Italie : elle porte les jumeaux d’une autre par erreur

Collision de cigognes. En Italie, une femme porte depuis décembre les jumeaux d’une autre après un malencontreux échange d’embryons dans le cadre d’un processus de fécondation assistée. A Rome, le centre médical à l’origine de la terrible erreur est actuellement sous surveillance et l’activité puériculture y est suspendue. Ce dimanche, le ministère de la Santé a envoyé des inspecteurs à l’hôpital Sandro Pertini afin de faire la lumière sur le cas.

Le 4 décembre dernier, quatre couples ont été traités dans ce centre spécialisé pour une procréation médicalement assistée (PMA) par fécondation in vitro. Trois des femmes sont effectivement tombées enceintes après l’opération. Or, sans que l’on connaisse encore exactement les circonstances, un échange irréparable s’est produit entre au moins deux patientes. Les médecins s’en sont rendu compte au moment de faire des tests sur les jumeaux que portent l’une des mères. Ces derniers ne sont visiblement pas compatibles avec le profil génétique de leurs parents. Mais impossible désormais de revenir en arrière.

Ce cas suscite de nombreux débats en Italie, notamment sur les conséquences juridiques de cette dramatique erreur. Qui sont véritablement les parents de ces jumeaux qui vont bientôt naître ? Lundi, une commission d’enquête se réunira en urgence pour évoquer toutes les questions à régler avant la naissance des petits.

(…) Le parisien

Fracture sociétale : et si le mariage pour tous était l’une des causes de l’échec du PS ?

Le philosophe Bertrand Vergely considère que le Parti Socialiste a payé au prix fort la gestion catastrophique du vote de la loi Taubira autorisant le mariage entre personnes de même sexe.

Bertrand Vergely est philosophe et théologien. Il est l’auteur de Deviens qui tu es: La philosophie grecque à l’épreuve du quotidien (Albin Michel, 2014)

La récente débâcle de la Gauche aux Municipales fait apparaître un phénomène nouveau dans la vie politique française. Traditionnellement, c’est la droite et l’extrême droite qui ont tendance à s’abstenir en avançant qu’il ne sert à rien de voter, les politiques étant «tous pourris», tandis que la gauche, elle, a tendance, à voter par tradition d’engagement politique. Or, ici, c’est l’inverse qui s’est produit. Alors que la droite a voté, c’est la gauche qui s’est abstenue. Ce phénomène s’explique par le constat qu’avec François Hollande, contrairement aux promesses faites lors des présidentielles de faire baisser le chômage et de rétablir la retraite à soixante ans, rien n’a changé, le chômage n’ayant pas baissé et la retraite à soixante ans n’ayant pas été rétablie. En outre, alors que François Hollande promettait d’être un chef avec des ministres irréprochables, il s’est révélé incapable de mettre fin à la cacophonie insistante de son gouvernement tandis que son ministre du budget chargé de la lutte contre la fraude fiscale se révélait être le premier à frauder tout en prétendant le contraire de façon éhontée devant l’Assemblée Nationale. Enfin, il ne faut pas sous-estimer le poids du mariage pour tous et du mensonge qui est en train de se développer depuis son installation.

Le Figaro

Patrick Mennucci (PS) : « Le mariage pour tous nous a coûté des voix »

Patrick Mennucci, le candidat socialiste à la mairie de Marseille, a essuyé un sévère revers. Battu dans son propre secteur du centre, son parti ne dirige plus qu’une seule mairie de secteur dans la deuxième ville de France, dont Jean-Claude Gaudin (UMP) conserve la mairie pour un quatrième mandat consécutif.

Après votre défaite au premier tour, vous avez pointé la responsabilité de la politique du gouvernement Ayrault. En quoi a-t-elle pesé ?

« Arrêter avec les lois qui bouleversent la société »

J’assume la responsabilité de l’échec. J’ai voulu une campagne claire en matière de programme, de changement. Et ce n’est pas ce que les Marseillais attendaient. Mais, là où l’écart est faible entre nous et l’UMP, je pense que c’est la politique nationale qui nous fait perdre. Elle m’a coûté, par exemple, mon secteur. Sur le terrain, on a toujours entendu les mêmes choses : les retraites taxées, le poids des impôts. Dans mon arrondissement, en centre-ville, il y a aussi eu la question du mariage pour tous. Pas chez des catholiques qui se seraient radicalisés – ceux-là ne votaient pas pour moi –, mais plutôt dans la communauté musulmane. Il y a eu une campagne assez dure menée sur le terrain. Des tracts avec ma photo en train de célébrer un mariage homosexuel ont été diffusés.

La sénatrice PS Samia Ghali dit que le gouvernement a pris « trop de mesures sociétales et pas assez de mesures sociales ». Etes-vous d’accord ?

Je ne dis pas que Samia Ghali a raison. Je confirme que ces mesures sur les grandes questions de société nous ont coûté des voix sur le terrain. [...]

Quel axe doit choisir le gouvernement Valls pour réconcilier les électeurs avec le PS ?

Il faut expliquer la difficulté dans laquelle on est, clarifier un agenda, se donner cinq ou six objectifs et s’y tenir. Arrêter avec les lois qui bouleversent la société. Je ne dis pas qu’il ne fallait pas faire le mariage pour tous. J’étais pour. Mais là, on doit se concentrer sur l’économique et le social. [...]

Le Monde

Communauté musulmane de Vénissieux : « Marier les pédés, ça se fait pas ! » (RMC)

Reportage de RMC sur un possible vote communautaire musulman à Vénissieux. Le PS pourrait payer dans les urnes le mariage pour tous.

Hebergeur d'image

« Le vote communautaire est un pur fantasme qu’on colle aux candidats un petit peu basanés au goût de certains autres candidats, qui ne sont pas blanc et qui n’ont pas un nom ultra-européen. » – Lotfi Ben Khelifa (PS)

Mariage pour tous : pas d’abrogation en cas d’alternance, assure Raffarin

L’ancien Premier ministre Jean-Pierre Raffarin a assuré mercredi qu’il n’y aurait pas d’«abrogation» du mariage pour tous en cas de retour au pouvoir de l’UMP car celui-ci comporte des «acquis» qui «doivent être conservés», mais une «réécriture» pour que la famille soit «privilégiée

Précisant avoir «beaucoup de sympathie» pour le mouvement de la Manif pour tous, qui a rassemblé au moins 100.000 personnes dimanche à Paris et à Lyon, M. Raffarin a assuré que l’UMP «réécrirait le texte» en cas d’alternance. […]

«Quand on a un niveau de popularité aussi bas, il est clair qu’on est obligé à quelques semaines des municipales de tenir compte de l’opinion publique. La manifestation de dimanche a été un grand succès, une forte mobilisation, un grand calme. Le gouvernement a eu la sagesse de tenir compte de l’opinion publique. Il est assez lucide sur son état d’impopularité», a analysé le Sénateur de la Vienne, interrogé sur le report sine die du projet de loi famille au lendemain de ces manifestations. […]

«Le président de la République ne doit pas être content de son gouvernement. On lui met une pagaille noire, le ministre de l’Intérieur se prend pour le ministre de la Famille, les parlementaires ne veulent pas écouter le gouvernement. C’est le gouvernement du désordre», a-t-il insisté.

Libération

Selon François Rebsamen, la PMA est « assez incompréhensible quand on vient de province. »

Interrogé sur France Info ce mercredi 5 février au sujet de la PMA, François Rebsamen, le président du groupe socialiste au Sénat et le sénateur-maire de Dijon, a assuré que ces sujets de société étaient définitivement parisiens.
Voilà ce qu’il explique:

Ce pays est quand même confronté à des formes de dépressions nerveuses généralisées qui semblent des fois assez incompréhensibles quand on vient,j’ose le mot, de province.

Il considère de manière générale que la plupart des Français ne comprennent pas ce qu’est la PMA:

Une grande majorité de Français ne sait même pas ce que c’est.
Ce sont des sujets où la société met du temps à évoluer, regardez le Pacs il y a 12 ans.

Le Lab

Manuel Valls a appelé la gauche à combattre avec « la même vigueur » les intégristes catholiques et les revendications religieuses dans les banlieues.

[NDLR : il n'est fait nulle part mention de cet article des mots "islam", "salafistes" ou "musulmans" alors que les catholiques sont nommés très clairement]

Manuel Valls a appelé la gauche, mercredi 22 janvier, à combattre avec « la même vigueur » les intégristes catholiques et les revendications religieuses dans les banlieues. « Il faut mener un combat parce qu’il y a danger », a déclaré le ministre de l’intérieur lors d’une rencontre sur la laïcité, organisée par le groupe socialiste de l’Assemblée nationale.

Valls en compagnie du grand rabbin de France qui s’était opposé très clairement au mariage pour tous, avant de démissionner pour une affaire de plagiat.

Une première menace vient, selon lui, « des intégristes de l’ultradroite catholique, rejoints par une partie de la droite » lors des débats sur l’avortement ou sur le mariage homosexuel. Les socialistes ont, selon lui, « réagi » sans hésiter pour les stopper.

Mais, a-t-il poursuivi, « nous avons aussi un débat qui gêne plus la gauche, sur la montée des identités, des communautarisme», a ajouté Manuel Valls. Nous le rencontrons notamment dans les quartiers populaires où la misère, le chômage, la violence se rajoutent à une crise identitaire très forte. »

Estimant que la progression du port du voile ou les revendications sur les menus des cantines s’inscrivaient dans cette recherche d’identité « par le fait religieux », il a relevé que face « à des citoyens qui votent [socialiste], qui appartiennent aux classes populaires, il y a la tentation à gauche de céder, de ne pas voir le problème. »

« Comme on combat une droite extrême qui veut revenir sur l’IVG, avec la même vigueur, il faut s’opposer [aux revendications religieuses], a-t-il martelé. [Sinon] notre modèle sera mis en danger. » Pour que ce « combat » n’alimente pas le « sentiment d’humiliation » dans ces territoires, « il ne faut pas oublier le combat pour l’émancipation », « la lutte contre les discriminations » et pour l’égalité à l’école, a toutefois mis en garde Manuel Valls.

A ses côtés, l’ancien garde des sceaux Robert Badinter a également jugé que les revendications religieuses étaient « à chaque fois une épreuve de force pour faire reculer [la laïcité] ». « Nous sommes entrés dans une période de conflit dur avec les communautaristes », a-t-il dit.

Le Monde

Mariage pour tous : pourquoi se limiter aux couples de même sexe ?

Veuf depuis un petit moment, Aparecido Castaldo, âgé aujourd’hui de 74 ans, n’avait qu’un souhait dans la vie. Celui de partager ses vieux jours avec sa bien-aimée Carmella. Rien de plus naturel pour ce retraité brésilien tailleur de pierres vivant à Jundiai et qui comptait même prochainement épouser celle qui partage sa vie. Problème : Carmella est une chèvre.

Aparecido Castaldo s’est heurté au refus de l’église catholique. Outre le fait qu’Aparecido Castaldo se soit vu refuser la célébration de son union par l’église, l’homme de 74 ans a dû aussi faire face à la levée de bouclier de nombreuses associations de défense des animaux qui n’ont pas vu d’un très bon œil son union avec cette chèvre.

« Quand quelqu’un me dit que ce que je fais est mal, je réponds que la chèvre ne parle pas, ne me demande pas d’argent et ne tombera jamais enceinte », répond avec humour Castaldo qui préfère préciser que le mariage ne sera pas consommé et que Carmella a déjà été acceptée en tant que « belle-mère » par ses sept enfants nés de son union précédente.

Gentside - en anglais : huffington postmetro.co.uk

———————————-

Complément : Site (humoristique) en faveur du mariage alter-sexuel

«Romain et Augustin, un mariage pour tous» : La grande série de l’été du Nouvel Obs

Le Nouvel Obs publie une série de l’été publiée chaque jour sous forme de bande dessinée numérique sur le site internet du 1er juillet au 31 août, de la demande en mariage à la cérémonie.

«Romain et Augustin», c’est l’histoire d’un couple qui, par ce qu’il est, d’où il vient et ce qu’il va faire, nous offre une image de notre époque.

A travers les personnages et l’écriture de Thomas Cadène, sous la plume des dessinateurs Didier Guargilo et Joseph Falzon, « Romain et Augustin » projette le lecteur au-delà d’une simple histoire d’amour et dresse en creux le portrait d’une France qui s’est déchirée sur cette question de société. [...]

L’histoire : «Romain et Augustin», c’est l’histoire d’un mariage, de la demande à la cérémonie. Romain et Augustin vivent ensemble, à Paris, depuis deux ans. Augustin veut épouser Romain qui dit oui puis hésite car il craint de porter, à travers son mariage un combat politique ou familial. C’est l’histoire de leur mariage, des galères universelles des préparatifs jusqu’au grand jour et celle de ceux qui les entourent, qui les comprennent ou qui n’acceptent pas, l’histoire de la soeur trop généreuse et impliquée, du demi-frère ado dopé aux hormones ou des trouble-fêtes adultes, des parents qui tremblent devant Dieu, de ceux qui vibrent pour le grand soir et de ceux qui gèrent aussi leur vie amoureuse sous le regard plus ou moins critique/inquiet de leurs enfants.

Episode 1 sur le Nouvel Obs

Six parlementaires vérifient les conditions de détention de Nicolas B, opposant au mariage pour tous (MàJ audio)

Le bulletin de réinformation de Radio-Courtoisie a évoqué le sort de Nicolas ce matin :

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Accompagné de cinq autres parlementaires, le député de la Drôme Hervé Mariton (UMP)a inspecté le 26 juin les cellules de la prison de Fleury-Mérogis où le militant anti- «mariage gay», condamné à deux mois de prison ferme, Nicolas B., a été incarcéré. Il a pu s’entretenir avec lui en privé.

Lire Un détenu libéré pour conditions de détention indignes

«Il affirme avoir fait l’objet de violences policières», précise le député. «Des bleus sont d’ailleurs encore visibles sur son corps.»

«Son moral a l’air solide. » Hervé Mariton s’est voulu rassurant sur l’état de santé physique et mental de Nicolas B., après lui avoir rendu visite mercredi 26 juin à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis. Accompagné de ses collègues Philippe Houillon, Xavier Breton, Damien Meslot, Véronique Besse et du sénateur Bruno Retailleau, le député de la Drôme a profité de son droit de visite des lieux de privation de liberté pour vérifier les conditions de détention de ce jeune étudiant de 23 ans. […]

«Depuis le 25 juin, ses conditions de détention sont convenables», confirme Hervé Mariton. Mais c’était loin d’être le cas les sept jours précédents.

La cellule de sa première nuit était «correcte», mais «rudimentaire et vieillie». Du deuxième jour au 25 juin, Nicolas a été enfermé dans une cellule «crasseuse», «sale», dépourvue de lumière et de vitres aux fenêtres. «Ces conditions d’enfermement étaient indignes», dénonce le député UMP. «Il a subi des conditions d’incarcération détestables», estime pour sa part La Manif pour Tous. «Il a été privé de toute hygiène – toilette, changement de vêtements… – et de toute possibilité de s’aérer le corps et l’esprit», énumère le collectif dans un communiqué publié après la visite des parlementaires et le dépôt d’un rapport sur la répression policière devant le Conseil de l’Europe.

Sensible aux nombreux courriers de soutien qu’il reçoit, Nicolas B. «remercie toutes celles et ceux qui pensent à lui». En lien avec son avocat, il prépare son dossier pour faire appel de sa condamnation en première instance. «En espérant qu’il ne mette pas un mois et demi à aboutir», commente Hervé Mariton. […]

Famille chrétienne (Merci à Appoline)

Var : L’instauration de la «fête des parents» crée la polémique à La Môle

La décision de l’équipe enseignante l’école primaire Yves Codou à la Môle (var) d’abolir la fête des pères et des mères au profit de celles des parents passe mal auprès des mamans d’écoliers .

À la sortie de l’école primaire, les mamans d’élèves sont dans l’incompréhension. Depuis que la directrice d’Yves Codou, à la Môle a décidé d’instaurer la fête des parents à la place de celle des mères et des pères suite à l’adoption de la loi sur le mariage pour tous.

Le 16 mai, leurs enfants, de petite et moyenne section de maternelle, leur ont remis un mot, signé de l’équipe enseignante :

«En raison de l’évolution sociale de la structure familiale et afin d’éviter toutes polémiques, (nous avons) décidé de fêter désormais la fête des parents à l’occasion de laquelle votre enfant vous offrira une surprise. Nous instaurons cette fête entre les dates de fête des pères et des mères. Ces autres fêtes ne seront plus préparées en classe».

Une déléguée de parents d’élèves regrette de ne pas avoir été consultée sur cette décision, votée uniquement en conseil des maîtres. […] Derrière la grille de l’établissement, la directrice, a refusé de « rentrer dans cette polémique ». Quant au maire Gabriel Ciarimboli, il reste très prudent : «Je prends acte de cette décision. Je n’ai pas à donner mon avis. Adressez-vous aux personnes concernées ». La seule enseignante, que nous avons pu joindre par téléphone, n’a pas souhaité communiquer sur ce sujet. Hier, nous ne sommes pas parvenus à contacter l’inspection d’académie.

Var Matin via Salon Beige

Mariage gay : la lune de miel à Tel-Aviv de Vincent et Bruno

Comme le révélait Le Figaro jeudi soir, le premier couple homosexuel marié de France a assisté vendredi à la Gay Pride de Tel-Aviv, pour leur lune de miel. Ils étaient invités par la mairie de la ville israélienne.

Les deux premiers homosexuels officiellement mariés ont été invités par la mairie de Tel-Aviv pour leur lune de miel. Le couple est hébergé par l’ambassade de France.

(…) Le Figaro