Défense : Deux Français sur trois pensent que le budget doit être maintenu, voire augmenté

Alors qu’un Conseil de défense doit rendre, dans les prochaines heures, les premiers arbitrages sur le Livre blanc et, à partir de là, sur le niveau des crédits militaires, un sondage Ipsos pour le ministère de la défense, témoigne d’une évolution notable de l’opinion publique sur ces questions. L’attitude de l’opinion a fortement évoluée au cours des derniers mois.

François Hollande et le gouvernement socialiste semble bénéficier d’un véritable état de grâce en matière militaire. La gauche rend-elle la guerre plus acceptable ? Joli sujet de dissertation à Sciences-Po…

66 % des Français pensent en effet que, en dépit du contexte de «réduction des déficits publics», le budget de la défense doit être «maintenu ou augmenté» et seuls 29% considèrent qu’il doit être réduit. Or, en novembre 2011, ces chiffres étaient rigoureusement inverses : réduit 65% (1) et augmenté (32%). Quelque chose a basculé dans l’opinion durant l’été 2012, si l’on en croit les courbes d’Ipsos. […]

Pour les Français, l’heure n’est plus à l’angélisme et encore moins à l’antimilitarisme, sur le thème : plus d’argent pour les écoles et moins pour les armées.

Les opérations extérieures sont majoritairement approuvées […].

Marianne/Blog Secret Défense

Armée française : La ruine en héritage ?

Avec les réformes budgétaires, il semble que la phase d’autodestruction de notre Défense soit désormais irrémédiablement engagée. L’institution militaire sera vraisemblablement la principale victime de la politique ultra-récessive poursuivie par le gouvernement Ayrault, qui, en cela, ne fait que parachever les décisions prises sous le mandat de Nicolas Sarkozy.
L’Afghanistan a-t-il été le chant du cygne de l’ère des opérations extérieures de l’armée française ? A prendre au mot le concept de “betteravisation” qui fait florès dans nos états-majors (entendre retour au pays et fin de l’époque expéditionnaire), tout connaisseur de la chose militaire est porté à le croire.

Coupes continues des crédits, purge massive des effectifs, cession gratuite du patrimoine immobilier, des milliers de militaires qui ne sont plus payés depuis des mois… La situation de la Défense est entrée dans une phase critique qui pourrait déboucher sur une crise sociale, capacitaire, et des vocations sans précédent historique.

L’armée de terre sera la plus touchée, mais la Marine et l’armée de l’air auront aussi leurs lots.

L’affaire Louvois

Suite et commentaires sur Fortune