Disparues de Perpignan : l’appartement des Bénitez cambriolé cette nuit

L’appartement de la famille Bénitez, situé rue Richepin quartier du Bas-Vernet à Perpignan, a été cambriolé au cours de la nuit dernière.

Selon les premiers éléments, le ou les individus aurai(en)t escaladé le balcon du logement situé au premier étage, aurai(en)t forcé un volet roulant et aurai(en)t ensuite pénétré à l’intérieur en poussant la baie vitrée.

Les lieux , mis sous scellés pour les besoin de l’enquête, ont été mis sans dessus dessous par le ou les cambrioleurs. Un caméscope a été dérobé.

L’alerte a été donnée ce matin auprès des policiers. Précisons que l’appartement avait déjà été fouillé de fond en comble par les enquêteurs qui avaient récupéré tout ce qui pouvait leur être utile dans leurs recherches.

L’Indépendant
(Merci à Anargyre)

A Leucate, le couple à la rue retrouve sa maison (màj)

Addendum 10/01/13

Ils ont fini par céder sous la pression médiatique ! Assailli par les journalistes des chaînes de télévision et de radio  suite à l’article paru dans L’Indépendant le couple qui refusait de quitter la maison, a infléchi sa position.

Il a finalement accepté la proposition de logement de la mairie de Leucate. Et ils rendront les clés vendredi. Intransigeants, ils refusaient depuis plusieurs mois de quitter la maison que leur avaient gracieusement prêtée Nadine et Joël Lips.

Les époux Lips, propriétaires à Port-Leucate, avaient en effet généreusement hébergé leur voisine, attendrie par son histoire : celle d’une femme divorcée, mise à la porte pour un loyer impayé depuis un an. Nadine Lips qui considérait Mme Caniez comme une amie, s’était également démenée pour lui trouver un emploi dans un foyer pour personnes handicapées situé dans le quartier. [...]

L’indépendant

_______________________________

Une situation ubuesque comme il ne devrait pas en exister. Voilà ce que vit depuis presque trois mois Joël et Nadine Lips. Ces habitants de Port-Leucate ne peuvent plus rentrer chez eux. Hier après-midi, le conflit est encore monté d’un cran.

Alors qu’ils tentaient de reprendre possession de leur maison, ils ont constaté que la serrure de leur résidence avait été changée. Madame Lips est à bout et elle est bien décidée à dormir devant sa maison tant que la porte ne s’ouvrira pas. « On a une maison et on ne peut plus y rentrer, on est coincé dans notre camping-car », se désole Nadine Lips qui ne sait plus à qui s’adresser pour trouver une solution.

L’été dernier, le couple décide de prêter sa maison durant ses vacances à leur ancienne voisine, devenue leur amie, qui se retrouve sans logement. « On s’est rencontré il y a quatre ans. Son époux était à Dubaï, elle était seule avec ses 4 enfants, on a sympathisé et on est devenue amies », raconte-elle. « Le couple a divorcé, mais lui continuait de payer le loyer pour la maison jusqu’au jour où elle a eu un nouveau compagnon. Là, il a arrêté de payer, la situation s’est rapidement dégradée et ils ont été expulsés de la maison », reprend-elle. Nadine Lips, qui a fait construire en 2005 avec son mari cette jolie villa face à la mer à Port-Leucate, multiplie les gestes amicaux envers son amie. [...]

À son retour, le couple Lips était à mille lieues d’un tel drame. « Quand on a décidé de rentrer avec mon mari, on les a prévenus qu’on serait là mi-octobre », assure Nadine Lips. « On est revenu le 10 novembre, ils nous ont dit qu’ils n’avaient rien trouvé et depuis on est à la porte de chez nous », s’insurge-t-elle.

« Le nouveau compagnon de celle que je croyais mon amie a même trouvé le moyen de porter plainte contre nous pour violation de domicile, c’est le monde à l’envers », reprend-elle ulcérée.

L’indépendant

Jugées pour ne pas avoir voulu vendre leur maison à un couple de Maghrébins

Un couple de Lensois, français mais d’origine algérienne, voulaient acheter une maison qui était à vendre depuis le décès de sa propriétaire.

Mais deux soeurs, héritières du bien immobilier, se seraient opposées à la vente à ce couple en raison de ses origines. Le couple, fort du témoignage de l’agence immobilière, a décidé de porter plainte. Le parquet de Béthune, après avoir diligenté une enquête, a décidé de renvoyer les deux soeurs devant le tribunal pour discrimination. L’audience aura lieu à Béthune en octobre.

La Voix du Nord

Chis (Hautes-Pyrénées) : 2 départs de feu criminel dans une maison

Dans la nuit de vendredi à samedi, à 23 h 15, un habitant de Chis appelle les pompiers : sa haie de brandes est en feu, rue de la Bigorre. Alors qu’il s’emploie à éteindre les flammes, il entend du bruit derrière lui : la maison, située de l’autre côté de la rue, commence elle aussi à brûler de façon conséquente.

Fort heureusement, cette maison, de type ferme bigourdane, est inoccupée. L’incendie se propage très vite et détruit presque entièrement l’habitation. D’après un riverain, les voisins se sont regroupés et ont tous remarqué deux jeunes qui filaient vers leur voiture après être restés un moment à contempler le sinistre [...]

La dépêche

Draguignan (Var) : La maison du « bourreau et abri de la guillotine » est à vendre

Depuis quinze jours, la municipalité de Draguignan cherche à vendre la célèbre maison du bourreau, située au pied de la tour de l’Horloge. Une transaction qui ne cesse de torturer Pierre-Jean Gayrard.

Je suis indigné et je ne suis pas le seul, je peux vous le dire, de voir ainsi brader le patrimoine historique de Draguignan. Je peux comprendre que la ville ait des difficultés budgétaires, mais tout de même, peut-on dissocier cette maison de la tour de l’Horloge qui lui est attenante [...]

Savez-vous justement que l’on a construit cette maison du bourreau vers la fin du XVIIe siècle, pour installer et servir d’abri à la guillotine, qui fonctionnait jusque-là devant la tour de l’Horloge, à l’époque où Draguignan était préfecture et une place importante de la justice ? [...]

Mise en vente pour 160 000 euros, les 100 m2 de surface et le petit jardin de la maison du bourreau, avec vue imprenable sur la vieille ville, n’auraient, pour l’heure, pas encore pas trouvé d’acquéreur. [...]

Nice Matin

Pascal Ory : «Il est possible que la France soit « finie »»

Pascal Ory, professeur d’histoire contemporaine à la Sorbonne (Paris-I), a dirigé un ouvrage collectif, Les Etrangers qui ont fait la France. Il explique pourquoi il accepté de faire partie du Comité d’orientation scientifique de la Maison de l’histoire de France.

Il est possible que la France soit «finie» : ce qui est né mourra, non ? Mais est-ce une fin ou une simple finitude ? Si la Maison réussissait à dépasser le stade des fondations, elle pourrait servir à répondre à cette intéressante question.

Je suis de ceux que la question de l’ «identité nationale» (qu’elle soit française, allemande, israélienne, palestinienne…) préoccupe. En termes scientifiques, je ne m’y intéresse que depuis un peu plus de trente-cinq ans […]

D’un côté, il s’agit de rappeler que la France, ce sont des Français. Des personnalités, mais aussi des groupes sociaux : des hommes mais aussi des femmes, des paysans mais aussi des ouvriers, des catholiques mais aussi des laïques, des métropolitains mais aussi des colonisés, des autochtones mais aussi des immigrés, etc.

De l’autre, il faut être clair : pour un culturaliste comme moi, la nation est, bien entendu, une construction ; mais à la condition d’ajouter que, par définition, «ça a marché» – et, à l’oeil nu, ça continue de marcher, au moins jusqu’à ce matin ; du coup, le travail de l’historien n’est pas seulement de démonter la machine mais d’analyser comment (voire pourquoi) elle fonctionne encore. […]

Suite sur le Monde

Cap de Nice : l’Etat démolit enfin la Villa Inglès

Alpes-Maritimes. Nice. L’Etat a commencé ce mardi à démolir la « Villa Inglès », bâtiment inachevé qui défigure le littoral au cap de Nice depuis 17 ans.

Devenu un symbole du combat pour la préservation du littoral, le chantier de la « Villa Inglès » avait débuté illégalement en 1993, avant d’être stoppé net en raison de plusieurs plaintes de riverains(….)

Il aura toutefois fallu 17 ans de bataille juridique pour obtenir et financer la démolition de la « verrue », située 16, avenue Jean Lorrain à Nice(…)

Pour le préfet des Alpes-Maritimes, l’opération « traduit la volonté des services de l’État, dans les Alpes-Maritimes, d’accorder une importance majeure à l’exécution des décisions de justice(….) notammentcelles qui relèvent d’une infraction au code de l’urbanisme » (…)

Le coût des travaux de démolition est estimé à 190 000 euros. « Il est intégralement pris en charge par l’État », a précisé la préfecture(….)

Nice Matin

Visite : La Maison natale de Marcel Pagnol (13)

Visite de la Maison Natale de Marcel Pagnol, 16 Cours Barthélémy 13400 Aubagne

C’est là, au 16 Cours Barthélémy, que Marcel Pagnol est né un 28 février 1895 : tout a été conçu dans cet appartement fin XIXème siècle pour que les visiteurs s’imprègnent de l’ambiance et du climat de la maison familiale.

« La salle à manger, la chambre attendrissante avec le berceau, la cuisine où Augustine s’affairait avec bonheur avec la petit famille… Ses premiers bâtons, ébauche enfantine de ses oeuvres futures, il les a tracés sur la table de la salle à manger pendant que Joseph corrigeait les copies de ses élèves et qu’Augustine cousait les vêtements de ses hommes sous la lumière dorée de l’abat-jour de la belle suspension. Par delà les années, ces pièces sont habitées par leur présence qui est presque palpable et ils nous accueillent doucement aujourd’hui »

extrait de la lettre de Jacqueline Pagnol du 14 Juin 2003.

horaires hiver : de 14h à 17h30 du mardi au dimanche

tarifs : 3€ ,tarif réduit : 2€


États-Unis : le flot des saisies n’est pas endigué

Alors que ses précédentes mesures n’avaient pas prouvé leur efficacité, Barack Obama a présenté vendredi 26 mars 2010 un plan visant à enrayer les saisies de logement : 14 milliards de dollars supplémentaires pour permettre aux emprunteurs en difficulté de refinancer leurs prêts et prévenir les défauts de paiement.

Dès 2007, avant la crise, beaucoup des emprunteurs les plus pauvres étaient déjà dans l’impossibilité de rembourser les crédits subprime qu’ils avaient contractés, perdant du coup leurs logements. Mais aujourd’hui, ces difficultés touchent beaucoup plus largement les Américains, surtout depuis que le chômage a monté en flèche.

Tant que la situation continuera de se dégrader sur ce plan, il sera difficile de faire repartir vraiment la machine économique outre-Atlantique, dans un pays où 70% des gens sont propriétaires de leur logement (contre 57% en France), au prix le plus souvent d’un lourd endettement.

L’administration Obama a déjà pris un certain nombre de mesures, mais celles-ci se sont révélées jusqu’à présent insuffisantes. Explications.

Suite et commentaires sur Fortune