La famille, fondement de la société ? «Une erreur théorique fondamentale»

A l’occasion du premier anniversaire du mariage pour tous, l’anthropologue Maurice Godelier «déconstruit» l’a priori qui voudrait que la parenté soit le fondement de la société.

Un an après l’adoption du mariage pour tous, le 23 avril 2013, où en est la famille ? Les antimariage ne cessent de déplorer son effondrement, le nouveau gouvernement ne lui consacre plus de ministère et les partisans de la procréation médicalement assistée (PMA) et de la gestation pour autrui (GPA) attendent toujours – un rapport sur la filiation, cosigné par la sociologue Irène Théry et la juriste Anne-Marie Leroyer, a été publié cette semaine.

La famille est-elle au fondement de la société, comme l’affirment les anti-mariage pour tous ?

Pour ces opposants, principalement issus des couches chrétiennes, le mariage est un sacrement, l’union d’un homme et d’une femme devant Dieu et en Dieu. Le divorce est de ce fait interdit. Il faut distinguer ce dogme catholique de l’affirmation philosophique avancée par de nombreux penseurs depuis l’Antiquité, à savoir que la famille est le fondement de la société. Cette affirmation constitue une erreur théorique fondamentale. La famille joue un rôle essentiel dans la construction d’un individu car les enfants, partout, ont besoin des soins des adultes pour survivre. Il ne s’agit donc pas de minimiser l’importance de la famille et des liens de parenté, mais de ne pas prêter à la famille des missions illusoires. […]

Depuis près de deux mille ans, pour les chrétiens, les rapports sexuels dans le mariage ne suffisent pas non plus à faire complètement un enfant. Il faut que Dieu intervienne pour introduire dans le fœtus une âme qui va immédiatement être entachée par le péché originel transmis depuis Adam et Eve, d’où la nécessité de la laver par le baptême. Ce n’est plus la vision que nous présente la science du vivant. […]

Vous êtes en faveur d’une légalisation des mères porteuses. Pourquoi ?

Les mères porteuses permettent à des femmes qui ont des ovocytes, mais qui font régulièrement des fausses couches, d’avoir des enfants. Quand le bébé naît, il est génétiquement et socialement relié à l’homme et à la femme qui l’ont désiré. Auditionné par la commission des lois à l’Assemblée nationale au moment des débats sur le mariage pour tous, j’ai entendu les opposants à la légalisation citer le cas des Ukrainiennes qui font des enfants pour des couples européens aisés ou celui d’Indiennes qui, après douze enfants, en font un treizième pour le vendre, tous ces arguments me scandalisent. Nous ne sommes ni dans l’Inde des castes ni dans l’Ukraine postsoviétique. La France est un pays démocratique qui doit partir de sa propre démocratie pour avancer. Les mères porteuses, c’est un élargissement de la parenté. L’Etat doit donner un cadre juridique à cette pratique et l’autoriser.

Libération

Les couples homosexuels discriminés par des prestataires de mariage ?

Des futurs mariés homosexuels se sont heurtés à des refus, notamment pour réserver une salle de mariage, en raison de leur orientation sexuelle…

Sandra Bibas est organisatrice de mariage, à l’initiative du premier Salon du mariage gay de juin dernier. Il y a quelques mois, elle a fait visiter un château à un couple de futures mariées. «La visite se passe bien, jusqu’au moment de valider la réservation de la salle, raconte-t-elle. La châtelaine, tout sourire, explique que ‘’quand même, ce serait bien que le marié dise son mot et vienne aussi visiter les lieux ». Voyant qu’elle n’avait pas saisi, l’une des futures mariées dit: ‘’c’est moi le marié’’. La propriétaire a changé de visage. Elle s’est emportée en disant ‘’ah je ne fais pas ce genre de choses chez moi! Je suis contre cette loi!’’. J’ai répondu qu’elle n’avait pas le droit d’avoir des propos homophobes et que j’étais prête à témoigner si le couple le souhaitait, mais les jeunes femmes ont préféré partir.»

«J’ai surtout rencontré le problème avec les locations de salles, précise Sandra Bibas. Pour les autres prestataires, comme les photographes, les fleuristes, tout ce qui touche à l’art et la création, les gens sont accueillants.»

D’autres témoignages anonymes de couples parvenus à SOS Homophobie avaient incité l’association à publier un communiqué sur le sujet en juin dernier, rappelant que «le refus de fournir un bien ou un service en raison de l’orientation sexuelle relève de la discrimination et constitue un délit pénal» avec une peine pouvant aller jusqu’à 45.000 euros d’amende et trois ans de prison.

[...] Olivier Legrand, également organisateur de mariage, veut au contraire «mettre les gens devant le fait accompli en leur disant au dernier moment». «L’idée c’est d’imposer le truc, explique-t-il. C’est ça la pédagogie. [...]

Les discriminations envers les futurs mariés de même sexe semblent en effet rester marginales. Hormis les témoignages reçus par SOS Homophobie, ni le Défenseur des Droits, ni la Ravad, qui assiste les victimes de discriminations, ni l’Association des Parents et futurs parents Gays et Lesbiens n’ont ainsi eu de retours à ce sujet.

20 Minutes

Le mariage temporaire et l’adultère chez les musulmans d’Iran (vidéo)

[à propos de l'adultère] « La punition pour ça, c’est la lapidation. Aujourd’hui ils veulent changer le code pénal. Au lieu de la lapidation, ils proposent la pendaison. »

Cinq pièces d’or pour un an d’union. En Iran, de tels mariages éphémères sont reconnus par l’État comme par les autorités religieuses : définie à l’avance, leur durée peut varier entre une demi-heure et quatre-vingt-dix-neuf ans et ils sont conclus en échange d’une dot versée à l’épouse. Une fois le mariage terminé, la femme doit attendre deux menstruations avant de pouvoir nouer un nouveau lien.
source : Arte


lien direct sur : VK
source : compilation de les noces persanesARTE - 11 04 2014

Moby Dick en version homo pour les classe primaires

La rééducation nationale a encore frappé. Après la diffusion du film Tomboy devant des dizaines de milliers d’élèves, les interventions du travesti David Dumortier dans des classes de primaire, les livres faisant la propagande de l’idéologie du genre (Papa porte une robe et autres joyeusetés), ou encore l’ABCD de l’égalité ayant pour but assumé de déconstruire la complémentarité entre les sexes, place à Moby Dick. Vous savez ce gentil cachalot, ainsi nommé par l’américain Herman Melville, dans son œuvre éponyme de 1851.

Le dossier pédagogique invite les enseignants à faire rejouer en classe la scène du mariage. De là à parler de propagande homosexuelle, il n’y a qu’un pas.

Une question qui me taraude : en quoi l’Éducation nationale trouve-t-elle pertinent de montrer à des enfants de 8 ou 9 ans pareille ambiguïté entre relation amicale et relation amoureuse ? Si on voulait mettre de la confusion dans leurs esprits, on ne s’y prendrait pas autrement. D’autant que le dossier pédagogique accompagnant la pièce invite les enseignants à faire rejouer en classe la scène du mariage par les élèves. De là à parler de propagande homosexuelle, il n’y a qu’un pas. Mais alors tout petit le pas !

Ben oui, mais Moby Dick version moderne, c’est bien autre chose encore, comme je l’ai découvert à mes dépens, ou plutôt à ceux de ma fille, que j’accompagnais en sortie scolaire au théâtre. Intriguée par un article du Courrier des Yvelines, dans lequel des familles musulmanes estimaient qu’il s’agissait d’une pièce à «connotation sexuelle», j’ai voulu en avoir le cœur net. Mais je n’ai eu que des haut-le-cœur.

Je passe sur l’aspect criard et morbide du spectacle pour me concentrer sur l’essentiel. Dès les premières minutes, le chasseur de baleines Ismaël et le cannibale Queequeg dorment ensemble, fument ensemble, et comme Ismaël fume bien, Queequeg lui propose de l’épouser, ce qu’il fait illico avant de l’embrasser sur la bouche, sous les baaaah ! des enfants. Quelques scènes plus tard, Queequeg propose à son ami-mari de lui faire l’amour pour le remercier de paroles gentilles. […]

Ce spectacle m’est apparu clairement inadapté à des élèves de primaire qui, d’ailleurs, ne s’y sont pas trompés : une écrasante majorité l’a trouvé décevant, le ponctuant de «on comprend rien», «c’est long», «pourquoi ils crient tout le temps ?». Un bon moyen de les dégoûter du théâtre, en somme ! […]

bvoltaire

Le PS et les musulmans : La rupture

Le PS va-t-il perdre le vote des musulmans après celui des classes populaires ? A en croire les études, la réponse est oui selon Nicolas Bourgoin démographe, maître de conférences à l’université de Franche-Comté

S’il ne pèse que 5 % du corps électoral, l’électorat musulman est très marqué à gauche (entre 70 % et 90 % suivant les élections) et a joué un rôle décisif dans la victoire de François Hollande qui en a recueilli la quasi-totalité.

Le rejet anti-Sarkozy a joué pleinement : le candidat socialiste promettait de rompre avec la politique atlantiste de son prédécesseur et d’en finir avec les débats truqués sur l’identité nationale « qui ne servent qu’à monter les Français les uns contre les autres ». La suite nous a montré ce qu’il fallait en penser…

De fait, une bonne partie de ces voix risquent fort de faire défaut au PS lors des prochaines échéances électorales, bien que les tentatives de récupération menées par l’UMP semblent vouées à l’échec.

La campagne anti-Dieudonné, celles sur la « laïcité », les attaques contre les principes religieux avec l’enseignement de la théorie du genre, le mariage gay et la légalisation de la PMA et de la GPA prévue initialement dans la loi Famille, les diatribes islamophobes de Manuel Valls, les lois anti-voiles votées par le gouvernement, la ligne pro-sioniste suivie par celui-ci sur les dossiers syriens et ukrainiens, son soutien inconditionnel à Israël, et enfin l’abandon de promesses pourtant bien timides sur le droit de vote des étrangers ou les récépissés lors des contrôles de police ont achevé de dissiper ce qu’il restait d’illusions à propos d’un PS antiraciste et bienveillant à l’égard des musulmans. Opération séduction un mois avant les municipales, l’hommage de circonstance rendu par François Hollande aux soldats musulmans morts pour la France ne trompera pas grand monde.

En février 2006, SOS Racisme prend position en faveur de la publication des caricatures de Muhammad du journal Jylland-Postens dans Charlie Hebdo en signant une pétition de soutien. […] A l’opposé, SOS Racisme poursuit sans relâche les quenelliers. […]

saphirnews

Gaspard Koenig : «Privatisons le mariage !»

Gaspard Koenig est écrivain et directeur du think-tank libéral GenerationLibre. Normalien et agrégé de philosophie, Gaspard a été pendant deux ans la plume de Christine Lagarde à Bercy, puis conseiller en stratégie à la BERD à Londres. Il propose que la mariage devienne une affaire privée et soit un contrat comme les autres que l’État se doit de garantir.

On pourrait imaginer signer son contrat de mariage au troquet du coin, ou en haut de la tour Eiffel, ou, pour les plus fous, chez sa belle-mère, devant un notaire ou même un avocat. Chaque couple y définirait ses propres clauses : partage des biens, héritage, conditions du divorce, voire durée du mariage, que l’on pourrait définir à sa convenance, pour un nombre d’années renouvelables… ou non…

Dimanche dernier, des dizaines, voire des centaines, de milliers de personnes ont manifesté en France contre le démantèlement de la famille, brandissant des petits drapeaux sur lesquels enfants et parents se tiennent par la main. Le gouvernement a-t-il arraché les uns aux autres, empêché des couples de se marier, confisqué les héritages ? S’est-il emparé des nouveau-nés, comme l’imaginait Platon ? […]

Aujourd’hui, en l’absence de victimes, pourquoi donc tant de passion ? En Angleterre, c’est un gouvernement conservateur qui a étendu le mariage aux couples de même sexe, sans que personne s’en offusque. En Afrique du Sud, au Canada, en Espagne, au Mexique, en Nouvelle-Zélande, bientôt en Thaïlande et au Vietnam, bref, sur les cinq continents, le « mariage gay » est une réalité. Nul doute d’ailleurs que, si la droite avait été au pouvoir en France, elle aurait fait de même, comme Nicolas Sarkozy l’avait laissé entendre en 2007, pour suivre une tendance mondiale et adapter la loi aux évolutions de la société. […]

La France serait-elle alors un pays plus conservateur que d’autres ? Trop marqué par son héritage catholique ? Je veux croire que non. En mettant de côté les homophobes, probablement minoritaires chez les partisans de la Manif pour tous, je me demande si ces crispations inouïes ne traduisent pas surtout le fait qu’en France, à la différence d’autres pays, c’est l’État qui définit la famille et scelle les liens du mariage, héritage obsolète de la Révolution et du Code civil. […]

Certains maires refusent de marier les homos ? Refusons de nous marier devant le maire ! Cela épargnera du temps à nos élus, et le ridicule à la République.

Le Point

Mariage pour tous, genre : «Il n’est ni étonnant ni fortuit que les propagandes extrémistes visent les familles»

Pour Chahla Chafiq (écrivain et sociologue d’origine iranienne, arrivée en France en 1981), la contestation du mariage pour tous met en relief la volonté de promouvoir un «ordre autoritaire rêvé par les extrêmes, qui prônent une identité imposée à tous au nom de la patrie, de la religion, des traditions…»

Lire sur Fdesouche :
Manif pour tous : «Les réactionnaires de dimanche dernier sont un peu nos islamistes à nous»
Théorie du genre : Les musulmans ne doivent pas soutenir des «mouvements d’extrême droite

En tant que cellule de base de la communauté ou de la société, la famille est par excellence le lieu de projection de cette identité, et ce d’autant plus que, dans la famille, s’exprime l’affectif et se transmettent des codes culturels, des lois et des repères sociaux. Il n’est donc ni étonnant ni fortuit que les propagandes extrémistes visent les familles.

Lors des protestations contre le mariage pour tous et l’apprentissage de l’égalité à l’école, nous assistons à une cristallisation visible de la conjonction entre des personnes et groupes se revendiquant de l’islam, de chrétiens conservateurs, voire intégristes, et de l’extrême droite.

Cette alliance étonne dans la mesure où l’extrême droite, dans son recyclage des vieilles idées xénophobes et dans sa crispation sur l’identité nationale, cible les musulmans en France comme la source d’une menace identitaire. Comment se fait-il alors qu’elle partage le même camp que certains musulmans dans la défense de valeurs familiales qui sauveraient la société française de la perversion et de la décadence découlant, selon eux, de l’égalité des sexes, du mariage pour tous et de la lutte contre l’homophobie ? Comment analyser ce paradoxe ? […]

L’alternative des extrêmes pour sauver la famille et la société se résume alors à un retour de l’ordre moral répressif fondé sur un modèle identitaire uniformisé pour l’ensemble des individus. La hiérarchie des sexes est la colonne vertébrale qui donne corps à ce modèle fantasmé bien dépassé par l’évolution de la société actuelle. […] La confusion entre l’autorité et la domination cherche à diaboliser la démocratie, l’exercice parental égalitaire, l’école publique et laïque. Les adversaires de l’égalité dénoncent la disparition de l’autorité des parents et des maîtres afin de promouvoir le retour à un ordre anti-démocratique. […]

Le Monde ; Blog de Chahla Chafiq

L’Australie annule le ‘mariage homosexuel’ et ceux déjà célébrés

La Haute Cour de justice australienne a invalidé, jeudi, la loi autorisant le mariage homosexuel entrée en vigueur le 7 décembre dans le Territoire de Canberra, la capitale.

[...] Samedi 7 décembre, jour de l’entrée en vigueur de la loi autorisant le mariage des homosexuels dans ce Territoire, plusieurs couples avaient scellé leur union dès les douze coups de minuit. Or cette loi « n’est pas valide », a décidé la Haute Cour à l’unanimité.

Le gouvernement avait immédiatement saisi la justice pour annuler ces unions. Si la plus haute juridiction du pays avait avalisé la loi votée à Canberra, les autres Etats et Territoires du pays auraient pu eux aussi décider d’autoriser le mariage entre personnes de même sexe, une pression supplémentaire sur le Parlement, soulignent les analystes.

Le débat est vif en Australie. Le Premier ministre, Tony Abbott, à la tête d’un gouvernement conservateur, s’est prononcé contre l’autorisation du mariage gay. Sa propre sœur, homosexuelle, s’est fiancée et attend de pouvoir se marier. La plupart des Etats autorisent en revanche les unions civiles entre personnes du même sexe, qui accordent les mêmes droits que ceux conférés par le mariage.

source : www.francetvinfo.fr

La Louvière : une famille française expulsée de Belgique pour insuffisance de moyens

Une famille française résidant depuis trois ans à La Louvière, en Belgique, a reçu le 20 novembre dernier un ordre de quitter le territoire belge. L’Office des étrangers considère que ce couple avec enfants ne dispose pas des moyens de subsistance suffisants et constitue donc « une charge déraisonnable pour le système d’aide sociale du royaume. »

Selon La Nouvelle Gazette, le père de famille, Franck, a perdu récemment son travail. Sa conjointe, Stéphanie, elle, travaillait dans une maison de retraite, mais cet emploi était « subventionné » par le Centre Public d’Action Sociale (CPAS) et elle bénéficiait, à ce titre, du Revenu d’Intégration Sociale (RIS). Le journal belge rappelle que depuis le 1er janvier 2012, les autorités belges, comme d’autres gouvernements européens, ont décidé d’appliquer une directive européenne de 2004 qui autorise chaque état membre à mettre un terme aux aides sociales d’un citoyen européen dès lors qu’il constitue « une charge déraisonnable » pour le système d’aide sociale du pays qui l’accueille.

(…) France 3 Nord Pas-de-Calais

Lyon : une Audi R8 prend feu pendant un mariage (Maj – vidéo)

Maj vidéo: Vidéo qui semble dater d’avant le mariage:

——————————————————————————————————————–

Prix d’une Audi R8 : de 120.000 € pour le modèle de base à 180.000 €.
(Merci à Marco)

Captures vidéo 1 / 2 : Plaques minéralogiques identiques

(Merci à Athéthique)

Rhône. Il roulait des mécaniques au volant d’une Ferrari, sans permis…

Il s’est arrêté et a fait semblant d’uriner, en croyant brouiller l’attention des policiers. Habitués aux ruses de toutes sortes, les hommes de la brigade anticriminalité (BAC) ne s’y sont pas trompés. Samedi vers 13 h 30, un jeune conducteur d’une Ferrari a été contrôlé, boulevard Pinel à Bron.

La voiture avait été louée par son ami à l’occasion d’un mariage

Il avait tendance à faire ronfler le moteur et rouler des mécaniques. Son comportement un peu trop voyant au volant d’une voiture non moins tape-à-l’oeil, lui a été fatal. Et sa petite diversion n’y a rien changé.

Les policiers de la BAC ont alors découvert que le conducteur, âgé de 23 ans, roulait sans permis de conduire. Mieux : il faisait l’objet d’une fiche de recherche du tribunal pour infraction routière, assortie d’une interdiction de conduite de tout véhicule à moteur. Mieux encore : le jeune homme, visiblement habitué des sorties de route, était en semi-liberté, sous le coup d’une condamnation pénale.[...]

Le Progrès

Bollène : le maire refuse de marier Amandine et Angélique. Philippot se désolidarise de Mme Bompard. Ouverture d’une enquête (MàJ N°2)

Addendum 27 août 2013 :

La justice a ouvert une enquête préliminaire, mardi 27 août, à l’encontre de Marie-Claude Bompard, maire d’extrême droite de Bollène, dans le Vaucluse, après son refus de célébrer le mariage de deux jeunes femmes.

Le parquet de Carpentras s’est appuyé sur des articles du code pénal, qui punissent notamment « wem>le fait, par une personne dépositaire de l’autorité publique, agissant dans l’exercice de ses fonctions, de prendre des mesures destinées à faire échec à l’exécution de la loi« .

Le Monde

 

————————————————-

Leur entrevue de ce vendredi après-midi avec le maire de Bollène a eu l’effet d’une douche froide qui les a faites illico descendre de leur petit nuage de futures mariées.

Amandine Gilles, 33 ans, et Angélique Leroux, 27 ans, ne cachent pas leur amertume : « Marie-Claude Bompard nous a dit qu’elle respectait les couples homosexuels mais que par rapport à ses convictions religieuses, il lui était impossible de nous unir, explique Amandine, qui parvient difficilement à contenir son émotion. On lui a alors dit de déléguer le pouvoir à un adjoint mais elle a refusé. »
Les deux jeunes femmes sont déçues, mais ne comptent pas pour autant baisser les bras. Elles tiennent à se marier. Elles en ont le droit. Et pour que ce vœu devienne réalité, elles ont l’intention de saisir le préfet.
De son côté, Marie-Claude Bompard (Ligue du Sud), [...] a indiqué que « dans cette affaire, les maires sont sous la contrainte et la menace de sanctions disproportionnées et illégitimes.»

Article complet sur Le Dauphiné