Vienne (86) : la LDH et la Cimade de Châtellerault et de Poitiers s’émeuvent de la politique d’expulsion

Le tout nouveau Premier ministre Manuel Valls s’est souvent retrouvé fortement critiqué dans ses propres rangs pour sa politique en matière d’expulsions, alors qu’il était ministre de l’Intérieur.

La Ligue des Droits de l’Homme de Châtellerault et le groupe local de Poitiers de la Cimade viennent de s’en émouvoir auprès des députés de la Vienne. Catherine Coutelle, Véronique Massonneau, Alain Claeys et Jean-Michel Clément, membres de la même majorité, viennent de recevoir une lettre ouverte de ces deux associations œuvrant auprès des migrants.

[...] Plus que tout, c’est le « ni ni » qui les révolte au plus haut point. La situation de ces familles ni expulsables ni régularisables du fait d’aberrations administratives et qui se retrouvent sans rien du jour au lendemain.

« Ils se retrouvent à perdre leur travail. Ce qu’ils attendent, c’est qu’ils partent, qu’ils rentrent chez eux. On a des gens qui sont en France depuis une trentaine d’années et qui se retrouvent dans ces situations inhumaines. »

La lettre ouverte de la Cimade et de la Ligue des Droits de l’Homme adressée aux députés de la Vienne. En deux pages, ils ont recensé les situations sur lesquelles les députés pourraient peser efficacement au quotidien : refus implicite des demandes de titre de séjour, refus de plus en plus fréquent de délivrer des autorisations provisoires de séjour pour maladie, exigences préfectorales hors la loi…

« Nous vous avons demandé d’agir pour une autre politique de l’immigration, pour que diminuent très fortement les taxes perçues pour la délivrance des titres de séjour et pour que la politique de la préfecture de Poitiers envers les étrangers change. […] Force est de constater que rien ne change, que tout s’aggrave », écrivent les associations.

« Nous ne pouvons accepter qu’un gouvernement de gauche continue dans le discours et la politique sécuritaire de l’époque Sarkozy […] Nous attendons de votre part une prise de position et une action effective pour une autre politique de l’immigration. »

La Nouvelle République

Hénin-Beaumont/LDH : la mairie entend réclamer 36.000 € de loyers impayés (màj)

Addendum 10/04/14

[...] Marine Tondelier monte au créneau en reprochant au maire d’avoir voulu « détruire un contre-pouvoir » parce que ça l’arrangeait, évoquant « un choix politique et délibéré ». Une attaque balayée d’un revers de manche par Steeve Briois : « Je veux remettre tout à plat ; votre système de copinage et de favoritisme, ça suffit ! »

Et lorsque David Noël s’empresse d’en rajouter une couche, il est cueilli à froid par Bruno Bilde, lâchant : « On fait tout un foin alors qu’il y a 14 adhérents dont MM. Noël et Binaisse et tout le PC local ! »

C’est le moment que choisit alors l’adjoint aux finances, Jean-Richard Sulzer, pour lancer une bombe : « M. le maire, je demande que vous entriez en procédure du recouvrement dû par cette association. On peut évaluer le loyer à 600 € par mois en y incluant les charges, soit 72 000 euros sur dix ans, mais comme il y a prescription au-delà de 5 ans dans ce type de recouvrement, c’est 36 000 € que vous devez émettre soit sur la section d’Hénin, soit sur la Ligue nationale ! Je vous invite d’ailleurs, s’il y a débat, à saisir le procureur financier ! » « Rendez l’argent ! » crie alors un élu.

Rude mandat en perspective !

La Voix du Nord

Merci à résurgence

09/04/14

[...] Interrogé par Ali Baddou, le président de la fédération départementale de la LDH du Pas-de-Calais qualifie cette histoire de « complètement ahurissante ».

« Nous ne sommes ni une association révolutionnaire, ni terroriste… On a pignon sur rue, on est reconnus, on est indissolublement liés à l’histoire de la République. » – Alain Pruvot, LDH

Morandini

_______________________________

[...] Interrogé sur Sud-Radio, Gilbert Collard, candidat RBM malheureux à Saint-Gilles (Gard), a regretté cette décision.

«ll ne faut pas donner de grain à moudre à nos détracteurs qui veulent nous réduire à l’état de poussière fascisante». L’avocat ajoute : «Moi je n’aurais pas viré la LDH, je lui aurais demandé de signer un bail et de payer».

Le Figaro

08/04/14

Élection municipale ; Quand le président de la LDH de Hénin-Beaumont appelait à voter contre le FN :

(merci à LaurentB)


Addendum à 18H00

Florian Philippot était l’invité à ce sujet dans l’émission de Wendy Bouchard sur Europe 1 le 8 avril 2014.

lien direct sur : VK


Addendum à 13H47

Communiqué de presse de Steeve Briois

Depuis des années, la ligue des droits de l’homme bénéficiait de subventions municipales et d’un local municipal en toute illégalité. Non seulement, aucun bail n’a été signé entre l’association d’extrême gauche et la mairie faisant de la LDH, un occupant sans titre mais plus grave, ces subventions sont totalement illégales.

Une pseudo journaliste de France Info dénommée Lemaire, à la recherche du buzz, fait la une de l’édition matinale en reprochant à la municipalité de respecter la loi !

En effet, les communes ne peuvent pas subventionner une association politisée et partisane. Le Conseil d’Etat indique qu’il n’est pas possible de subventionner une association qui combat une formation politique dont l’existence est légalement reconnue, et, d’autre part, que cette association de nature politique et partisane ne remplit pas les conditions de légalité de l’attribution d’une subvention.

Que les médias puissent reprocher à la nouvelle équipe municipale de respecter la loi est un comble. Que la bien-pensance s’y fasse : désormais la loi sera respectée à Hénin-Beaumont !  [...]

Front National

_____________________________

Le nouveau maire Front national d’Hénin-Beaumont, Steeve Briois, a décidé que la Ligue des droits de l’Homme ne pourra plus bénéficier du local qui était mis à sa disposition par la commune. Il reproche à la LDH d’être politisée et hostile à son équipe. [...]

Hebergeur d'imageC’est un local de 20 m² situé au rez-de chaussée avec une grande vitrine où s’affichent des messages citoyens. On peut y lire les résultats d’un récent concours de poésie sur le thème de l’égalité des droits.

Ce local de la Ligue des droits de l’Homme (LDH) est à quelques pas seulement de l’hôtel de ville d’Hénin-Beaumont. Il appartient d’ailleurs à la mairie qui depuis une dizaine d’années le laissait librement et gratuitement à disposition de la LDH, à laquelle les différentes municipalités versaient aussi une subvention : 300 euros par an.

Hebergeur d'imageMais pendant la campagne des dernière élections municipales, la Ligue des droits de l’Homme s’était clairement prononcée contre l’extrême droite. Depuis plus longtemps encore, elle s’opposait au Front national à Hénin-Beaumont. Le nouveau maire de la ville, Steeve Briois, a donc souhaité réagir, et a annoncé qu’il mettait fin au prêt du local, le jugeant « injustifié« . La LDH devra donc rapidement quitter les lieux.

« La Ligue des droits de l’Homme est une association politisée. Dès l’instant où elle s’immisce dans la vie municipale avec des a priori, on coupe les liens« , se justifie Steeve Briois.

Les responsables de cette association de défense des droits de l’homme ne s’attendaient pas à travailler en très bonne entente avec le nouveau maire FN. Mais ils accusent tout de même le coup face à une telle mise en demeure de quitter le lieux. [...]

France Info

Clermont-Ferrand/église/clandestins : de nombreuses femmes viennent d’accoucher (màj)

Addendum 05/09/13

Jean-Jacques Bourdin donne le micro à Françoise, gérante d’un hôtel qui héberge les clandestins.

« Il y a des mamans qui ont accouché depuis qu’elles sont là, une maman était à la maternité lundi dernier quand il y a eu l’évacuation, une autre était hospitalisée  pour un problème de grosses, et une maman qui est là avec un bébé de quinze jours. » – Françoise

03/09/13

Vidéo :

—————————————-

A Clermont-Ferrand, la Ligue des droits de l’homme exige que l’Etat fournisse un toit à des familles immigrés, pour certaines clandestines.

« Je rappelle que les demandeurs d’asile, qui ne sont pas tous comme vous le dites en situation irrégulière, certains viennent d’arriver et sont en cours de procédure, ils ne sont pas logés et ils sont en situation régulière sur le territoire, puisqu’ils sont en cours de procédure. D’autres sont effectivement déboutés mais ont commencé des démarches pour une régularisation à titre humanitaire, ils doivent être logés ! » -  Marie-Luce Pouchard (Ligue des droits de l’homme)

Guy Bedos critique « l’acharnement pénitentiaire » contre Yvan Colonna

L’humoriste Guy Bedos estime que l’éloignement du nationaliste corse Yvan Colonna, condamné à la réclusion criminelle à perpétuité pour l’assassinat du préfet Claude Érignac, constitue « un acharnement pénitentiaire » mais aussi « une double peine pour sa famille ». [...]

Hebergeur d'image

« Aujourd’hui, au lieu de le rapprocher de sa famille, comme la loi l’autorise, on éloigne Yvan Colonna qui est considéré depuis dix ans comme un détenu exemplaire », explique Guy Bedos, membre de la Ligue des droits de l’homme, alors que Colonna a été transféré en juillet de la prison d’Arles (Bouches-du-Rhône) vers celle de Réau (Seine-et-Marne) après des suspicions de projet d’évasion à l’explosif. [...]

« Choqué par le traitement judiciaire de l’affaire depuis le début », Guy Bedos a décidé de s’exprimer sur le transfert d’Yvan Colonna non pas en qualité « de pinzutu (continental, ndlr), d’humoriste ou de people », mais en tant que membre de la LDH, animé par « un goût profond pour la justice », ajoute-t-il.

À la question du quotidien insulaire lui demandant si derrière cet engagement ne se cachait pas « la volonté de se faire bien voir en Corse, où il possède une résidence secondaire », l’humoriste répond : « non ». [...]

TF1 News

Mayotte : le vice-président de la Ligue des Droits de l’Homme inculpé pour viol et agression sexuelle

Me Jacques Tchibozo, 36 ans, vice-président de la Ligue des droits de l’Homme de Mayotte, a été mis en examen. Il est soupçonné de viol, de tentatives de viols et d’agressions sexuelles sur une collaboratrice et des secrétaires de son cabinet. Quatre plaintes ont été déposées contre lui. Figaro + photo - merci Desiderata+35rap

« La secrétaire du Cabinet, qui parle couramment français, shimaoré et shibushi qui sont les langues parlées à Mayotte, a reçu pour instruction de faire deviner son sourire à son interlocuteur, si celui-ci n’est pas en sa présence pour le voir. »

—————————————-

[Rappel 2012] Dunkerque : le président de SOS Racisme condamné à 8 mois ferme pour avoir défiguré son « ex »

Anthony Simati, président de SOS Racisme Flandre Côte d’opale et militant anti-violence, a été sévèrement condamné par le tribunal, aujourd’hui en comparution immédiate, pour avoir tabassé son ex-concubine au point de la défigurer. Il a été incarcéré à l’issue de l’audience. Voix du Nord.

—————————————-

 [Les lecteurs sont invités à continuer la liste...]

Foix : Opération « Ici ensemble »

Les élèves de cm2 de l’école Cazalé de Pamiers sont venus présenter aux familles et au public les travaux réalisés avec leur enseignante, Cathy Fabri, dans le cadre de l’opération «Ici ensemble».

Ils se sont penchés sur leurs origines, pour constater que dès la génération de leurs grands-parents, plus de la moitié d’eux avaient des racines hors de France. Ce constat leur a permis de réfléchir aux questions d’immigration : Quelles sont les conditions de vie des migrants ? Comment se construit la vie dans le pays de destination ?

Quel accueil faisons-nous aux arrivants ?

La projection par la suite du film «le Gone du Chaâba», racontant la vie d’un enfant d’immigré algérien dans les années 65, puis le débat avec la salle animé par la Ligue des Droits de l’Homme ont permis d’échanger les points de vue et de débattre.

L’OCCE et les PEP, associations organisatrices de cette soirée, ont confirmé leur volonté de poursuivre ce type d’action.

La Dépêche

———————-

Relire en complément

 

Concernant la Ligue des droits de l’homme : 

Voir source ici.  

• Charges salariales annuelles de la Ligue des Droits de l’homme : 839.000 € en 2010. La plus grosse partie des recettes de chaque exercice est constituée par des subventions. En 2009 elles ont dépassé le million d’€.  (source)

Voir le rapport financier 2010 ici 

LDH : « A notre sens, la bête immonde est de retour »

“Il y a eu ces derniers mois dans notre région, des formes diverses de racisme et de violences : l’agression d’Aigues-Mortes pour laquelle le maire Cédric Bonato est resté bien discret lorsqu’il s’est agi de stigmatiser des faits s’étant déroulés dans sa commune, les insultes racistes du Caylar, les saluts nazis de la fête de Mauguio… ou, encore, les incidents graves à Sumène, avec des militants de la Ligue du Midi.

A notre sens, la bête immonde est de retour et il nous faut être vigilants. Il n’est pas question de hurler avec les loups, mais il n’est pas pour autant question de se taire et laisser faire. Ce serait coupable de rester muet. Le racisme n’est pas une opinion, c’est un délit”.

C’est en ces termes qu’Alain Doudiès, président de la section de la Ligue des Droits de l’Homme de Nîmes, a commenté, hier matin, à la faveur d’un point de presse, la volonté de son mouvement  ”d’apporter sa contribution dans la bataille des idées”. Avec plus de vigueur et de détermination encore lorsqu’il s’agit de condamner les idées véhiculées par l’extrême droite, ainsi que dérives racistes inacceptables : “Il faut dissiper les fantasmes, rompre avec les idées reçues, dépassionner la réflexion et engager un débat démocratique serein”. (…)

Objectif Gard

Immigration : la LDH écrit à Manuel Valls

La Ligue des Droits de l’Homme demande au gouvernement de changer de cap en matière d’immigration, faisant état d’une « désapprobation grandissante » face au traitement réservé aux sans papiers, dans une lettre à Manuel Valls rendue publique aujourd’hui. [...]

Les mobilisations de travailleurs sans-papiers avaient permis d’ »arracher » de 11 à 12.000 régularisations par an « à un gouvernement dont l’aménité vis-à-vis des immigrés clandestins n’était pas établie ». [...]

Le Figaro

Huit organisations insistent sur les contrôles d’identité

Huit organisations du monde judiciaire et de défense des droits de l’homme ont appelé vendredi François Hollande et son Premier ministre Jean-Marc Ayrault à respecter ce qui était selon elles un engagement de mieux encadrer les contrôles de police. Cet appel est publié au lendemain des déclarations de Jean-Marc Ayrault estimant sur France 2 que l’éventualité d’imposer aux policiers la délivrance d’un reçu écrit pour tout contrôle n’était «pas la bonne réponse».

«Ce faisant, M. Ayrault fait une marche arrière très regrettable alors qu’il s’était personnellement engagé, au moment des élections législatives, à faire respecter l’engagement du président de la République», dit l’appel.

Le groupe, composé du Syndicat de la magistrature (gauche), de la Ligue des droits de l’homme, du Syndicat des avocats de France, de Human Rights Watch et de quatre organisations de défense des immigrés juge la délivrance d’un reçu «parfaitement réaliste et de nature à améliorer l’efficacité des forces de l’ordre». (…)

20 minutes

« On leur dit, c’est idiot d’être raciste »

« Mohamed Yousfi, le responsable de l’antenne limouxine de la Ligue des Droits de l’Homme, m’a demandé s’il était possible que des élèves de Première STSS (sciences et techniques de la santé et du social) préparent une exposition consacrée aux Droits de l’Homme et de l’Enfant. J’ai accepté ». (…)

 

(…) Ils en ont profité pour s’exprimer sur ce thème des Droits de l’Homme. Marine, Mallaury, Jessica, Myriam, Anaïs… ont parlé.

« Le racisme ? Ça monte » a confié l’une d’elles.

Le drame de Toulouse était évidemment dans toutes les mémoires. « Si j’ai été étonnée ? Non. Choquée ? Oui. C’est dégueulasse de s’en prendre à des enfants ».

À la question : des élèves du lycée sont-ils racistes ? La réponse a été nette : « Oh, oui ! On leur dit que c’est idiot et nul d’être raciste mais ils sont butés. À mon avis, leurs parents les éduquent mal, ou les entretiennent dans ce rejet de l’autre ».

Une autre adolescente ajoute :

« Les élèves racistes sont essentiellement des garçons.

En fait, il y en a qui ne le sont peut-être pas mais pris dans le groupe, et pour faire comme les autres, ils tiennent des propos racistes ».

Les adolescentes regrettent évidemment l’attitude rejet qu’elles constatent au jour le jour, ou presque :

« On le voit, il y a des élèves qui en évitent d’autres et on se doute bien pourquoi. Nous, on ne fait pas de différences. La couleur de peau n’a pas d’importance ».

Midi Libre

Nantes (44) : Les policiers seront jugés en correctionnelle

Justice. Un ado dit avoir été giflé par deux policiers. Ils devaient être jugés hier en plaider coupable. Refus du juge. En mai, l’audience sera donc publique.

En mai 2011, un adolescent de 17 ans dépose plainte. Il affirme avoir reçu trois violentes claques au visage par deux policiers, en rentrant d’un apéro Facebook, à Saint-Sébastien-sur-Loire. Avec des copains en goguette, ils jouaient avec des poubelles et des rondins de bois… (…)

Hier, le juge a refusé d’homologuer la peine d’amende (800 €) proposée par le procureur et acceptée par les policiers. Eu égard aux faits et à la fonction des suspects, le magistrat préfère les renvoyer devant un tribunal correctionnel.

Les avocats de l’adolescent s’en félicitent. « Le président souhaite que ce dossier soit traité en audience publique, et pas mis sous le tapis, considère Anne Bouillon. Les faits sont graves. Ce jeune n’a commis aucune infraction. Ces violences policières sont injustifiées et injustifiables. » La Ligue des droits de l’homme s’est constituée partie civile.

(…) Ce n’est pas la première fois que des policiers doivent être jugés en plaider coupable et qu’ils se retrouvent finalement devant un tribunal correctionnel. Colère du syndicat de police Alliance : « On est scandalisés, outrés, s’emporte Arnaud Bernard. Il n’y a pas de médiation possible quand on est fonctionnaire de police. Les fonctionnaires ont-ils les mêmes droits que monsieur tout le monde ? »

A Bordeaux, plus de 160 personnes ont manifesté contre l’extrême-droite

Environ 500 personnes selon les organisateurs, 160 selon la police, ont manifesté samedi après-midi à Bordeaux à l’appel de plusieurs partis et associations de gauche pour protester contre le Front national et l’extrême droite.

« Nous dénonçons la banalisation de l’extrême droite qui se traduit à Bordeaux par l’ouverture la semaine prochaine d’un local par le Bloc identitaire », a expliqué Laurent Delage, militant NPA.

« Je refuse qu’on laisse cette frange radicale d’extrême droite avoir pignon sur rue », a expliqué Marie Bové, conseillère régionale EELV.

NPA, MJS 33, EELV, Unef, SUD étudiant, SOS Racisme, Ligue des droits de l’homme de la Gironde, qui appelaient à la manifestation, entendaient également dénoncer, selon leur communiqué, la venue dimanche à Bordeaux de la candidate FN à la présidentielle, Marine Le Pen, qui tiendra un meeting.

TF1 News