Agression sexuelle dans le métro à Lille, personne ne vient en aide à la victime (màj Abdelnour Benaicha condamné)

Addendum

De nationalité marocaine, il a également écopé d’une interdiction de territoire de 2 ans.

Le Figaro

Merci à igornoski

_______________________________

Abdelnour Benaicha, 19 ans, a été condamné à dix-huit mois de prison ferme avec mandat de dépôt, ce jeudi après-midi. Mardi, il avait agressé sexuellement une jeune femme dans le métro lillois. Le tribunal est allé au-delà des réquisitions du procureur, qui réclamait dix mois de prison.

À l’audience, le ministère public s’est également indigné de l’absence de réaction des autres passagers du métro : « Cette société m’inquiète. C’est vraiment chacun pour soi, même dans les moments difficiles. » [...]

La Voix du Nord

_________________________________

Pendant environ une demi-heure, une femme de 30 ans a vécu un véritable calvaire, dans le métro, puis en dehors, mardi soir à Lille.

Tout commence vers 22 h 30. Elle est abordée et ennuyée par un individu en entrant dans une station du centre-ville. L’agression se poursuit sur le quai, où il l’insulte, tente de l’embrasser malgré son opposition. Plusieurs autres usagers sont présents, mais personne n’intervient :

« Sur les caméras, on voit l’attitude du public qui s’éloigne et ne porte pas secours. C’est de la non-assistance à personne en danger. Si quelqu’un avait au moins appelé la police, celle-ci aurait pu intervenir aussitôt », confie un proche du dossier.

Résultat, la jeune femme se retrouve bien isolée dans la rame où l’homme la suit. Il menace de la frapper avec une bouteille de vodka, la bloque physiquement à plusieurs reprises, lui touche la poitrine et les fesses. [...]

Une fois dehors, la malheureuse tente d’arrêter des voitures sur la route. Un automobiliste s’arrête et elle s’engouffre à l’arrière de son véhicule. Sauf que le malfaiteur arrive à son tour, se bat avec le conducteur et parvient à extraire la jeune femme de la voiture. Des vigiles du CHR interviennent et l’interpellent. Un suspect de 20 ans, alcoolisé, est remis à la police. [...]

La Voix du Nord

Jamel Debbouze : «Tous les jours, je suis marocain»

Dans une interview accordée au journal marocain Libération, Jamel Debbouze affirme qu’il ne saurait choisir entre le Maroc et la France tout comme on ne pourrait choisir entre son père et sa mère.

Jamel Debbouze est entre deux cultures. Le franco-marocain est certes né en France, le 18 juin 1975, mais il est le fils aîné d’une famille originaire de Taza , au Maroc.

Questionné au sujet de cette dualité, l’humoriste réponds : «Je ne pourrais me définir concrètement, mais ce qui est certain, c’est que tous les jours je suis marocain. Quand je suis sur scène ou au cinéma, je glisse des mots d’arabe et cela peut paraître anodin, mais ce sont des choses qui ponctuent mon phrasé. Le Maroc est ma culture, elle fait partie intégrante de moi, je ne peux quantifier ce que j’ai de marocain ou de français. On ne choisit pas entre son père et sa mère, je ne pourrais choisir entre le Maroc et la France».

Par ailleurs, l’on pourrait croire que c’est la France qui lui a donné sa chance pour devenir ce qu’il est aujourd’hui, mais il n’en est rien. Jamel Debbouze est catégorique à ce sujet : « ce sont les Marocains qui m’ont donné l’opportunité de jouer mon spectacle, qui ont construit ma carrière, et ce sont les Marocains qui continuent à nous soutenir avec le Marrakech du rire. Je suis fier d’être marocain ; à chaque fois que j’ai l’occasion de venir ici, je viens avec beaucoup de joie». […]

bladi

Belgique : des étrangers autorisés à parler leur langue à l’école

Une nouvelle directive autorisant les enfants d’origine étrangère à parler leur langue maternelle dans l’enceinte de l’école vient d’être émise à Gand. [...]

Hebergeur d'imageDésormais, les élèves seront donc autorisés à parler le turc, le marocain, le polonais ou n’importe quelle autre langue en dehors de la classe, rapporte ce matin le quotidien flamand Het Nieuwsblad qui précise que les cours seront bel et bien toujours donnés en néerlandais mais que les élèves pourront parler la langue de leur choix sur le terrain de jeu.

7sur7

Marmande : 15 ans de prison pour Abdelaziz pour coups mortels sur un octogénaire

Jugé pour tentative de vol avec violence ayant entraîné la mort, Abdelaziz Chentouf a été condamné à quinze ans de réclusion criminelle par la cour d’assises de Lot-et-Garonne. Le verdict a été rendu mardi, au terme de deux jours de procès pour vol avec violence ayant entraîné la mort, où l’impulsivité de l’accusé a été au centre des débats.

Selon le psychiatre, Abdelaziz Chentouf a été traversé d’un «chaos quasi-continu tout au long de son existence, caractérisé par une intolérance aux contraintes.» Abdelaziz Chentouf, qui avait quitté le Maroc à l’âge de 12 ans caché sous un bus, sera finalement renvoyé dans son pays d’origine une fois sa peine de prison effectuée.

Une octogénaire frêle et élégante s’avance à la barre, prend une grande inspiration avant de fondre en larmes. «Je ne peux pas. Excusez-moi», murmure la sœur d’André Arblade, tué sous les coups violents assénés en décembre 2011 par l’accusé. La victime est décédée après 77 jours d’hospitalisation, consciente de l’issue fatale provoquée par ses blessures.

Mardi, avant l’annonce du verdict, la matinée a été consacrée aux témoignages des experts légistes, exposant en détail les stigmates laissés par la brutalité de l’agression dont a été victime André Arblade. 85 ans, 1,59 mètre et 65 kg, le profil d’un homme vulnérable qui ne portait aucune lésion défensive suite à son attaque. Une réalité appuyée par Me Stéphanie Gouzes, avocate de la partie civile, porte-parole d’une victime définitivement réduite au silence, et de laquelle elle tient «à raconter l’histoire, expliquer sa vie. André Arblade, un homme aspirant à vieillir tranquillement et qui a un jour croisé la route d’Abdelaziz Chentouf. L’accusé, qui vit dans le déni de toute règle et de toute contrainte.» […]

Sud Ouest (Merci à D’Artagnan)

Justice : malgré 30 kilos de drogue dans le coffre, le Marocain est libéré pour vice de procédure

Tribunal correctionnel de Bayonne : interpellé puis placé en garde à vue pour détention de stupéfiants, le prévenu à la barre est reparti libre. Pourtant, 30 kg de résine de cannabis ont été retrouvés dans le coffre de son véhicule. Aucune condamnation n’a pu être prononcée contre lui : le tribunal a retenu un vice de procédure dans le contrôle à la frontière, qui a entraîné la nullité des poursuites.

Mardi 18 mars, Hendaye, Un automobiliste se fait contrôler. La police demande la présentation du triangle de présignalisation pour amener l’individu à ouvrir le coffre. Une forte odeur de stupéfiants s’en dégage. 30 kg de résine de cannabis y sont découverts.

Le conducteur, un Nantais de nationalité marocaine, est auditionné par la police aux frontières. L’avocat du prévenu a démontré dans sa plaidoirie une nullité de procédure. Selon lui, les forces de l’ordre ont agi en dehors du cadre légal.

Pour la défense, le fondement du contrôle des forces de l’ordre ne leur permettait pas de réclamer la présentation du triangle de présignalisation, dont la présence dans le véhicule n’est pas obligatoire. Cette exigence, qui a permis l’ouverture du coffre, dépassait le cadre de leurs prérogatives.

Le tribunal a suivi la défense. Les poursuites ont été abandonnées. Le présumé innocent a donc été libéré à l’issue de l’audience, la procédure annulée et les scellés restitués.

Si l’homme peut tourner la page sur cette affaire, il n’en a pour autant pas terminé avec la justice, puisqu’il est mis en cause par ailleurs. Dans le cadre d’une procédure en cours, il est placé sous contrôle judiciaire pour des faits de vol à main armée qui auraient été commis à Nantes.

Sud-Ouest merci antibarbare

Un voleur en djellaba interpellé dans la mosquée de Val-de-Reuil (27)

Arrestation pour le moins insolite dans la mosquée de Val-de-Reuil (Eure). Très tôt ce jeudi matin 22 août, le responsable de l’édifice religieux, implanté rue Courtine, a surpris un homme vêtu d’une djellaba qui s’apprêtait à s’enfuir avec deux petites caisses contenant un total de 379 euros.

N’écoutant que son courage ce témoin a retenu fermement l’intrus jusqu’à l’arrivée des policiers, vers 7 h 45.

Le voleur présumé était entré dans la mosquée par effraction. Il était en possession d’une clef en métal et d’un tournevis.

Emmené au commissariat de Louviers/Val-de-Reuil, l’homme, âgé de 32 ans, a déclaré être de nationalité marocaine et résider à Perpignan, dans les Pyrénées Orientales. Il a présenté aux policiers une carte de séjour espagnole. Au cours de son audition, il a reconnu les faits et les a justifiés par un « gros besoin d’argent. »

Il a été remis en liberté avec en poche une convocation à l’audience du 20 janvier prochain du tribunal correctionnel d’Evreux.

Info Normandie.com

Chartres : Un Marocain reconduit à la frontière après un vol de vélo

Lorsqu’il est interpellé dans la nuit de dimanche à lundi, à Saint-Chéron, avec un vélo qui ne lui appartient pas, l’adolescent prétend qu’il est mineur.

Un test osseux et quelques investigations plus tard, il s’avère que le voleur est en fait âgé de 19 ans et de nationalité marocaine, en situation irrégulière. Transféré au centre de rétention administrative du Mesnil-Amelot (Seine-et-Marne), il devrait être reconduit au Maroc, voire en Espagne, pays pour lequel il dispose d’un titre de séjour.

L’écho Républicain
(Merci à Zatch)

Un Marocain condamné et interdit de séjour en France, arrêté à Lorient

Le 19 mars 2013, un Marocain, de 33 ans, est condamné à Paris à huit mois de prison et deux ans d’interdiction de territoire français pour trafic de stupéfiants. Le 16 août, il est interpellé à sa descente de train à la gare de Lorient (Morbihan) par les services des Douanes.

Déféré ce mardi 20 août 2013 en comparution immédiate devant le tribunal correctionnel de Lorient, il s’est justifié : « Je venais voir un ami ». L’homme a ajouté que c’était la première fois qu’il revenait en France, résidant maintenant en Suisse. Un ami dont la présidente a relevé qu’il ne connaissait ni le nom ni l’adresse, ni le numéro de téléphone juste le prénom.

Le procureur s’est interrogé sur les multiples identités sous lesquelles le jeune homme s’était présenté et avait déjà été condamné par le passé. Il a requis huit mois de prison et une interdiction du territoire portée à six ans : « Il a violé la loi en toute connaissance de cause ». Son avocat a demandé au tribunal de ne pas le maintenir davantage en France.

Le tribunal a condamné le jeune homme sous son identité actuelle et sous les cinq noms déjà donnés, à huit mois de prison et six ans d’interdiction du territoire.

Ouest France

Quadruple meurtre dans la Drôme : mandat d’arrêt européen en cours (màj)

Addendum 28/06/13

Un mandat d’arrêt national a déjà été lancé par le juge d’instruction à l’encontre d’Abdelkarim El Kadaoui, soupçonné d’avoir tué sa femme et ses trois enfants à Saint-Paul-Trois-Châteaux, dans la Drôme. Mais le parquet envisageait vendredi de le transformer en mandat d’arrêt européen, diffusable auprès de tous les membres de l’espace Schengen, confirmant partiellement une information du Dauphiné libéré qui évoquait sur son site « un mandat d’arrêt international ». [...]

TF1 News

25/06/13

Les gendarmes ont découvert ce mardi en fin de matinée les corps sans vie des trois enfants âgés de 2, 8 et 9 ans disparus depuis lundi soir. Ils gisaient dans la voiture de leur père à Saint-Paul-Trois-Châteaux, près du complexe sportif de cette commune du sud Drôme.

Les deux fillettes sont morts asphyxiés, le garçon de 9 ans aurait été étranglé. L’autopsie devra le confirmer et préciser l’heure de leur décès, probablement lundi soir ou plus tard dans la nuit.

Abdelkarim El Kadaoui, le père, 43 ans, est toujours introuvable. Il mesure 1m78, d’origine marocaine, de forte corpulence. Un chien a flairé sa trace dans un massif boisé et sa piste se perd sur une route goudronnée. L’homme a peut-être été pris en stop. Les gendarmes invitent donc tous les témoins à se faire connaître au 17. [...]

Hebergeur d'image

France Bleu

Merci à Stormisbrewing

Montpellier. Meurtre sauvage d’une jeune buraliste, un Marocain en procès. Màj : l’accusé est condamné à la réclusion criminelle à perpétuité

Addendum 19 juin : Réclusion criminelle à perpétuité avec interdiction définitive du territoire pour Ayoub Bouromane. C’est le verdict des assises de l’Hérault. Les jurés ont reconnu l’accusé, coupable de vol et du meurtre de la jeune buraliste de Montpellier en août 2010.

(…) France 3 languedoc roussillon

————————————

Addendum 18 juin : 2e jour de procès. Lundi, le meurtrier présumé de la jeune buraliste du quartier des facultés à Montpellier a tout nié en bloc, il est même revenu sur ses aveux. Ce mardi, la parole était donnée aux experts.

(…) France 3 Languedoc Roussillon

———————————————-

Addendum : L’accusé nie les faits, après les avoir avoués durant l’enquête. « J’ai rien fait, c’est pas moi » a dit l’accusé du meurtre de la jeune buraliste de Montpellier, quand le président des assises de l’Hérault lui a donné la parole, à l’ouverture du procès.

(…) France 3 Languedoc Roussillon

———————————————————

Accusé du meurtre d’une jeune buraliste à Montpellier, Ayoub Bouromane a reconnu les faits, avant de se rétracter. Son procès s’ouvre ce lundi devant la cour d’assises de l’Hérault.

Ayoub Bouromane

Quelle position Ayoub Bouromane va-t-il adopter ? C’est l’un des enjeux du procès qui s’ouvre ce lundi devant la cour d’assises de l’Hérault. Ce Marocain de 28 ans y est jugé pour le meurtre sauvage d’une jeune buraliste à Montpellier.

Le 10 août 2010, un client du tabac les Tilleuls, dans le quartier Hôpitaux-Facultés, retrouve le corps sans vie et ensanglanté de Ludmilla, la fille des gérants qui s’occupait de la caisse retrouvée vide.

Détail troublant : la victime a une étiquette sur la bouche. L’autopsie révèle qu’elle a été tuée de huit coups de couteau au niveau du thorax.

Ludmilla, la jeune buraliste tuée

Outre les aveux, la ligne de défense de l’accusé est fortement mise à mal par les constatations techniques. La casquette et les lunettes de Bouromane tâchées du sang de la victime ont été retrouvées dans une poubelle à proximité du tabac.

Son ADN a été trouvé sur la fameuse étiquette. Et c’est sur ses indications que les policiers ont récupéré l’arme du crime, un couteau jeté dans la rivière…[...]

Midi Libre
(Merci à Antibarbare)

Soyaux (16). Deux frères condamnés pour avoir joué les justiciers après un match Maroc-Algérie

Ils voulaient des explications sur les dégradations de leurs voitures, fin 2011 à Soyaux. Cela s’était terminé par une rixe avec des jeunes.

Tout est parti d’un match de foot perdu, d’une défaite amère doublée d’un esprit revanchard. 4 juin 2011: pour le Maroc, la date est historique. Le royaume nord-africain écrase sa voisine algérienne 4-0 à la Coupe d’Afrique des Nations. Pour cet Angoumoisin de 40 ans originaire de Casablanca, le coeur est à la fête.

Alors domicilié à Soyaux, il étend le drapeau marocain sur sa voiture.

Un élan de patriotisme qui n’est pas du goût de jeunes du quartier du Champ-de-Manoeuvre, plutôt branchés Algérie.

La bande de grands ados crève les pneus du véhicule du supporter de l’équipe adverse. L’ambiance se dégrade et atteint son paroxysme en novembre suivant: les protagonistes échangent des coups dans un bar, la voiture du Marocain est de nouveau mise à mal. Celle de son frère est aussi prise pour cible par la bande rivale. [...]

La Charente Libre
(Merci à Quinquin2012)

Aubervilliers : un Marocain clandestin défigure sa femme

Un homme a été mis en examen et écroué hier soir pour avoir défiguré son ex-compagne en lui lacérant le visage dans la soirée de vendredi à samedi, à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis).

L’homme, un Marocain en situation irrégulière, a été mis en examen pour violences volontaires ayant entraîné une mutilation permanente par un juge de Bobigny, et placé en détention. La victime, qui a été blessée par une vingtaine de coups de lame de rasoir ou de cutter, avait dû recevoir dix-sept points de suture. [...]

Le Figaro