Lille: des militants d’extrême droite patrouillent contre les racailles

L’initiative fait froid dans le dos.(…)

Vêtus de gilets jaunes, les militants-miliciens de Génération identitaire ressembleraient presque aux agents de médiation de Transpole, en gilets rouges, ou de CitéO, de couleur orange. (…)

Si ce n’était ces sweat-shirts «Génération anti-racaille» portés par certains, reprenant le slogan d’une campagne de com lancée il y a plusieurs mois par ce groupe d’ultra-droite adepte du raccourci islamophobe immigration-islamisation-insécurité.
Les tracts distribués revendiquent ouvertement le crédo de l’autodéfense − «Toi aussi tu as été agressé ?», «Ne recule plus, défends-toi», «Ils ont leur bande, tu as ton clan, face à la racaille, tu n’es plus seul». Et Verhassel de jouer les durs : «Notre seule présence suffira à dissuader les racailles.» (…)

 

Libération
Lire la suite

Manifestations samedi 15 mars contre l’islamophobie

Lille : les « anti-islamophobie » ont fait entendre leur voix

Le 15 mars 2004, Jacques Chirac faisait adopter une loi interdisant formellement le voile à l’école. Dix ans plus tard, la branche lilloise de la Coordination contre le racisme et l’islamophobie se monte. L’une de ses premières actions a eu lieu ce samedi, place de la République.

Une centaine de personnes s’étaient donné rendez-vous sur le parvis des droits de l’homme, place de la République. Souhaitant dénoncer « l’actuel climat d’islamophobie », les militants ont lancé un appel pour ce rassemblement face à la préfecture.

La Voix du Nord

Safia, 38 ans, [...] en est une des chevilles ouvrières. Récit d’un parcours de vie de cette femme voilée depuis trois ans.

On l’avait rencontrée pour la première fois au mois de novembre, pancarte à la main, devant l’hôtel de ville. Ce jour-là, Safia Gunadiz, parent d’élèves à Jean-Zay, exprimait son opposition à la réforme des rythmes scolaires si chère à Vincent Peillon. [...]

Voici un mois, après la polémique sur la théorie du genre – la jeune femme voulait organiser une réunion avec le représentant régional de l’organisation « Journée de retrait de l’école », Sébastien Ribeiro, lui aussi Wattrelosien – elle assiste à une réunion à Villeneuve-d’Ascq proposée par l’association Active et le collectif les Musulmans pour l’Enfance. Elle y trouve un écho aux discriminations vécues dans son quotidien.

Nord éclair

Entre 400 et 1000 personnes à Lyon

De nombreux manifestants racontent avoir subi des discriminations dans la recherche d’un logement ou d’un travail. Mais certains manifestants sont là pour autre chose. On retrouve notamment des banderoles et des slogans en faveur de la Palestine ou bien des bénévoles de l’association HAMEB (Halte Au Massacre En Birmanie).

Selon Safia, « l’organisation de la manifestation a été faite aux deux-tiers par des femmes. Ce sont elles qui ont tracté, fait les banderoles. ». Elle se revendique « féministe et musulmane » : « l’Islam donne toute sa place à la femme. Nous n’avons simplement pas la même conception du féminisme que d’autres. » [...]

De nombreux manifestants mettent en avant les valeurs communes avec les catholiques, particulièrement sur la famille. Plusieurs ont participé à des rassemblements de la Manif Pour Tous. Les slogans appellent à une union entre croyants et athées. Mais dans les prises de parole, l’appel aux autres religions est constant. En fin de manif, de retour sur la place Bellecour, un catholique prend la parole sur le podium. Il exprime toute sa solidarité avec les revendications musulmanes.

Une représentante d’une association de parents musulmans commence son discours en fustigeant l’enseignement dans les écoles de la soi-disant « théorie du genre », un des chevaux de bataille de la Manif Pour Tous. A une semaine des élections municipales, la fin des allocutions exprime une nette défiance à l’égard du politique, en appelant à se constituer en associations et à faire élire des représentants de listes « indépendantes » (comprendre non liées à des partis politiques).

Rue 89

Un autre rassemblement a eu lieu samedi à Paris à 15 heures à la Fontaine des Innocents (Châtelet-Les Halles).

Lille : un jeune migrant suspecté d’agression homophobe

Un jeune homme, en garde à vue depuis mardi, a été placé sous le statut de témoin assisté ce jeudi soir dans le cadre de l’enquête sur l’agression à caractère homophobe de deux étudiants dans le métro à Lille. Une information judiciaire a été ouverte pour violences n’ayant entraîné aucune ITT, avec trois circonstances aggravantes : commises par plusieurs personnes, dans un moyen de transport collectif, et en raison de l’orientation ou de l’identité sexuelle des victimes. Le jeune homme, interpellé mardi soir et ressorti libre ce jeudi après son placement sous le statut de témoin assisté, se disait mineur mais a été déclaré majeur après une expertise osseuse.

Hebergeur d'imageLundi soir, vers 20h30, dans le métro lillois, cinq personnes ont agressé Grégory, 18 ans, et Pierre, 19 ans, deux homosexuels qui se tenaient par la main. Le récit des faits par Grégory, dans la Voix du Nord, témoigne d’un grande violence.

(…) Le voyage se poursuit dans une ambiance tendue jusqu’à la destination du jeune couple, à Saint-Maurice. Là, tout bascule. Pierre confronté à sa descente à trois complices de leur agresseur tombe au sol et se retrouve frappé à coups de pied et de poing. Grégory est bloqué dans la rame : « Un des mecs m’a claqué contre une barre, en me serrant le cou. Puis il a rejoint les autres. Ils mettaient des coups de pied et de poing à Pierre, qui était recroquevillé au sol. »

(…) Les cinq suspects sont tous déclarés comme mineurs étrangers isolés, sans domicile fixe, établis dans la métropole lilloise.

(…) Le Parisien

Lille : un jeune homme de 19 ans grièvement blessé par balles en pleine rue. Màj vidéo

Addendum vidéo :

————————————

Un jeune homme âgé de 19 ans a été grièvement blessé par balles à Lille, dans la nuit de samedi à dimanche, vers 2 heures, alors qu’il marchait à l’angle des rues de Trévise et Jean-Jaurès. La victime se rendait avec trois amies dans une boîte de nuit, lorsque son groupe aurait croisé cinq à six jeunes du quartier. Une altercation aurait éclaté entre les deux groupes. L’un des jeunes du quartier aurait sorti une arme et tiré à plusieurs reprises vers le passant.

« Un jeune a tiré sur un autre qui a été blessé aux jambes, mais son pronostic vital ne serait pas engagé », a expliqué dimanche le parquet de Lille. Touché par « plusieurs impacts de balles », le jeune homme a été transporté au CHR de Lille, son pronostic vital étant alors engagé, indiquaient pour leur part les pompiers.

Selon une source proche du dossier, le jeune homme a été touché aux jambes, mais aussi au bas-ventre, par plusieurs balles qui pourraient avoir été tirées par une arme automatique.

(…) Le Parisien

Roms de la bourse du travail de Lille : ultimatum du préfet

Les Roms en sursis à la Bourse du Travail de Lille… Après 45 jours d’occupation, la préfecture fixe ses conditions : des solutions de relogement pour la moitié de ces familles à condition que tout le monde évacue les lieux.

Les syndicats estiment que l’ultimatum n’est pas acceptable car il ne concernerait que 50 personnes sur les 110 vivant à la bourse du travail. « On nous a fait attendre, attendre pour exercer ce chantage… C’est à dire 52 s’en sortent et les autres à la rue. Ils pourraient reprendre leur caravane mais ils n’ont pas de voitures pour les déplacer…  » explique Annie Masse Secrétaire Sud-Santé-Sociaux.

(…) France 3 Nord Pas-de-Calais

Lille : Hamid B., condamné pour agression, évite la prison

On ne sait pas pourquoi cette affaire n’est pas passée en comparution immédiate. Toujours est-il que, le 11 novembre 2012 à Lille, Hamid B., un Roubaisien de 38 ans, agresse une dame qui a eu le malheur de laisser son sac à main sur le siège de sa voiture pendant qu’elle regonfle ses pneus à la station Total de l’Esplanade à Lille. « Je n’ai pas résisté, la porte de la voiture était ouverte », explique le récidiviste. « Vous voulez dire que la porte n’était pas fermée à clef ? », s’étonne le président Lemaire.

Le prévenu acquiesce et, immédiatement, enfourche une autre excuse : « Je ne me souviens plus l’avoir frappée, je me suis peut-être débattu, elle a résisté en empoignant son sac. » [...]

Deux jeunes sont venus au secours de la dame, mais n’ont pu maintenir sur place l’agresseur, qui s’est échappé avant d’être repris par la police. « Oh, je suis resté aux alentours », minimise le voleur. Quand les policiers l’interrogent, l’agressé donne le nom de son frère. Là aussi, excuses : « Ce sont les policiers qui ont mal compris le prénom. » Le président soupire : « Bien sûr ! Et vous avez donné la date de naissance de votre frère, Là aussi les policiers ont mal entendu ? » Me Zouheir Zaïri explique que son client s’est mal exprimé et reconnaît tout. 12 mois de prison pour le tout, mais sans mandat de dépôt.

Nord Eclair

Merci à flanelle

Lille : il propose de l’héroïne… à la police

Dimanche, en début de soirée, des policiers de la brigade anti-criminalité patrouillent en civil dans le secteur du boulevard de Belfort, à Lille-Moulins.

Ils sont interpellés par un jeune homme qui leur propose directement de l’héroïne et de la cocaïne. Avant de se rendre compte, mais un peu tard, que ces « clients potentiels » sont en fait des policiers.

Le garçon prend alors la fuite et parvient à se réfugier dans un appartement proche. Les policiers le rattrapent. Le logement est vite cerné et ouvert.

À l’intérieur, les enquêteurs retrouvent des restes d’un stock d’héroïne et de cocaïne, dont une partie aurait pu disparaître en urgence dans les toilettes. Ainsi que deux armes de poing dans les chambres des enfants.

Le suspect, un mineur âgé de 17 ans, a été interpellé et entendu, hier, à la brigade des stupéfiants de la Sûreté de Lille. Il a été remis en liberté après sa garde à vue, avec une convocation devant un juge des enfants.

Nord éclair, merci à Flanelle

Nourredine Aoufi, demandeur d’asile, entre dans la chambre d’une femme, armé et masqué

Samedi 3 août, aux aurores, rue Castel-Béghin à Lille, un voisin constate qu’un homme escalade la façade d’un immeuble.

Le riverain appelle la police. Lorsque les policiers arrivent, ils entendent les cris d’une femme. Ils entrent dans un appartement au premier étage : c’est ainsi que Nourredine Aoufi, 33 ans, est interpellé.

L’homme, un ressortissant algérien qui a demandé l’asile politique en France, sort alors une drôle d’histoire : il aurait loué un appartement 1 200 €, versé 600 € d’avance et, n’ayant pas eu la clé, serait venu réclamer l’argent à son bailleur. Bref, il se serait trompé d’appartement.

La jeune femme, réveillée en sursaut par un inconnu masqué au pied de son lit, explique qu’effectivement le visiteur lui a réclamé de l’argent et a sorti un grand couteau dont la lame avait été meulée pour être encore plus effilée.

« Vous seriez venu voir votre bailleur, vous tombez sur une jeune femme qui n’a strictement rien à voir avec votre histoire invérifiable et, avec un couteau, vous lui prenez une tablette numérique et un portable ? », s’inquiète la procureure. Explications embrouillées du prévenu, très marqué par un passé de toxicomane. [...]

Nord Eclair
(Merci à Flanelle)

Lille : Extorsion au ciseau et coup de couteau sur une jeune fille, prison pour Mohamed et Amir

Dimanche, un peu après minuit, alors que la braderie se termine, J. est agressée rue de La Bassée à Lille. Deux jeunes gens à vélo s’approchent, arrachent son sac en coupant la lanière avec une paire de ciseaux et menacent la jeune femme. Les griffures de la lame atteignent la jeune fille et son visage.

Le sac contenant 5 000 € de matériel photographique professionnel est embarqué ainsi que d’autres objets. Toutefois, le téléphone n’a pas été volé et la victime alerte la police, qui surgit très rapidement.

D’autant plus qu’une autre jeune fille, à quelques pas de là, a été agressée par les mêmes. Mais M., grièvement blessée, se trouve toujours à l’hôpital quand les deux agresseurs interpellés comparaissent, ce mardi, devant la présidente Alexa Fricot.

Mohamed Bouras, 20 ans et en séjour irrégulier, a porté le coup de couteau et manipulait les ciseaux. Amir Tounssi, 29 ans, en séjour irrégulier, prétend avoir modéré son ami.

[...] La procureure demande deux ans de prison et, malgré la plaidoirie de Me Eugénie Leman, ce sont bien deux ans avec mandat de dépôt qui tombent.

La Voix du Nord
(Merci à Nicolas)