Vaulx-en-Velin (69). Le collège en grève contre la «banalisation de la violence»

Depuis le début de l’année scolaire, le collège Valdo de Vaulx-en-Velin connaît un climat scolaire tendu, avec des incivilités, des insultes, des violences. 75 % des enseignants étaient en grève jeudi : « Le manque de sécurité à l’intérieur de l’établissement comme à sa proximité met en danger les élèves ainsi que le personnel », affirment-ils.

Le Progrès

BAC contre quartiers sensibles : Un quotidien sous haute tension (Vidéo)

Rencontre avec deux Brigades anti-criminalité, à Lyon et à Sarcelles, pour savoir ce qui se cache vraiment derrière ces hommes et ces femmes qui fascinent autant qu’ils dérangent. Pour la première fois, au-delà de l’action au quotidien, ces flics de rue nous livrent aussi leur intimité et leurs états d’âme. Les femmes qui partagent leur vie témoignent.

Certains de ces policiers sont élevés au rang de héros pour avoir sauvé des vies ou empêché des braquages. Mais d’autres sont qualifiés par certains citoyens de cowboys.

Dans ce documentaire, le réalisateur donne également la parole aux jeunes qui vivent dans des quartiers difficiles. Ils s’estiment harcelés par ces policiers de la BAC et dénoncent des contrôles trop fréquents et musclés.

Alors qui sont vraiment ces policiers ? Protègent-ils réellement la population ? Servent-ils de garde-fou ? Pourquoi le dialogue entre jeunes et policiers de la BAC est-il aussi difficile ?

Partie 1:

Partie 2:

Nouvelle tournée de sécurisation du métro par Génération Identitaire Lyon

Une quinzaine de militants de Génération Identitaire ont tenté de mener une campagne dans le métro lyonnais hier soir, lundi 14 avril. Leur but: dénoncer « l’insécurité dans les transports en commun ». Mais ils ont rapidement été stoppés par la police.

Hier soir, ils étaient de nouveau une quinzaine dans le métro lyonnais avec des gilets jaunes, comme d’habitude. Mais cette tournée de sécurisation s’est retrouvée à son tour encadrée par un important dispositif policier et des agents de Keolis mobilisés pour l’occasion: une quarantaine d’agents de police avec pour certains casques et boucliers anti-émeutes.

« à la prochaine agression, on le refera. »

A l’issue d’un contrôle d’identité sans heurt, tous sont raccompagnés jusqu’à Perrache sous escorte policière.
« Lors de notre première tournée, on a passé 2 heures sans voir un agent » souligne Damien Rieu. Cette fois-ci, l’information avait circulé, d’où l’important dispositif de sécurité dans le métro lyonnais. Ce qui n’empêche pas Damien Rieu d’envisager une nouvelle opération. « On va peut-être attendre un peu, mais à la prochaine agression, on le refera. »
Si certains assimilent ça à des milices, d’autres n’y voient aucun empêchement, regrettant seulement que cela vienne d’un mouvement d’extrême-droite !

LyonCapitale & Media Press

Rillieux (69) : cambriolage, arrestation de 3 Georgiens

Trois Géorgiens de 36, 42 et 48 ans ont été interpellés mardi près de Lyon. Ils circulaient à bord d’une Laguna faussement immatriculée et non assurée. Au moment de leur arrestation, ils ont essayé de dissimuler un sac contenant notamment des bijoux. Le butin provenait d’un cambriolage commis quelques instants plus tôt, chemin de la Pelletière. La fouille du véhicule permettait de découvrir un ordinateur et des jeux vidéos.

LyonCapitale

Genève : des béquilles démontables découvertes dans les bagages de Roms

Les gardes-frontière opérant à la gare de Cornavin, à Genève, ont découvert dans les bagages de deux ressortissants roumains du matériel leur permettant de se faire passer pour des handicapés lorsqu’ils mendient dans la rue.

Lors du contrôle, deux Roumains ont déclaré spontanément qu’ils séjournaient à Genève pour quelques semaines en tant que touristes, a fait savoir lundi le corps des gardes-frontière de la région de Genève. Lors de la fouille de leurs valises, les agents ont alors découvert en pièces détachées plusieurs béquilles emballées dans des couvertures.

Les deux Roumains ont alors admis qu’ils étaient venus à Genève pour mendier et qu’ils utilisaient les béquilles et d’autres accessoires pour susciter la pitié des passants. Selon eux, l’investissement consenti est rapidement rentabilisé. Ils ont précisé qu’ils dormaient sous les ponts pour ne pas dépenser trop d’argent.

Ils ont expliqué qu’ils voyageaient ainsi de ville en ville. Les deux Roumains venaient de Lyon. Rien ne pouvant leur être reproché, ils sont partis en direction du centre-ville de Genève après le contrôle, leurs valises à roulettes sous les bras, ont précisé les gardes-frontière.

Tribune de Genève

Villefranche (69): il décède au guidon de la moto qu’il venait de voler

Ce mardi, vers 15 heures, un Villeurbannais de 31 ans est décédé des suites d’un accident de moto, à l’angle du boulevard Etienne-Bernand et de la rue du Collège, à Villefranche-sur-Saône.
L’homme, originaire de Villeurbanne venait de dérober une moto, non loin des lieux du drame. Il se serait fait passer pour un faux policier.

Le Progrès

La maison de l’identité La Traboule veut s’agrandir

 

Ouverte depuis trois ans et forte de son succès, la maison de l’identité La Traboule souhaite ouvrir une salle de sport de défense et fait appelle au soutien de nos lecteurs.

Le dossier de présentation du projet :

Aidez La Traboule à construire son nouveau projet by LaTraboule

Elle demande le statut d’otage pour sa fille, emmenée par son père en Syrie

Le combat de Meriam Rhaiem pour retrouver sa fille continue. Le jeune femme de 25 ans a exhorté ce samedi les autorités françaises à reconnaître le statut d’otage pour sa fille Assia, que son mari a emmenée en Syrie, où il est parti combattre aux côtés d’un groupe jihadiste.

« Je veux que le gouvernement français reconnaisse Assia, jeune Française âgée de 23 mois, comme la plus jeune otage française, car oui, c’est une otage », a lancé Meriam Rhaiem, lors d’une conférence de presse empreinte d’émotion à Lyon. « Je veux qu’elle ait ce qualificatif d’otage au même titre que les autres otages, journalistes ou religieux », a ajouté la maman de la fillette, en présence de son avocat Me Gabriel Versini-Bullara.

(…) Le Parisien

Lyon, le PS se réunit avec les antifas sous la bannière: « Contre la montée du fascisme et contre la riposte d’Etat: riposte populaire »

A l’occasion de la journée internationale de lutte contre les discriminations raciales organisée par l’ONU, des associations, des organisations syndicales mais aussi des partis politiques comme le PS ont pris part à un rassemblement samedi après-midi sur la place Gabriel Péri.
Objectif : dire stop à la montée du racisme avec pour mot d’ordre à Lyon « Contre la montée du fascisme et contre la riposte d’Etat : riposte populaire ».

Si près des trois quarts des manifestants ont ensuite partis la direction de la place des Terreaux afin de défiler dans les rues de la ville en criant « Violence fasciste, Collomb complice », une cinquantaine, notamment des militants et élus socialistes, est restée sur place sans prendre part à la marche.

LyonMag

Saint-Denis, Nanterre, Argenteuil ou Roubaix ont plus de 30% d’adjoints « non blancs »

Onze des cinquante plus grandes villes de France, dont Lyon et Bordeaux, ne comptent aucun adjoint issu de la diversité.

Lyon, Bordeaux, Toulon, Nîmes ou encore Rennes n’ont aucun adjoint issu de la diversité.

Selon deux associations, 11 des 50 plus grandes villes de France n’ont aucun adjoint issu des minorités visibles. Dans ces grandes villes, les personnes de type « non européen » occupent 9% des postes d’adjoints. 7% sont d’origine maghrébine, 2% noires et 0,11% d’origine asiatique, selon un décompte du think tank République et diversité et du Conseil des associations noires de France (Cran).

Derrière cette moyenne se cachent de très grandes disparités géographiques. Saint-Denis, Nanterre, Argenteuil ou Roubaix ont plus de 30% d’adjoints « non blancs ».

Paris et Grenoble sont dans la moyenne. Et onze villes, dont, n’en ont aucun. Ces dernières sont dirigées par la gauche comme par la droite. Mais en moyenne des différences existent entre partis: le PC a 16% d’ajoints « non blancs », le PS et les écologistes 10%, l’UMP 4% et l’UDI-Modem 5%.

En l’absence de statistiques ethniques, les auteurs du décompte se sont fondés sur les photos des adjoints, leur patronyme et leur pays de naissance.

Par ailleurs, à la faveur des lois sur la parité, les femmes se sont fait une place au sein des exécutifs municipaux, avec 49% des postes d’adjoints au maire, selon ce recensement. Mais seules cinq femmes sont maires (à Lille, Montpellier, Aix-en-Provence, Montreuil, Reims) contre 45 hommes. Ces associations espèrent voir des avancées lors des prochaines municipales.

RTL.fr