Nouvelle tournée de sécurisation du métro par Génération Identitaire Lyon

Une quinzaine de militants de Génération Identitaire ont tenté de mener une campagne dans le métro lyonnais hier soir, lundi 14 avril. Leur but: dénoncer « l’insécurité dans les transports en commun ». Mais ils ont rapidement été stoppés par la police.

Hier soir, ils étaient de nouveau une quinzaine dans le métro lyonnais avec des gilets jaunes, comme d’habitude. Mais cette tournée de sécurisation s’est retrouvée à son tour encadrée par un important dispositif policier et des agents de Keolis mobilisés pour l’occasion: une quarantaine d’agents de police avec pour certains casques et boucliers anti-émeutes.

« à la prochaine agression, on le refera. »

A l’issue d’un contrôle d’identité sans heurt, tous sont raccompagnés jusqu’à Perrache sous escorte policière.
« Lors de notre première tournée, on a passé 2 heures sans voir un agent » souligne Damien Rieu. Cette fois-ci, l’information avait circulé, d’où l’important dispositif de sécurité dans le métro lyonnais. Ce qui n’empêche pas Damien Rieu d’envisager une nouvelle opération. « On va peut-être attendre un peu, mais à la prochaine agression, on le refera. »
Si certains assimilent ça à des milices, d’autres n’y voient aucun empêchement, regrettant seulement que cela vienne d’un mouvement d’extrême-droite !

LyonCapitale & Media Press

Rillieux (69) : cambriolage, arrestation de 3 Georgiens

Trois Géorgiens de 36, 42 et 48 ans ont été interpellés mardi près de Lyon. Ils circulaient à bord d’une Laguna faussement immatriculée et non assurée. Au moment de leur arrestation, ils ont essayé de dissimuler un sac contenant notamment des bijoux. Le butin provenait d’un cambriolage commis quelques instants plus tôt, chemin de la Pelletière. La fouille du véhicule permettait de découvrir un ordinateur et des jeux vidéos.

LyonCapitale

Genève : des béquilles démontables découvertes dans les bagages de Roms

Les gardes-frontière opérant à la gare de Cornavin, à Genève, ont découvert dans les bagages de deux ressortissants roumains du matériel leur permettant de se faire passer pour des handicapés lorsqu’ils mendient dans la rue.

Lors du contrôle, deux Roumains ont déclaré spontanément qu’ils séjournaient à Genève pour quelques semaines en tant que touristes, a fait savoir lundi le corps des gardes-frontière de la région de Genève. Lors de la fouille de leurs valises, les agents ont alors découvert en pièces détachées plusieurs béquilles emballées dans des couvertures.

Les deux Roumains ont alors admis qu’ils étaient venus à Genève pour mendier et qu’ils utilisaient les béquilles et d’autres accessoires pour susciter la pitié des passants. Selon eux, l’investissement consenti est rapidement rentabilisé. Ils ont précisé qu’ils dormaient sous les ponts pour ne pas dépenser trop d’argent.

Ils ont expliqué qu’ils voyageaient ainsi de ville en ville. Les deux Roumains venaient de Lyon. Rien ne pouvant leur être reproché, ils sont partis en direction du centre-ville de Genève après le contrôle, leurs valises à roulettes sous les bras, ont précisé les gardes-frontière.

Tribune de Genève

Villefranche (69): il décède au guidon de la moto qu’il venait de voler

Ce mardi, vers 15 heures, un Villeurbannais de 31 ans est décédé des suites d’un accident de moto, à l’angle du boulevard Etienne-Bernand et de la rue du Collège, à Villefranche-sur-Saône.
L’homme, originaire de Villeurbanne venait de dérober une moto, non loin des lieux du drame. Il se serait fait passer pour un faux policier.

Le Progrès

La maison de l’identité La Traboule veut s’agrandir

 

Ouverte depuis trois ans et forte de son succès, la maison de l’identité La Traboule souhaite ouvrir une salle de sport de défense et fait appelle au soutien de nos lecteurs.

Le dossier de présentation du projet :

Aidez La Traboule à construire son nouveau projet by LaTraboule

Elle demande le statut d’otage pour sa fille, emmenée par son père en Syrie

Le combat de Meriam Rhaiem pour retrouver sa fille continue. Le jeune femme de 25 ans a exhorté ce samedi les autorités françaises à reconnaître le statut d’otage pour sa fille Assia, que son mari a emmenée en Syrie, où il est parti combattre aux côtés d’un groupe jihadiste.

« Je veux que le gouvernement français reconnaisse Assia, jeune Française âgée de 23 mois, comme la plus jeune otage française, car oui, c’est une otage », a lancé Meriam Rhaiem, lors d’une conférence de presse empreinte d’émotion à Lyon. « Je veux qu’elle ait ce qualificatif d’otage au même titre que les autres otages, journalistes ou religieux », a ajouté la maman de la fillette, en présence de son avocat Me Gabriel Versini-Bullara.

(…) Le Parisien

Lyon, le PS se réunit avec les antifas sous la bannière: « Contre la montée du fascisme et contre la riposte d’Etat: riposte populaire »

A l’occasion de la journée internationale de lutte contre les discriminations raciales organisée par l’ONU, des associations, des organisations syndicales mais aussi des partis politiques comme le PS ont pris part à un rassemblement samedi après-midi sur la place Gabriel Péri.
Objectif : dire stop à la montée du racisme avec pour mot d’ordre à Lyon « Contre la montée du fascisme et contre la riposte d’Etat : riposte populaire ».

Si près des trois quarts des manifestants ont ensuite partis la direction de la place des Terreaux afin de défiler dans les rues de la ville en criant « Violence fasciste, Collomb complice », une cinquantaine, notamment des militants et élus socialistes, est restée sur place sans prendre part à la marche.

LyonMag

Saint-Denis, Nanterre, Argenteuil ou Roubaix ont plus de 30% d’adjoints « non blancs »

Onze des cinquante plus grandes villes de France, dont Lyon et Bordeaux, ne comptent aucun adjoint issu de la diversité.

Lyon, Bordeaux, Toulon, Nîmes ou encore Rennes n’ont aucun adjoint issu de la diversité.

Selon deux associations, 11 des 50 plus grandes villes de France n’ont aucun adjoint issu des minorités visibles. Dans ces grandes villes, les personnes de type « non européen » occupent 9% des postes d’adjoints. 7% sont d’origine maghrébine, 2% noires et 0,11% d’origine asiatique, selon un décompte du think tank République et diversité et du Conseil des associations noires de France (Cran).

Derrière cette moyenne se cachent de très grandes disparités géographiques. Saint-Denis, Nanterre, Argenteuil ou Roubaix ont plus de 30% d’adjoints « non blancs ».

Paris et Grenoble sont dans la moyenne. Et onze villes, dont, n’en ont aucun. Ces dernières sont dirigées par la gauche comme par la droite. Mais en moyenne des différences existent entre partis: le PC a 16% d’ajoints « non blancs », le PS et les écologistes 10%, l’UMP 4% et l’UDI-Modem 5%.

En l’absence de statistiques ethniques, les auteurs du décompte se sont fondés sur les photos des adjoints, leur patronyme et leur pays de naissance.

Par ailleurs, à la faveur des lois sur la parité, les femmes se sont fait une place au sein des exécutifs municipaux, avec 49% des postes d’adjoints au maire, selon ce recensement. Mais seules cinq femmes sont maires (à Lille, Montpellier, Aix-en-Provence, Montreuil, Reims) contre 45 hommes. Ces associations espèrent voir des avancées lors des prochaines municipales.

RTL.fr

Manifestations samedi 15 mars contre l’islamophobie

Lille : les « anti-islamophobie » ont fait entendre leur voix

Le 15 mars 2004, Jacques Chirac faisait adopter une loi interdisant formellement le voile à l’école. Dix ans plus tard, la branche lilloise de la Coordination contre le racisme et l’islamophobie se monte. L’une de ses premières actions a eu lieu ce samedi, place de la République.

Une centaine de personnes s’étaient donné rendez-vous sur le parvis des droits de l’homme, place de la République. Souhaitant dénoncer « l’actuel climat d’islamophobie », les militants ont lancé un appel pour ce rassemblement face à la préfecture.

La Voix du Nord

Safia, 38 ans, [...] en est une des chevilles ouvrières. Récit d’un parcours de vie de cette femme voilée depuis trois ans.

On l’avait rencontrée pour la première fois au mois de novembre, pancarte à la main, devant l’hôtel de ville. Ce jour-là, Safia Gunadiz, parent d’élèves à Jean-Zay, exprimait son opposition à la réforme des rythmes scolaires si chère à Vincent Peillon. [...]

Voici un mois, après la polémique sur la théorie du genre – la jeune femme voulait organiser une réunion avec le représentant régional de l’organisation « Journée de retrait de l’école », Sébastien Ribeiro, lui aussi Wattrelosien – elle assiste à une réunion à Villeneuve-d’Ascq proposée par l’association Active et le collectif les Musulmans pour l’Enfance. Elle y trouve un écho aux discriminations vécues dans son quotidien.

Nord éclair

Entre 400 et 1000 personnes à Lyon

De nombreux manifestants racontent avoir subi des discriminations dans la recherche d’un logement ou d’un travail. Mais certains manifestants sont là pour autre chose. On retrouve notamment des banderoles et des slogans en faveur de la Palestine ou bien des bénévoles de l’association HAMEB (Halte Au Massacre En Birmanie).

Selon Safia, « l’organisation de la manifestation a été faite aux deux-tiers par des femmes. Ce sont elles qui ont tracté, fait les banderoles. ». Elle se revendique « féministe et musulmane » : « l’Islam donne toute sa place à la femme. Nous n’avons simplement pas la même conception du féminisme que d’autres. » [...]

De nombreux manifestants mettent en avant les valeurs communes avec les catholiques, particulièrement sur la famille. Plusieurs ont participé à des rassemblements de la Manif Pour Tous. Les slogans appellent à une union entre croyants et athées. Mais dans les prises de parole, l’appel aux autres religions est constant. En fin de manif, de retour sur la place Bellecour, un catholique prend la parole sur le podium. Il exprime toute sa solidarité avec les revendications musulmanes.

Une représentante d’une association de parents musulmans commence son discours en fustigeant l’enseignement dans les écoles de la soi-disant « théorie du genre », un des chevaux de bataille de la Manif Pour Tous. A une semaine des élections municipales, la fin des allocutions exprime une nette défiance à l’égard du politique, en appelant à se constituer en associations et à faire élire des représentants de listes « indépendantes » (comprendre non liées à des partis politiques).

Rue 89

Un autre rassemblement a eu lieu samedi à Paris à 15 heures à la Fontaine des Innocents (Châtelet-Les Halles).

Lyon : La tête de liste FN Romain Vaudan agressée en plein tractage par des antifas (Maj)

MAJ: Communiqué de presse de Romain VAUDAN Candidat FN à la mairie du 3ème arrondissement

Ce matin à 10h, alors que j’étais présent avec mon équipe à la rencontre des Lyonnais sur le marché de la Place Guichard, nous avons violemment été agressés par une bande d’individus. Littéralement chassés du marchés aux cris de « sales fachos » ou encore « ici c’est notre quartier, barrez-vous d’ici » sous les yeux ébahis des nombreux riverains présents et des commerçants, trois d’entre nous – dont une de nos jeunes militantes – avons reçu des coups.

Rapidement prévenue par téléphone, la police est intervenue quelques minutes après l’incident et a pu interpeller les 4 individus avant qu’ils n’aient le temps de prendre la fuite. Quelques heures plus tard au commissariat, après identification formelle, nous avons porté plainte pour violence volontaire en réunion. [...]

Service de presse FN69

_________________________________________________________________________

Maj 21h29

Quatre militants d’extrême gauche de 20 à 23 ans se trouvaient dimanche soir en garde à vue pour l’agression de plusieurs militants du FN lors d’une opération de tractage sur un marché de Lyon. Deux des victimes ont porté plainte pour «violences», notamment la tête de liste FN dans le 3e arrondissement lyonnais, Romain Vaudan, a précisé la police.

L’altercation a démarré dimanche matin vers 10h30 place Guichard, sur la rive gauche du Rhône, par «des insultes, des tracts jetés à terre» puis «une bousculade avec des coups de pied», n’entraînant aucune interruption totale de travail, selon la même source.

Les quatre suspects, «connus de la police pour des dégradations» dans le cadre de leur activité militante, ont été arrêtés par la brigade anticriminalité et placés en garde à vue, où ils doivent passer la nuit de dimanche à lundi.

Le Dauphiné


Alors qu’ils distribuaient des tracts ce dimanche matin place Guichard, au beau milieu du marché dominical, en vue du premier tour des municipales dimanche prochain, plusieurs militants du Front National ont été agressés.

Des individus s’approchent de trois d’entre eux et les prennent à partie. « Ils ont déchiré des tracts et nous ont insultés de racistes et de fachos, tout en nous disant qu’on n’avait rien à faire là », explique Romain Vaudan, tête de liste du 3e arrondissement de Lyon Rassemblement Bleu Marine.

Quatre personnes sont arrêtées et placées en garde à vue au commissariat. Les militants frontistes, eux, ont décidé de porter plainte pour « violences volontaires en réunion ». Durant l’altercation, aucun coup n’a été échangé.

Selon Romain Vaudan, des « antifas » seraient à l’origine de l’accrochage, ce qui n’a pas pu être confirmé pour le moment.

Metro News