Etats-Unis. Julian Castro : «Nous aurons un jour un président latino»

D’origine mexicaine, Julian Castro est le symbole des Hispano-Américains, le groupe ethnique qui se développe le plus aux Etats-Unis. A 38 ans, le maire de San Antonio (Texas), a été mis sous les feux de la rampe en délivrant le discours d’ouverture de la convention nationale du Parti démocrate, tout comme l’avait fait Barack Obama en 2004. Metro a rencontré celui que l’on surnomme déjà «le prochain Obama».

Les immigrants clandestins aux Etats-Unis doivent-ils être expulsés ou légalisés ?

Je suis pour une réforme globale de l’immigration. Je ne doute pas que le Congrès et le président prendront la bonne décision quant à la législation en place. Ce changement serait bon pour le pays et pour ma ville.

Pour San Antonio ? Comment ?

Les gens sortiraient de l’ombre et feraient une demande de naturalisation. Cela générerait des quartiers plus sûrs et permettrait de donner leur chance à des jeunes talentueux, en les envoyant à la fac, par exemple. Il serait dangereux d’avoir une société à deux vitesses.

Les immigrés légaux ne risqueraient-ils pas de ressentir un sentiment d’injustice si les clandestins se voyaient proposer les mêmes opportunités qu’eux ?

Je pense que nous devons faire une réforme en profondeur, du système et de la législation. Aujourd’hui, la voie légale prend beaucoup trop de temps. Il faut également changer ça.

Il y a plus de Latinos que d’Afro-Américains aux Etats-Unis. Ces derniers ont vu l’élection d’Obama. Quand les Latinos verront-ils l’un des leurs à la Maison-Blanche ?

Il ne s’agit pas d’une compétition. Je suis sûr que, vus les progrès réalisés aux Etats-Unis, je verrai de mes yeux des présidents issus de diverses communautés. Donc je suis persuadé qu’il y aura bientôt un président latino. Il représentera tous les Américains, pas juste une ethnie.

Métro

USA : Le Texas pourrait basculer dans le camp démocrate « grâce au vote hispanique »

Julian Castro, le prodige latino des démocrates américains

À seulement 37 ans, il est le maire de San Antonio, dans le très conservateur État du Texas, que les démocrates ne désespère pas de voir basculer dans leur camp. Grâce au vote hispanique.

Les démocrates le voient comme leur meilleur espoir de remporter un jour le poste de gouverneur du Texas, État très conservateur monopolisé depuis des décennies par les républicains, mais confronté à une révolution démographique sous la pression de l’immigration latino. Certains parlent même pour lui d’un avenir national brillant, susceptible de le mener, pourquoi pas… jusqu’à la Maison-Blanche. Julian Castro, jeune maire de la ville texane de San Antonio, non loin de la frontière mexicaine, devait prononcer mardi soir l’un des discours les plus attendus de la convention démocrate. À 37 ans, ce petit-fils d’une immigrante mexicaine arrivée en Amérique au début du XXe siècle, incarne le pouvoir montant des Hispaniques, (55 % de la croissance démographique depuis dix ans). [...]

Le Figaro