Le fils de Marisol Touraine incarcéré pour extorsion de fonds : « Une épreuve difficile » (màj)

Addendum

[...] « C’est une épreuve pour ma famille, une épreuve difficile. Je ne vous cache pas que c’est quelque chose de très douloureux, mais ça relève de ma vie privée » : la ministre des Affaires sociales et de la Santé, interrogée sur i-Télé, a commenté mardi soir la nouvelle tombé dans la matinée de l’incarcération de son fils. Ce dernier est à la maison d’arrêt de La Santé à Paris, en vertu de sa condamnation, mi-mars, pour extorsion et séquestration.

Selon la source pénitentiaire, Gabriel Reveyrand de Menthon, 22 ans, fils de Marisol Touraine, a été mis sous écrou le 2 septembre.

Il a été placé au quartier VIP ou quartier des particuliers, a ajouté cette source. [...]

TF1 News

_______________________________

Gabriel Reveyrand de Menthon, 22 ans, fils de l’actuelle ministre des Affaires sociales et de la Santé, Marisol Touraine, a été écroué au tout début de mois de septembre à la prison de la Santé à Paris. [...]

Hebergeur d'image

« Il s’agit d’une incarcération qui intervient après une condamnation, au mois de mars dernier, à trois ans de prison ferme par les juges de la 10e chambre correctionnelle du tribunal de Paris. (…)

L’affaire qui amène le fils de l’ex-présidente du conseil général d’Indre-et-Loire derrière les barreaux remonte au 2 mai 2011.

Ce jour-là, vers 11 h 30, deux inconnus, le visage encagoulé et munis d’une arme de poing (qui s’est révélée être factice), font irruption dans l’appartement d’une femme de 59 ans, domiciliée dans le XIIIe arrondissement.

Les deux hommes menacent la victime avant de vouloir la bâillonner. [...]

Jean-Marc Morandini

Merci à Stormisbrewing

La voiture de Marisol Touraine volée… puis retrouvée !

La ministre s’est fait voler sa 407… La police a interrogé son fils qui a fourni des explications embarrassées. L’enquête s’est arrêtée net. Explications.

L’efficacité de la police est trop rarement relayée. La ministre de la Santé et des Affaires sociales Marisol Touraine peut se féliciter du travail des gardiens de la paix. Sa Peugeot 407 grise, volée dans la nuit du 30 au 31 août, a été retrouvée dès le lendemain rue Sainte-Hélène, dans le 13e arrondissement de Paris.

Mais les policiers s’interrogent : le véhicule en stationnement avait été contrôlé quelques heures plus tôt, les clés sur le contact, sans chauffeur, mais avec deux jeunes passagers. À ce moment-là, la vérification des policiers n’avait pas abouti : le véhicule n’avait pas encore été déclaré volé. Interrogé après le dépôt de la plainte, le fils de la ministre, qui affirme mettre habituellement les clés de la voiture dans la boîte à lettres du domicile de sa mère, laisse entendre que les « voleurs » ont pu le suivre, puis s’emparer du trousseau.

Un scénario rocambolesque auquel les policiers ne semblent pas avoir souscrit. D’autant que les deux individus contrôlés à l’intérieur de la 407 avaient décliné de fausses identités aux forces de l’ordre. C’est sans doute l’odeur inimitable de cannabis qui se dégageait de l’habitacle qui les a incités à dissimuler leur patronyme. Des amis de la « victime » ? On n’en saura pas plus. L’enquête s’est arrêtée net. « Tout le monde est content : la ministre a retrouvé sa voiture et nous, on a résolu une affaire même si on a perdu beaucoup de temps », ricane un policier.

Le Point, merci à Caroline

Relire : http://www.fdesouche.com/379917-cannabis-therapeutique-autorise-par-marisol-touraine-un-pas-vers-la-depenalisation

Regroupement familial : Duflot, Placé, Canfin s’opposent radicalement à Valls. «Pas de débat» pour Hollande. Démenti de Valls (MàJ N°3).

Addendum 21/08/13

Manuel Valls, critiqué au sein même du gouvernement, a réfuté aujourd’hui avoir l’intention de remettre en cause le regroupement familial, jugeant que ses propos sur le sujet avaient été déformés.

«Le débat doit être apaisé, il ne s’agit pas de remettre en cause le regroupement familial, on déforme mes propos», a dit à la presse le ministre à son arrivée à Aurillac où il doit assister au festival des arts de rue.

Le Figaro

Pour Hollande, pas de «débat» sur le regroupement familial

Relancée à plusieurs reprises sur les attaques des membres du gouvernement écologistes contre leur collègue de l’Intérieur, la porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a fini par lancer : «Je vous confirme que le président de la République a estimé que la politique migratoire et le regroupement familial ne faisaient pas partie des débats de cette rentrée».

Quelques instants auparavant, elle avait assuré que «le président de la République n’a pas évoqué le débat autour du regroupement familial, pour une raison simple c’est qu’il n’y a pas de débat autour du regroupement familial».

Le Figaro

Après ses récents propos sur la réforme pénale et le regroupement familial, le ministre de l’Intérieur, Manuel Valls est durement critiqué à gauche.

Jean-Vincent Placé, sénateur EELV : « Manuel Valls a mis beaucoup de désordre depuis dix jours avec la polémique avec Christiane Taubira», la ministre de la Justice, à propos du projet de réforme pénale, a-t-il ajouté. Il a évoqué la «nécessité absolue de supprimer les peines planchers» instaurées pendant le quinquennat de Nicolas Sarkozy, se mettant du côté de Christiane Taubira.

Il s’est aussi fermement opposé à toute remise en cause du regroupement familial, alors que le ministre de l’Intérieur Manuel Valls a indiqué la veille que la question pourrait être posée à l’avenir en raison de l’augmentation de la population africaine.

Le Figaro

Pascal Canfin, ministre délégué au Développement : «J’ai été surpris par la sortie de Manuel Valls sur la politique migratoire lundi lors du séminaire de rentrée. Pour quelqu’un qui veut incarner l’ordre, c’est lui qui déclenche le désordre. Sur le fond, le regroupement familial est un droit internationalement reconnu. En France, il concerne 15.000 personnes par an. J’ai du mal à croire que c’est un des principaux problèmes de la France, aujourd’hui comme dans 10 ans. »

Le JDD

Cécile Duflot s’oppose radicalement aux prises de position de Manuel Valls. Dans un entretien à Libération publié mercredi, la ministre du Logement et de l’égalité des territoires estime que la question du regroupement familial, dont Manuel Valls a jugé mardi qu’elle « peut être posée », « ne se pose même pas: le droit à vivre en famille ne souffre pas d’exception. Il est garanti par l’article 8 de la convention européenne des droits de l’Homme ». [...]

Hebergeur d'image

TF1 News

______________________________

[...] Interrogés mardi matin sur la proposition de Manuel Valls, les ministres cachaient mal leur gêne.

Hebergeur d'image

La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a prétendu sur i-Télé ne pas avoir «entendu» Manuel Valls évoquer la question du regroupement familial lors du séminaire. Sur France 2, la ministre de la Santé, Marisol Touraine, a pris toutes les précautions d’usage, précisant que chaque membre du gouvernement avait «présenté des orientations en fonction de son propre champ de compétences». Ce qui ne l’empêche pas de se désolidariser de la position du ministre de l’Intérieur :

«Pour ma part, je ne crois pas que la mise en cause du regroupement familial soit une manière de faire vivre notre cadre républicain», assure-t-elle.

Manuel Valls, lui, est furieux contre ses collègues du gouvernement qui ont fait «fuiter» ses propos à la presse. [...]

Lors du séminaire de rentrée, Manuel Valls a également évoqué la question de l’islam. A Libération, le ministre explique s’être «appuyé» sur les déclarations de François Hollande à Tunis pour affirmer que la France allait, dans les années à venir, «faire la démonstration que l’islam est compatible avec la démocratie». Or dans son fameux discours, le chef de l’État avait été plus catégorique: «La France sait que l’islam et la démocratie sont compatibles.»

Le Figaro

________________________________

Au micro de Jean-Jacques Bourdin, gêné, Manuel Valls admet être inquiet de la poussée démographique africaine et envisagerait de supprimer le regroupement familial.

Cannabis thérapeutique autorisé par Marisol Touraine. Un pas vers la dépénalisation ?

Décret n°2013-473 du 5 juin 2013 modifiant en ce qui concerne les spécialités pharmaceutiquesles dispositions de l’article R.5132-86 du code de la santé publique relatives à l’interdictiond’opérations portant sur le cannabis ou ses dérivés

Alors qu’au niveau européen leur commercialisation était déjà autorisée, la France continuait de l’interdire. Le cannabis n’est donc plus considéré uniquement comme un stupéfiant. Le ministère de la santé précise néanmoins que l’utilisation de médicaments à base de dérivés du cannabis se fera « pour certains patients bien définis et selon des modalités très encadrées ».

UN PAS VERS LA DÉPÉNALISATION ?
Fin février, la ministre de la santé s’était dite favorable à son utilisation à des fins thérapeutiques, notamment pour les patients atteints de sclérose en plaques, dont il peut soulager les douleurs sévères. Il peut également atténuer le manque d’appétit des malades du sida ou réduire les nausées lors d’une chimiothérapie.

Le sujet fait débat, les opposants à une telle autorisation y voyant un pas vers la dépénalisation du cannabis. Le ministère de la santé rappelle pour sa part que des médicaments à base d’opiacés, donc de stupéfiants, sont déjà autorisés, dont l’utilisation est strictement encadrée.

Le premier dossier évalué par l’ANSM devrait être celui du Sativex. Plusieurs demandes d’autorisation de mise sur le marché avaient été déposées pour ce spray buccal déjà vendu ailleurs en Europe, mais elles n’avaient pu être examinées du fait de la réglementation en vigueur.

Décrète:
[...]
Ne sont pas interdites les opérations de fabrication, de transport, d’importation, d’exportation, dedétention, d’offre, de cession, d’acquisition ou d’emploi, lorsqu’elles portent sur des spécialitéspharmaceutiques contenant l’une des substances mentionnées aux 1° et 2° du présent article et faisant l’objetd’une autorisation de mise sur le marché délivrée en France conformément aux dispositions du chapitre Ier du titre II du présent livre ou par l’Union européenne en application du règlement (CE) n° 726/2004 du Parlementeuropéen et du Conseil du 31 mars 2004 établissant des procédures communautaires pour l’autorisation et lasurveillance en ce qui concerne les médicaments à usage humain et à usage vétérinaire, et instituant une Agence européenne des médicaments.

Journal officiel du 07 juin 2013

joe_20130607_0130_0013

Le Monde

Retraites : Touraine confirme «un effort nécessaire» de tous les Français

La ministre des Affaires sociales et de la Santé Marisol Touraine confirme que dans le cadre de la réforme des retraites «un effort sera nécessaire, auquel devront participer tous les Français», dans un entretien au journal Le Figaro vendredi. Elle estime que la retraite par répartition «doit rester le socle» du système et que ses principes doivent être «inscrits dans la durée».

«Il y a une différence entre sérieux budgétaire et austérité! Cette différence, c’est le développement des droits sociaux.»

«Des décisions seront prises d’ici la fin de l’année. Nous avons trois défis: le financement à court terme, la pérennité à long terme de notre système par répartition et des mesures de justice» indique Marisol Touraine.

«Si on parle de durée de cotisation, qui est le critère le plus juste, vu l’augmentation de la durée de vie, elle doit tenir compte des réalités des carrières. Un effort sera nécessaire, auquel devront participer tous les Français», affirme la ministre.

La première année du quinquennat de François Hollande qui «restera comme une année utile pour la France et les Français. Nous avons mis en place les conditions du redressement, de la croissance et de l’emploi».

Libération

Val d’Oise. 4 mois de prison ferme avec incarcération pour le vol sans violence de l’iPad du préfet

Deux jeunes hommes ont été condamnés vendredi à quatre mois de prison ferme à Pontoise pour avoir volé l’iPad du préfet du Val-d’Oise, ancien directeur de cabinet de Marisol Touraine, la ministre des Affaires sociales.

(…) Les deux suspects âgés de 19 et 20 ans ont été identifiés grâce à la vidéosurveillance. Ils ont été condamnés vendredi par le tribunal correctionnel de Pontoise à quatre mois de prison ferme et incarcérés, selon une source judiciaire.

(…) BFMTV

Discrimination : les Homosexuels exclus du don de sang

La ministre de la santé Marisol Touraine vient de confirmer l’interdiction du don de sang par les homosexuels.

Elle déclare à cet effet : « Je ne peux lever l’interdiction qui existe que si on me donne une garantie absolue que cela n’apportera pas davantage de risques pour ceux qui seront transfusés. Aujourd’hui, je ne peux pas lever cette interdiction ».

Pour rappel, en juin dernier, Marisol Touraine déclarait que le don de sang par les hommes homosexuels ne serait prochainement plus interdit en France.

Avec cette confirmation d’interdiction, la situation française restera donc inchangée. (…)

Actuali news environnement

Il y a une semaine, reçue par Jean-Jacques Bourdin, elle avait déjà annoncé la même chose, avec moult précautions oratoires :

Marisol Touraine : « Quand on est sans-papier, on a plus de droits que quand on est un Français modeste : ce n’est pas la réalité »

On n’est pas couché – France 2 – 03/11/12

Ils ont des maladies infectieuses, ils ont des maladies contagieuses, ils peuvent contaminer des gens dans le métro et ailleurs.

(A partir de 36min)

Les IVG seront bientôt prises en charge à 100%

C’était une des promesses de campagne du candidat François Hollande. Les IVG devraient bientôt être prises en charge à 100 % par l’assurance maladie, ce qui n’est pas le cas aujourd’hui. Cette mesure devrait figurer dans le projet de loi de financement de la sécurité sociale, présenté lundi.

Actuellement, un avortement coûte, selon la méthode (médicament ou intervention chirurgicale) et selon le lieu, entre 200 et 450 euros, remboursés à 70 ou 80% par l’assurance maladie. Selon un rapport de l’Inspection générale des affaires sociales d’octobre 2009, le coût des IVG représente 70 millions d’euros dont 55 «sont pris en charge par l’assurance maladie», le reste constituant le ticket modérateur à la charge des patients.

Le Parisien

La patrie non-reconnaissante par Robert Ménard

L’information n’en finit pas de faire des vagues. Sur Internet du moins.Les familles des trois militaires assassinés par Mohamed Merah n’ont pas été invitées au défilé du 14 juillet, comme c’est le cas, traditionnellement, pour les parents des soldats tués pour la France.

« Y a-t-il une différence entre nos enfants assassinés par un terroriste sur le sol français et des soldats morts sur le sol afghan ? »

se sont-elles interrogées. On est en droit de se poser la question. Comme si nos dirigeants n’arrivaient pas à considérer Mohamed Merah comme un terroriste et rien d’autre. Difficile en effet pour certains de reconnaître que nous sommes en guerre contre une partie de ces jeunes Musulmans qui ont fait le choix du djihad, qui haïssent nos valeurs, qui vomissent la France. Reste qu’ils existent et qu’ils tuent. En toute bonne conscience. Et c’est nous qui devrions avoir mauvaise conscience ?

Sans rapport, quoique… Lors de son concert au Stade de France, Madonna a diffusé un clip dans lequel on voit Marine Le Pen avec une croix gammée sur le front. La leader du Front national a porté plainte. C’est son droit. Mais ce qui me sidère, au-delà du caractère abject de cette image, c’est la réaction de Marisol Touraine, notre avenante ministre des Affaires sociales et de la Santé. Interrogée sur LCI, elle a expliqué : « Non, ça ne me choque pas ». Ajoutant : « Je crois que c’est une mauvaise façon de répondre au problème politique que pose le Front national. »

Mais pas un mot, pas une intonation qui disent sa stupeur devant une telle bassesse. Et, comme ses amis, elle n’hésitera pas à se draper dans la morale à la première occasion…

[...]
l’article complet de Robert Ménard