Le petit gueuleton à 10.000€ de députés payé par l’industrie du tabac

LOBBYING A L’ANCIENNE – La scène, révélée par Le JDD, dans son édition du dimanche 2 juin, se déroule au restaurant Chez Françoise, LE restaurant chic, situé à deux pas de l’Assemblée, où descendent les députés, ce mercredi 29 mai, un jour où les parlementaires sont fortement présents à Paris.

Au casting, on retrouve André Santini, Patrick Balkany, François Sauvadet, Jean-Claude Lenoir, Odile Saugues, mais également un haut fonctionnaire de Bercy, Galdéric Sabatier, venu de l’administration des Douanes, l’un des acteurs qui contribue à la fixation des prix du tabac. (…)

Montant de l’addition ? « Environ 10.000€« , payés, rubis sur l’ongle, par l’un des mastodontes du marché du tabac, British American Tobacco.

Le JDD révèle également que « plusieurs membres de cabinet des ministres de l’Economie, Pierre Moscovici, et de l’Intérieur, Manuel Valls » ont été convié dans la loge louée par les dirigeants de British American Tobacco à Roland-Garros, ainsi qu’un autre haut-fonctionnaire des Douanes, Henri Havard.

La convention-cadre de l’Organisation mondiale de la santé (PDF, page page 7) prévoit que « l’Etat doit veiller à ce que les politiques ne soient pas influencés par les intérêts de l’industrie du tabac ».

Europe 1

Immigration américaine : le lobbying du patron de Facebook sous le feu des critiques

En s’aventurant sur le terrain politique, Mark Zuckerberg ne s’est pas fait que des amis. Depuis quelques jours, le jeune patron (28 ans) de Facebook se retrouve au centre d’une controverse qui agite la Silicon Valley. En cause : des publicités diffusées par FWD.us, son groupe de pression lancé début avril et qui vise à défendre la réforme de l’immigration. (…)

Le Monde

«Il faut créer d’urgence une structure qui défende les intérêts des citoyens de confession musulmane»

Le 23 février dernier, le Conseil français du culte musulman (CFCM) annonçait une révision de ses statuts au cours de son assemblée générale concernant la présidence de l’institution et la question de la représentativité. Ahmet Ogras, président du Comité de coordination des musulmans turcs de France (CCMTF), analyse ces réformes et parle de la place de l’islam turc au sein du CFCM tout en souhaitant un «islam français» .

Il faut que les pouvoirs publics, les hommes politiques et la presse acceptent mieux les musulmans. Aujourd’hui, la médiatisation du CFCM accentue aussi les clivages ethniques en insistant dessus.

Quelle doit être, selon vous, la mission du CFCM ?

Le CFCM ne doit s’occuper que du culte. Comme il n’existe pas de structure de lobbying défendant les intérêts politiques des citoyens de confession musulmane, tout le monde accuse le CFCM des problèmes des musulmans. Il faut donc créer d’urgence une autre structure qui défende ces intérêts. Commenter l’affaire Charlie Hebdo ou la burqa, ce n’est pas le but du CFCM. Si on veut avancer sur le culte, il faut qu’on ne fasse que du culte. Aujourd’hui, la communauté musulmane de France a trois instruments pour y arriver : le CFCM, la Fondation des œuvres de l’islam et l’émission télé Vivre l’islam. […]

Quelles sont les causes de l’immobilisme du CFCM ?

L’une d’elles est que la majorité des musulmans de France sont originaires de pays qui sont d’anciennes colonies. Tant que la France n’aura pas mis à plat cette période de colonisation auprès des Français d’origine maghrébine, il y aura toujours de l’ingérence de ces pays dans cette communauté car c’est leur moyen de pression et de négociation sur certains sujets. […]

Le vrai problème n’est-il pas qu’il faut envisager un islam autonome et français qui échappe aux Etats quels qu’ils soient ?

Oui, mais il faut encore une ou deux générations pour y arriver et pour digérer tout cela. […]

saphirnews

Le lobby musulman : une solution, une illusion, une plaisanterie ?

A l’heure où le ministre de l’intérieur, Manuel Valls, déclare « Le voile qui interdit aux femmes d’être ce qu’elles sont doit rester pour la République un combat essentiel », où les voix s’élèvent contre la tentative d’imposer Hassan Chalghoumi comme représentant des musulmans en France, Akhawate Business se pose à son tour la question du lobby musulman… (…)

Une chose est sure, le nombre de musulmans est en constante croissance, on prévoit qu’en 2030, 1 français sur 10 sera musulman, et que dans le monde ils représenteront 26,4% de la population. Représenter un poids économique conséquent est le début de ce cheminement qui ferait de nous, par la permission du Tout Puissant, des acteurs et interlocuteurs incontournables.

 

Les nouvelles générations de musulmans comptent des forces vives qui pratiquent un islam décomplexé et assument la pluralité de leur identité. Loin d’être des béni-oui-oui, si utiles aux nostalgiques du colonialisme, l’avenir de la communauté musulmane est prometteur. Faut-il encore avoir conscience de son pouvoir, avoir une bonne connaissance de sa religion et surtout avoir la crainte du Très-Haut. Dans tous les cas, il n’y aura pas de succès sans la volonté et la bénédiction d’Allah, il faut donc d’abord aspirer à cette bénédiction pour espérer changer la situation des musulmans en France et dans le monde.

Akhawatebusiness.com

Etats-Unis : Le lobbying chrétien pour la régularisation des clandestins

Pour son second mandat, Obama veut réformer le système de l’immigration. Ses alliées : l’Eglise catholique et une grande partie des Eglises protestantes et évangéliques.

«Si je ne peux plus accueillir et aider un sans-papier qui vient dans mon église, je ne peux plus exercer ma liberté religieuse» (Thomas J. Rodi, archevêque catholique de Mobile, Alabama)

La «réforme de l’immigration», comme on dit, c’est l’Arlésienne de la politique américaine. Une fois tous les deux ans en moyenne, les présidents en parlent, font quelques promesses, puis passent à autre chose. […]

Plusieurs observateurs font remarquer que les protestants «born again» se mobilisent dans un intérêt bien compris : leur courant spirituel est effectivement surreprésenté chez les migrants.

Le projet n’est pas révolutionnaire, mais pragmatique. La Maison Blanche propose un régime transitoire pour les sans-papiers. Ils obtiendraient d’office le droit de travailler, mais payeraient une amende du fait de leur infraction à la loi. Pour avoir la citoyenneté américaine, ces étrangers devraient apprendre l’anglais et se mettre dans la même file d’attente que ceux qui légalement. En attendant la décision, les sans-papiers ne pourraient pas être expulsés. Par ailleurs, le contrôle aux frontières, déjà impressionnant, serait renforcé. Obama est d’ailleurs le président qui a expulsé le plus grand nombre de sans-papiers. […]

La Vie

Lancement du think-tank « Le Cercle de la LICRA » dans les locaux du Quai d’Orsay

Hier soir, avait lieu le lancement officiel du Cercle de la LICRA, le think tank prospectif de la ligue contre le racisme et l’antisémitisme [...]

La cérémonie, qui s’est déroulée au Quai d’Orsay, a été ouverte par l’allocution de François Zimeray, Ambassadeur de France pour les droits de l’Homme. [...]

La soirée s’est poursuivie par le discours du président de la LICRA, Alain Jakubowicz qui a vanté les nombreuses qualités de Martine Benayoun, nouvelle présidente du Cercle, parmi lesquelles la ténacité puisque madame Benayoum a réussi à mener à bien ce projet de think-tank malgré le scepticisme initial de bon nombre de ses collègues. [...]

Parmi les premiers actes fondateurs du cercle de la LICRA, sa participation ce week-end au 2ème Forum des think tanks organisé par Fondapol et la parution prochaine de ses recommandations dans le cadre de la campagne présidentielle.

lesinfos.com

Pôles de réflexion thématique : « Migrations internationales », « Femmes et fondamentalisme », « Droits de l’Homme et Justice transitionnelle », « Nouveaux médias et Liberté d’expression », « Responsabilité sociétale des Entreprises », « Diversité et Egalité des chances », « Ethique et droit », « Culture et antiracisme ».

LICRA

Piégés par de faux lobbyistes, trois eurodéputés acceptent de déposer des amendements contre de l’argent

Trois députés européens et anciens ministres – un Roumain, un Slovène et un Autrichien – se sont dit prêts à « vendre leurs services », pour des sommes allant jusqu’à 100 000 euros, à des journalistes du journal britannique The Sunday Times. Le journal britannique estime (lien payant) que cette affaire est « l’un des plus gros scandales » qu’ait connu le Parlement européen en 53 ans d’existence.

Les reporters du journal dominical se sont présentés comme lobbyistes. Ils ont proposé à plusieurs députés de les payer 100 000 euros par an en échange d’amendements qu’ils pourraient faire adopter. Deux des amendements, concernant la protection des consommateurs de l’Union européenne, « apparaissent dans les documents officiels de l’UE et sont sur le point de devenir des lois », explique le journal britannique, précisant que le texte est identique à celui qu’ils ont soumis aux parlementaires en tant que faux lobbyistes.

(…) Après que le Sunday Times a dévoilé la véritable identité des faux lobbyistes, M. Severin a assuré n’avoir « rien fait d’illégal ». MM. Strasser et Thaler ont assuré qu’ils savaient dès le début qu’il s’agissait de reporters et qu’ils voulaient simplement savoir jusqu’où cela irait. Interrogé par le Sunday Times, la vice-présidente du Parlement européen, Diana Wallis, a promis une enquête « en profondeur » a-t-elle dit.

Le Monde

(Merci à Jules B)

500 députés européens attendus à la conférence des Amis Européens d’Israël

Le Parlement européen pourrait presque tenir une session plénière à Jérusalem. Près de 500 députés, sur les 736 que compte le Parlement européen, sont attendus à Jérusalem du 5 au 8 février prochain. Ils participeront à la seconde conférence organisée par les Amis européens d’Israël. (…)

Actuellement, plusieurs sujets economiques sont inscrits à l’ordre du jour des relations israélo-européennes, comme notamment: la reconnaissance de la conformité des médicaments israéliens aux normes européennes dans le cadre des accords ACAA (Agreement Conformity Assessment and Acceptance of Industrial Products) signés l’an passé; la réduction des quotas imposés aux échanges agricoles et agroalimentaires; l’élargissement de l’accord de libre-échange aux services et pas seulement aux marchandises, etc.

Au delà des questions économiques, le rôle croissant des organisations anti-israéliennes en Europe pourrait finir par handicaper les exportations israéliennes vers certains pays européens, d’où la nécessité d’un dialogue continu entre les représentants respectifs de différentes forces politiques.

Israelvalley