Logement : Manifestation du DAL et de Médecin du Monde devant le Sénat (vidéo)(màj)

Le 29 janvier s’est déroulée une manifestation devant le Sénat suite à l’expulsion de plusieurs familles à Aubervilliers. Médecin du Monde et le DAL entre autres ont appelé à se réunir devant le Sénat qui devait voter le rétablissement de la trêve hivernale pour tous le lendemain.


source : Agence Info libre

complément :
extrait de la profession de foi de juin 1946 de l’abbé Pierre pour la liste du Mouvement Républicain Populaire en Meurthe-et-Moselle pour l’élection de la seconde Assemblée nationale constituante :
source : assemblee-nationale.fr

Famille. – Nos candidats totalisent vingt enfants. Parti de la famille, le M.R.P. saura mieux que quiconque se pencher sur les problèmes de la vie. Seul, notre parti réclame le vote familial. Aide plus complète aux jeunes ménages. – Assistance aux femmes en couches et congé supplémentaire à chaque naissance au foyer d’un salarié. – Extension du prêt au mariage (projet R. Prigent). – Immigration étroitement filtrée. – Expulsion immédiate des immigrés indésirables.

(merci à DANY)

Corse : une vingtaine de gendarmes et CRS blessés après une manifestation, aucune interpellation

À l’issue d’une manifestation de lycéens et d’étudiants, une cinquantaine d’individus s’en sont pris aux CRS et gendarmes gardant la sous-préfecture de Corte, faisant une vingtaine de blessés.

Mercredi à 15h, à l’appel de l’organisation Ghjuventu indipendentista (Jeunesse indépendantiste), soutenue par divers organismes nationalistes, près d’un millier de personnes, essentiellement des lycéens et des étudiants, se sont réunis place Paoli, dans la ville universitaire de Corte en Haute-Corse. Ils protestaient notamment contre l’abrogation des arrêtés Miot, une série de dispositions administratives sur les droits de succession datant du Consulat, mais aussi pour la reconnaissance de la langue corse. Pour l’occasion, la préfecture avait déployé 250 gendarmes mobiles et CRS afin de contenir d’éventuels débordements.

Mais vers 16h, après avoir remonté dans le calme le cours Paoli et alors que le défilé se disperse à la demande des organisateurs, une dizaine d’individus, le visage cagoulé, se précipitent sur un barrage de CRS chargé de garder la préfecture. Une barricade de palettes et de pneus est rapidement dressée devant les grilles, et incendiée. […]

Le commandant de la gendarmerie de Corte a dû être transporté à l’hôpital, indique Corse matin , qui relève également le cas de deux policiers en civils, pris à partie par les manifestants alors qu’ils tentaient de prendre des photos. Ils ont pu être évacués in extremis avec l’aide des pompiers. Si aucune interpellation n’a eu lieu pour le moment, une double enquête a été ouverte afin d’identifier les agresseurs du gendarme, mais aussi les responsables des dégradations subies en marge par la poste, dont la façade a été complètement vandalisée.

Le Figaro

Egypte: près de 50 morts en 24 heures lors des manifestations

Partisans du régime et sympathisants des Frères musulmans se sont affrontés à l’occasion du troisième anniversaire de la révolution. Au moins 49 personnes sont mortes et près de 250 ont été blessées ces dernières 24 heures en Egypte.

Le ministère de l’Intérieur a de son côté indiqué que 1 079 personnes avaient été arrêtées en marge des défilés, alors que les nouvelles autorités mènent depuis sept mois une implacable répression de toute manifestation de l’opposition depuis que l’armée a destitué et arrêté le président islamiste Mohamed Morsi.

Samedi au Caire, des manifestations de centaines d’opposants — qui de façon inédite rassemblaient pour certaines pro-Morsi et militants progressistes — ont été violemment dispersées par la police, à coups de grenades lacrymogènes et de tirs de chevrotine, tandis que plusieurs milliers de partisans du régime se sont massés à l’appel du gouvernement sur la place Tahrir, épicentre de la révolution de 2011.

Dans la nuit, les affrontements entre partisans et opposants des nouvelles autorités et forces de sécurité se sont poursuivis dans plusieurs provinces du pays.

Libération

Nouveau mouvement de colère des policiers français

Des milliers de policiers ont manifesté mercredi dans la plupart des villes de France à l’appel de plusieurs syndicats pour exprimer un « ras-le-bol généralisé ».

Dans la région parisienne, Unité SGP Police FO, premier syndicat chez les gardiens de la paix, a tenu un meeting à la mi-journée à Créteil (Val-de-Marne) tandis qu’en province, les manifestants se réunissaient devant les hôtels de police.

Ils étaient ainsi plusieurs centaines à Bordeaux, Nantes, ou Marseille.

Alliance, le deuxième syndicat, qui avait déjà tenu un rassemblement national à la fin 2013 à Paris, avait également appelé à une mobilisation sur tout le territoire au nom de « l’unité syndicale. »

Les organisations dénoncent un manque d’effectifs et de moyens, le récent retour au port du matricule voulu par le gouvernement, qu’ils jugent stigmatisant, le gel des salaires depuis 2010, et les primes touchées par leur hiérarchie….

Didier Martinez, secrétaire régional Midi-Pyrenées d’Unité SGP Police, a insisté sur le nombre de policiers blessés chaque année, en particulier dans les banlieues, et estimé que les réponses pénales n’étaient pas adaptées.

« Il est beaucoup plus grave de brûler un feux rouge que de blesser un policier », a-t-il dit sur France Bleu.

Un récent rapport de l’Inspection générale de l’administration critique les trop fréquents recours en justice des policiers victime d’injures ou d’outrages, qui ont coûté 13,2 millions d’euros à l’Etat en 2012.

« Il y a 10.000 policiers blessés chaque année, cela a un coût », a répondu Didier Martinez.

Nombre de policiers craignent que des délinquants n’utilisent le matricule qu’ils doivent porter sur leur uniforme depuis le 1er janvier pour se venger…

Le Point

Arcueil (94) : 250 « citoyens » manifestent contre des tracts du Front national

« La haine des autres conduit toujours à des catastrophes. » Comme environ 250 habitants d’Arcueil ce samedi après-midi Claudine, retraitée, a choisi de marcher contre les tracts distribués dans la ville par le Front national. Ce rassemblement était organisé par un collectif de citoyens « choqués ». « On voit sur ces tracts des couteaux, du sang comme si tout d’un coup, on vivait dans une zone de violence, de non droit », décrit Nathalie, membre du collectif qui avait d’abord fait circuler une lettre ouverte avant d’organiser cette marche. « On ne pouvait pas laisser faire ça. Je trouve ça plutôt rassurant de voir autant de monde », constate Antoine, 18 ans, dont c’était la première manifestation. Les habitants ont terminé leur marche sur la place devant le collège Dulcie-September.

Quelques tracts qui déclenchent cette manifestation (Tous se fondent sur des faits réels survenus à Arcueil) :

Les autres sont consultables ici

(…) Le Parisien

Bangui : La présidence centrafricaine accuse les soldats français d’avoir « froidement abattu » trois ex-Séléka

Addendum du 23.12.2013 :

La présidence centrafricaine accuse les soldats français d’avoir « froidement abattu » trois ex-Séléka

Lors du conseil des ministres réuni lundi 23 décembre, François Hollande a rappelé que l’intervention de la France en République centrafricaine reposait sur trois principes : « l’interposition » entre les belligérants, « l’impartialité » et « l’intransigeance à l’égard des violences ». Le président français a aussi souligné que « la présence des forces françaises [dans ce pays] était une présence limitée dans le temps et dans l’ampleur ».

Cette mise au point intervient alors que la présidence centrafricaine accuse l’armée française d’avoir abattu « froidement » dimanche trois combattants de l’ex-rébellion Séléka lors d’un accrochage dans un quartier nord de Bangui.

« Il ne s’agissait pas d’une opération de désarmement, et il n’y a pas eu de coups de feu, contrairement à ce qui a été dit dans certains médias français », affirme Guy Simplice Kodégué, porte-parole de la présidence de la République centrafricaine.

Les trois hommes étaient « des membres de la garde présidentielle » et « ils ont été froidement abattus par les éléments de la force “Sangaris” », insiste le représentant de Michel Djotodia, évoquant un acte « délibéré ».

Le Monde

                                                            

Plusieurs milliers de musulmans, sympathisants de l’ex-rébellion Séléka, ont manifesté dimanche à Bangui contre l’opération militaire française Sangaris, après la mort le matin même de trois combattants Séléka dans un accrochage avec des soldats français lors d’une opération de désarmement.

Dans l’après-midi, les manifestants se sont rassemblés dans le centre-ville de la capitale centrafricaine et ont ensuite marché pacifiquement sur une grande avenue vers le quartier musulman PK5. La marche s’est déroulée sans incident. « Non à la France », « Hollande criminel! », scandaient notamment les protestataires, qui entendaient dénoncer « la partialité » des militaires français déployés depuis début décembre en République centrafricaine, où ils tentent de mettre fin à des violences interreligieuses à grande échelle. […]

Privés de la protection de ces Séléka dans la rue, de nombreux musulmans sont furieux de l’action des soldats français, s’estimant laissés à la merci des atrocités des milices chrétiennes « anti-balaka » et des exactions des chrétiens, très majoritaires dans la capitale.

Le Figaro

Un journaliste néerlandais retenu dans une mosquée parisienne

Le journaliste néerlandais Frank Renout, notamment correspondant pour De Standaard et la VRT, a été retenu une heure samedi dans une mosquée parisienne, alors qu’il avait fait état d’une bagarre, indique la chaîne de télévision publique néerlandaise NOS, l’un des employeurs du journaliste. Selon la NOS, une manifestation d’un groupe de femmes musulmanes s’est tenue devant la mosquée. Les participantes voulaient entrer dans la salle des prières mais ont été repoussées par la force.

Hebergeur d'imageFrank Renout travaille actuellement sur un sujet concernant les inégalités de traitement que subissent les femmes musulmanes. Le journaliste a été emmené de force à l’intérieur du bâtiment et retenu sur place, a précisé la chaîne de télévision.

« J’ai été retenu une heure dans une pièce », a expliqué Frank Renout sur les ondes de la radio néerlandaise Radio 1. « La police est ensuite arrivée et m’a interrogé avant de me laisser partir ». [...]

7sur7

Ukraine : Un policier se fait lyncher lors des manifestations… (vidéo)

A Kiev, des manifestants ukrainiens lynchent un policier dans le nuit du 30 novembre au 1er décembre. Le jeune policier pourrait être décédé des suites de ses blessures la nuit même à l’hôpital.

 

complément : La vidéo censurée des émeutes à Kiev en Ukraine déjà diffusée sur le site de secours de fdesouche


lien direct de la vidéo sur VK : http://vk.com/video231636035_167009710

Une manifestante italienne poursuivie pour agression sexuelle sur un policier

Le cliché figure parmi les plus marquants de l’année écoulée. Lors d’une manifestation contre la future ligne à grande vitesse Lyon-Turin, à Suse (région du Piémont), le 16 novembre, une Italienne de 20 ans, Nina de Chiffre, a volé la vedette à la cause en embrassant la visière du casque d’un policier.

Pour cette action inattendue, qui a fait le tour des réseaux sociaux, la jeune femme fait l’objet d’une plainte pour agression à caractère sexuel. Elle a été déposée par un syndicat de police italien, rapporte lundi 16 décembre le site du quotidien britannique The Independent (article en anglais).

Yahoo

Relire :

L’UE condamne l’usage de la force en Ukraine

Grande-Bretagne : des musulmans veulent interdire l’alcool dans Londres (vidéo)

Des musulmans menés par Anjem Choudary, un islamiste, ont protesté vendredi 13 décembre contre la vente d’alcool (interdit par l’islam) dans East London’s Brick Lane un quartier de Londres. [...]

Révoltes en Europe

Merci à Stormisbrewing

Brèves sur les retraites

81% des Français inquiets pour leur retraite
Un total de 81% des Français se disent inquiets pour leur retraite et 69% jugent que la réforme proposée par le gouvernement va plutôt dans la mauvaise direction, selon un sondage CSA pour l’Humanité rendu public dimanche soir. Seulement 15% des personnes interrogées disent qu’elles ne sont pas inquiètes.

Le pourcentage de 81% d’inquiets est largement supérieur à celui observé en mai 2003 (65%) alors que la mobilisation sociale contre la réforme de l’UMP François Fillon battait son plein.

Europe 1

RETRAITES
DES SYNDICATS MANIFESTEMENT DIVISÉS
Déminée avec soin, la réforme des retraites suscite moins d’opposition que celle de 2010.

« Je ne fais pas de météorologie sociale », « il ne faut pas vendre la peau de l’ours… », entend-on depuis l’annonce de la réforme des retraites dans les sphères gouvernementales. Par prudence, tous se gardent d’un quelconque triomphalisme. Mais ils ne semblent pas effrayés par la manifestation du 10 septembre prochain, décidée depuis le 8 juillet, à l’appel de la CGT, de FO, mais aussi de la FSU et de Solidaires. Ces quatre organisations décideront de la suite le soir même. Pour ne pas permettre à un front syndical de se reconstituer, la concertation a été l’occasion d’identifier et de satisfaire certaines revendications, quitte à aboutir à une réforme fustigée par l’opposition pour son manque d’ambition.

SANS LA CFDT ET LE RESTE DU BLOC RÉFORMISTE, LA MOBILISATION RISQUE D’ÊTRE FAIBLE[...]

Paris Match

Rappel :
La très chère reconversion de François Chérèque
L’ancien secrétaire général de la CFDT vient d’être intronisé inspecteur général des affaires sociales. Il percevra 7 257,55 euros net par mois.[...]
Le Point

Marseille : une centaine de personnes rassemblée à l’appel du FN. Màj vidéo

Addendum vidéo :

—————————–

A Marseille, plusieurs dizaines de personnes ont manifesté ce mercredi à l’appel du FN, en réaction au meurtre, la semaine dernière, de Jérémie, un étudiant poignardé en plein centre-ville. [...]

Hebergeur d'image

Les manifestants ont brandi des drapeaux français ou des pancartes qui tournaient en dérision le sénateur-maire (UMP) de Marseille, Jean-Claude Gaudin, ou le tract appelant à se rassembler, lequel indiquait notamment: « Pas de racailles dans nos quartiers ! ». « Le meurtre de Jérémie n’est pas la faute à ‘pas de chance’ », a déclaré Stéphane Ravier à la foule rassemblée devant la préfecture des Bouches-du-Rhône. « Le laxisme dogmatique de la gauche n’a rien à envier à la couardise et à la veulerie de la droite », a ajouté le candidat FN aux municipales à Marseille, applaudi à plusieurs reprises. [...]

Avant le rassemblement du FN, une soixantaine de personnes, dont des membres du Parti de Gauche ou du NPA, ont réussi à occuper les lieux où devaient se réunir les sympathisants de Stéphane Ravier, malgré la présence policière. « Pas de fachos dans le quartier, pas de quartier pour les fachos! », ont-ils scandé. « Il faut montrer que la rue est à tout le monde », a déclaré un des responsables du PG à Marseille, Jean Sicard. Face au refus des manifestants de quitter les lieux, la police les a évacués, faisant usage de gaz poivre. [...]

TF1 News