Yvelines : Une femme handicapée agressée sexuellement dans un photomaton. Un jeune de 19 ans interpellé

Une femme handicapée a été agressée sexuellement dans une cabine de photo instantanée le 15 avril en gare de Houilles (Yvelines). Identifié grâce aux caméras de vidéosurveillance, le suspect a été déféré lundi dernier devant le parquet de Versailles.

Sans les caméras, l’agresseur présumé n’aurait sans doute jamais été retrouvé. Lundi dernier, un jeune de 19 ans originaire des Mureaux a été déféré devant le parquet de Versailles (Yvelines). Ce dernier est soupçonné d’avoir agressé sexuellement une femme handicapée âgée de 21 ans le mardi 15 avril dans un photomaton de la gare de Houilles.

C’est la victime qui est allée voir la police pour porter plainte après les faits. La jeune femme, dont le handicap n’a pas été indiqué, est parvenue, selon Le Parisien qui révèle l’information, à faire une description précise de son agresseur. Grâce à l’exploitation des images extraites des bandes des caméras de vidéosurveillance, les fonctionnaires de police sont parvenus à identifier le suspect avant de procéder à son interpellation le jeudi 17 avril.

On ignorait ce mercredi si l’auteur présumé des faits avait reconnu ou non les faits au cours de sa garde à vue. Selon les déclarations de la victime, le jeune de 19 ans aurait abusé d’elle à plusieurs reprises dans la cabine de photo instantanée installée dans le hall de la gare.

Metronews

François Hollande passe la matinée aux Mureaux (MàJ)

Déja 400 milions d’euros investis au Mureaux ces dernières années


Les nombreux atouts, avantages… dont bénéficient déja Les Mureaux, sans résultat…


Le président de la République est attendu ce matin dans la commune pour un déplacement consacré à l’emploi des jeunes.

(…) Mal en point dans les sondages, François Hollande rappellera ce matin que la lutte contre le chômage est sa priorité numéro 1. Il se rendra chez GCC, une entreprise spécialisée dans les travaux publics. Comme toutes les sociétés intervenant dans les opérations de renouvellement urbain, cette société est soumise à une obligation d’embauche de jeunes issus des quartiers populaires. « Les travaux de construction du pôle Molière, à la Vigne blanche, permettront par exemple de proposer quatorze mille heures de travail à des jeunes en insertion », confie une source préfectorale. Le président se rendra ensuite au collège Jean-Vilar pour la présentation des emplois d’avenir et la signature des contrats de génération.

(…) Le Parisien

Les Mureaux. Un accident dégénère en lynchage mortel. Verdict (Màj)

[Addendum du 20 avril ]
La cour d’assises des Yvelines a rendu son verdict hier soir. Huit jeunes ont été condamnés à des peines allant de 5 à 20 ans de prison pour le meurtre de Mohamed Laidouni, battu à mort devant sa famille sur l’autoroute A13 en juin 2010 après un banal accrochage.

Dominique Correa, le passager du véhicule qui avait appelé ses amis en renfort, Kamel Bouccena et Mody Sarr, ont été reconnus coupables de « meurtre » et condamnés à 20 ans de réclusion criminelle.

Une peine de 18 ans de prison a été prononcée contre Ismael Seghna, également pour « homicide volontaire ».

La cour d’assises a également condamné la conductrice de la voiture qui avait eu l’accident, à l’origine de la rixe mortelle, à quatre ans de prison dont un avec sursis.

Le parquet avait requis de 14 à 30 ans de prison contre huit des accusés.

Le verdict a été prononcé dans une ambiance tendue. Plus d’une centaine de policiers, CRS et gendarmes avaient été déployés autour du tribunal correctionnel de Versailles pour prévenir d’éventuels débordements.

Republicain Lorrain – merci Charly

——–[Addendum du 14 avril ]

Le président de la cour évoque « un certain nombre d’écoutes téléphoniques et de retranscriptions de SMS qui figurent au dossier ». Elles ont été réalisées au début de l’instruction, lorsque les enquêteurs apprenant que les accusés disposaient de téléphones portables en détention, s’étaient bien gardés de leur faire retirer.

Conversation interceptée entre  Ismail Seghna et sa compagne Vanessa. Il semble furieux (…), il en veut surtout à Claire,  la jeune fille qui était avec eux le 27 juin et qui le met en cause en racontant qu’il avait changé son pantacourt et ses baskets qui portaient des traces de sang.

- « Elle dit, là, que c’est toi qui a terminé le mec à coups de pied ».
– « L’autre là, la Claire, elle a intérêt à…elle va changer ses dépositions direct »
- »Ben ouais, c’est chaud, y’a des années en jeu là ».
– « Elle va payer ça ».
– (…)
– Il faut qu’il la retrouve cette salope. Faut qu’elle dise: ‘les keufs m’ont mis la pression. j’ai raconté des conneries.’ Elle a juste ça à dire, cette fils de pute de sa mère ».

Nordine parle à son tour:

- « C’est qui? la céfran? [la Française]« .
- « Oui. Claire ».
- « Je vais lui mettre une grosse gifle dans la gueule dès que je vais la voir ».

Le Monde

——————————

Addendum du 9 avril

Rixe mortelle sur l’A13, des visages, des figures
Les débats n’avaient pas encore commencé mais la salle disait déjà beaucoup de choses, lundi 8 avril, au premier jour du procès de la rixe mortelle sur l’autoroute A13.

En haut, sur la tribune, neuf hommes et femmes composent la cour d’assises des Yvelines. Tous blancs. Les jurés citoyens tirés au sort ont l’allure sage des passants que l’on croise dehors, dans les rues de Versailles.

Au banc des parties civiles a pris place une famille nombreuse : l’épouse et veuve, la mère – la tête couverte d’un hidjab – le père, les frères et les cousins de la victime, Mohamed Laidouni. En face d’eux, dans le box, huit jeunes hommes gardent la tête baissée.

Tous sont français, sept d’entre eux sont originaires d’Afrique subsaharienne, les parents du huitième viennent du Maghreb.

Le Monde

—————–

Addendum du 7 avril : ouverture du procès des tueurs :

————————

Addendum 1er juillet 2010 :

Deux jeunes hommes ont été écroués pour avoir battu à mort un automobiliste ce week-end sur l’A13, dans les Yvelines. Trois autres personnes, dont la conductrice et un passager de la voiture impliquée, se sont présentées spontanément aux enquêteurs de la Sûreté départementale et ont été placées en garde à vue ce mardi soir. Les deux jeunes hommes écroués – Abdoulaye, 21 ans, et Hadema, 22 ans (déjà condamné pour violence) –, originaires du quartier des Musiciens aux Mureaux, ont été mis en examen pour “meurtre ou complicité de meurtre et violences aggravées”. “Ils reconnaissent avoir été sur place, mais nient toute participation.” [...] Métro

Lire la suite

Les Mureaux (78). Une jeune médecin agressée : « Je n’ai pas d’autre solution que de partir »

Alors que l’Ordre des Médecins a dévoilé ce mardi 16 avril son enquête annuelle sur la sécurité des médecins, une jeune praticienne raconte son agression dans son cabinet des Mureaux, dans les Yvelines.

C’était il y a trois mois. Âgée de 33 ans, cette jeune médecin a été agressée par trois hommes cachés dans son cabinet des Mureaux, dans les Yvelines, alors qu’elle terminait son service. Menace à main armée, vol d’argent.

« On s’est faussement crus en sécurité pendant des années et je pense que c’était une illusion », déplore-t-elle. « J’adore ce que je fais. Malheureusement, j’estime ne plus pouvoir exercer mon métier dans des conditions convenables. C’est pour cela que, la mort dans l’âme, j’ai pris la décision de quitter ce cabinet. »

(…) RTL

================================================

Complément : Relire :

Un nouveau médecin à Aulnay-sous-bois

[extrait de Oxygene, le magazine des habitants d'Aulnay sous bois, février 2013]

Aminata Dukuray. « Je suis née dans le 93, je connais bien le département mais j’ai malgré tout été surprise par la gentillesse des voisins et leur accueil chaleureux. (…) Je ne connais pas encore bien la ville mais ce qui m’a frappée, c’est la future mosquée. Etant musulmane, il est pour moi important d’avoir un endroit aussi grand, beau et ouvert dans la ville. »

PDF complet ici

Lire en complément  : 

Bobigny (93). La fac les aide à devenir médecins

Les Mureaux : le cabinet médical accusé de créer de l’insécurité

Des copropriétaires des Mureaux se mobilisent contre un cabinet de consultation. Ils estiment qu’il engendre trop de nuisances. « L’agression dont a été victime cette femme est scandaleuse, témoigne Pierre Duval, le président du conseil syndical de la copropriété des Mureaux, où une femme médecin a été agressée avec une arme à feu le 17 janvier dernier. Mais nous nous plaignons depuis de nombreuses années des désagréments et de l’insécurité qui sont inhérents au cabinet médical lui-même. »

« Ce sont des va-et-vient incessants, soutient Roger Terranova, un voisin qui habite au deuxième étage. Les gens entrent et sortent comme dans un moulin. Il nous arrive de tomber nez à nez avec des gens qui n’habitent pas ici et qui n’ont aucune raison d’y être. » Il y a encore quelques mois, « les patients stationnaient dans le couloir, l’escalier ou le hall parce qu’il y avait trop de monde dans la salle d’attente », insiste une voisine. « Il a fallu interpeller les médecins plusieurs fois pour que ça cesse », rappelle Pierre Duval. Depuis, quand l’affluence est trop forte, les médecins ferment la consultation et affichent un mot au portail pour éviter que les patients n’entrent dans l’immeuble et se rendent au premier étage, là où se trouve le cabinet.

Il y a quelques années, des aménagements ont même été réalisés par la copropriété : portes fermées à clé pour empêcher l’accès libre au reste du premier étage ou aux niveaux supérieurs, digicode dans l’ascenseur pour ceux qui veulent aller au-delà du premier étage.

(…) Le parisien

Les médecins des Mureaux en grève après l’agression d’une collègue (màj + vidéo)

La quasi-totalité des 45 professionnels de santé des Mureaux (Yvelines) sont en grève vendredi 1er février en soutien à une femme médecin braquée dans son cabinet le 17 janvier. Le mouvement, lancé à l’appel de l’Union régionale des professions de santé (URPS, instance représentative des professions de santé libérales) d’Ile-de-France, concerne des généralistes, spécialistes, dentistes et kinésithérapeutes.

Lors de l’agression de cette jeune généraliste, trois malfaiteurs s’étaient emparés de « quelques centaines d’euros », en menaçant leur victime d’un revolver et d’une bombe lacrymogène. (…)

France tv

Les trois hommes s’étaient dissimulés dans les toilettes près de la salle d’attente et ont attendu que la médecin soit seule et sur le point de partir pour la braquer avec une arme à feu.
Ils lui ont dérobé la recette du jour, avoisinant 100€, et ont fait main basse sur sa carte bancaire, avec laquelle ils ont retiré 600€ dans un distributeur tout proche.

Le Parisien

Les Mureaux (78). Jets de pavés sur des policiers à cheval

Deux policiers qui patrouillaient à cheval dimanche dans une cité des Mureaux (Yvelines) ont été la cible de jets de pavés et l’un d’eux a été légèrement blessé..

Touché à une cuisse, le policier a été transporté à l’hôpital pour y subir des examens.

Un jeune majeur, suspecté d’avoir lancé un pavé, a été interpellé sur les lieux.

Le Parisien
(Merci à Joidf)

Les Mureaux (78) : Duplex pour « les familles blacks », racisme anti-Noirs des Arabes et départ des Européens

[...] Daniel Vitter, le responsable communiste, confirme l’existence d’un « ancien vote FN chez les immigrés ». Il parle à voix basse. On est à la Mascotte, un café du quartier des Bougimonts. Dans la salle : quarante hommes et deux femmes. Seule la télé parle français. Elle est branchée sur Equidia.

« Chez certains, il pouvait y avoir une forme de racisme, notamment des Arabes vis-à-vis des Noirs. Les autres voulaient protéger leurs acquis. Ceux qui viendraient après eux aggraveraient forcément leur situation. »

Leurs conditions de vie, en tout cas, s’étaient fortement détériorées.

Des duplex pour « les familles blacks »

Après-guerre, Les Mureaux se rêvent en cité idéale pour les ouvriers de Renault-Flins. D’ex-ruraux affluent. Et à la fin des années 60, Renault fait venir des milliers de Marocains. Puis les chocs pétroliers surviennent. La Régie dégraisse. Peu à peu, le chômage, la honte et la peur s’installent dans les tours.

Maimouna Talla, animatrice au centre social de la Vigne Blanche, un des quartiers considérés comme les plus difficiles, se souvient des « premiers programmes de rénovation urbaine », dans les années 90.

« La mixité qui existait encore dans les cités a disparu. On a concentré ici tous les appartements en duplex pour familles nombreuses, c’est-à-dire les familles blacks. Les communautés portugaise et italienne et les Français dits de souche ont gagné les zones pavillonnaires. »

Et ont voté FN comme un seul homme. [...]

Rue89

Les Mureaux (78) : la ville contrainte d’accueillir des clandestins de Seine-Saint-Denis

Dix-sept familles, demandant asile en France et arrivant tout droit de Seine-Saint-Denis ont posé dernièrement leurs valises aux Mureaux. François Garay, le maire (DVG) de la ville, reste interloqué devant cet afflux.

« Nous ne sommes mis au courant de rien. C’est bien souvent les associations qui nous apprennent quand des familles arrivent. »

[...] Du côté du 115, on explique que les personnes sont envoyées « là où il y a de la place lorsque les capacités d’accueil du 93 sont atteintes. » Trop facile pour l’élu des Mureaux : « Certes nous avons de la place, mais pourquoi on ne réquisitionne pas des hôtels au Vésinet ou ailleurs ? » [...]

Le Parisien

(Merci à kaos)

Cinq hommes arrêtés pour des kebabs «clandestins» aux Mureaux

Après la drogue et les voitures on trafique aussi les kebabs dans les certaines cités. Cinq hommes, âgés de 24 à 29 ans, sont déférés jeudi à Versailles (Yvelines). La justice leur reproche d’avoir mis en place depuis environ un an, une entreprise clandestine de préparation et de livraison à domicile de sandwiches aux Mureaux.

Le Parisien

(Merci à Zatch)

Aux Mureaux, des chrétiens (dont un prêtre) aident à la construction d’une mosquée

L’initiative du Père Xavier Chavanne fait débat. Quand il a appris qu’une association de musulmans qu’il « connaît bien » et dont l’imam « a pris des positions courageuses sur les ondes de la radio locale », construisait une nouvelle mosquée, « la mosquée Essalam », il s’est « [senti] concerné », comme d’autres chrétiens de la paroisse « par le fait que [leurs] amis avec qui [ils organisent] deux fois par an des collectes au profit des Restos du Cœur, peinent à trouver des fonds ». Il a donc décidé de relayer leur appel dans la feuille paroissiale Vivre en Église aux Mureaux (infra). « Notre contribution sera symbolique » du fait de la taille de la paroisse, souligne-t-il cependant. « Au Carême, nous avons organisé une collecte pour soutenir les chrétiens persécutés : on a collecté 700 ou 800 euros. Là, on ne devrait pas collecter la moitié de cette somme« .

NouvellesdeFrance