Le flash d’actualité hebdomadaire avec « Voix de la Russie » (vidéo)

Au sommaire de ce n°19 du lundi 28 janvier 2013 :

  • L’Europe de Bruxelles n’était qu’une étape vers la mondialisation
  • Quand l’or part… les guerres arrivent…
  • La diplomatie selon Sergeï Lavrov : incompréhensible pour un Laurent Fabius
  • Le CRSC de Paris rend hommage à Vladimir Vyssotsky
  • La France et l’Allemagne fêtent les 50 ans du Traité de l’Élysée comme un vieux couple
  • Solidarité Kosovo n’oublie pas les Serbes du Kosovo et de la Métochie
  • Mali : la France paie l’addition libyenne
  • Nigéria : le massacre des chrétiens continue

Décès d’un Malien/taser : non lieu, la drépanocytose mise en cause ?

La justice française a rendu un non-lieu dans l’affaire du décès d’un Malien sans papier, mort en 2010 après avoir été neutralisé par des décharges de Taser, jugeant que ce pistolet à impulsion électrique n’en était pas responsable, a-t-on appris aujourd’hui.

Les tirs de Taser « n’ont pas joué un rôle direct et certain » dans le décès de cet homme de 38 ans survenu fin novembre 2010 lors de son interpellation en banlieue parisienne et « aucune faute ne peut être reprochée aux policiers intervenants », selon l’ordonnance judiciaire rendue mercredi.

Se basant sur le rapport d’autopsie, la juge d’instruction de Nanterre a précisé que le décès était liée à une drépanocytose, une maladie de l’hémoglobine d’origine génétique, dont été atteint le défunt.

L’avocate de la famille du défunt a annoncé qu’elle ferait appel, estimant que des « fautes ont été commises par les services de police ».

L’homme en situation irrégulière était décédé peu de temps après avoir été aspergé de gaz lacrymogène et avoir reçu deux décharges du pistolet Taser lors de son interpellation le 30 novembre 2010.

Décrit comme particulièrement violent et de forte corpulence par la police, l’homme avait tenté de s’enfuir et avait blessé avec un marteau quatre des huit policiers qui le poursuivaient. (…)

Le Figaro

Maroc : Un subsaharien tué à l’arme blanche. «Stigmatisation» des migrants ?

Un jeune subsaharien résidant dans le quartier Takadoum a été tué dans une épicerie le 14 mai dernier en matinée.

Les ONG se sont mobilisées et appellent les médias marocains à arrêter de stigmatiser les Subsahariens.

Pour cause, une simple altercation sur «à qui le tour» avec un jeune marocain. Aucun des deux ne voulant céder, la dispute se serait envenimée jusqu’à ce que le jeune marocain sorte son couteau et poignarde à mort, à plusieurs coups, son adversaire subsaharien. Selon Le Soir, il s’agirait d’un Malien, nommé Amadou.

«Nous avons reçu la nouvelle comme un choc», indique, Marcel Amiyeto, porte-parole du Conseil des migrants subsahariens au Maroc. «Très vite, nous nous sommes rendus sur place pour essayer d’apporter notre aide. A notre arrivée, le quartier Takadoum s’était transformé en champs de bataille», poursuit-il. Les Subsahariens d’un côté face à un groupe de jeunes Marocains mobilisés pour défendre leur ami. Ces derniers seraient décidés à «débarrasser leur quartier de ces intrus» que sont les subsahariens. […]

Cet incident est passé inaperçu dans les médias. Pourtant l’AMDH avait publié un communiqué à ce sujet dans lequel l’organisation prenait clairement position. «L’Etat est responsable de ce qui se passe parce qu’il divulgue des idées de stigmatisation à l’endroit des Subsahariens», affirme la présidente, Khadija Riyadi contactée par Yabiladi. […]

«Les migrants sont victimes du discours xénophobe et raciste qui lient leur présence au Maroc au terrorisme, à la prostitution, au sida, au vol et aux armes», a déclaré Khadija Ainani, responsable de la section Immigration au sein de l’AMDH. «Ces discours sont nourris directement et indirectement par certains médias», a-t-elle ajouté.

yabiladi

Le Malien des villes et le Français des champs

Maurepas, dans les Yvelines. En 2003 un couple de Maliens et ses dix enfants sont installés dans un quartier huppé après avoir vécu sept ans dans un « foyer insalubre ». En effet la loi sur l’immigration de Nicolas SARKOZY doit être accompagnée d’un dispositif concernant l’intégration des immigrés avec notamment la lutte contre les discriminations…

France 2 / JT de 20H / INA – 30/04/2003

Dordogne. Trois ans plus tôt, la ferme de Albert et Paulette Leynaert, 80 et 76 ans aujourd’hui, anciens agriculteurs, a entièrement brûlé. Ils ont tout perdu et vivent encore dans la misère…

France 2 / JT de 13h – 28/02/2012

«Scandale» : un clandestin arrêté pour faux et usage de faux

Un clandestin malien de 27 ans a été placé dans un centre de rétention administrative (CRA), pour faux, usage de faux et infraction à la législation sur les étrangers. L’intéressé et les associations d’aide aux clandestins sont scandalisés.

Il y a un plus de deux mois, Alou [Le prénom a été modifié] se rend à l’agence centrale de la Poste, à Viry-Châtillon (Essonne). Il remplit les formulaires nécessaires et présente sa carte de séjour.

Une semaine plus tard, l’agence le convoque, lui explique que sa carte est fausse ce dont il convient volontiers et qu’on lui refuse l’ouverture de son compte. «On a parlé cinq minutes et je suis reparti, déçu mais pas inquiet», explique-t-il.

Deux mois s’écoulent. Alou reçoit une convocation, sans motif précis, du commissariat voisin. Inquiet, il s’y rend avec trois membres d’une association de soutien aux sans-papiers.
Lire la suite