Coupe du monde de foot 2010 : Toulalan se confie… à moitié

Jérémy Toulalan, le milieu de terrain de l’AS Monaco, a affiché une certaine amertume, mardi, au moment d’évoquer l’équipe de France et le fiasco de Knysna. Dans un entretien accordé à France Football, l’ancien Lyonnais a estimé que toute la lumière n’avait pas été faite sur l’épisode sud-africain.


Jérémy Toulalan en a trop dit. Ou pas assez… Le milieu de terrain de l’AS Monaco, de retour en France cet été après un exil espagnol de deux ans, a déterré l’épisode Knysna lors d’un entretien accordé au magazine France Football ce mardi. Placé sur le banc des accusés après avoir reconnu que son agent avait, parmi d’autres, écrit la lettre lue par Raymond Domenech à la sortie du bus de la honte, l’ancien Lyonnais a révélé que toute la vérité n’avait pas été dite sur ce chapitre.

« Personne ne sait vraiment. Ce dont je suis sûr, c’est qu’il y a un mec qui a assumé, et c’est moi. J’ai dit ce que j’avais fait mais les autres, on ne les a pas entendus, déplore-t-il d’abord. Je ne regrette rien, j’ai dit ce que je pensais. Moi, je peux me regarder dans une glace. » Mais plutôt que de dénoncer le ou les véritables frondeurs du groupe tricolore, Toulalan a choisi de tourner autour du pot et de laisser le public dans l’ignorance. « Je pourrais vous expliquer ce qui s’est passé, réellement, mais ce n’est pas à moi de le faire. J’ai assumé ma part. Les autres ? J’aurais pu en tuer, je ne l’ai pas fait. »

Toutefois, la rancoeur de celui qui ne se voit plus forcément jouer avec les Bleus paraît ciblée. « Si je vous réponds, je vends la mèche. Si je donne un nom, ça fera mal à cette personne. Et je pense qu’en plus, ça ferait pas mal de bruit, dévoile le milieu de terrain. »

(…) Football.fr

Equipe de France: Raymond Domenech et la « bande de débiles »

L’ancien sélectionneur des Bleus sort un livre qui évoque l’épisode de Knysna…

Attention, Raymond revient et il balance. Dans un livre disponible à la vente à partir de mercredi, l’ancien sélectionneur des Bleus décrit comment il a vécu de l’intérieur le Mondial sud-africain de 2010 et le fiasco de Knysna. «Je sentais que quelque chose de lourd se préparait. L’équipe s’était bouclée sur elle-même. Les palabres tournaient au complot», se souvient Domenech qui avoue avoir eu envie de tout plaquer à ce moment-là et de n’avoir eu «rien à foutre de cette bande de débiles».

Domenech raconte également sa version de l’incident avec Nicolas Anelka dans les vestiaires à la mi-temps du match contre le Mexique (0-2).

Si le journal L’Equipe avait mis dans la bouche du joueur un «Va te faire enculer, sale fils de pute» la version de Domenech évoque un «Enculé, t’as qu’à la faire tout seul ton équipe de merde! J’arrête, moi…».

Sur l’épisode du bus des grèvistes, Domenech explique avoir tenté de dissuader ses joueurs. «J’ai tenté un dernier geste, comme une bravade, pour sauver la situation qui m’échappait. Je me suis placé devant l’entrée du bus et j’ai regardé dans les yeux chacun des joueurs qui passaient devant moi.» Une mesure sans aucun effet. Dans le car, l’ex-sélectionneur tentera encore de convaincre ses joueurs d’aller s’entraîner sans qu’aucun ne manifeste la moindre envie d’y retourner. (…)

20 minutes