Argentine : Une série de lynchages de délinquants inquiète les autorités (Vidéo)

Excédés par la multiplication des vols à la tire, les Argentins se font de plus en plus justice eux-mêmes. Depuis 2003, les gouvernements de Nestor Kirchner puis de sa femme Cristina ont évité de mener un débat sur l’insécurité. Pourtant, les enquêtes d’opinion montrent qu’elle représente la première des préoccupations des habitants du pays, avant même la forte inflation que connaît le pays (environ 30 %).

«La vengeance vient de la préhistoire, de l’État de non-droit», a critiqué la présidente Cristina Kirchner.

Vidéo de mai 2013 : Deux voleurs en moto ont tenté de voler les biens d’un retraité dans le quartier de Recoleta de Buenos Aires en Argentine. Lorsque l’un des voleurs tente de rejoindre son complice en moto, il se fait percuter accidentellement par une voiture puis plusieurs passants vont alors faire justice eux-mêmes en frappant l’individu au sol. Il a ensuite été arrêté par la police municipale.

La scène se déroule à Rosario, à 300 kilomètres au nord de Buenos Aires. David, un jeune délinquant, vole à l’arraché le sac à main d’une femme qui marchait en portant sa fille de deux ans dans ses bras. David s’échappe à moto avec un complice, mais un automobiliste les rattrape et leur bloque le chemin. Alors que le complice réussit à prendre la fuite, une cinquantaine d’habitants du quartier se jettent sur le voleur et le rouent de coups. Voisins, passants, chauffeurs de taxi…, tout le monde s’y met. Quelques scènes de ce «film d’horreur», comme le qualifie le quotidien argentin Página/12, ont été enregistrées par un téléphone portable et publiées sur YouTube. Le jeune délinquant est mort des suites de ses blessures.

Depuis la médiatisation de ce meurtre, les lynchages se multiplient en Argentine. Sur les nerfs, exaspérés par la hausse de l’insécurité, les Argentins pointent du doigt « l’absence de l’État » et accusent la justice de libérer les voleurs avant leur procès. […]

Faute de statistiques fiables sur l’insécurité, il faut s’en remettre aux chiffres de la police. Selon elle, 57 personnes ont été tuées à bout portant à la porte ou à l’intérieur de leur domicile lors de vols à Buenos Aires et dans sa périphérie, depuis le début de l’année, après 161 cas similaires sur l’ensemble de l’année 2013.

Le Point (Merci à Baron Jean-Claude)

DJ lynché à mort : Un meurtrier présumé libéré faute d’encre dans un fax. Màj : le suspect témoigne

Addendum 8 février : Amadou, le suspect, a été interrogé par BFMTV. « Je ne comprends pas l’acharnement » des réactions qui ont suivi (ma) remise en liberté ce mercredi. « La loi s’applique à tout le monde. Si aujourd’hui on a dit que je devais sortir, je sors, c’est la loi, c’est tout. »


Le suspect libéré faute d’encre dans un fax… par BFMTV

(…) Le Parisien

———————————————

Addendum 6 février 2014 : L’un des deux meurtriers présumés de Claudy Elisor, père de famille lynché au cours d’une soirée privée à la Saint-Sylvestre 2010-2011, au Blanc-Mesnil (Seine-Saint-Denis), a été remis en liberté sous contrôle judiciaire mercredi soir. Amadou F., 24 ans, a quitté la prison de Villepinte où il aura passé 37 mois. Motif : la justice n’a pas respecté les délais pour débattre de sa détention, le tout à cause d’un problème d’encre et de fax au tribunal de Bobigny.

(…) Interrogé, le procureur de Bobigny a expliqué ce dysfonctionnement par « la rupture de stock des toners du fait de l’absence de contrat de maintenance du fax compte tenu de son ancienneté. » Conséquence : Amadou F. a été libéré le 5 février.

(…) Le Parisien

——————————–

Addendum 10/01/11 :

Le suspect principal a « estimé qu’il s’agissait de son territoire ». Yahoo

Addendum du 09/01/2011 :

Deux suspects déférés. Le Parisien

Addendum du 08/01/2011 :

Le Blanc-Mesnil : un suspect se rend après la mort du DJ Le Parisien

 

Addendum du 07/01/2011 :

La communauté antillaise a le sentiment d’un 2 poids-2 mesures

Lire la suite

Agression d’un handicapé : risque de lynchage des voyous ? (màj)

Addendum 05/02/14

Trois jeunes mineurs doivent être présentés à un juge mercredi après l’agression dimanche à Fontaine (Isère, France) d’un jeune handicapé mental, dont les images postées sur Facebook ont suscité l’indignation sur la toile. La garde à vue de deux d’entre eux, âgés de 14 et 15 ans et interpellés lundi après-midi, a été prolongée mardi. Le troisième, âgé de 16 ans, a été interpellé mardi matin. Ils doivent être présentés mercredi matin à un juge pour enfant. [...]

Le 4e mineur mis en cause, âgé de 12 ans, a été entendu avec sa mère mardi matin, mais en raison de son âge « il n’est pas accessible à une sanction pénale ». [...]

Avant leur interpellation par la police, les agresseurs ont d’ailleurs eux-mêmes été pris à partie par des jeunes de leur quartier voulant venger le jeune handicapé. « Il fallait agir vite car il y avait un vrai risque de lynchage », a expliqué Patrick Mairesse, directeur de la sécurité publique de l’Isère, en évoquant un « western 3.0″. « Ces jeunes seront jugés comme ils doivent l’être et non pas comme le voudraient certains excités qui appellent à la peine de mort pour ces faits », a ajouté M. Coquillat. « L’emballement médiatique est sans rapport avec la gravité intrinsèque des faits », a-t-il souligné.

7sur7

3/02/13

source proche de l’enquête, a déposé plainte. En visionnant la vidéo, toujours en ligne à l’heure actuelle, les policiers de la Sûreté départementale de l’Isère ont alors reconnu l’un des auteurs, qui a déjà eu maille à partir avec la police.

Vers 14 heures, ils ont interpellé le jeune adolescent, âgé seulement de 15 ans, ainsi que l’un de ses complices présumés, et les ont placé en garde à vue. Deux autres sont actuellement recherchés. Le parquet de Grenoble n’a pas pu être joint dans l’immédiat.

La ministre Carlotti réagit

La vidéo a fait réagir jusque dans les hautes sphères. Sur Facebook, la ministre en charge des personnes handicapées, Marie-Arlette Carlotti, a posté un message dans l’après-midi. « Une vidéo circule massivement sur Facebook [...], postée par l’un des agresseurs présumés. Elle est terriblement choquante de part le cynisme de ces agresseurs et la vulnérabilité de la personne agressée. Je demande au Ministre de l’Intérieur qu’une enquête permette d’établir la vérité des faits », écrit-elle en substance.

La police nationale a également réagi, via Twitter.

 

BFMTV

2/02/13

Source : Facebook

(Merci à Laurent)

Ukraine : Un policier se fait lyncher lors des manifestations… (vidéo)

A Kiev, des manifestants ukrainiens lynchent un policier dans le nuit du 30 novembre au 1er décembre. Le jeune policier pourrait être décédé des suites de ses blessures la nuit même à l’hôpital.

 

complément : La vidéo censurée des émeutes à Kiev en Ukraine déjà diffusée sur le site de secours de fdesouche


lien direct de la vidéo sur VK : http://vk.com/video231636035_167009710

Creil. Un policier violemment passé à tabac. Ses agresseurs laissés libres (sous contrôle judiciaire)

Alors que la Fête de la musique battait son plein à Creil, des scooters ont tenté de se rendre sur la place de l’Hôtel de Ville où se trouvait la scène hip-hop. Des policiers ont alors refoulé les deux-roues avant d’être pris à partie par de nombreuses personnes.

Durant les violences, un policier, frappé à la tête, s’est effondré avant de recevoir de nombreux coups de pieds, toujours sur la tête. L’homme souffre d’un traumatisme crânien.

Deux individus, arrêtés et présentés avant-hier au tribunal correctionnel de Senlis, ont été laissés libres sous contrôle judiciaire avant leur jugement qui se déroulera le 29 juillet.

(…) FMC Radio - Merci à Anonyme

Pays-Bas/Arbitre lynché et décédé : prison ferme pour six « jeunes »

Six adolescents entre 15 et 17 ans et un adulte ont été condamnés aujourd’hui à des peines allant d’un à six ans de prison pour avoir battu à mort un arbitre de touche à l’issue d’une rencontre de football amateur aux Pays-Bas.

« Les sept suspects sont coupables d’avoir frappé la tête et le haut du corps de l’arbitre de touche », a déclaré la juge Anja van Holten, lors du prononcé du jugement à Lelystad, dans le centre du pays.
Le tribunal a en revanche admis qu’ »aucun des suspects n’avait l’intention de tuer l’arbitre de touche » et a déclaré un huitième suspect innocent de la mort de Richard Nieuwenhuizen. [...]

Le Figaro

Les noms des joueurs de l’équipe de Nieuw Sloten :

Soufyan Babou
Daveryon Blasse
Yassin Dardak
Danny Faber
Fady Fayed
Rheza Firmansyah
Ismael Ikhouane
Demian Jibodh
Othman Karimi
Serkan Kiran
Wouter Mirck
Younes Roubion
Mandeep Singh
Terrence Stuurop
Kemal Arif Tasli

Source (en anglais)

(merci à Gengis)

Un jeune lynché en pleine rue à Alfortville (94)

Quatre hommes, dont trois mineurs, étaient toujours en garde à vue, vendredi soir à Alfortville (Val-de-Marne), après la violente agression d’un jeune de 19 ans originaire de Corbeil-Essonnes (Essonne), jeudi. La victime, d’origine arménienne, a été hospitalisée dans un état grave à l’hôpital Henri-Mondor à Créteil. Il était inconscient lorsque les secours sont arrivés sur place. Son pronostic vital est engagé.

Hier soir, le sénateur-maire (PS) d’Alfortville, Luc Carvounas, condamnait des «agissements inacceptables et inadmissibles d’individus défavorablement connus depuis longtemps dans la ville.»

La scène s’est déroulée jeudi vers 18 h 30 dans la rue de Dijon, aux abords du quartier Chantereine, au sud d’Alfortville. Les quelques témoins du drame étaient encore sous le choc, hier, indignés par la violence de l’agression. «C’était de l’acharnement. Ils lui ont donné au moins une vingtaine de coups de pied au visage», témoigne Alice. «Le jeune avait le visage blanc, il vomissait, ajoute l’une de ses voisines. Des gens arrivaient de la gare du Vert-de-Maisons (NDLR : située à 600 m de là) et ont assisté à l’agression. Ils criaient Mais arrêtez, vous allez le tuer! Franchement, je ne sais pas s’il s’en sortira. J’en tremble encore. »

Vendredi soir, les circonstances du drame restaient encore à préciser. S’agit-il d’un vol de portable ou de portefeuille qui a dégénéré ? Les agresseurs et leurs victimes se connaissaient-ils? Selon une source proche du dossier, les enquêteurs étudient la piste d’un éventuel lien entre ce drame et de récents affrontements entre bandes de la cité des Alouettes et de la cité du Grand-Ensemble, toujours à Alfortville, sur fond de trafic de stupéfiants. Une hypothèse que n’a pas confirmée le parquet de Créteil.

Les quatre individus ont été interpellés à l’aide de la vidéosurveillance, le début de l’altercation ayant en effet été filmé. Les agresseurs sont défavorablement connus des services de police et font partie d’une bande de douze jeunes originaires de la cité des Alouettes. […]

Le Parisien

Les Mureaux. Un accident dégénère en lynchage mortel. Verdict (Màj)

[Addendum du 20 avril ]
La cour d’assises des Yvelines a rendu son verdict hier soir. Huit jeunes ont été condamnés à des peines allant de 5 à 20 ans de prison pour le meurtre de Mohamed Laidouni, battu à mort devant sa famille sur l’autoroute A13 en juin 2010 après un banal accrochage.

Dominique Correa, le passager du véhicule qui avait appelé ses amis en renfort, Kamel Bouccena et Mody Sarr, ont été reconnus coupables de « meurtre » et condamnés à 20 ans de réclusion criminelle.

Une peine de 18 ans de prison a été prononcée contre Ismael Seghna, également pour « homicide volontaire ».

La cour d’assises a également condamné la conductrice de la voiture qui avait eu l’accident, à l’origine de la rixe mortelle, à quatre ans de prison dont un avec sursis.

Le parquet avait requis de 14 à 30 ans de prison contre huit des accusés.

Le verdict a été prononcé dans une ambiance tendue. Plus d’une centaine de policiers, CRS et gendarmes avaient été déployés autour du tribunal correctionnel de Versailles pour prévenir d’éventuels débordements.

Republicain Lorrain – merci Charly

——–[Addendum du 14 avril ]

Le président de la cour évoque « un certain nombre d’écoutes téléphoniques et de retranscriptions de SMS qui figurent au dossier ». Elles ont été réalisées au début de l’instruction, lorsque les enquêteurs apprenant que les accusés disposaient de téléphones portables en détention, s’étaient bien gardés de leur faire retirer.

Conversation interceptée entre  Ismail Seghna et sa compagne Vanessa. Il semble furieux (…), il en veut surtout à Claire,  la jeune fille qui était avec eux le 27 juin et qui le met en cause en racontant qu’il avait changé son pantacourt et ses baskets qui portaient des traces de sang.

- « Elle dit, là, que c’est toi qui a terminé le mec à coups de pied ».
– « L’autre là, la Claire, elle a intérêt à…elle va changer ses dépositions direct »
- »Ben ouais, c’est chaud, y’a des années en jeu là ».
– « Elle va payer ça ».
– (…)
– Il faut qu’il la retrouve cette salope. Faut qu’elle dise: ‘les keufs m’ont mis la pression. j’ai raconté des conneries.’ Elle a juste ça à dire, cette fils de pute de sa mère ».

Nordine parle à son tour:

- « C’est qui? la céfran? [la Française]« .
- « Oui. Claire ».
- « Je vais lui mettre une grosse gifle dans la gueule dès que je vais la voir ».

Le Monde

——————————

Addendum du 9 avril

Rixe mortelle sur l’A13, des visages, des figures
Les débats n’avaient pas encore commencé mais la salle disait déjà beaucoup de choses, lundi 8 avril, au premier jour du procès de la rixe mortelle sur l’autoroute A13.

En haut, sur la tribune, neuf hommes et femmes composent la cour d’assises des Yvelines. Tous blancs. Les jurés citoyens tirés au sort ont l’allure sage des passants que l’on croise dehors, dans les rues de Versailles.

Au banc des parties civiles a pris place une famille nombreuse : l’épouse et veuve, la mère – la tête couverte d’un hidjab – le père, les frères et les cousins de la victime, Mohamed Laidouni. En face d’eux, dans le box, huit jeunes hommes gardent la tête baissée.

Tous sont français, sept d’entre eux sont originaires d’Afrique subsaharienne, les parents du huitième viennent du Maghreb.

Le Monde

—————–

Addendum du 7 avril : ouverture du procès des tueurs :

————————

Addendum 1er juillet 2010 :

Deux jeunes hommes ont été écroués pour avoir battu à mort un automobiliste ce week-end sur l’A13, dans les Yvelines. Trois autres personnes, dont la conductrice et un passager de la voiture impliquée, se sont présentées spontanément aux enquêteurs de la Sûreté départementale et ont été placées en garde à vue ce mardi soir. Les deux jeunes hommes écroués – Abdoulaye, 21 ans, et Hadema, 22 ans (déjà condamné pour violence) –, originaires du quartier des Musiciens aux Mureaux, ont été mis en examen pour “meurtre ou complicité de meurtre et violences aggravées”. “Ils reconnaissent avoir été sur place, mais nient toute participation.” [...] Métro

Lire la suite

Essonne : un homme tabassé par une vingtaine de personnes

Une fracture du crâne. Des plaies saignantes au visage. Un homme de 37 ans a été tabassé par une vingtaine de personnes dans la nuit de samedi à dimanche à Vigneux-sur-Seine (Essonne).

La victime, qui vit dans la commune, a été retrouvée inanimée sur le trottoir vers 1 heure du matin. Elle a été conduite à l’hôpital de Villeneuve-Saint-Georges (Val-de-Marne).

 Le pronostic vital est engagé. Un état de mort cérébrale a même été évoqué. (…)

Essonne : l’homme passé à tabac a repris connaissance

TF1

Mali : Un responsable de la police islamique aurait été lynché à Gao

Un responsable de la police islamique, Aliou Touré, aurait été lynché hier dans la ville de Gao, dans le nord du Mali, pour venger la mort, quelques heures auparavant, d’un journaliste local, selon des habitants et la présidence malienne. Il s’était illustré pour avoir notamment tranché la main de son propre frère dans le cadre de l’application de la «charia».

La population de Gao, aux mains des rebelles islamistes depuis la mi-2012, ont déjà protesté contre l’application d’une interprétation rigoriste de la «charia» (loi coranique). Mais si ce lynchage est confirmé, ce serait la première fois que des civils s’en prennent de cette manière à un combattant.

Le journaliste de Gao Kader Touré a été tué après avoir été soupçonné de travailler pour des radios étrangères, a déclaré l’un de ses anciens collègues, Idrissa Touré. […]

Le Figaro (Merci à antibarbare)

Lynchage fatal d’un couple homosexuel au Cameroun

Au Cameroun, l’homosexualité reste un crime passible des tribunaux, mais surtout, peut valoir un lynchage par la foule. C’est ce qui s’est produit dimanche à Maroua, dans le nord du pays.

Selon un article de L’Actu, qui semble se réjouir de ce lynchage, un couple homosexuel a été surpris en train de faire l’amour dans un magasin du marché de Maroua, dans une région à majorité musulmane. Lorsque l’alerte a été donnée, la foule a lapidé les deux amants et tué l’un d’eux, un commerçant venu du Nigeria voisin.

L’article raconte sur un ton enjoué :

« “On le soupçonnait depuis des années. Mais jamais Allah ne nous avait donné l’occasion. Et comme on dit généralement, 99 jours pour le voleur, un seul jour pour le patron. Aujourd’hui, Allah a exhaussé nos prières et nous l’avons surpris”, a déclaré tout joyeux un commerçant du marché central le 6 janvier 2013.

 

Il s’agit d’un couple homosexuel surpris en pleins ébats amoureux dans un magasin au marché central de Maroua hier en fin de matinée. »

Détail supplémentaire, selon le journal camerounais : « La dépouille de Goche Lamine (le commerçant nigérian, ndlr) a été abandonnée par les commerçants musulmans. Ce sont des chrétiens qui l’ont finalement enterrée. »

Quand à son partenaire, un lycéen de 17 ans, il a été conduit chez le chef de quartier et on ignore son sort depuis. (…)

Rue 89

Lynchage et scène de cannibalisme au Congo

 

Dans la nuit du 2 au 3 décembre, une scène d’une rare barbarie a eu lieu à Goma, capitale de la province du Nord-Kivu, que la guerre a plongé dans une insécurité alarmante.
Cinq personnes ont été lynchées en pleine nuit dans le quartier de Majengo, au nord de Goma, après un règlement de compte. Notre Observateur, qui travaille pour une radio locale, s’est rendu au petit matin sur place, où il a pu constater la présence de corps calcinés. FRANCE 24 a par ailleurs pu visionner des images, atroces, de la scène.
On y voit d’abord des personnes s’attrouper autour de cadavres brûlés et déchiquetés. Puis une jeune fille prendre un morceau du corps calciné et le mâcher.
Autour des corps, il y avait encore des gens qui se baladaient avec des bouteilles d’alcool à la main. [Un autre témoin rapporte que certaines personnes se trouvant sur les lieux étaient droguées.] En arrivant, une jeune fille nous a dit : « Vous voulez que je vous montre ce qu’on va faire aux bandits qui viennent ici ? ». Un autre fille a insisté « Oui vas-y, montre-leur ! » et sous l’influence de tout le groupe, la première a mordu dans un morceau de chair humaine calcinée [On voit cette scène dans la vidéo récupérée par FRANCE 24.]

On avait déjà entendu, sur la route, que des gens avaient fait ce genre de chose. Sur place, les gens ne parlaient que de ça, du fait que des habitants en furie avaient mangé des morceaux de cadavres pendant la nuit [il n’existe pas d’images pour étayer ces témoignages, mais celles récupérées par FRANCE 24 montrent que les cadavres ont été dépecés]. Et ce n’est pas la première fois que ça arrive après un lynchage.
Les images de la scène ont été diffusées sans floutage sur les deux chaînes locales de Goma, NishapiTV et Hope Channel. Les gens ont été très choqués qu’on puisse laisser passer de telles choses sans prendre de précautions et prévenir le public.