Théorie du genre : La presse en flagrant délit de désinformation ?

(Merci à Malko)

Le CCIF : Un «islam identitaire agressif» (Le Figaro)

Dans son rapport 2011, la simple demande d’un agent de l’ANPE à une femme voilée pour savoir si elle garderait son voile pour travailler est répertoriée comme islamophobe.

(…) Même s’il y a, à ce titre, une divergence entre le CCIF et le Conseil français du culte musulman (CFCM), qui, lui, a signé une convention avec le ministère de l’Intérieur créant un Observatoire de l’islamophobie. Abdallah Zekri, président de cette structure, commente:

«Le CCIF nous reproche de “collaborer” avec le ministère, mais oublie de dire qu’il a essayé, par notre intermédiaire, d’être reconnu comme partenaire officiel. Le minis­tère de l’Intérieur a refusé.»

Un «islam identitaire agressif»

(…) Le CCIF incarne un «islam identitaire agressif», explique un expert reconnu. «Conduit par une jeune génération de musulmans nés en France, il s’est affranchi des grandes fédérations instituées et travaille en réseau avec une stratégie médiatique moderne, peu soucieux des questions du culte, mais en pointe pour une présence musulmane dans la société civile.»

En attendant, plusieurs interlocuteurs représentant les grandes sensibilités de l’islam de France, assurent que la campagne publicitaire du CCIF est «très appréciée» par la communauté musulmane, qui se plaint à l’unisson d’une «montée en flèche» de l’islamophobie en France.


Droit de réponse du CCIF

À la suite de l’article du 15 novembre 2012 intitulé «Le CCIF, une association qui milite pour le port du voile», le Collectif Contre l’Islamophobie en France (CCIF) souhaite préciser la chose suivante:

Membre spécial consultatif de l’ONU, le CCIF est une association antiraciste, non confessionnelle. Il n’encourage ni ne décourage le port du voile par les femmes musulmanes. Le CCIF défend simplement le droit de manifester ses croyances religieuses, protégé par les conventions internationales et le droit national, notamment la loi de 1905. Ce droit appartient à tout(e) croyant(e): aux porteurs / porteuses de kippa, d’une croix, d’un voile ou d’un turban…

C’est pourquoi le fait pour une conseillère du Pôle Emploi, agent public assujetti au devoir de neutralité, de demander à une candidate à l’emploi voilée si elle ôterait ou non sa coiffe dans l’exercice de son travail et d’affirmer qu’elle ferait mention du port de son voile, constitue une violation flagrante de la loi.

En réalité, le CCIF ne se focalise nullement sur le voile, ce sont certains éléments de notre société qui le sur-médiatisent. Le CCIF ne fait que défendre, parmi d’autres, les femmes qui choisissent librement de le porter, et qui constituent les premières victimes de l’islamophobie. Il s’oppose à la manipulation du voile comme prétexte pour refuser la participation de ces femmes dans la société.

Enfin, contrairement à ce qu’affirme, dans votre article, un «expert reconnu» mais anonyme, le CCIF n’incarne nullement un «islam identitaire agressif». Association non confessionnelle, le CCIF n’incarne pas l’islam, et encore moins un islam «identitaire agressif». il défend les droits d’individus de confession musulmane en tant que citoyens à part entière et non à part, droits expressément garantis par la Constitution française et les traités internationaux.

Samy DEBAH

Président du CCIF

Blocage de la distribution des quotidiens : le Figaro plus touché que les autres ?

Le directeur général du Groupe Figaro, Marc Feuillée, et le directeur des rédactions du Figaro, Alexis Brézet, réagissent au blocage de la distribution des quotidiens par le Syndicat SGLCE CGT du Livre.

Ce mercredi 6 février, vous êtes privé de votre quotidien.

La décision du Syndicat SGLCE CGT du Livre de bloquer totalement cette nuit la distribution de tous les quotidiens nous a contraints de prendre la décision exceptionnelle de ne pas imprimer Le Figaro ce soir.

Par ce geste, nous signifions que ne pouvons plus tolérer que le travail de toute la rédaction du Figaro et de ses personnels soit ainsi saccagé.

Depuis octobre, de nombreux mouvements sociaux ont affecté de manière partielle ou globale la distribution des différents quotidiens nationaux français. Le Figaro, comme ses confrères et peut être plus encore, en raison de ses positions politiques, a été systématiquement visé par ces actions punitives et incontrôlées du Syndicat SGLCE CGT du Livre qui dépassent largement le droit de grève.

Les principes d’égalité de traitement et de respect du pluralisme qui sont les fondements de la distribution de la presse en France depuis l’après-guerre sont bafoués par ceux- là même qui prétendent les défendre. (…)

Le Figaro

Ivan Rioufol tacle les Salafistes

La réalité est la première force d’opposition au socialisme et à ses œillères. Démonstration ce week-end avec la manifestation de salafistes au cœur de Paris, à deux pas de l’Elysée et de l’ambassade des Etats-Unis. Ils n’étaient que deux cents mais leur audace et leur violence sont autant de camouflets au gouvernement, et singulièrement à l’angélisme du ministre de l’Intérieur. Manuels Valls, qui n’est jamais aussi prolixe que quand il s’agit de défendre l’islam, s’est dit « inquiet » de découvrir la présence de fondamentalistes auprès de jeunes des cités. Il y a de quoi rester perplexe devant cet aveu. Comme il est impossible qu’il puisse ignorer les phénomènes de réislamisation qui s’observent dans une  partie de la communauté musulmane, ne serait-ce qu’avec la prolifération du port du voile dans les banlieues, il faut en conclure que Valls feignait jusqu’alors de ne rien voir. Mieux : il y a quelques jours encore, il reprenait son nouveau leitmotiv : « S’attaquer à une religion, c’est s’attaquer à la République », en donnant ainsi, par l’ambiguïté renouvelée de sa phrase, de l’eau au moulin des plus radicaux qui réclament l’instauration d’un délit de blasphème au profit de l’islam. Jeudi dernier,Libération parlait d’ailleurs de « vidéo blasphématoire » à propos de l’insignifiant navet contre Mahomet, qui a causé dans la rue arabe, chez les plus fanatiques, les débordements antioccidentaux parfois meurtriers.

La majorité des Français de confession musulmane  est en droit de s’estimer caricaturée par ces minorités et ces fauteurs de haine, comme elle le fut par le geste criminel de Mohamed Merah. Il serait d’ailleurs souhaitable qu’elle exprime plus ouvertement le rejet de cette idéologie qui dit parler au nom de l’islam littéral. En tout cas, ce n’est pas rendre service aux démocrates musulmans que de sous-estimer ces mouvements islamo-fascistes qui prospèrent dans l’indifférence des belles âmes. Les Français sont en droit d’attendre du pouvoir la mise au ban de ces adeptes de l’islam radical et révolutionnaire, dont les ressorts antioccidentaux, anticapitalistes, antiaméricains, antisionistes trouvent des échos auprès de mouvements d’extrême gauche. Quand, dans son livre  (On a voté…et puis après ?,Editions du Cherche Midi), Olivier Besancenot invite à la reprise des luttes sociales en appelant à la constitution d’un « bloc anticrise et anti-austérité » qui accueillerait notamment  « les mouvements politiques des quartiers populaires » (lire : des cités), à quelles alliances pense-t-il ? Ce lundi matin, sur LCI, le militant du Nouveau Parti Anticapitaliste a choisi l’indignation plutôt que de répondre à ma question. Plus que jamais la vigilance s’impose.

Le Figaro

Quand Serge Dassault assure Manuel Valls du soutien du Figaro (vidéo)

A l’occasion d’une cérémonie locale, le ministre de l’Intérieur a été chaudement félicité pour son action Place Beauvau par le sénateur UMP de l’Essonne et homme d’affaires, qui lui a également promis le soutien du journal Le Figaro, dont il est le propriétaire. (…)

Le Lab

Alexis Brézet prend la tête du Figaro (MàJ Vidéo)

Addendum vidéo (redifs) :
4/02/11

L’Islam ne reconnaît pas la démocratie ! Partout où il y a l’Islam, les Droits de l’homme n’existent pas ! »

Image de prévisualisation YouTube

———-

3/01/11

Dans sa préface, Jean Raspail, qui a soumis son livre à des avocats, note que si les lois antiracistes avaient un effet rétroactif, son livre serait susceptible de poursuites judiciaires pour un minimum de 87 motifs différents »

Image de prévisualisation YouTube

Voilà pourquoi il faut lire le Camp des Saints, ce roman prophétique qui fera grincer les dents des tenants du multiculturel et du métissage universel. »

Lire la suite

À quoi sert Marine Le Pen ? (Le Figaro)

Forte de sa troisième place à la présidentielle, elle espère que le Front national fera son entrée à l’Assemblée. Mais après ? Que veut-elle ? Faire exploser la droite ? Gouverner un jour avec elle ? Ou bien rester en marge du système sans autre perspective que de faire gagner la gauche ? Enquête du Figaro sur la stratégie du Front national et de Marine Le Pen.

Sur les 572 candidats «bleu marine» finalement investis, Steeve Briois, le secrétaire général du parti, a fait imprimer les affiches du second tour pour 200 d’entre eux qui se qualifieraient de manière quasi certaine.

«Je ne vois pas de relève à droite.» Une coupe de champagne sur la table de son bureau du conseil régional, à Lille, Marine Le Pen jubile. […]La défaite de Nicolas Sarkozy le 6 mai dernier lui permet d’espérer des lendemains favorables. Ni Copé, encore moins Juppé ou Fillon ne lui semblent en mesure d’assumer les mêmes transgressions que le président battu. Mieux, orphelins de Nicolas Sarkozy, les électeurs de l’UMP vont devoir se prononcer en juin pour un parti dont personne ne sait ce que sera demain sa ligne politique. Ce flou est une aubaine pour elle. Bref, c’est fête tous les jours depuis le 22 avril 2012 au FN. […]

La digue tient bon malgré la pression d’une Marine Le Pen qui se sent le vent en poupe. La droite, en dépit de quelques tiraillements, résiste à la tentation de s’allier au Front national. Ou de sceller a minima des accords locaux. Même discrètement. […]

Marine Le Pen a déjà fait la démonstration qu’elle n’entendait pas céder aux plaisanteries douteuses, aux provocations inutiles de son père. Depuis un an et demi qu’elle est aux commandes du FN, elle a dépoussiéré la vitrine, purgé l’appareil de ses éléments extrêmes. Mais, quand elle se lève tous les matins, après avoir rêvé de conquête et de pouvoir, elle ne peut que constater qu’elle n’a pas encore les moyens de son ambition. Elle dispose d’une force militante – plus de 50.000 adhérents à jour de cotisation, selon Steeve Briois, le secrétaire général du parti – mais manque encore cruellement de cadres de haut vol. […]

Combien de députés FN en juin? Marine Le Pen se veut prudente. Un seul élu serait «une victoire». Plusieurs, «un triomphe. […]

Le Figaro

Remaniements médiatiques possibles en cas de victoire de Hollande

A droite:

‘Le Figaro’ : Etienne Mougeotte sur la sellette en cas de victoire de la gauche

Si François Hollande est élu président de la République, la question du maintien en poste d’Etienne Mougeotte à la direction des rédactions du « Figaro » se posera, même si Serge Dassault souhaite le ménager.
Du côté du groupe Dassault, où l’on dément catégoriquement tout contact entre avec l’équipe du candidat socialiste, Etienne Mougeotte a officiellement toute la confiance du propriétaire. Serge Dassault, lui a en effet rendu hommage, le 3avril, lors du conseil d’administration du groupe de presse.
Cependant, des sources internes confirment qu’

il est hors de question pour l’industriel d’adopter une politique d’opposition systématique en cas de victoire de François Hollande. Dassault est trop dépendant de la commande publique et de l’aide de l’Etat pour exporter ses avions. (…)

Le Monde

 

A gauche:

Audrey Pulvar écartée de « On n’est pas couché » en cas de victoire de François Hollande ?

(…) En cas de départ du samedi soir, France 2 pourrait lui offrir un lot de consolation, un peu comme pour Béatrice Schönberg. Comme vous l’a révélé puremedias.com, la journaliste a présenté à sa direction « Huis clos », un nouveau magazine produit par Black Dynamite. Un format garanti 100% sans politique où Audrey Pulvar, entourée de sept jurés, débat sans langue de bois sur une question qui divise la société. Si le pilote venait à ne pas être retenu, celle qui officie aussi chaque matin sur France Inter pourrait disparaître du petit écran. Fatiguée par « cette agitation permanente » autour d’elle, elle avoue penser « plusieurs fois par jour » à arrêter la télévision pour se consacrer à la radio.

ozap.com