Syrie : Des commandos entraînés par les Etats-Unis seraient dans le sud du pays

Selon les informations recueillies par Le Figaro, des contingents syriens formés à la guérilla par les Américains en Jordanie seraient entrés en action depuis la mi-août dans le sud de la Syrie, dans la région de Deraa et progressent vers Damas depuis mi-août. Cette offensive pourrait expliquer, selon le quotidien, le possible recours du président syrien à des armes chimiques.

Un premier groupe de 300 hommes, sans doute épaulés par des commandos israéliens et jordaniens, ainsi que par des hommes de la CIA, aurait franchi la frontière le 17 août. Un second les aurait rejoints le 19. Selon des sources militaires, les Américains, qui ne veulent ni mettre de soldats sur le sol syrien, ni armer des rebelles en partie contrôlés par les islamistes radicaux, forment discrètement depuis plusieurs mois, dans un camp d’entraînement installé à la frontière jordano-syrienne, des combattants de l’ASL, l’Armée syrienne libre, triés sur le volet. […]

Le Figaro

Des rebelles syriens entraînés par la CIA selon le Los Angeles Times

La CIA et des forces spéciales américaines entraînent des rebelles syriens en Jordanie et en Turquie depuis des mois, soit bien avant que la Maison Blanche n’annonce son intention d’accroître son aide «militaire» à l’opposition, rapporte vendredi le Los Angeles Times.

Des rebelles de l’armée syrienne libre (ASL) sont formés au maniement de fusils et missiles antichars et d’armes lourdes pour résister aux avions des forces armées syriennes, détaille le L.A. Times, citant un commandant de l’opposition armée. […]

Le secrétaire d’Etat américain John Kerry s’est envolé vendredi pour le Qatar, où il participera à une nouvelle conférence des «Amis de la Syrie» pour coordonner avec dix autres pays l’aide, y compris militaire, à apporter à la rébellion syrienne.

Le Figaro

Jordanie : L’afflux de réfugiés syriens engendre une situation explosive

strong>La Jordanie accueille désormais un demi-million de réfugiés syriens sur son sol. 100.000 dans le seul camp de Zaatari, au Nord du pays où le nombre d’habitants a doublé avec ces arrivées massives. La situation devient de plus en plus explosive dans le pays, alerte Médecins Sans Frontières (MSF). Amman a besoin d’aide pour faire face. Interview d’Antoine Foucher, chef de mission MSF en Jordanie.

L’espace public est, de plus en plus, rempli de concepts nauséabonds à l’encontre des Syriens.

Amman a tenté de faire face tant bien que mal, appelant à l’aide la communauté internationale. Mais, devant le faible niveau de soutien, et la catastrophe qui s’annonce, la Jordanie a mis provisoirement en œuvre une menace plusieurs fois brandie en fermant sa frontière avec la Syrie.

Une mesure contraire au droit international qui stipule que tout pays doit faire en sorte de permettre à tous ceux qui fuient les persécutions de pouvoir demander asile. […]
La frontière a été fermée, comme l’a annoncé Reuters. Le ministère de la communication a fait alors un communiqué très bref dans lequel il indiquait que le nombre de réfugiés avait été réduit en raison de la désorganisation de l’Armée libre syrienne de l’autre côté. Mais en fait, très clairement, l’armée jordanienne, qui accompagnait jusqu’alors les réfugiés qui arrivaient chaque nuit, a commencé à bloquer l’arrivée des Syriens. […]

C’est de plus en plus tendu avec la population locale, pour des questions de travail notamment. Il y a eu des manifestations. Ca craque de partout parce que les conséquences commencent à être importantes. Avoir de l’eau en saison sèche en Jordanie c’était déjà un challenge. Alors avec une population dans le nord du pays dont le nombre vient de doubler…

Le Nouvel Obs

Tensions extrêmes dans le camp de réfugiés syriens de Zaatari en Jordanie (vidéo)

En plein désert jordanien, sous le soleil brûlant qui succède aux nuits glaciales, plus de 39 000 réfugiés syriens s’entassent dans le camp de Zaatari, installé à la frontière syro-jordanienne depuis juillet dernier. Les familles fuyant les combats en Syrie y vivent dans une grande précarité, mais aussi dans une insécurité grandissante car les accrochages entre les forces de l’ordre et les réfugiés à bout de nerf se multiplient.
Des affrontements entre réfugiés et forces de l’ordre jordaniennes ont éclaté le jour de la fête de l’Aïd, le 28 octobre. D’après les autorités, les violences ont été déclenchées par l’arrestation de trois réfugiés qui essayaient de sortir du camp sans autorisation.
Chaque jour des centaines de personnes affluent de l’autre côté de la frontière, le plus souvent sous escorte de l’Armée syrienne libre (ASL). Près de 95 % des Syriens arrivant sur le sol jordanien sont redirigés vers le camp de Zaatari. Plus de la moitié d’entre eux sont mineurs. L’État et les associations jordaniennes peinent à faire face à ce flux incessant. (…)

Un réfugié, combien ça coûte ?

Cela varie grandement en fonction de sa situation. Un réfugié sri-lankais qui habite en région parisienne n’a pas les mêmes besoins que l’un des 400.000 réfugiés somaliens qui habitent dans les camps géants du nord-est du Kenya.

Dans les pays riches, le coût des réfugiés fait l’objet de polémiques. En France, 520 millions d’euros ont été dépensés sur l’asile par le gouvernement en 2011 pour 60.000 demandeurs (le budget initialement prévu était de 327,55 millions d’euros), soit 8.666 euros dépensé par demandeur d’asile.

Là encore, ce calcul est purement théorique, et ne prend pas en compte les aides aux personnes qui ont obtenu l’asile, ni le budget des associations qui travaillent en parallèle du gouvernement.

Sur ce budget, 334 millions d’euros (soit 64%) sont dédiés à l’hébergement. En comparaison, le logement ne représente que 4,7% de l’aide internationale prévue pour les réfugiés syriens de Jordanie.

Suite & Commentaires sur Fortune

Footballeuses voilées : mais pourquoi la FIFA accepte-t-elle de céder à l’Islam politique ?

La FIFA a levé l’interdiction de porter le voile pour les footballeuses féminines. Cette décision, favorablement accueillie par l’Iran et Arabie Saoudite, marque une percée de l’Islam politique sur un terrain pourtant historiquement neutre. La Fédération française de football (FFF) a pour sa part interdit ce vendredi à ses propres licenciées le port du voile.

Atlantico : La FIFA a autorisé les footballeuses musulmanes à jouer avec le foulard islamique (hijab) grâce à la levée de l’interdiction par l’International Board qui définit les règles du football mondial. Si l’Iran et l’Arabie Saoudite s’en félicitent, d’autres organisations montent au créneau et dénoncent les pressions qui sont à l’origine de cette décision. Quelle est la position de la Ligue du Droit International des Femmes ?

Annie Sugier : Cette décision prise par l’International Board est d’autant plus incompréhensible quand on sait à quel point le sport mondial est codifié par le respect de principes universels. Par exemple, quand des athlètes obtiennent une combinaison qui peut les aider à gagner – comme les nageurs – les débats sont vifs et se concluent toujours par une interdiction de la tenue en question.

Dans le cas de ces footballeuses, elles ont une combinaison qui est différente des autres et ne sont plus sur le même pied d’égalité. A mon avis on les aide à perdre car l’image de la sportive est éclipsée par la volonté des pays islamistes d’imposer une notion contraire à la réglementation. On stigmatise le corps de certaines athlètes.

Ensuite, cette décision nuit au combat des pionnières marocaines, algériennes et tunisiennes telles que Nawal El Moutawakel ou Hassiba Boulmerka qui avaient respecté la réglementation et qui étaient menacées par les intégristes religieux. Ces femmes ont réellement résisté et seront condamnées à abandonner le discours qui les protégeait et qui consistait à dire qu’elles ne portaient pas le costume islamique en raison de la réglementation.

On remarque que dès lors qu’il s’agit des femmes, on cède trop facilement aux exigences posées par des pays qui n’ont cure de la défense de leurs droits.

Estimez-vous que cette décision est due à l’insistance du fils du roi Hussein de Jordanie, le prince Ali Bin Al Hussein, vice-président de la Fifa ?

Non seulement on a cédé au Prince Ali, mais aussi à l’Iran car cette interdiction pénalisait en premier lieu l’équipe féminine d’Iran. Le pays avait affiché très clairement qu’il s’agissait d’une position religieuse, or la loi n°4 stipule bien qu’aucune expression politique ou religieuse n’était autorisé dans le stade olympique.

Le Prince Ali représente aussi les intérêts des pays du Golfe qui désirent non pas le respect pour les femmes de la loi olympique ou sportive mais le respect de leur interprétation d’une loi religieuse. (…)

Atlantico

BERD : Un fonds spécial (un milliard d’euros) pour les «démocraties arabes émergentes»

Selon l’AFP, la Banque européenne pour la reconstruction et le développement (BERD) s’est dotée, hier samedi, d’un fond spécial dont la somme, estimée à un milliard d’euros, est destinée à des opérations couvrant quatre «démocraties arabes émergentes» à savoir l’Egypte, la Tunisie, la Jordanie et le Maroc.

Des bureaux au Caire, à Casablanca, Tunis et Amman ont déjà été ouverts et les premiers projets devraient démarrer en septembre prochain, poursuit l’agence de presse française. Dans ces quatre premiers pays arabes choisis, la BERD «concentrera son action sur le développement du secteur privé, la croissance des petites et moyennes entreprises, l’amélioration des services municipaux, le développement de secteurs financiers stables et l’amélioration des services de fourniture d’énergie».

yabiladi

«Printemps arabe» : Le G8 promet 37 milliards de dollars aux pays arabes

Les ministres des Finances des pays du G8 réunis à Marseille vont promettre samedi le versement de près de 28 milliards d’euros à l’Egypte, à la Tunisie, au Maroc et à la Jordanie d’ici 2013, a-t-on appris de source interne au G8.

L’aide promise en mai à l’Egypte et à la Tunisie, dans le cadre du Partenariat de Deauville, va ainsi être étendue au Maroc et à la Jordanie. Elle vise à soutenir les processus de réformes démocratiques entrepris dans ces pays dans le cadre du «printemps arabe». Elle s’ajoute au financement disponible via le Fonds monétaire international (FMI).

Le Figaro (Merci à glados)

Jordanie : Début du procès par contumace du caricaturiste danois de Mahomet

Le procès par contumace du dessinateur danois, Kurt Westergaard, 75 ans, et des journaux danois qui ont publié des caricatures de Mahomet a commencé à Amman en Jordanie. M. Westergaard vit sous étroite protection policière après avoir fait l’objet de menaces de mort et échappé à plusieurs attentats.

Les poursuites ont été engagées après le dépôt d’une plainte d’une trentaine de journaux indépendants, de stations de radio et de sites internet jordaniens contre une caricature représentant le prophète Mahomet la tête couverte d’un turban en forme de bombe à la mèche allumée. En 2008, 17 quotidiens danois avaient provoqué de violentes protestations dans le monde musulman, y compris en Jordanie, en republiant des caricatures, dont ce dessin paru originellement en 2005.

Interrogé par l’AFP, le dessinateur avait déclaré ne pas avoir été informé de ces poursuites et ajouté qu’il ne comptait de toute façon pas se présenter au tribunal: «Je n’ai pas envie de prendre le risque de faire la connaissance des prisons jordaniennes, qui seraient un enfer».

Des députés jordaniens ont demandé au gouvernement de couper tout lien avec le Danemark, et Amman a condamné les caricatures.

La Libre Belgique

Syrie : Déploiement de chars à Deraa, au moins 25 morts (Vidéo)

Les forces de sécurité sont intervenues en force lundi dans plusieurs villes en Syrie , notamment à Deraa, cette ville du sud du pays où est né le mouvement de contestation il y a six semaines. Treize personnes aurait été tuées et plusieurs autres blessées par les forces de l’ordre à Jableh, près de Lattaquié (nord-ouest), d’après un militant des droits de l’Homme à l’AFP.

A Deraa, ville agricole de 75.000 habitants, «plus de 3.000» membres des forces de sécurité appuyés par des blindés ont pénétré dans la ville lundi matin, selon des militants des droits de l’Homme joints au téléphone par l’AFP.

Image de prévisualisation YouTube

La frontière avec la Jordanie, toute proche de Deraa, a été fermée. «La décision syrienne est liée à la situation interne en Syrie», a indiqué le ministre jordanien de l’Information Taher Adwan, cité par l’agence Petra. «Nous espérons que la situation revienne rapidement à la normale», a-t-il ajouté. L’agence officielle syrienne Sana, citant le directeur général des douanes Moustapha Bouqaï, a démenti cette information affirmant que «tous les poste-frontières avec les pays voisins, notamment avec la Jordanie sont ouverts».

Au moins 25 personnes ont été tuées, selon Abdallah Abazid, un militant des droits de l’Homme présent sur place. Ils ont été «tués par les tirs et le pilonnage à l’artillerie lourde». Il a ajouté que des corps étaient «toujours dans la rue». Le militant a précisé que la ville était toujours soumise, cet après-midi, «à un pilonnage intensif à l’artillerie lourde et aux mitrailleuses», alors que des tireurs étaient postés sur les toits. […]

Libération

Voile : « amorce d’une bataille dangereuse en France », selon les Frères musulmans de Jordanie

Les Frères musulmans de Jordanie ont dénoncé lundi l’interdiction en France du port du voile islamique intégral dans tous les lieux publics, y voyant « l’amorce d’une bataille dangereuse ».
Commentant cette décision, le chef des Frères musulmans Hammam Saïd a estimé qu’elle est « contraire aux principes des droits de l’Homme dont se targue la France ».

Nous y voyons une approche néo-croisée face aux musulmans dans le monde, ce qui constitue l’amorce d’une bataille dangereuse », a-t-il déclaré à l’AFP.
« Pour nous cette décision porte atteinte à l’islam et à tous les musulmans dans le monde », a-t-il ajouté.
L’interdit du port du voile est « une violation d’un droit élémentaire (…) si les femmes sont autorisées à se déshabiller sur les plages, il devrait être permis aux femmes de se couvrir et de porter le niqab ».

El Watan