Le fils d’un député PS arrêté avec 22 kilos de cannabis (MàJ)

Gérard Sebaoun, apparemment favorable au mariage homo, se félicitait de la Palme d’Or récemment décernée à Cannes :

——–

Marc Sebaoun, 20 ans, aura tout fait pour cacher à la police ses liens de parenté avec Gérard Sebaoun avant d’évoquer de façon hasardeuse une homonymie. Mais le trafiquant de drogue présumé a été trahi par l’adresse qu’il avait donnée aux gendarmes. La même que celle de son père, Gérard Sebaoun, député socialiste du Val-d’Oise. Le fils du parlementaire a tenté en vain de protéger son père de ses ennuis judiciaires.

Ce n’est pas la première fois que l’élu municipal de Franconville est contrarié par les grosses bêtises de son fils. Marc Sebaoun a déjà été condamné en 2007 et 2008 pour des vols avec arme par la cour d’assises des mineurs. Cette fois, il aurait été interpellé par les douanes avec 22 kilos de cannabis dans sa voiture. Le fils du parlementaire, qui arrivait du Maroc, était accompagné dans le véhicule par un complice, un certain Farah Balhas, connu de la Direction centrale du renseignement intérieur (DCRI).

[...]

Cardiologue et médecin du travail de profession, Gérard Sebaoun, élu député en 2012, est chargé de la présidence du groupe d’étude sur la santé au travail. En 2010, l’élu avait été le premier responsable socialiste du département à soutenir Ali Soumaré, la tête de liste valdoisienne du PS aux régionales, dont des élus UMP avaient dénoncé le prétendu « palmarès judiciaire ».

Le Point

MRAP : “Le Maroc ne mérite pas d’être membre du conseil”

Le Mouvement contre le racisme et pour l’amitié entre les peuples (Mrap), une association française non gouvernementale créée depuis 1949 par d’anciens résistants, a estimé, lundi dans une intervention orale devant la 23e session du Conseil des droits de l’Homme, que le Maroc s’est discrédité de toute possibilité de candidature au Conseil onusien des droits de l’Homme à cause de son rejet de l’inclusion de l’observation et de la protection des droits de l’Homme dans le mandat de la mission de l’ONU au Sahara Occidental. Le représentant de cette organisation, agréée comme “Association nationale d’éducation populaire” en France et dotée du statut consultatif auprès de l’ONU, a souligné que, par ce rejet, le royaume du Maroc “s’est disqualifié des élections au Conseil des droits de l’Homme”.

Rappelons que le Maroc est candidat pour les élections à la candidature du Conseil des droits de l’Homme de Genève, alors que l’Algérie est le candidat soutenu par l’Union africaine à ce même siège.

Le Mrap a ouvertement critiqué l’attitude incompatible du Maroc, qui refuse de permettre à l’ONU de protéger les droits de l’Homme au Sahara Occidental alors qu’il œuvre par tous les moyens pour intégrer le Conseil onusien censé être en charge de la promotion et la protection universelles des droits de l’Homme.

L’organisation française a, en conclusion, estimé qu’il est grand temps pour le Haut-Commissariat des droits de l’Homme “d’envoyer une équipe d’enquête au Sahara Occidental afin d’évaluer la situation des droits de l’Homme et la situation des organisations non gouvernementales” sahraouies, soulignant qu’il est nécessaire “d’inclure dans le prochain rapport annuel de l’Office (du Haut-Commissariat des droits de l’Homme) une section dédiée aux territoires non autonomes”, tel le Sahara Occidental. (…)

Liberté-Algérie

La CEDH demande à la France de ne pas extrader vers le Maroc un jihadiste présumé

La Cour européenne des droits de l’homme (CEDH) a demandé jeudi à la France de ne pas extrader vers son pays un Marocain de 37 ans, car elle estime que cet homme, accusé par Rabat d’être lié au réseau Aqmi, risque d’être torturé en prison.

L’intéressé, Rachid Rafaa, un informaticien établi à Metz, fait l’objet depuis fin 2009 d’un mandat d’arrêt international émis par Rabat, pour «constitution de bande criminelle en vue de commettre des actes terroristes».

(…) Libération

(Merci  à Joyeux luron)

La phrase du jour (du ministre marocain chargé des résidents à l’étranger)


Lors d’une conférence sur les migrations au Maroc, Abdellatif Maâzouz ministre délégué chargé des Marocains résidant à l’étranger, a donné quelques chiffres : entre 4,5 et 5 millions de Marocains résidant à l’étranger sont répartis un peu partout dans le monde, dans une centaine de pays, en particulier en Europe. Il a précisé :

« Le Marocain est en général un citoyen bien intégré, respectueux, indépendamment de quelques accidents sociaux qui surviennent parfois ».

lesoir-echos.com
———-
Relire en complément :

Maroc : deux hommes condamnés à quatre mois de prison ferme pour homosexualité

Deux jeunes Marocains ont été condamnés lundi à quatre mois de prison ferme pour homosexualité par un tribunal de Témara, près de Rabat, a indiqué l’un de leurs avocats. Les deux hommes, âgés de 28 et 20 ans, ont été arrêtés début mai à Témara (nord-ouest) par la police alors qu’ils se trouvaient ensemble dans une voiture. Ils ont ensuite été placés en détention à Salé, près de Rabat.

Lors de la troisième audience, lundi, les deux hommes ont réfuté les faits qui leur étaient reprochés dans le PV de police. « Nous étions dans la voiture en train de discuter, sans plus. On n’a rien fait d’illégal« , a dit l’un d’eux au président du tribunal.

L’article 489 du code pénal marocain punit tout acte sexuel entre deux personnes de même sexe de six mois à trois ans de prison ferme. « Nous avons déclaré au juge que le PV établi par la police, et signé par les deux accusés, comporte des faits inexacts », a pour sa part déclaré l’avocat. « Je vais discuter demain (mardi) avec leur famille pour qu’on fasse appel de ce verdict », a-t-il ajouté. Selon lui, « il n’y a pas de flagrant délit et il n’y a pas eu d’atteinte à la pudeur publique« . « Donc l’accusation ne repose sur rien. Ils étaient tout simplement installés dans la voiture », a affirmé cet avocat, qui a souhaité garder l’anonymat.

RTL

70 000 migrants maliens aux portes du Maroc

70 000 migrants maliens, fuyant la guerre dans leur pays, sont dans des campements en Mauritanie. Une information qui inquiète la police de Melilla qui craint « avec l’arrivée de 70 000 immigrés aux portes du Maroc et du beau temps, une augmentation de la pression migratoire sur la ville », confie le porte-parole de l’Association des Gardes Civiles.

MSF examine les raisons de la fuite de nombreux Touaregs et membres des communautés arabes. Parmi elles, la crainte de représailles et de violences de groupes islamistes séparatistes avec lesquels les migrants ont entretenu des liens dans le Nord du Mali.

Yabiladi

Kenza Isnasni, militante contre la xénophobie : «Le racisme et l’extrême droite ont tué mes parents» (+2 videos)

[extraits] Le Maroc, qui a vu naître mes parents, fait partie de mon histoire. Le 7 mai 2002, ils ont été tués en Belgique par un individu qui, nourri par le discours de la haine et de la xénophobie, a considéré qu’ils n’avaient plus le droit de vivre.

Il ne faut pas oublier tous ces travailleurs immigrés qui se sont battus pour obtenir des droits, pour être reconnus en tant que citoyens. Ils ont fait face à des conditions de travail difficiles, au racisme et à l’extrême droite.

Cette histoire fait partie de la mémoire collective de l’ensemble des citoyens belges.(…)

Aujourd’hui, je suis la troisième génération, je suis aussi cette Belgique, qu’on le veuille ou non. Combien de générations encore pour que cela soit compris une bonne fois pour toute ?

Après le débat sur l’immigration et celui sur l’intégration, c’est à présent l’islam le débat en vogue. Les cas de discrimination à l’encontre des citoyens belges de confession musulmane ne sont même plus à dénombrer.  Ce constat est révoltant dans une société où on aspire au vivre ensemble.

Il est insupportable de se faire discriminer suite à un entretien d’embauche. Il est insupportable de voir des écoles exclure des filles parce qu’elles ont fait le choix de porter le foulard. Il est insupportable de voir certains médias stigmatiser les citoyens de confession musulmane à grand renfort de raccourcis. Le racisme antimusulman, jusque dans les hautes sphères de notre société, est de plus en plus considéré comme acceptable.

C’est la banalisation, la tolérance de ces discours racistes qui ont engendré des tragédies comme celle qu’a connue ma famille. Le racisme est un délit, pas une opinion ; faut-il encore le rappeler ?

Les choses changeront, j’en ai la conviction ; l’histoire nous l’a prouvé. L’heure n’est plus aux discours. L’heure n’est plus aux promesses. L’heure est aux actes.

Yabiladi

————-

Complément 1 :

En 1962, en quelques semaines, près d’un million d’Européens d’origine française, italienne ou espagnole quittent l’Algérie. C’est un exode massif. Ils débarquent souvent en France dans un dénuement total.
Plusieurs générations de Pieds-Noirs, dits « Européens d’Algérie », avaient vécu en Algérie française de 1830 à 1962.

«L’un des exodes les plus importants de l’histoire»


Complément 2 :

Extraits d’une interview d’Alain Besançon, agrégé d’histoire, docteur en histoire, membre de l’Institut, membre de l’Académie des sciences morales et politiques. Emission complète ici.

Image de prévisualisation YouTube

Les populations musulmanes ne se fondent pas dans la population alentour. C’est un fait, un simple fait. Le 20e siècle a vu une purgation des zones mixtes. Il y avait beaucoup de chrétiens en Turquie, en Égypte etc… Ils sont tous partis. Il y avait des musulmans en Grèce, dans les Balkans… Ils sont tous partis. Il y avait des Français en Afrique du Nord, ils sont tous partis…

Texte plus complet ici : Alain Besançon : « les musulmans ne se fondent pas dans la population »

Pour les 160 000 Marocains de Lille, deux pays à aimer et à défendre

La communauté marocaine est estimée à 160 000 personnes dans la métropole lilloise. Il y a quelques jours, elle s’est réunie au Faubourg-de-Béthune, l’occasion d’aborder quelques sujets d’actualité.

« Ce sont des Français d’origine marocaine. Plus de 75 % des Marocains de Lille ont choisi la nationalité française, explique Salah Rami, consul du Maroc à Lille. Nous avons de plus en plus de personnes de la première génération qui demandent la nationalité française. Mais le patriotisme reste profond, aussi bien pour la France que pour le Maroc. » « La communauté garde son âme marocaine, confirme Dabri Mohamed, de l’Amicale des travailleurs et commerçants marocains du nord de la France. Par exemple, la question du Sahara et du vote du 25 avril a mobilisé trois associations marocaines dans le Nord. Notre rôle est de faire une mise à jour et de sensibiliser à l’actualité. » « Des réunions sont également organisées pour sensibiliser à l’actualité car nous sommes les « ambassadeurs du Maroc » à Lille et il est de notre devoir de sensibiliser et d’expliquer l’actualité », ajoute Zakaria Razouki, élu marocain et résidant français.

(…) Nord Eclair

Merci à Atan59

Espagne : 60% des Marocains sont au chômage

Les Marocains d’Espagne sont deux fois plus au chômage que la moyenne nationale. Alors que le taux de chômage en Espagne explose et a franchi, en décembre 2012, la barre des 26% de la population active, le taux de chômage des Marocains d’Espagne atteint 60%, selon le président de l’association espagnole des Amis du peuple marocain, Alami Susi, a rapporté EFE, hier, mardi 30 avril.

En seulement un an, le taux de chômage de la communauté marocaine aurait ainsi augmenté de 20%. En 2011, le taux de chômage des Marocains s’élevaient à 50% de leur population active résidant en Espagne, selon les données de la Banque d’Espagne, alors que le nombre de chômeurs marocains dans le pays avaient déjà presque quadruplé, en quatre ans.

«Il y a des milliers de familles qui ont été séparées et qui ont opté pour le retour de la mère et des enfants au Maroc, tandis que le mari partage leur logement [en Espagne, ndlr] avec quelqu’un pour gagner sa vie», raconte Alami Susi. «Les enfants sont ceux qui souffrent le plus lorsqu’ils retournent dans leur pays, le Maroc. Ils ne vont pas dans des écoles où l’on parle espagnol alors que la majorité d’entre eux sont nés et ont grandi en Espagne», dénonce Alami.

Le même phénomène était pointé du doigt, en Italie, par Hamid Bichri, président de l’association marocaine en Italie, Organizzazione Marocchina per lo Sviluppo la Solidarietà e i Diritti in Italia, OMSSDI, en janvier. […]

yabiladi

Les Africains et le «Rêve de l’Europe»

En mars 2013, Médecins Sans Frontières a publié un rapport intitulé « Violences, Vulnérabilité et Migration : Bloqués aux Portes de l’Europe. Un Rapport sur les Migrants Subsahariens en Situation Irrégulière au Maroc »

1°) Les lecteurs noteront que l’illustration de couverture est loin d’être neutre
Capture d?e?cran 2013-04-22 a? 14.52.35.png

2°) Voici deux très courts extraits :

(…) Cette population en constant déplacement vit, pour la plupart, centrée sur le “Rêve de l’Europe”. (…)

Après plusieurs tentatives frustrées de rejoindre l’Europe, certains présentent des symptômes associés à la dépression. Ils ressentent un sentiment d’échec et ne sont pas capables d’imaginer un autre type d’avenir pour eux-mêmes”.

Télécharger le PDF
Deux captures ci-dessous.

Capture d?e?cran 2013-04-22 a? 14.47.33.png

Capture d?e?cran 2013-04-22 a? 14.45.30.png

Nancy: soupçonné de trafic de stupéfiants, un homme est interpellé au Maroc

Un Nancéien soupçonné de trafic de stupéfiants a été interpellé à Casablanca.

Que faisait-il au Maroc ? L’enquête le dira. Une chose est certaine, Umit Konak, faisant l’objet d’un mandat d’arrêt international a été arrêté mercredi 17 avril à Casablanca par les autorités marocaines.

La prise avait été record et avait largement défrayé la chronique à l’époque. 90 kg de poudre tranquillement entreposés dans un box du centre-ville. A cette occasion, deux hommes notamment avaient été interpellés, Umit Konak, le gérant d’une entreprise de location de voitures de luxe, et l’un de ses salariés, le locataire du garage dans lequel dormait la drogue. [...]

Protégé en Turquie
Mis en examen pour trafic et blanchiment d’argent, ils avaient tous deux été écroués dans la foulée. Avant de recouvrer la liberté. Très rapidement pour Umit Konak. Ainsi en a décidé la chambre de l’Instruction, pas vraiment convaincue semble-t-il par les arguments de la JIRS.

Umit Konak était remis dehors, quelques jours après son arrestation seulement, placé sous contrôle judiciaire… Avec interdiction de quitter le territoire français.

Pourtant, il y a près de deux ans, le trentenaire a pris un aller simple pour la Turquie, pays de ses racines.

Pourtant, il y a près de deux ans, le trentenaire a pris un aller simple pour la Turquie, pays de ses racines. Pays, en outre, qui n’extrade pas ses « enfants ». D’où la difficulté pour la justice française de faire exécuter son mandat d’arrêt international.

Coïncidence du calendrier, le juge d’instruction avait signifié la semaine dernière la clôture judiciaire du dossier. Nul doute que cette péripétie va le relancer. Le fuyard sitôt de retour, cela devrait prendre quelques semaines, sera entendu, notamment sur les raisons de sa cavale. Déjà condamné, à l’âge de 19 ans, à 5 ans ferme pour trafic de stupéfiant, il a toujours farouchement contesté être mêlé de près ou de loin à cette affaire…

Article complet sur L’Est Républicain.

15 immigrants d’Afrique noire attaquent les policiers pour entrer à Melilla (enclave espagnole)

Six policiers espagnols ont été blessés en voulant empêcher une quinzaine de migrants d’Afrique subsaharienne armés de bâtons et de couteaux d’entrer à Melilla depuis le Maroc par la voie maritime

Les autorités de Melilla ont souligné «l’attitude ouvertement violente des migrants». Ceux-ci, «qui portaient des bâtons et des couteaux, ont empêché les gardes-côtes de les intercepter en mer», et ont affronté les policiers qui les attendaient à terre lorsqu’ils ont abordé.

Melilla, peuplée de 80.000 habitants, est la seule frontière terrestre de l’Union européenne avec le continent africain, avec l’autre enclave espagnole de Ceuta sur la côte marocaine, attirant de nombreux migrants africains désireux de passer en Europe.

En mars, environ 150 migrants ont forcé la clôture qui sépare Melilla du territoire marocain et une cinquantaine d’entre eux sont parvenus à pénétrer dans l’enclave.

AFP

————–

Revoir : Le camp des saints – Jean Raspail (en deux parties)