du Comité, le 6 mars. […]

Le Comité estime même dans sont rapport que «parmi les langues non-territoriales parlées en France, le nombre de locuteurs de l’arabe dialectal était évalué à 1 170 000, dont 940 000 locuteurs réguliers. » [...]

yabiladi

Italie : Des Marocains défèquent sur l’autel de l’église

Quatre jeunes Marocains sont rentrés par effraction dans le presbytère de l’église de Serravalle a Po, dans le Mantouan, en Lombardie. Ils ont forcé la porte de la chambre de la sœur supérieure et ont volé ce qu’ils ont pu y trouver comme argent.

«Je suis désolé, parce que, à ce qu’il semble, cet acte a été accompli par quatre jeunes Marocains. Ils ont montré leur mépris vis-à-vis de notre religion. Mais si moi je faisais la même chose dans une mosquée, ils me couperaient le cou, oui ou non ?»

«S’ils étaient venus voler de l’argent parce qu’ils ont faim, je n’aurais pas même porté plainte : je leur aurais pardonné. Mais ce qu’ils ont fait dans l’église est un geste sur lequel on ne peut pas passer, c’est inqualifiable».

Le Salon beige (Merci à Stormisbrewing)

Algériens vs Marocains… : «L’islam de France» est au bord de l’implosion. Marocains et Turcs s’allient (MàJ)

Addendum 22.06.2013 : La Grande mosquée de Paris (GMP, liée à l’Algérie) a quitté une réunion du Conseil français du culte musulman (CFCM) qui devait entériner la désignation de son recteur, Dalil Boubakeur, au poste de président du Conseil.

«Nous avons quitté la réunion du Conseil d’administration parce qu’on s’est aperçu qu’il y a eu une alliance stratégique entre Marocains et Turcs contre la Grande mosquée de Paris, remettant en cause un accord que nous avons conclu hier pour sortir de l’impasse vers laquelle le CFCM se dirigeait», a déclaré à l’AFP Abdallah Zekri. […]

Le Figaro

L’islam de France ne parvient pas à désigner le nouveau président du Conseil français du culte musulman (CFCM). L’élection, prévue ce dimanche, devait couronner, presque jour pour jour, le 10e anniversaire de cette institution. Mais les querelles internes sapent une nouvelle fois ce jeune édifice voulu par Nicolas Sarkozy, alors ministre de l’Intérieur. Il visait à donner à la seconde religion de France une représentativité éloignée des extrêmes et des influences étrangères.

En clair, la perpétuelle querelle entre Algériens et Marocains…

Les membres du conseil d’administration qui doivent se réunir dimanche sont issus d’un premier tour d’élections régionales qui s’est déroulé le 8 juin dernier. Ils vont très probablement voter un… report de l’élection du nouveau président en remplacement de Mohammed Moussaoui, non rééligible. Ce modéré, d’origine marocaine, pourrait même rester provisoirement à la tête de l’instance jusqu’à la rentrée dans l’attente d’un climat plus serein.

Sauf coup de théâtre, les délégués de l’islam de France, réunis à Paris pour le sommet le plus important de cette instance, ne seront donc pas en mesure de choisir un homme et une équipe parce qu’ils sont bloqués par des considérations d’origines nationales. […]

Le Figaro

Chômage en Arabie Saoudite : Les travailleurs étrangers «irréguliers» sous menace d’expulsion

Le roi Abdellah d’Arabie saoudite offre une amnistie temporaire aux travailleurs étrangers immigrés : il leur donne trois mois pour régulariser leur situation, avant d’entamer les arrestations et expulsions. Dans un contexte de chômage de masse, le royaume veut moins d’immigrés. Plusieurs dizaines de milliers de Marocains travaillent aujourd’hui dans le royaume et craignent d’être expulsés.

Au total, près de la moitié des Saoudiens serait au chômage, alors que le pays comptabilise 30% de travailleurs étrangers essentiellement venus d’Asie et des autres pays arabes.

En Arabie Saoudite, la politique migratoire connaît les mêmes mécanismes qu’en Europe : avec le chômage, le royaume veut réduire l’immigration. Samedi 6 avril, le roi Abdellah a décidé de laisser 3 mois aux travailleurs étrangers pour régulariser leur situation, rapporte Reuters. En ligne de mire, les près de 8 millions d’étrangers, sur 27 millions d’habitants, qui vivent en Arabie Saoudite à la faveur de la rente pétrolière. Parmi eux, près de 60 000 Marocains, cette année, selon le Salon Maroc Property Expo, 28 000, en 2005, selon le ministère marocain des Affaires étrangères et de la Coopération. […]

Entrée en application en 2011, la « Nitaqat Law » oblige les entreprises du Royaume à recruter entre 5 et 30% de leurs employés parmi les Saoudiens. L’explosion démographique a été plus rapide que la croissance des revenus liés au pétrole. La croissance du pays est faible et engendre mécaniquement une augmentation du chômage. […]

yabiladi

Pays Bas. Délinquance : Les députés débattent du «problème marocain» à la demande de Geert Wilders

A force d’insister, Geert Wilders, leader du Parti pour la liberté a obtenu que les députés débattent de ce qu’il appelle «le problème marocain», suite à la mort d’un arbitre de foot, probablement tué par de jeunes néerlando-marocains, en décembre dernier. Interpelés, plusieurs députés, comme e Melik Azmani et Keklik Yucel, ont voulu prendre leur distance.

«Il n’y a pas de problème marocain aux Pays Bas», a également reconnu une député du parti VVD (parti libéral), Melik Azmani, «mais il faut avoir conscience que les Maroco-néerlandais sont très souvent en contact avec la police. C’est cela l’objet du débat.»

A l’origine du débat : la mort de Richard Nieuwenhuizen, le 2 décembre dernier. A Amsterdam, après un match opposant deux équipes de division amateur, sv Nieuw Sloten B1 et le SC Buitenboys B3 d’Almere. L’un des arbitres de touche, Richard Nieuwenhuizen, 41 ans, a été agressé par des adolescents qui l’ont notamment frappé au visage alors qu’il était déjà au sol. Quelques heures après l’agression, l’homme a été «pris d’un malaise». Conduit d’urgence à l’hôpital, il est décédé le lendemain. Il se trouve que les adolescents suspectés d’être les auteurs de cette agression étaient des Néerlandais d’origine marocaine. […]

C’est dans ce contexte que le PVV a obtenu que soit débattu le «problème marocain», à l’assemblée. «Ce n’est pas exclusivement un problème lié au football, mais un problème marocain qui est dans la rue, à l’école, au centre commercial et sur le terrain de foot. 65% des jeunes Marocains ont déjà été en contact avec la police. Pourquoi personne n’ose seulement nommer ce problème ? », écrivait le leader du PVV, Geert Wilders, en décembre dernier. Après qu’il ait beaucoup insisté, la chambre a accepté de débattre sur le sujet.

«Seul Keklik Yucel, député travailliste, a clairement condamné l’intitulé du débat. «Le terme ‘problème marocain’ donne l’impression qu’il y un groupe de population entier, que leur origine est un problème. Je tiens à me distancer de cette position.»

yabiladi

Espagne : Des Marocains impliqués dans une grosse affaire de fraude à la sécurité sociale

La police espagnole vient de mettre la main sur une bande spécialisée dans la vente de faux contrats de travail, soupçonnée d’avoir escroqué quelque 1,2 millions d’euros à la sécurité sociale. La majorité des ses clients sont marocains.

La propriétaire d’un cabinet de conseil, situé à Palma de Majorque, « utilisait un réseau d’entreprises pour vendre de faux contrats de travail à de faux employés », indique le journal qui cite un communiqué de la Police nationale espagnole. Le prix du contrat était compris entre 250 et 14 000 euros.

Plus de 200 personnes, en majorité originaires du royaume, lui auraient acheté des contrats dans le but de toucher les prestations de chômage ou d’obtenir un permis de séjour. La plupart des bénéficiaires ne résiderait même pas en Espagne, mais plutôt au Maroc.

L’enquête avait été ouverte il y a quelques mois, lorsque l’Unité spéciale pour l’inspection du travail de et de la sécurité sociale (Unidad Especializada de la Inspección de Trabajo y Seguridad Social) a détecté plusieurs irrégularités dans les comptes du bureau de conseil majorquin. Certaines des entreprises impliquées dans cette affaire, opérant dans le secteur du bâtiment, employaient davantage de femmes de ménage que d’ouvriers. Les enquêteurs ont également constaté des cas de travailleurs bénéficiant d’allocations pour incapacité de travail temporaire (prestación económica de incapacidad temporal por bajas médicas) non justifiées.

Ce n’est pas la première fois qu’une telle affaire est signalée en Espagne et aux Iles Baléares plus particulièrement. En juillet 2012, la police locale avait annoncé le démantèlement d’un réseau soupçonné d’avoir vendu 318 faux contrats de travail en l’espace d’une année. Là encore, la majorité des acheteurs étaient marocains

Source

Expulsions de France : Marocains, Algériens et Sénégalais, top 3 des clandestins en 2012

D’après les chiffres tirés d’une circulaire sur l’immigration illégale, au nombre des 30.000 immigrants clandestins expulsés de France en 2012, les trois nationalités en tête sont le Maroc avec 2896, suivis de l’Algérie avec 2395 et du Sénégal avec 1760 personnes reconduites à la frontière (…)

Koaci