Un deux-roues disparaît toutes les dix minutes en France

Les grosses cylindrées sont les cibles préférées des voleurs de scooters et motos en France. Les vols de deux-roues ont représenté 14% des vols de véhicules à moteur en 2013. Ils sont en baisse de 8,9 % par rapport à 2012, selon ICA, spécialiste des solutions antivol pour les deux-roues, qui a lancé la troisième édition de l’Observatoire du vol du deux-roues.

Dans l’enquête menée sur l’année dernière, les vols ont eu majoritairement eu lieu en zones urbaines (85%) et dans les régions Ile-de-France (46% des vols), Paca (18%) et Rhône-Alpes (10%). Les vols de deux-roues ont lieu aussi bien de jour que de nuit (53% contre 47%), et de plus en plus sur la voie publique, pour 60%. Quelque 48 820 scooters et motos ont été dérobés l’année dernière. Près de 60% ne sont jamais retrouvés.

Des trafics de pièces détachées, qui alimentent des marchés parallèles en Tunisie et en Libye, ont été pointés du doigt par les services de police ces derniers mois. Les pièces des deux-roues sont difficilement traçables et ces engins servent aux braquages, nombreux ces dernières semaines en France.

France TV Info

Libye : sept coptes égyptiens assassinés dans l’indifférence générale

Sept ressortissants égyptiens, des maçons, de confession chrétienne, ont été exécutés dimanche 23 février à Benghazi, berceau de la révolution libyenne qui sombre toujours davantage dans le chaos. Un crime, très probablement commis pour des motifs religieux, qui n’émeut plus grand monde.

 

Les sept cadavres ont été retrouvés à 30 kilomètres à l’ouest de la ville. Leur identité a été confirmée par des sources diplomatiques égyptiennes. Trois jours plus tard, une délégation libyenne, présidée par l’ambassadeur de Libye au Caire, a été reçue par le secrétaire adjoint du ministre des Affaires étrangères égyptien. Les diplomates libyens ont présenté leurs condoléances et promis que toute la lumière sera faite sur ces meurtres.

C’est la deuxième fois que des ressortissants de la communauté copte sont pris pour cible à Benghazi. En mars 2013, plusieurs dizaines d’entre eux avaient été séquestrés et torturés par des miliciens qui les accusaient de prosélytisme.

France 24

Djihadisme européen, attention danger !

(…) l’Occident aurait tort de se désintéresser de ce qui se passe outre-Méditerranée, notamment en Libye ou en Syrie. Un phénomène prend en effet aujourd’hui de l’ampleur qui pourrait, si on ne l’endigue pas rapidement, se retourner contre l’Europe elle-même.

Au cours de ces dernières années, ce sont en effet plusieurs milliers de jeunes hommes issus des banlieues françaises, belges, britanniques ou encore allemandes, souvent d’origine immigrée mais parfois aussi des convertis récents, a avoir rejoint les rangs des différents groupes extrémistes musulmans qui entendent, ici ou là, imposer leur loi et instaurer des Etats islamiques.

Ces djihadistes européens étaient finalement assez peu nombreux au plus fort des conflits afghan et irakien. Ils commencent toutefois à l’être aujourd’hui en Libye et surtout en Syrie. Dans ce dernier pays, ils seraient ainsi quelque 2.000 à avoir rejoint la guérilla, essentiellement le Front Al Nosra et l’Etat islamique en Irak et au Levant (EIIL), tous deux proches d’Al-Qaïda. Parmi eux, on estime que les Français en représentent près d’une moitié…

Beaucoup de ces djihadistes ne reviendront pas de leur croisade syrienne. D’autres en réchapperont et rejoindront leurs foyers européens, certains d’entre eux aspirant retrouver une vie calme et pacifiée.

Pour autant, on ne peut exclure que d’autres, rompus à la guérilla urbaine et aux combats violents, endoctrinés, entendent poursuivre leur combat, cette fois-ci en Europe. Il y a en effet une corrélation forte entre le retour chez eux de combattants islamistes européens et la montée des risques terroristes.

Or, là où l’on arrivait à surveiller et à maîtriser tant bien que mal ces terroristes en puissance, il est fort à craindre qu’eu égard à leur nombre croissant, les autorités européennes ne soient rapidement débordées et que nombre de djihadistes européens ne sortent des radars officiels. (…)

Le nouvel Economiste

Le Danemark selon Bernard-Henri Lévy

Le Danemark vu par Bernard-Henri Lévy sur son blog La Règle du Jeu.

Et rien ne semble devoir arrêter le déferlement d’antiaméricanisme dans un pays qui passe pour vacciné contre cette passion rouge-brune. Autre signe des temps ? On se croirait en France – c’est tout dire.

Copenhague. Bibliothèque royale du Danemark. Ce paradoxe d’une monarchie, une vraie, scrupuleusement attachée, comme j’ai pu le constater hier soir, lors de la soirée de gala donnée par l’ambassade de France, à ses étiquette et protocole – mais qui est aussi, et sans contradiction aucune, l’une des sociétés les plus égalitaires que je connaisse. […]

C’est le pays du roi Christian, dont la légende veut qu’il ait porté l’étoile jaune, en solidarité avec ses sujets juifs, aux sombres temps de l’occupation nazie. C’est une légende, oui, me dit Bo Lidegaard, directeur du grand quotidien Politiken […]. Mais ce qui n’est pas une légende, c’est qu’il a refusé que les juifs danois la portent. Ce qui n’est pas une légende, c’est que le peuple danois tout entier les a protégés, aidés à passer en Suède et, surtout, surtout, attendus en n’accaparant pas, comme presque partout ailleurs, les biens qu’ils laissaient derrière eux. Petit pays, grand peuple. […]

C’est le pays des aviateurs de la guerre de Libye, la nôtre, la récente, celle initiée par la France pour aider les Libyens à se libérer de la longue dictature de Kadhafi. Ils ne furent pas nombreux, les pays européens, à s’associer véritablement à Nicolas Sarkozy dans cette opération à haut risque. […]

Je vois aussi, naturellement, les gens du Jyllands-Posten – le journal qui se fit connaître dans le monde entier en publiant, il y a neuf ans, en même temps que le Charlie Hebdo de Philippe Val, les fameuses «caricatures de Mahomet». Le ferait-il à nouveau ? Et aurait-il, lui aussi, le même courage ? Sans doute. Mais qu’il bénéficie du même soutien, qu’il soit le même symbole mondial de la liberté d’expression menacée, que l’opinion éclairée française et européenne se mobilise, aujourd’hui comme hier, aux côtés de ses journalistes en danger de mort, j’en suis tout à coup moins certain. Si grande est la confusion des temps ! Et si étrange cette propension à tout mélanger – le droit de se moquer des religions et celui d’appeler au meurtre des personnes ; le droit au blasphème et celui de casser du juif, du pédé ou de l’Arabe ! […]

Mais le sujet dont on parle le plus ces jours-ci, à Copenhague, c’est, hélas, l’affaire Goldman Sachs – c’est-à-dire l’entrée de la célèbre banque d’affaires américaine au capital de Dong Energy, la grande compagnie d’Etat danoise fournisseuse d’énergie. […]

C’est comme si le diable en personne était entré dans le royaume. C’est comme si l’on voyait soudain poindre le visage même de l’Antéchrist. […]

La Règle du Jeu

La France évoque une nouvelle intervention militaire pour pacifier la Libye

Le chef d’état-major des armées françaises, l’amiral Edouard Guillaud, a déclaré, le 27 janvier, qu’une opération internationale pour mettre un terme à l’instabilité qui prévaut actuellement dans le sud de la Libye serait un scénario idéal.

«L’idéal serait de pouvoir monter une opération internationale avec l’accord des autorités libyennes. Mais quelles autorités?», a-t-il affirmé, en allusion à la faiblesse de l’Etat libyen qui ne contrôle qu’une partie de la capitale Tripoli. « Le problème du Sud libyen, c’est qu’il faut d’abord qu’il y ait un Etat dans le Nord. Ensuite il y a plusieurs Sud libyen, il y a Koufra, à coté de la frontière égyptienne, et la zone de Sebha », a-t-il ajouté, évoquant l’existence d’un «trou noir» susceptible de devenir le «nouveau centre de gravité du terrorisme ».

Les affrontements entre tribus rivales se sont intensifiés ces dernières semaines dans le sud de la Libye, notamment dans la ville de Sebha. L’armée libyenne a imputé ces violences à des forces loyales à l’ancien dirigeant Mouammar Kadhafi, renversé en 2011 par un soulèvement populaire appuyé par une intervention militaire occidentale menée sous l’égide de l’Onu. Selon les services de renseignement français, de nombreux groupes terroristes ont aussi trouvé refuge dans cette vaste zone de non-droit, où ils prépareraient des actes terroristes qu’ils commettent parfois à l’étranger grâce à des frontières poreuses, comme l’attaque d’In Amenas en janvier 2013, en Algérie.

L’amiral Edouard Guillaud, qui avait supervisé l’opération Harmattan contre le régime du colonel Kadhafi, a, par ailleurs, révélé que «nombre de ses homologues étrangers qui estiment qu’il va falloir que la communauté internationale y aille mais, pour cela, il faut d’abord que le Nord soit stabilisé».

«L’option d’une intervention militaire internationale, qui n’est pour l’heure qu’au stade de réflexion, ne sera possible qu’en cas d’accord avec les autorités libyennes et uniquement sous mandat», a souligné l’amiral Guillaud…

Ecofin

Rencontre au sommet entre djihadistes à Benghazi

Des groupes djihadistes libyen, marocain, égyptien et tunisien ont rencontré des représentants algériens d’Al-Qaida au Maghreb islamique (AQMI) et du Front Al-Nosra syrien, en septembre à Benghazi, affirme dimanche le journal allemand Welt am Sonntag.

La conférence aurait duré trois jours et se serait tenue dans l’une des places fortes de l’organisation salafiste libyenne Ansar Asharia, précise Welt am Sonntag, sans citer de sources…

« Au cours de cette rencontre, il aurait été question d’une nouvelle stratégie régionale, notamment de la lutte contre le gouvernement tunisien et du récent afflux de combattants djihadistes étrangers en Syrie », complète-t-il. Welt am Sonntag raconte qu’Abou Iyadh était venu demander de l’aide aux autres groupes salafistes, dans l’hypothèse où le conflit avec le gouvernement tunisien dégénérerait. Abou « Iyadh aurait demandé lors de la réunion à ne plus envoyer de Tunisiens en Syrie, car il avait un besoin urgent de combattants auprès de lui », écrit le journal. Cette demande du dirigeant du groupe tunisien aurait été mal accueillie par les représentants du Front Al-Nosra, pour qui « l’afflux de combattants étrangers qui sont envoyés en Syrie par milliers en provenance de la Libye depuis plus d’un an » est capital, poursuit l’article….

Profitant du vide sécuritaire après la chute de Mouammar Kadhafi, Ansar Al-Charia fait la loi, en particulier dans l’est de la Libye, où il contrôle des quartiers de Benghazi, Syrte et Derna, selon des sources locales….

Les autorités n’osent pas toutefois accuser directement ces groupes lourdement armés, par crainte de représailles…

Le Monde

L’affaire du financement de Sarkozy par Kadhafi rebondit

Sarkozy Kadhafi 2007

Un livre de Catherine Graciet développe la thèse d’un financement de la campagne de Sarkozy par la Libye.

« Sud Ouest Dimanche ». Au terme de votre enquête, quelle est votre conviction sur un éventuel financement de la campagne 2007 de Nicolas Sarkozy par Mouammar Kadhafi ?

Catherine Graciet. Beaucoup d’informations vont dans le sens d’un financement occulte. J’ai par exemple recueilli le témoignage de Tahar, un ancien haut responsable des comités révolutionnaires. Il a été présent à deux moments clés de ce financement. Notamment lors de négociations entre Français et Libyens à l’hôtel Corinthia à Tripoli. Il était également à Syrte en décembre 2006 lorsque, dit-il, Kadhafi a donné l’ordre d’acheminer l’argent.

J’ai pu recouper ces éléments auprès d’une autre filière libyenne qui n’a aucun lien avec le premier témoin. La clé des preuves réside dans une vidéo de la réunion de l’hôtel Corinthia où l’on voit trois Français (dont un homme politique qui a changé de discours fin 2006) en train de discuter de l’acheminement de l’argent. J’ai également pu recouper des informations concernant un vol en décembre 2006 de Syrte au Bourget dans lequel Bachir Saleh, l’argentier du régime, convoyait 30 millions d’euros. [...]

Lire la suite sur Sud Ouest

« Notre identité est menacée par l’UE et l’immigration massive ! » (Le Pen/RMC)

Marine Le Pen fait sa rentrée chez Jean-Jacques Bourdin. Les sujets abordés vont de la Syrie à l’immigration.

« Il faut arrêter l’immigration ! » – Marine Le Pen

« Notre identité est menacée par tous ceux qui arrivent et qui veulent imposer leur mode de vie, leur manière de vivre, leurs mœurs, leurs codes ! [...] Je remarque quand même qu’un certain nombre de groupe politico-religieux cherchent à imposer leur mode de vie aux Français. Eh bien le Français ne veulent pas de ça ! » – Marine Le Pen


Bourdin direct: Marine Le Pen – 03/09 par BFMTV

Claude Guéant aurait aussi reçu un virement « suspect » en provenance de Jordanie

Claude Guéant ne répond plus. Pris dans la tourmente des révélations du Canard enchaîné concernant des mouvements de fonds sur ses comptes, l’ancien ministre de l’Intérieur a choisi de ne plus s’exprimer. Et de ne plus se perdre dans des déclarations maladroites mettant en péril sa défense. Il réserve désormais ses explications aux juges d’instruction Serge Tournaire et René Grouman. Elles risquent d’être longues, au regard du résultat des perquisitions effectuées, le 27 février, au domicile et au cabinet d’avocats de l’ex-ministre.
[...]
L’Express est en mesure d’indiquer qu’un autre virement suspect a été découvert à la même occasion. Il s’agit cette fois d’une somme de 25 000 euros versée depuis la Jordanie, à l’origine inexpliquée. L’attention des juges est également retenue par des factures payées en liquide à partir de 2002. Le volume de celles-ci augmente singulièrement entre 2007 et 2009. Dès la perquisition, Claude Guéant fait référence à des primes de cabinet. Celles-ci ayant vu leur régime modifié depuis le début de 2002, l’explication laisse les enquêteurs sceptiques. Pourtant, c’est celle que réitérera l’ex-secrétaire général de l’Elysée lors de ses nombreuses interventions médiatiques. Chaque fois, il prend soin de préciser qu’en tout état de cause ces sommes n’ont rien à voir avec la Libye et un éventuel financement politique.

Pourtant, l’examen du portable de Claude Guéant permet la découverte de numéros répertoriés en lien direct avec la Libye. Y figure celui de Moussa Koussa, chef des services de renseignement du colonel Kadhafi, aujourd’hui réfugié au Qatar. On y trouve aussi « Zyad », le prénom de Takieddine, et le patronyme de Djouhri. Ce dernier, proche de Guéant depuis 2006, a eu plusieurs conversations avec lui peu de temps avant la perquisition. Enfin, quelques mots manuscrits se réfèrent à plusieurs rendez-vous avec Zyad Takieddine et Alexandre Djouhri, toutefois sans précision de date.
L’Express

500.000 euros découverts chez Claude Guéant

Des juges s’interrogent, selon Le Canard enchaîné à paraître demain, sur le versement de plus de 500.000 euros depuis l’étranger sur un compte de Claude Guéant, qui a démenti aujourd’hui tout lien entre cet argent et un éventuel financement libyen de la campagne de Nicolas Sarkozy en 2007.

L’hebdomadaire satirique révèle que les enquêteurs avaient découvert ces versements d’argent à la faveur d’une perquisition en février dans le cadre de l’enquête, alors conduite par le parquet de Paris, sur les accusations de financement libyen de cette campagne. [...] Le parquet n’a fait aucun commentaire. De son côté, M. Guéant justifie le demi-million d’euros reçus par une vente de tableaux en 2008. [...]

Le Figaro / AFP

Attentat à la voiture piégée contre l’ambassade de France à Tripoli (vidéo)


Un attentat a visé l’ambassade de France à Tripoli, mardi 23 avril, blessant deux gardes français, dont un grièvement, et provoquant d’importants dégâts matériels, selon une source française. Une source de sécurité libyenne a affirmé que l’explosion était due à une voiture piégée. Les deux Français blessés sont des gendarmes mobiles.

Le premier gendarme a été sérieusement blessé, mais « son pronostic vital n’est pas engagé », a précisé la direction de la gendarmerie à Paris. Le second gendarme a été choqué par l’effet de souffle. Des gendarmes sont régulièrement affectés pour une période de deux ou trois ans à la protection d’ambassades de France, particulièrement en Afrique.

Selon un correspondant de l’Agence France-presse sur place, le bâtiment abritant les locaux de la chancellerie a été fortement endommagé et une partie du mur de l’enceinte a été détruite. Deux voitures garées devant l’ambassade étaient calcinées. Selon une journaliste de France Inter également présente sur place, l’ambassade est partiellement détruite.

(…) Le Monde