Forcalquier (04) : 12 personnes interpellées pour traffic de cocaïne et de cannabis

Au terme de gardes à vues d’une durée de 96 h pour certaines, quatre des douze personnes interpellées en début de semaine dernière ont été écrouées dans les maisons d’arrêt de Luynes, du Pontet et des Baumettes ; quatre des protagonnistes ont également fait l’objet d’un placement sous contrôle judiciaire.

Tout a commencé au cours de l’année 2012, lorsque les gendarmes, constatant que le train de vie d’un individu occupant un logement social de Forcalquier et n’exerçant aucune profession déclarée ne correspondait pas à ses revenus, diligentent une enquête. Les premières investigations menées permettent d’établir que les revenus occultes de l’intéressé sont en relation directe avec un important trafic de produits stupéfiants (cocaïne et cannabis) dans le Sud du département, dont il serait la tête de réseau. Le produit de ce trafic est ensuite réinvesti, notamment dans l’achat de véhicules de luxe et de biens mobiliers, ainsi que dans des investissements financiers en Tunisie.

Lundi 7 avril, une vaste opération judiciaire visant à interpeller l’ensemble des protagonistes de ce dossier est déclenchée à Forcalquiet et Marseille, où l’objectif principal réside. Douze personnes sont interpellées et placées en garde à vue. Pour cette opération, le concours de plus de 70 militaires de la gendarmerie a été nécessaire, dont un peloton d’intervention d’un escadron de gendarmerie mobile, ainsi que quatre équipes cynophiles. Les perquisitions effectuées aux domiciles des personnes soupçonnées permettent la saisie de quelque 400 grammes de de cannabis, mais aussi de cinq véhicules (2 Mercedes, 1 BMW, 1 Fiat Doblo et 1 Renault Clio) et de nombreux matériels multimédia et mobiliers, acquis avec la revente de produits stupéfiants pour un montant avoisinant les 60 000 €.

La poursuite des investigations et les auditions des douze personnes mises en cause a permis d’établir le trafic de stupéfiants, orchestré depuis plus de trois ans sur le secteur de Forcalquier, avec une revente de plusieurs centaines de grammes de cocaïne et cannabis par mois, ce qui générait un confortable revenu de plusieurs milliers d’euros à l’auteur principal.

La Provence

Toulouse : Des immigrés, dont des clandestins, s’opposent à leur expulsion d’un squat

Des dizaines de familles ont manifesté aujourd’hui devant leur immeuble délabré, Les Castalides, dans le quartier sensible du Mirail à Toulouse pour s’opposer à leur expulsion, prévue mercredi, bâtiment étantt jugé insalubre.

«Il y a actuellement de 60 à 80 familles qui habitent là, peut-être 100 avec les sans-papiers», estime Hocine Moussaoui, un membre du parti «La république du cœur». Les résidents, «des Français, des Algériens, des Tunisiens, des Espagnols… » selon l’un d’entre eux qui a tenu à garder l’anonymat, ont été prévenus qu’ils devaient quitter avant mercredi les lieux devenus inhabitables.

« Les personnes éligibles au logement social auront des propositions et seront relogées», a assuré la mairie. «On leur propose des logements en dehors de la communauté d’agglomération», a déploré pour sa part un représentant de l’association Droit au Logement (Dal) sur place. «Cela fait 30 ans que cet immeuble a des problèmes, il fallait agir avant», a insisté Hocine Moussaoui. Ce dernier a rappelé qu’il y a eu jusqu’à «390 familles» aux Castalides, un lieu connu pour des trafics de drogue et une insécurité latente.

Selon des sources concordantes, la mairie aurait l’intention de réhabiliter les appartements pour y loger des étudiants -l’université des sciences sociales du Mirail est proche- et des jeunes travailleurs.

Le Figaro

Mal-logés en colère : « On s’en fout, on est chez nous ! » (vidéo)

Paris, 20 juin 2013. Rassemblement du « Collectif des Mal-logés en colère » devant le siège des 3F, un des principaux bailleurs sociaux franciliens.

« 1ère, 2ème, 3ème génération ! On s’en fout, on est chez nous ! »


Immobilière 3F: logement social trop cher et… par HLMPOURTOUS

Strasbourg : les 60 ans de la cité Rotterdam

La cité Rotterdam est née en 1953. C’est le plus ancien des grands ensembles de Strasbourg, construit en 16 mois, un temps record pour accueillir des habitants privés de logements après la guerre. Réalisée avec des techniques de pointe, offrant une vue sur les écoles et d’immenses espaces verts, la cité Rotterdam a marqué des générations de Strasbourgeois.

(…) france 3 Alsace

L’inauguration du Louxor par Delanoë perturbée par les « mal-logés en colère » (vidéo + MàJ)

Bertrand Delanoë a investi 25 millions d’euros dans sa réhabilitation. [...] Le public attendu est celui des bobos de Montmartre, du quartier populaire de Barbès et des familles bourgeoises du IXe. Sans oublier les handicapés. Pour ceux qui renâclent devant l’insécurité à Barbès, il faut croire au pari qu’un lieu culturel assainisse le climat. [...]
Le Figaro

______________________________

Cinéma Le Louxor, Paris Xè, 17 avril 2013


Inauguration du Louxor : les mal-logés repoussés par HLMPOURTOUS

Collectif des Mal-logés en colère

(merci à Marcelle)

La voiture d’Anne Hidalgo bloquée par le collectif des mal-logés en colère (vidéo)

Paris, Mairie du XVIIIe, 13/9/12

« Anne Hidalgo , déjà 1ère adjointe à l’urbanisme s’est déclarée récemment candidate à la mairie de Paris pour 2014 : les mal-logés viennent donc à sa rencontre , lors de l’inauguration d’une exposition à la mairie d’arrondissement du 18ème…mais Anne Hidalgo s’enferme dans la mairie. Drôle de manière de commencer une campagne électorale que de négliger ce qui est un des principaux problèmes des Parisiens, l’accès au logement social ! Les mal-logés bloqueront donc brièvement la voiture de l’élue.

Qui ne veut pas écouter nos revendications, se condamne à entendre notre colère ! »

Plus d’infos: http://mal-logesencolere.20minutes-blogs.fr/

Yazid Sabeg, commissaire à la Diversité, veut donner un « pouvoir d’injonction » aux préfets sur le logement social

L’Etat doit se montrer un « acteur engagé » de la rénovation urbaine, notamment en octroyant un « pouvoir d’injonction » aux préfets pour la réalisation de logements sociaux, a estimé jeudi 5 juillet M. Sabeg

http://img442.imageshack.us/img442/1306/cvanonymeyazidsabeg.jpg

« Il faut donner aux préfets un pouvoir d’injonction pour forcer les maires à affecter à la construction de logements sociaux les terrains qui se libèrent », a préconisé jeudi 5 juilllet Yazid Sabeg, commissaire à la Diversité  en estimant que « la reconstitution des stocks de logements sociaux » dans le cadre de la rénovation urbaine « doit se faire en dehors des sites où ils sont concentrés.

« La diversité sociale passe par là », a plaidé M. Sabeg qui préside le Comité d’évaluation de l’Agence nationale de la rénovation urbaine (Anru), alors que cette politique n’a pas réussi à atteindre un des principaux objectifs qui est de produire la mixité sociale dans les quartiers rénovés.

« Il y a de nombreux chantiers qui sont en panne en raison de l’orientation politique prise par l’ancienne majorité », juge M. Sabeg, un homme d’affaires marqué à droite mais qui se dit « disposé » à poursuivre sa mission avec la nouvelle majorité de gauche. (…)

Le Moniteur

Balardgone (Paris XVe) : les « mal-logés en colère » manifestent pour du logement social (vidéo)

Paris, le 30-05-2012 : Le Collectif Mal-Logés en Colère manifeste sur le chantier du Balardgone (futur Pentagone français) pour qu’une place soit faite au logement social dans le projet gouvernemental. La manifestation se déroulant à proximité de la partie du chantier interdite aux prises de vues, nous n’avons pu conserver que les seules prises de vues autorisées par la police , les autres ayant été effacées lors du contrôle du contenu de la caméra. Ceci explique la brièveté de la vidéo.


Balardgone : les mal-logés manifestent pour du… par HLMPOURTOUS

Document sur le relogement en Île de France : 79,7 % des relogés nés à l’étranger

[...] C’est donc dans ce contexte politique bien spécifique et sur un territoire où la question de l’accès au logement des personnes défavorisées est exacerbée – l’Ile-de-France – qu’en concertation avec la FNARS Ile-de-France et l’AORIF, il a été décidé de mener une enquête par questionnaires auprès de personnes relogées à l’issue d’une prise en charge en structures d’hébergement. Le projet a ensuite été soumis à la DRIHL qui s’est dès lors engagée dans l’enquête. [...]

Cette enquête cible précisément les personnes ayant accédé à un logement social entre 2009 et 2010, à partir de centres d’hébergement d’urgence, de centres de stabilisation, de centres d’hébergement et de réinsertion sociale, de centres maternels et a posteriori d’hôtel sociaux. Le périmètre géographique de cette enquête comprend la Seine-et-Marne, les Yvelines, l’Essonne, les Hauts-de-Seine, la Seine-Saint-Denis, le Val-de-Marne et le Vald’Oise. Paris a été écarté. [...]

Les personnes interrogées sont majoritairement nées à l’Etranger (79.7%) et principalement dans un pays d’Afrique sub-saharienne (77,9%).

relogés IdF nés à l'étranger
[tableau page 38 du PDF].

DRIHL (PDF)

Paris Bastille : Le bus d’Anne Hidalgo (PS) bloqué par des « mal logés en colère » (vidéo)

Paris : Anne Hidalgo interpellée par des mal-logés le 21 mars 2012

Les « mal-logés parisiens » manifestent à l’occasion d’une conférence de presse suivie
d’une visite en bus du nouveau mobilier urbain par Anne Hidalgo, première adjointe
de Bertrand Delanoë.


Paris : Anne Hidalgo interpellée par des mal-logés par HLMPOURTOUS