Lens et ses environs : il arrache le sac des femmes sur les parkings

Le Groupe spécialisé dans l’investigation sur les bandes (GSIB) de la Sûreté départementale de Lens a retrouvé récemment un homme qui arrachait leur sac à main aux dames sur les parkings des supermarchés.

[...] L’auteur des vols était ensuite identifié grâce à des planches photos et la première victime parvenait à désigner son agresseur. Il s’agit d’un homme défavorablement connu des services de police pour des faits similaires perpétrés en avril et pour lesquels il avait été jugé au tribunal correctionnel d’Arras.

À l’époque, il avait été laissé libre et devait se représenter au tribunal le 5 mai. Le GSIB s’est donc rendu sur place à cette date et a interpellé l’homme âgé de 29 ans, appartenant à la communauté des gens du voyage.

La Voix du Nord

Lens : les Restos du coeur cambriolés par des garçons de 12 à 15 ans

Quatre garçons âgés de 12 à 15 ans ont été interpellés dans le cadre de l’enquête sur le vol de trois palettes de nourriture dans les locaux des Restos du coeur à Lens (Pas-de-Calais).

L’enquête a permis d’identifier quatre garçons vivant dans le quartier qui ont été interpellés. Entre le 13 mars et mercredi. Les adolescents ont reconnu avoir volé ce qu’ils pouvaient porter eux-mêmes et en avoir jeté et détruit la plus grande partie. Un kilo de sucre et un pot de crème au chocolat ont été retrouvés au domicile de l’un d’eux.

(…) France 3 Nord Pas-de-Calais

Louvre-Lens : « La liberté guidant le peuple » de Delacroix a été tagué (màj : la taggeuse internée)

Addendum 09/02/13

La jeune femme de 28 ans qui avait tracé une inscription sur le célèbre tableau d’Eugène Delacroix « La liberté guidant le peuple » au Louvre Lens, ne sera pas présentée à un juge d’instruction samedi mais internée en hôpital psychiatrique. [...]

BFM TV/AFP

Addendum 08/02/13

LCI : l’auteur de la dégradation pénalement irresponsable :

————————–

La femme en garde à vue a « un nom de consonance française », a indiqué le procureur sans vouloir donner de précision sur son identité.

Le Point

————————–

D’après une source judiciaire, la femme aurait inscrit sur la toile «AE 911» en référence au sigle «Architects and Engineers for 9/11 truth», une association conspirationniste qui milite pour la réouverture de l’enquête sur les attentats contre les tours de World Trade Center en 2001. Elle l’aurait expliqué lors de son arrestation, selon TF1 News. (…)

20 minutes

Peut-être un lien avec ce site qui conteste la version officielle des événements du 11 septembre ?

———————

Le tableau d’Eugene Delacroix, l’un des tableaux phares du nouveau musée lensois a été tagué ce jeudi un peu avant la fermeture du musée, à l’encre indélébile, avec un marqueur. Une femme a été immédiatement interpellée et placée en garde à vue. Le tableau devrait pouvoir être restauré.

Delacroix Liberté guidant le peuple

La visiteuse, qui est âgée de 28 ans, aurait tagué des inscriptions ayant trait à des revendications dont on ignore pour l’instant l’objet. Le « tag » ferait une trentaine de centimètres (l’oeuvre mesure 325 cm × 260 cm). On ne connaît pas encore la gravité du dommage. Selon le musée, l’inscription devrait pouvoir « être nettoyée facilement », mais l’établissement a porté plainte. [...]

France 3

Dix-neuf sièges lacérés avec une lame de rasoir dans le TGV. Jemmel El Akouk interpellé à Lens

Dix-neuf sièges lacérés avec une lame de rasoir dans le TGV Paris-Dunkerque

Jemmel El Akouk a fait l’objet d’une comparution immédiate ce vendredi 2 novembre. Originaire de Metz, ce voyageur, pas comme les autres, était monté dans le TGV Paris-Dunkerque, sans billet de transport, le mercredi 31 octobre. Il se rendait en visite chez sa mère à Grande-Synthe. Une altercation dans le train l’a mis hors de lui. Il a lacéré dix-neufs sièges et appuis-tête, à l’aide d’une lame de rasoir. « Il n’arrêtait pas de vociférer », ont rapporté les voyageurs choqués par autant de violence.

Jemmel El Akouk a été interpellé à la gare de Lens, où le Lorrain attendait l’arrivée de la police.

Le représentant du parquet de Béthune a relevé l’inquiétante personnalité du Messin qui compte de nombreuses mentions sur son casier judiciaire. Héroïnomane à l’âge de onze ans, il s’est marginalisé en alternant les périodes de délinquance et d’incarcération.

Source

Merci chris3818919

2 sœurs condamnées pour discrimination

Deux soeurs ont été condamnées aujourd’hui à une amende de 3000 euros chacune dont la moitié avec sursis pour discrimination, parce qu’elles avaient refusé de vendre une maison à un couple d’origine algérienne en 2009 à Lens. Elles ont également été condamnées par le tribunal correctionnel de Béthune à leur verser solidairement 2000 euros au titre du préjudice moral et 2.500 euros pour le préjudice financier. Une même peine de 5000 euros d’amende avait été requise le 8 mars par le procureur.

Alors que le compromis de vente était sur le point d’être signé par toutes les parties, la transaction a finalement été annulée et la maison vendue à un autre couple. Peu après, la secrétaire de l’agence immobilière par l’intermédiaire de laquelle les époux Blamm, un couple de trentenaires français d’origine algérienne, devaient acquérir la maison, avait affirmé que l’une des prévenues, Gertrude Lesage, lui avait demandé la nationalité des acheteurs potentiels. Selon la secrétaire, celle-ci lui avait rétorqué: « pour la tranquillité du voisinage et le souvenir de ma mère », décédée quelques mois avant, « je ne veux pas d’Arabes dans la maison ». [...]

Le Figaro

Incidents Bastia-Lens: Corsica Libera dénonce un racisme anti-corse dans le football français (audio + vidéo)

Image de prévisualisation YouTube

Ce matin (mercredi), suite aux incidents de la rencontre Bastia-Lens de Samedi, Corsica Libera organisait une conférence de presse. Celle-ci, évoquant de façon plus générale le racisme anti-corse dans le football, a balayé les dossiers de ces derniers mois, et plus largement de ces dernières années.

Clip audio : Le lecteur Adobe Flash (version 9 ou plus) est nécessaire pour la lecture de ce clip audio. Téléchargez la dernière version ici. Vous devez aussi avoir JavaScript activé dans votre navigateur.

Alta-Frequenza.com

Lens : deux Roumains interpellés après la découverte d’un corps

Deux personnes viennent d’être interpellées dans le cadre d’une enquête confiée à la brigade criminelle de Lens sur la mort d’un homme âgé de 56 ans, dont le corps avait été retrouvé le 15 septembre en centre ville.

Ces deux hommes, âgés de 36 et de 28 ans et originaires de Roumanie, sont soupçonnés d’homicide volontaire et de vol en réunion, vraisemblablement pour des bijoux, de l’argent et un téléphone portable.

C’est dans la cour d’une maison abandonnée, rue Bollaert que le corps avait été découvert. L’homme avait apparemment subi un traumatisme cranio-facial. L’autopsie a confirmé qu’il était décédé à la suite de coups portés à la tête.

La Voix du Nord

Lens : Portrait de deux migrants du centre Schaffner

Omar (1) est Érythréen, Hussein est Libyen. Délogés fin juin de la friche industrielle de Thélu à Calais, avec une trentaine d’autres migrants, ces deux demandeurs d’asile ont échoué il y a quelques semaines au centre d’hébergement et de réinsertion sociale Schaffner de Lens, une structure gérée par l’Association pour la solidarité active (APSA).

Pour obtenir le statut de réfugié, ils ont dû faire parvenir aux autorités françaises un « récit de vie » expliquant les raisons de leur périple, dont l’authenticité a été ou sera vérifiée par l’Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA).

Originaire d’Asmara, la capitale de l’Érythrée, indépendante depuis vingt ans, Omar est un ancien soldat. Le pays sous régime autoritaire est toujours en conflit avec l’Éthiopie voisine. Considéré comme « déserteur » au retour d’une permission dans sa famille, le jeune homme explique avoir été emprisonné durant plus d’un an. À sa sortie, il rejoint l’Éthiopie puis le Soudan avant de traverser le désert pour gagner la Libye. [...]

Autre histoire, autres espoirs pour Hussein, 25 ans, victime comme Omar de la dictature dans son propre pays. Arrivé le 16 juin au centre, le jeune homme ignore toujours à quoi ressemblera son lendemain. [...] il rejoint l’armée au début des contestations. Se refusant à pratiquer la torture sur des rebelles, il en aurait vraisemblablement été victime lui-même avant de parvenir à s’échapper et de fuir en bateau le 14 février. Considéré officiellement comme « mort » en Libye, il aimerait faire venir sa femme dont il est sans nouvelles aujourd’hui et s’installer en France pour se reconstruire.

Nord Éclair

Lens : Bagarre à coups d’armes blanches, quatre blessés et sept interpellés (M-à-J)

Addendum du 23/02/2011 : Les 6 gardés à vue laissés libres

Une bagarre opposant deux familles a éclaté à Lens, dimanche après-midi. Quatre personnes ont été blessées.

L’une d’entre elle a reçu un coup de couteau à l’abdomen. Ses jours ne sont plus en danger. Sept personnes ont été interpellées. L’une d’elle a été libérée hier. Les six autres ont été laissés libres, sur instruction du parquet, ce mardi midi. L’enquête se poursuit, néanmoins.

Depuis 9 heures, ce mardi, des pompiers et des enquêteurs recherchent dans un étang de pêche d’Avion, à côté de Lens, une arme à feu. Celle-ci a été utilisée au cours de la rixe. Son possesseur, un des hommes placés en garde à vue, a tiré un coup en l’air sans blesser personne.

La Voix du Nord

Cet après-midi, une bagarre a éclaté entre plusieurs personnes appartenant a priori à deux clans distincts, dans une rue de Lens.

Quatre personnes ont été blessées, dont une à l’abdomen. Cette dernière a été conduite avant l’arrivée des pompiers, par un tiers, à l’hôpital de Lens. Il a ensuite été acheminé au CHR de Lille. Ses jours ne seraient pas en danger.

Les trois autres victimes souffriraient de blessures superficielles. La police de Lens a interpellé sept personnes qui sont toujours en garde à vue. Des perquisitions ont été faites dans des maisons de cette rue lensoise. Des objets ont été saisis sans qu’on en sache pour le moment la nature. Joint ce soir, le commissaire central de Lens, Daniel Lejeune, se voulait prudent : « Les raisons exactes de la rixe restent à déterminer. L’enquête judiciaire ne fait que commencer. »

La Voix du Nord

Lens : le Préfet fait stopper la démolition d’un monument historique, mais le mal est fait

Après avoir délibérément lancé la démolition d’un logement à Lens, classé sur la liste des monuments historiques, le maire a reçu sans surprise, un procès-verbal du conservateur des monuments historiques. De son côté, la préfecture du Pas-de-Calais vient de prendre un arrêté de mise en demeure d’arrêter les travaux de démolition.

L’histoire est édifiante et a largement été contée, principalement dans la presse régionale. Dans le cadre d’une proposition de classement au patrimoine de l’UNESCO des cités minières du Nord, plusieurs d’entre elles ont bénéficié de protections au titre des monuments historiques, tout à fait justifiées par l’intérêt que ce type d’habitat représente, notamment du point de vue urbanistique. En 2009, neuf bâtiments de Lens liés à la mine ont été inscrits.
Le 1er décembre 2009 le « groupe scolaire Jean Massé, ancienne habitation du directeur des écoles, et ancien patronage de la Cité n° 12 » a ainsi fait l’objet d’une inscription. (…)

On s’étonne que cette position ne soit pas dénoncée unanimement par la classe politique et par le Parti Socialiste auquel Guy Delcourt appartient. C’est un peu comme si ce dernier déclarait, à propos d’un policier le verbalisant pour conduite dangereuse, que ce fonctionnaire n’a pas à décider à la place d’un élu local comment il doit conduire sa voiture. Il rend en effet l’architecte des bâtiments de France responsable de cette situation, d’ailleurs à tort.

Manifestement, soucieux de démolir l’un des très rares monuments historiques de sa ville, le maire en profite pour mener une nouvelle attaque contre les ABF. (…)

La Tribune de l’art

Le feuilleton narré par la Voix du Nord

La gazette des communes